Henri Texier

Top albums (Voir les 31)


Voir les 31 albums de Henri Texier

Henri Texier : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 173
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Image de Henri Texier

Biographie

Henri Texier, né le 27 janvier 1945? à Paris, prend ses premières leçons de piano à l'âge de huit ans. A l'adolescence, il s'intéresse au jazz et se tourne vers la contrebasse dont il apprend les rudiments en autodidacte et joue dans un orchestre au style New Orleans.

Doucement les basses

En 1962, la rencontre de Jef Gilson marque ses débuts à l'ombre des pointures de l'époque (Michel Portal, Jean-Louis Ponty, François Jeanneau). Daniel Humair l'introduit ensuite dans les clubs parisiens où sévissent les jazzmen américains en tournée. Il accompagne Kenny Clarke, Johnny Griffin ou Bud ... Lire la suite

Henri Texier, né le 27 janvier 1945? à Paris, prend ses premières leçons de piano à l'âge de huit ans. A l'adolescence, il s'intéresse au jazz et se tourne vers la contrebasse dont il apprend les rudiments en autodidacte et joue dans un orchestre au style New Orleans.

Doucement les basses

En 1962, la rencontre de Jef Gilson marque ses débuts à l'ombre des pointures de l'époque (Michel Portal, Jean-Louis Ponty, François Jeanneau). Daniel Humair l'introduit ensuite dans les clubs parisiens où sévissent les jazzmen américains en tournée. Il accompagne Kenny Clarke, Johnny Griffin ou Bud Powell.

Après une collaboration avec le trompettiste Don Cherry, Henri Texier monte sa formation de free jazz tout en jouant pour Lee Konitz, Dexter Gordon, Art Farmer, etc. Engagé dans l'European Rhythm Machine de Daniel Humair en 1968, le contrebassiste parcourt les festivals, et en 1971, forme Total Issue avec Georges Locatelli et Aldo Romano.

Attiré par les musiques du monde, Henri Texier apprend d'autres instruments (oud, percussions) qu'il intègre à ses premières oeuvres en solo, Amir et Varech en 1975. En 1979, son troisième album A Cordes et à Cri accueille Didier Lockwood, Aldo Romano et Gordon Beck. Multipliant les expériences en quartette ou en trio (HJT avec Daniel Humair et François Jeanneau), Henri Texier tourne et enregistre intensément albums et musiques de films dans les années 1980 : Paris-Batignolles en 1986, Izlaz et Colonel Skopje en 1988, le spectacle Doucement les basses, le collectif Zhivaro, tournées au Japon et en Afrique...

Musicien défricheur

L'année 1991 est marquée par la musique de la pièce de théâtre Divertissements touristiques et la reformation de l'European Rhythm Machine. L'année suivante, il crée l'Azur Quartet avec Bojan Z et Glenn Ferris qui enregistre An Indian's Week. La formation écume les festivals. Le Henri Texier Sonjal Septet prend la relève en 1995 avec l'album Mad Nomad(s). En 1996, le trio Texier-Sclavis-Romano publie son Carnet de Routes, suivi d'une Suite Africaine en 1999 et de American Flashback en 2004.

Dans l'intervalle, après Respect (1997), le quintette réalise Mosaïc Man (1998). Une formation augmentée comprenant son fils Sébastien (clarinette et saxophone) enregistre (V)ivre (2004) et Alerte à l'Eau (2007). En 2008, le DVD Strada Sextet montre l'ambiance des concerts. L'album suivant, Love Songs Reflexions, paru en 2009, est crédité au Texier Red Route Quartet. Musicien insatiable, Henri Texier est aussi un grand voyageur immortalisé par les photographies de Guy Le Querrec. Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud

Henri Texier, né le 27 janvier 1945? à Paris, prend ses premières leçons de piano à l'âge de huit ans. A l'adolescence, il s'intéresse au jazz et se tourne vers la contrebasse dont il apprend les rudiments en autodidacte et joue dans un orchestre au style New Orleans.

Doucement les basses

En 1962, la rencontre de Jef Gilson marque ses débuts à l'ombre des pointures de l'époque (Michel Portal, Jean-Louis Ponty, François Jeanneau). Daniel Humair l'introduit ensuite dans les clubs parisiens où sévissent les jazzmen américains en tournée. Il accompagne Kenny Clarke, Johnny Griffin ou Bud Powell.

Après une collaboration avec le trompettiste Don Cherry, Henri Texier monte sa formation de free jazz tout en jouant pour Lee Konitz, Dexter Gordon, Art Farmer, etc. Engagé dans l'European Rhythm Machine de Daniel Humair en 1968, le contrebassiste parcourt les festivals, et en 1971, forme Total Issue avec Georges Locatelli et Aldo Romano.

Attiré par les musiques du monde, Henri Texier apprend d'autres instruments (oud, percussions) qu'il intègre à ses premières oeuvres en solo, Amir et Varech en 1975. En 1979, son troisième album A Cordes et à Cri accueille Didier Lockwood, Aldo Romano et Gordon Beck. Multipliant les expériences en quartette ou en trio (HJT avec Daniel Humair et François Jeanneau), Henri Texier tourne et enregistre intensément albums et musiques de films dans les années 1980 : Paris-Batignolles en 1986, Izlaz et Colonel Skopje en 1988, le spectacle Doucement les basses, le collectif Zhivaro, tournées au Japon et en Afrique...

Musicien défricheur

L'année 1991 est marquée par la musique de la pièce de théâtre Divertissements touristiques et la reformation de l'European Rhythm Machine. L'année suivante, il crée l'Azur Quartet avec Bojan Z et Glenn Ferris qui enregistre An Indian's Week. La formation écume les festivals. Le Henri Texier Sonjal Septet prend la relève en 1995 avec l'album Mad Nomad(s). En 1996, le trio Texier-Sclavis-Romano publie son Carnet de Routes, suivi d'une Suite Africaine en 1999 et de American Flashback en 2004.

Dans l'intervalle, après Respect (1997), le quintette réalise Mosaïc Man (1998). Une formation augmentée comprenant son fils Sébastien (clarinette et saxophone) enregistre (V)ivre (2004) et Alerte à l'Eau (2007). En 2008, le DVD Strada Sextet montre l'ambiance des concerts. L'album suivant, Love Songs Reflexions, paru en 2009, est crédité au Texier Red Route Quartet. Musicien insatiable, Henri Texier est aussi un grand voyageur immortalisé par les photographies de Guy Le Querrec. Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud

Henri Texier, né le 27 janvier 1945? à Paris, prend ses premières leçons de piano à l'âge de huit ans. A l'adolescence, il s'intéresse au jazz et se tourne vers la contrebasse dont il apprend les rudiments en autodidacte et joue dans un orchestre au style New Orleans.

Doucement les basses

En 1962, la rencontre de Jef Gilson marque ses débuts à l'ombre des pointures de l'époque (Michel Portal, Jean-Louis Ponty, François Jeanneau). Daniel Humair l'introduit ensuite dans les clubs parisiens où sévissent les jazzmen américains en tournée. Il accompagne Kenny Clarke, Johnny Griffin ou Bud Powell.

Après une collaboration avec le trompettiste Don Cherry, Henri Texier monte sa formation de free jazz tout en jouant pour Lee Konitz, Dexter Gordon, Art Farmer, etc. Engagé dans l'European Rhythm Machine de Daniel Humair en 1968, le contrebassiste parcourt les festivals, et en 1971, forme Total Issue avec Georges Locatelli et Aldo Romano.

Attiré par les musiques du monde, Henri Texier apprend d'autres instruments (oud, percussions) qu'il intègre à ses premières oeuvres en solo, Amir et Varech en 1975. En 1979, son troisième album A Cordes et à Cri accueille Didier Lockwood, Aldo Romano et Gordon Beck. Multipliant les expériences en quartette ou en trio (HJT avec Daniel Humair et François Jeanneau), Henri Texier tourne et enregistre intensément albums et musiques de films dans les années 1980 : Paris-Batignolles en 1986, Izlaz et Colonel Skopje en 1988, le spectacle Doucement les basses, le collectif Zhivaro, tournées au Japon et en Afrique...

Musicien défricheur

L'année 1991 est marquée par la musique de la pièce de théâtre Divertissements touristiques et la reformation de l'European Rhythm Machine. L'année suivante, il crée l'Azur Quartet avec Bojan Z et Glenn Ferris qui enregistre An Indian's Week. La formation écume les festivals. Le Henri Texier Sonjal Septet prend la relève en 1995 avec l'album Mad Nomad(s). En 1996, le trio Texier-Sclavis-Romano publie son Carnet de Routes, suivi d'une Suite Africaine en 1999 et de American Flashback en 2004.

Dans l'intervalle, après Respect (1997), le quintette réalise Mosaïc Man (1998). Une formation augmentée comprenant son fils Sébastien (clarinette et saxophone) enregistre (V)ivre (2004) et Alerte à l'Eau (2007). En 2008, le DVD Strada Sextet montre l'ambiance des concerts. L'album suivant, Love Songs Reflexions, paru en 2009, est crédité au Texier Red Route Quartet. Musicien insatiable, Henri Texier est aussi un grand voyageur immortalisé par les photographies de Guy Le Querrec. Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.