undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Plus d'options
Heaven & Hell
 
Zoom
Voir une image plus grande (avec un zoom)
 

Heaven & Hell

28 mars 2014 | Format : MP3

EUR 19,98 (TVA incluse le cas échéant)

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre
Durée
Popularité  
30
1
3:51
30
2
5:35
30
3
4:22
30
4
6:57
30
5
4:04
30
6
4:42
30
7
4:23
30
8
5:50
Disc 2
30
1
6:24
30
2
7:19
30
3
3:54
30
4
4:49
30
5
5:58
30
6
12:34
30
7
4:37
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Détails sur le produit

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par Un client le 28 octobre 2005
Format: CD
... ou comment un groupe de hard superstar des seventies à qui on ne donnait pas une chance de survivre au départ d'Ozzy en 1979 réalise un coup de maitre en embauchant RJ Dio fraichement viré de Rainbow, recrute dans la foulée un des plus grands producteurs de hard de l'histoire, le maître Martin Birch, et publie ce mythique Heaven and Hell. totalement indispensable, un classique au sens propre et noble du terme, à ne pas écouter n'importe où n'importe quand mais avec concentration, c'est une oeuvre d'art qui se doit d'être respectée et qui en échange va vous transmettre des émotions incroyables!
1 commentaire 18 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Voodoo TOP 1000 COMMENTATEURS le 23 juillet 2012
Format: CD
Le moins que l'on puisse dire, c'est que le duo Dio~Iommi alors nouvellement associé, a plus que fonctionné sur ce "Heaven And Hell" au charme paradisiaque, et au concept d'enfer.
Lorsqu'en '79 Ozzy Osbourne quitte définitivement Black Sabbath, le groupe n'est pas au mieux et leurs derniers disques n'ont pas été de francs succès. Intrigué par l'univers de Ronnie James Dio, Tony Iommi va tenter un pari avec cette nouvelle association qui s'avérera payante. Les textes de Ronnie (ses histoires emprunt de fantasy et de quête du bien contre le mal), vont parfaitement s'accorder aux solos triturés d'un Tony aux riffs aiguisés comme des sabres. Mais alors que Bill Ward est encore à la batterie, Geezer Butler les quitte suite à des problèmes personnels. Il reviendra cependant à temps interpréter les (énormes) parties de basse déjà écrites par le tandem, qui s'était attelé au travail de composition. Enregistré par Martin Birch qui produisait déjà un rayonnant Rainbow, avant que Dio ne soit enrôlé au sein du sombre Sabbath, l'album (publié en Avril '80) va s'avérer être une référence du heavy metal. Entamé par un lumineux "Neon Knights", ce disque ne comporte pratiquement que des morceaux d'enfer, avec une autre approche, plus mélodique que doom. Tel ce "Children Of The Sea" (à l'ambiance superbe), qui fut le fruit de leur toute première rencontre, puisque c'est sur une simple démo de ce morceau que le guitariste va juger les capacités de ce nouveau chanteur.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Blaster of Muppets TOP 1000 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 10 juillet 2010
Format: CD
"Heaven and Hell" ou la renaissance inespérée d'un groupe qui, dix ans auparavant, avait inventé le Heavy Metal ! Rien que ça. Présenté ainsi, ça en jette, n'est-ce pas ?
En 1979, Ozzy Osbourne quitte Black Sabbath et laisse un groupe décomposé et pas vraiment au top de sa forme ou de sa créativité (les deux albums précédents "Technical Ecstasy" et "Never Say Die" n'ont pas tout à fait la réputation d'être des chefs-d'oeuvre du genre). C'est alors que nos anglais, à l'instinct de survie développé, vont engager le providentiel Ronnie James Dio (tout juste débarqué de Rainbow) au poste de chanteur. Et là, il n'y a qu'un mot à dire: bravo ! Bravo pour la prise de risque. Le nouveau vocaliste officie dans un registre très différent de celui d'Ozzy, ce qui semble suggérer que le groupe a l'intention de véritablement se renouveler. Et c'est exactement ce qui va se passer: changement de chanteur, changement de style, Black Sabbath renaît de ses cendres et offre au monde un album absolument lumineux (tout en restant ténébreux, je vous rassure).

Tant qu'à bien faire les choses, autant en profiter pour travailler sous la houlette du producteur Martin Birch (Whitesnake, Deep Purple, Rainbow, bientôt Iron Maiden...), histoire d'avoir un son à la hauteur de ses ambitions. Grâce (entre autres) à une production impeccable et un son assez moderne (pour l'époque), les anglais démarrent la décennie des 80's sur les chapeaux de roues. Et c'est parti pour une succession de morceaux devenus, depuis, des classiques.
Lire la suite ›
2 commentaires 3 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD
Difficile de penser à l'époque que Ronnie James Dio s'intégrerait aussi bien dans Black Sabbath, tant nous ne sommes pas dans le même registre que Rainbow, son ancien groupe.
Mais c'est pourtant réussi, Ronnie apportant un plus mélodique aux compositions du groupe.
"Heaven and hell" est un incontournable du Hard Rock comme d'autres auxquels le chanteur a participé, "Long live rock'n'roll ou "The last in line" pour ne citer que ceux là.
L'ensemble de cet album est un mélange de puissance et de mélodie et représente donc le hard rock au mieux de sa forme.
La guitare de Tony Iommi sonne comme jamais et transmet une atmosphère particulière lors de ses solos lumineux, ou sur encore sur l'intro de "Die young" par exemple.
Un petit bémol pour "Walk away" et "Lady evil" que je trouve en dessous comme l'étaient d'ailleurs "L.A connection" et "Sensitive to light" sur "Long live rock'n'roll" ou encore "Gypsy" sur "Holy diver", ne les empêchant pas par ailleurs de figurer parmi les incontournables du Hard rock, tant l'ensemble de ses albums d'un niveau élevé.
Enfin, une affection particulière pour le titre de clôture "Lonely is the word", riche en émotion, où la guitare et les claviers vous donnent des frissons sur l'assaut final.
"Heaven and hell" est donc un classique, à posseder bien sûr pour tous les amateurs du genre.

Mes titres préférés : "Die young", "Heaven and hell", "Lonely is the word", "Neon knights".

Note : 20/20
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique