undrgrnd RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 Cliquez ici cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Le contraste avec l'épisode 1 est saisissant, que ce soit au niveau du récit ou de la mise en scène.

La narration est reserrée et la tension ne faiblit pas sur les 2 petites heures que comptent le film. Pas une scène en trop, pas une scène manquante.
Il y a juste ce qu'il faut pour apporter une conclusion explosive et digne de ce nom à une saga mythique qui aura pourtant connu des hauts mais aussi des bas sur 8 films.

Pour un peu, on en viendrait presque à se demander pourquoi l'épisode 7.1 n'a pas été réduit et condensé avec sa suite.
L'ensemble aurait probablement pu tenir sur 3 heures et demies, en gagnant à la fois en clarté et en cohérence.

Enfin... on aura tout de même eu droit à un final plus que satisfaisant.
Les ultimes révélations de personnages clés permettent de répondre aux dernières questions encore en suspens.
Et les survivants règlent leurs comptes à coup d'Avada Kedavra sur un lieu qui n'aurait pu être mieux choisi.
Autant dire que les sortilèges fusent de tout côté dans ce film que l'on se réjouit de voir en blu-ray..
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
500 PREMIERS RÉVISEURSle 21 janvier 2015
"Harry Potter et les reliques de la mort, partie 2", sorti en 2011 et réalisé par David Yates (Le réalisateur des "Harry Potter" 5, 6 et 7 partie 1), est , comme son nom l'indique, la suite directe de "Harry Potter et le reliques de la mort, partie 1", la septième adaptation cinématographique du roman à succès de J.K.Rowling qui nous conte les aventures du jeune sorcier Harry Potter. Une suite réussie et impressionnante qui remporta un franc succès lors de sa sortie au cinéma et qui clore de belle manière cette fameuse saga. N'ayant pas lu le livre, je ne peux pas dire si le film en respecte l'esprit mais en tout cas, on passe un très bon moment en le regardant. Dans ce dernier opus, Harry, Ron et Hermione sont toujours à la recherche des Horcruxes pour affaiblir le terrifiant Seigneur des ténèbres, Voldemort. L'un d'eux se trouvant à l'école de Poudlard, Harry et ses amis vont devoir s'y rendre mais leur chemin va être semé d'embûches. Ça sera également là-bas que devra se dérouler l'ultime bataille entre les forces du mal et Harry, qui pourra compter sur le soutien des élèves et des professeurs de l'école. L'histoire est très intéressante à suivre et ne manque pas de magie ni d'émotion, dommage cependant que la fin soit trop vite torchée. Comme pour le précédent opus, ce nouveau chapitre de la saga propose une ambiance sombre et terrifiante, on est vraiment loin de l'ambiance bon enfant du premier opus. La saga a vraiment gagnée en maturité. Le film possède un rythme soutenu, on ne s'ennuie jamais. Les scènes d'action sont nerveuses et efficaces et les effets spéciaux sont très spectaculaires. Parmi les scènes marquantes, on notera celle de l'assaut de l'école Poudlard par les forces du mal. Bon d'accord, on est loin du niveau du "Seigneur des anneaux" mais cette scène demeure assez impressionnante. Le casting est parfait, on retrouve pour la dernière fois et avec plaisir nos trois jeunes sorciers préférés campés par Daniel Radcliffe, Rupert Grint et Emma Watson, qui demeurent toujours aussi charismatiques et attachants. Le reste du casting n'est pas mal non plus, on notera la présence de Helena Bonham Carter, Alan Rickman, Robbie Coltrane, Jason Isaacs et de Ralph Fiennes. Bref, malgré une fin un peu bâclée, ce dernier volet de la franchise "Harry Potter" est un excellent film fantastique et sans aucun doute l'un des meilleurs opus de la saga. Un très bon divertissement, efficace et spectaculaire, à voir absolument!

Le blu-ray offre une superbe qualité d'image, digne du support HD. Les couleurs sont belles et l'image est très propre et nette. Rien à dire, c'est bien mieux que le DVD. Au niveau du son, la VF est proposée en 5.1 DD, comme sur le DVD. Si ce son est de bonne qualité, on aurait quand même préféré avoir le 5.1 DTS-HD MA de la VO.

En bref, "Harry Potter et les reliques de la mort, partie 2" est une très bonne suite à son prédécesseur et achève de belle manière une saga qui a remporté un incroyable succès au cinéma, malgré une fin un peu bâclée. Cet opus est sans doute l'un des plus sombres et des plus tristes de la saga et le passage de l'attaque de l'école Poudlard est vraiment impressionnant. Le film contient tout ce qu'il faut pour passer un agréable moment en famille devant la télévision : Une histoire intéressante à suivre et riche en suspense, des décors et costumes superbes, un rythme soutenu, des scènes d'action nerveuses et bien menées, des effets spéciaux spectaculaires, un casting impeccable, de l'humour et de l'émotion. Un très bon divertissement qui comblera un large public. Le blu-ray est de bonne qualité. Un achat sûr.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
La première partie des Reliques de la mort était selon moi le meilleur des épisodes d'Harry Potter: il y avait une nouvelle maturité autant dans la manière de filmer l'histoire que dans la profondeur des personnages. Nous étions embarqués dès le début du film dans une course effrénée contre la mort, pour la survie. Nous étions loin du premier opus assez enfantin et nous nous retrouvions face à des personnages qui avaient grandi, mûri, souffert. Des personnages soumis à la peur, aux doutent et qui fuient pour survivre avec l'espoir de sauver le monde qu'ils connaissent.

Cette deuxième partie m'a moins séduite mais je pense sincèrement que les deux films doivent se voir à la suite l'un de l'autre. Le tout devrait être parfait et je le constaterai bientôt puisque mon mari va recevoir le coffret complet en blu-ray à Noel...

Ce qui m'a moins séduite dans cet opus c'est la chute du crescendo dramatique: on ressentait une sorte d'oppression dans la première partie. Cette fuite éperdue était de toute beauté. L'angoisse, la peur montaient inexorablement vers un paroxysme explosif.
Dès les début du deuxième opus, on retombe un peu dans une certaine scolarité malgré l'excellente qualité des images et des acteurs. On apprécie le film mais on regrette d'avoir le sentiment d'une coupure dans l'atmosphère. Pardonnez mon "on" général...C'est pour cette raison que je pense que visionner les films à la suite doit être la solution même si cela ne changera pas la confrontation un peu tiède entre Harry et son pire ennemie. En effet, la rencontre ultime avec Valdemort n'atteint pas les sommets que j'attendais.

De plus, la 3D n'apporte rien à cet épisode. C'est vraiment un phénomène de mode qui m'enquiquine comme dirait l'autre. Restent des acteurs magiques qui apportent une grande profondeur autant à Harry qu'aux personnages secondaires.

Un film réussi qui clôt une saga palpitante et attachante.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 27 novembre 2012
Là on n'a droit à un coffret métal. Je ne reviens pas sur le film en lui même, j'évoquerais brièvement la qualité technique. Il y a le blu ray et le DVD. J'ai comparé les deux. Le blu ray est un petit mieux que le DVD mais pas tant que cela. Parfois, on ne voit même pas la différence. Est ce une des raisons de son petit prix ?
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 janvier 2013
J'ai adoré l'univers plein de magie que nous offre la saga Harry Potter. J'aimais déjà beaucoup certains chapitres précédents mais celui-ci me semble être l'un des meilleurs : émotions, palpitations, larmes sont au programme de ce dernier épisode GRANDIOSE.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 février 2013
suite et fin d'une saga sans précédent. La sincérité est enfin récompensée avec de jeunes acteurs de talent. Merci aussi à celle qui à écrit ses romans.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Que l’attente fut longue entre les deux parties de ce film adaptant le septième et dernier ouvrage d’Harry Potter ! Surtout que le premier volet était plutôt intense et captivant. Mais très loin de Poudlard. En effet, nos trois héros, Harry (Daniel Radcliffe, Hermione (Emma Watson) et Ron (Ruppert Grint) se sont lancés seuls, dans une traque aux Horcruxes de Voldemort (Ralph Fiennes), afin de les détruire !
Mais suite aux révélations faites par Xenophilius Lovegood (Rhys Ifans), le père de Luna (Evanna Lynch), nos trois compagnons s’intéressent également aux Reliques de la Mort, trois objets magiques créés par le Mort elle-même. On y retrouve la cape d’invisibilité d’Harry, une pierre de résurrection, et enfin la plus puissante baguette magique, la baguette de sureau, que possédait Dumbledore (Michael Gambon) et que Voldemort recherche activement ! Mais suite à cette visite, Harry, Hermione et Ron se retrouvent prisonnier chez les Malefoy, ils y retrouvent Luna mais aussi Ollivander (John Hurt) et Gripsec (Warwick Davis) de la banque Gringotts ! Ils finiront par se sauver, grâce à l’aide de Dobby, ce dernier y laissant, malheureusement, la vie…
Grâce à Gripsec, et en échange de l’épée de Godric Gryffondor, Harry, Hermione et Ron, se rendent à Gringotts pour fouiller le coffre de Bellatrix Lestrange (Helena Bonham-Carter) et y retrouver un Horcruxe. Là aussi, cela ne se passe pas comme ils le voudraient, et en plus, Voldemort découvre les agissements de nos héros à travers son lien avec Harry !
L’Horcruxe suivant les mènent à revenir, enfin à Poudlard, et nous permet enfin, de retrouver tous les élèves que nous aimons tant depuis le début de cette saga. Cela dit je me demande comment Luna fait pour être là-bas alors qu’elle était emprisonnée chez les Malefoy… Mais Voldemort ayant tout compris, se rend lui aussi à l’école et propose un marché assez sadique aux élèves…
Le combat final entre Harry et Voldemort va enfin se dérouler, et Harry devra aller plus loin que jamais pour réussir à seulement espérer tenir tête à son Némésis. Encore une fois, cela ne se fera pas sans mort, et si certaines procurent un certain soulagement, pour ne pas dire une joie immense, d’autres laissent un goût amer, et on ne peut que regretter le nombre de personnages si attachants tombés durant cette lutte épique entre les deux sorciers liés d’une façon qu’ils ne s’attendaient pas.
Le film n’est qu’une montée en intensité durant ses 132 minutes. On est collé à notre siège, on en prend plein les yeux et on tremble du début à la fin. David Yates réalise le tour de force de nous emmener avec les personnages, ses personnages, depuis le temps qu’il réalise les films de la franchise, dans l’action, nous donnant l’impression d’être dans les rangs lorsque l’armée de Dumbledore fait face aux élèves et professeurs de Poudlard !
Magnifique conclusion de la série, nous ne pouvions pas vraiment nous attendre à autre chose comme fin, et il est même plaisant de découvrir l’avenir, dix-neuf ans après les faits, voir, très rapidement, ce que sont devenus les survivants. Même si cela nous frustre de ne pas en savoir plus, nous réalisons en fait que nous n’avons pas envie que les aventures d’Harry Potter se terminent.
Aidé par des amis extraordinaires, Harry Potter a su faire fi des nombreux obstacles que J.K. Rowling aura mit sur son chemin. Notre pauvre héros, bien que pourri par le destin dès la naissance, aura eut son lot de malheurs pour plusieurs générations, et là où d’autres se seraient écroulés, auraient fuit, il a su s’appuyer sur le formidable pouvoir que représente l’amour et l’amitié pour surmonter toutes ces, nombreuses, épreuves.
Bref, formidable conclusion pour Harry Potter. David Yates nous proposant deux excellents films pour clôturer la série. Un formidable travail de narration et de réalisation, pour nous en mettre plein les yeux et plein le cœur. Harry Potter est une licence à part, magique, si je peux me permettre le clin d’œil. Ma génération a grandi avec ces personnages, et ces personnages ont grandi avec nous. Daniel Radcliffe est Harry Potter, Emma Watson est Hermione Granger, Ruppert Grint est Ron Weasley. Des films fabuleux, respectueux de l’œuvre original, qu’il me tarde de faire découvrir à mes enfants ! La magie existe, on la vit à travers ces films !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Excès de ridicule des fans de plus de quinze ans déguisés en petits sorciers sur les Champs-Elysées avec, sous le bras, leur coffret Tout Harry Potter sauf le dernier épisode qu'ils devront revendre comme les précédents.

Excès de minceur : allez-y sans avoir vu les autres, il s'agit de la lutte finale du Bien contre le Mal, c'est-à-dire du scénario que les USA nous servent chaque année depuis Superman. On comprend tout sans aucun problème.

Excès de beauté des images, superbes, tour-à-tour grandioses et épurées, dans des tons grisâtres, inquiétants ; difficile de faire mieux ; et je ne dis pas cela parce que le directeur de la photographie, Eduardo Serra, travailla sur les plus beaux films de Patrice Leconte.

Excès de froideur : l'humain au service des effets spéciaux, on y est, puisque les personnages se côtoient, s'adressent parfois la parole, sans qu'aucune émotion ne passe entre eux, sauf dans en de très rares scènes d'où le numérique est absent. Parfois, sans crier gare, deux acteurs se roulent un patin, mais on sent bien qu'ils se forcent, c'est dégoûtant.

Excès de nombres : au-delà des entrées, des produits dérivés, songez que Daniel Radcliffe, dont on n'entendra bientôt plus jamais parler, fait partie des dix acteurs les mieux payés de 2010, alors que le pauvre garçon ne sait jouer qu'une seule émotion à la fois. "Danny, c'est bien, arrête de froncer les sourcils, on va tourner le plan où tu as l'air hébété, ok ? Ensuite, tu iras apprendre ta ligne de dialogue pour demain."
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 1 novembre 2012
Alors même que de nombreuses critiques s'étaient élevées (selon moi à tord) contre une 1ère partie "longuette, pleine de lenteurs", ces Reliques de la mort partie 2 sont menées au pas de course par un réalisateur qui semble avant tout préoccupé par le remplissage de son cahier des charges. A plusieurs reprises (j'ai quand même visionné cet épisode final plus d'une dizaine de fois déjà) je m'imaginais même entendre Mr Yates barrer de son stylo les étapes de son scénario ("ça , c'est fait")tant ce film très attendu (peut être trop) semble construit comme un continuum d'actions à peine perturbé par des moments d'intensité réelle mais "sous développée"(la Pensine, les fantômes d' Harry par ex).
Côté spectacle donc, il faut dire que le contrat est rempli ; disons mieux "la marchandise est livrée". Les effets spéciaux très soignés sont d'une grande beauté : coup de chapeau notamment au dragon de la banque, à la disparition des Horcruxes puis de Voldemort lui-même ou à la confection puis destruction du champ de force protégeant l'école Poudlard-"très impressionnant "-comme le dit même Luna Lovegood dans l'histoire. Les scènes de batailles sont endiablées et énergiques; on regrettera néanmoins peut être que la bataille de Poudlard serve davantage de toile de fond que de cœur de l'action. Des parties du récit sont bien adaptées comme l'entrée à Gringotts ou la mort de Rogue ( le ton pathétique de cette scène clef est rendu de façon saisissante malgré les libertés prises avec le livre ). Saluons d'ailleurs la performance de certains acteurs qui jusque là ont permis d'élever les Potter au dessus du simple blockbuster de l'été : Alan Rickman restitue toute la profondeur et la complexité de Severus Rogue (le personnage quasi shakespearien de la série)sur lequel se lève enfin le voile de l' ambiguïté. Ralph Fiennes finit de convaincre qu'il était un des meilleurs choix possibles pour donner vie à Voldemort : le "seigneur des ténèbres" montre bien ici sa vulnérabilité et son désarroi face à l'accélération de la disparition de ses précieux Horcruxes. On regrettera encore que Miss Bonham Carter (la Bellatrix parfaite depuis l'épisode 5) ou l'excellente Maggie Smith (Minerva Mc Gonagall qui prend la tête de la défense de l"école) soient quelque peu sous exploitées : les combats Rogue /Mc Gonagall (40 secondes !)ou Molly Weasley/ Bellatrix (1 minute !!)auraient été plus que des attractions haletantes avec un développement convenable. Tout cela réussit à divertir et à capter l'attention il est vrai ; le public moyen- non lecteur ou lecteur occasionnel des ouvrages de J.K.ROWLING- désireux de "ne pas se prendre la tête" en aura pour son argent. Il est évidemment la cible de cette superproduction.
Tel est précisément le problème : malgré certaines qualités évidentes, cet ultime volet qui avait la lourde tâche de clore la saga ne se trouve malgré tout pas à la hauteur des attentes de ceux qui ont vu dans l'histoire d'Harry Potter un peu plus qu'un divertissement pour mômes (attardés ou non). Certes, beaucoup l'ont dit dans leurs commentaires c'est une adaptation et une adaptation se doit de proposer davantage qu'une transposition à la lettre de l'ouvrage dont elle est issue. Il n'empêche, une bonne adaptation justement repose sur un équilibre entre la fidélité à la création de départ et les apports du réalisateur. Il importe de respecter l'esprit du livre: les libertés prises ne peuvent se faire au détriment du sens global du récit et de la cohérence psychologique des personnages, sous peine de trahir et appauvrir une source initiale pourtant si intéressante. Or, ici précisément c'est par le scénario que tout pèche : trop linéaire ,trop centré sur le héros principal et la résolution de son duel avec Lord Voldemort occultant ainsi l'idée très présente dans toute la saga que l'affrontement est une partie d'échec dont les deux principaux protagonistes sont certes les pièces maîtresses mais en aucun cas les pièces uniques. La victoire dans le livre est une victoire collective acquise dans la Grande Salle et non la résultante d'un combat homme à homme façon guerre de Vietnam (Voldemort et Potter rampant dans la boue pour atteindre leur baguette..j'ai presque ri à ce moment-là).

