undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Plus d'options
Haydn: Die sieben letzten Worte unseres Erlösers am Kreuze
 
Agrandissez cette image
 

Haydn: Die sieben letzten Worte unseres Erlösers am Kreuze

27 avril 2009 | Format : MP3

EUR 8,99 (TVA incluse le cas échéant)
Également disponible en format CD

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre
Durée
Popularité  
30
1
4:58
30
2
6:24
30
3
7:49
30
4
9:21
30
5
7:20
30
6
8:31
30
7
9:44
30
8
8:16
30
9
1:54
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Détails sur le produit

Commentaires en ligne

3.5 étoiles sur 5
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir les deux commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD Achat vérifié
Tout est beau en effet, le contenant ,une habitude chez Ricercar,le son, bravo aux techniciens,les instruments, ils distillent des timbres et des couleurs magnifiques.....mais hélàs il manque l'essentiel, à savoir l'émotion qui colle aux paroles du Christ et qui doit être véhiculée par la musique de Haydn. Dommage, bref c'est une immense déception qui m'oblige à rester en compagnie du Quatuor Mosaiques qui reste et de loin le plus émouvant dans cette oeuvre. Malheureusement cette éditon reste difficile à trouver isolément, heureux ceux qui la possèdent et la chérissent.
Remarque sur ce commentaire 2 sur 2 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Quand j'ai écouté pour la première fois cette interprétation, j'ai apprécié la beauté du jeu des musiciens et celle de la prise de son, qui ne me semble pas faite de trop près, comme c'est la mode dans certaines marques. Ici, il s'agit de Ricercar (une branche de Outhere avec Alpha, Zig-Zag, etc, ou distribuée par Outhere, allez savoir, mais on nous précise que c'est une production Sony; quand à la notice, elle a l'aspect graphique et de compagination, pardon de mise en pages, de Calliope...peu m'importe après tout). Mais j'ai ressenti une monotonie, l'impression que tous ces mouvements lents se ressemblaient, alors que Haydn, devant la tâche de faire se succéder sans ennui sept mouvements lents, plus introduction et Terramoto, avait réussi à les rendre aussi variés que possible. Il m'a semblé que cela venait de certains tics d'articulation qui, parce qu'ils se répètent, écrasent un peu les différences; mais c'est peut-être subjectif.

J'ai donc décidé, pour en avoir le coeur net, de comparer avec les Buchberger String Quartets 3, une version fine mais réfrigérante, heureusement rachetée par son couplage avec les opus 77 et 103, et avec les Amadeus (deuxième version, 1971 Haydn : Quatuor à cordes Opp. 51, 54, 55, 64, 71, 74,
...Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 1 sur 1 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus utiles sur Amazon.com (beta)

Amazon.com: HASH(0x9ce0a324) étoiles sur 5 1 commentaire
HASH(0x9ce0b174) étoiles sur 5 Las Sèt Darrèras Paraulas de nòstre Redemptor a la Crotz 20 juillet 2011
Par Pèire Cotó - Publié sur Amazon.com
Format: CD
Sorry, I am not able to write my review in English.

Quand j'ai écouté pour la première fois cette interprétation, j'ai apprécié la beauté du jeu des musiciens et celle de la prise de son, qui ne me semble pas faite de trop près, comme c'est la mode dans certaines marques. Ici, il s'agit de Ricercar (une branche de Outhere avec Alpha, Zig-Zag, etc, ou distribuée par Outhere, allez savoir, mais on nous précise que c'est une production Sony; quand à la notice, elle a l'aspect graphique et de de mise en pages de Calliope...peu m'importe après tout). Mais j'ai ressenti une monotonie, l'impression que tous ces mouvements lents se ressemblaient, alors que Haydn, devant la tâche de faire se succéder sans ennui sept mouvements lents, plus introduction et Terramoto, avait réussi à les rendre aussi variés que possible. Il m'a semblé que cela venait de certains tics d'articulation qui, parce qu'ils se répètent, écrasent un peu les différences; mais c'est peut-être subjectif.

J'ai donc décidé, pour en avoir le coeur net, de comparer avec les Buchberger String Quartets 3, une version fine mais réfrigérante, heureusement rachetée par son couplage avec les opus 77 et 103, et avec les Amadeus (deuxième version, 1971 Haydn : Quatuor à cordes Opp. 51, 54, 55, 64, 71, 74, Haydn : 27 Quatuors à cordes, qui est admirable, mais dans une esthétique différente. Je n'ai fait cette comparaison que pour certains mouvements. La perception est assez différente de celle d'une écoute en continu, un peu plus favorable. Sans rentrer dans les détails, les Terpsycordes (mot-valise...) sont plus émouvants et expressifs que les Buchberger, sans atteindre la merveille d'émotion et de suavité des Amadeus... pardonnez, si vous détestez ce style préhistorique. Je ne rejette donc pas cette interprétation, mais quand j'ai envie d'écouter l'oeuvre, c'est d'abord avec les Primrose Great Recordings, que je n'ai qu'en cassette (merci Radio-Classique... de la bonne époque), puis avec les Amadeus (I et II).

La notice donne surtout des informations historiques, mais pas d'analyse technique, en français, en anglais et en allemand, dans cet ordre. Pour rappel, le guide Fayard de la musique de chambre n'en parle pas, parce que l'opus 51 n'est pas un quatuor à l'origine Guide de la musique de chambre, et celui de la musique symphonique pas davantage. Mais là où j'apprécie, c'est qu'au lieu de nous dire simplement qu'ils jouent sur "instruments anciens", ce qui est le cas de presque tous les grands interprètes dès qu'il s'agit d'instruments à cordes, on nous précise que les instruments sont montés d'époque, avec des cordes en boyau (entre parenthèses, cela ne nuit nullement à la virtuosité et même à la présence sonore de ces remarquables musiciens) et les archets sont inspirés de ceux de la fin du XVIIIe siècle. C'est tout ce qu'on voulait savoir, même si on doutait, à l'oreille, et on prie les autres éditeurs d'en prendre de la graine !

Si j'arrive à préciser un peu mieux ce que ce disque m'inspire, je ne manquerai pas de le faire par une correction ou une remarque.
Ce commentaire a-t-il été utile ? Dites-le-nous

Rechercher des articles similaires par rubrique