Par ailleurs,la plus haute "trahison" réside sans doute dans le titre : mais où sont les reliques de la mort? ...Si on voit bien-et même trop-l'importance de la baguette de sureau, à l'évidence les deux autres sont passées à la trappe. Pourtant ce sont elles qui doivent permettre la victoire contre Volde-Mort: dans le film, H.Potter balance la pierre de résurrection qui pourtant devrait être une des clefs pour survivre une 2e fois au sortilège de l' "Avadakedavra". La cape -totalement absente après Gringotts- devrait lui donner le moyen de duper Jedusor avant le face à face terminal . Possesseur des trois armes qui donnent les moyens d'être maître de la mort, Harry pourrait mettre échec et mat Celui-qui-se-croyait-le-plus-grand-sorcier-de-tous-les-temps. En se focalisant sur la baguette, les scénaristes et le réalisateur en ont fait à peu près l'arme absolue , faisant la même erreur que...Voldemort !Signalons aussi un vrai problème: la relation Potter/Dumbledore qui dans le livre passe par des phases de doute.Chez Rowling, le personnage d'Harry mûri par les épreuves (notamment de sa propre mort!) y apprend à dépasser le clivage Bien/Mal, je t'aime/je t' déteste de l'adolescence...bref à rentrer dans le monde adulte. Or, on voit ici un Daniel Radcliffe qui campe un Harry Potter encore trop amateur, assez arrogant (avec Abelforth), pas assez nuancé (obédience sans faille au directeur défunt) comme si son jeu avait un ou deux épisodes de retard. Le plus "choquant est sans doute de le voir casser la baguette de sureau au lieu de la replacer dans le tombeau de Dumbledore, son seul légitime propriétaire. Certains diront : "détail" , moi je répondrai: "faute psychologique". Pour peut être donner un sens pacifiste totalement désuet à ce geste ("qu'elle ne tombe pas en de mauvaises mains"), cette péripétie ruine totalement la densité de ces derniers moments "cruciaux" où les personnages atteignent leur maturité. C'est un coup de patte de réalisateur qu'on aurait pu s'éviter.

Les maladresses de la réalisation de David Yates n'ont sans doute pas aidé à faire de cette oeuvre une réussite pleine et entière. A vouloir faire vite, on fait mal : par exemple, la lutte de Neville Londubat , de grandiose chez Rowling a perdu totalement en intensité et devient quasi grotesque au cinéma . La déception est d'autant plus amère que depuis C.Columbus, les films avaient pourtant su proposer une mise en image incroyable de l'univers du petit sorcier et que (prégnance des images oblige des prod W.B : HPotter la licence la plus lucrative de l'histoire)on n'est pas près d'en voir une nouvelle version.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 5 janvier 2013
La fin de la superbe série des Harry Potter !
Magnifique !!!! A avoir dans sa DVthèque avec l'ensemble de la saga.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Harry Potter et le prince de sang-mêlé [Blu-ray]
Harry Potter et le prince de sang-mêlé [Blu-ray] de Daniel Radcliffe (Blu-ray - 2009)
EUR 8,99


Harry Potter et l'Ordre du Phénix [Blu-ray]
Harry Potter et l'Ordre du Phénix [Blu-ray] de Daniel Radcliffe (Blu-ray - 2009)
EUR 8,99