undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles5
4,2 sur 5 étoiles
Prix:13,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 20 novembre 2010
C'est un bel ouvrage journalistique prenant les documents de l'époque et les vivants comme témoins. ce n'est pas un roman avec son romantisme et son sentimentalisme à la Chateaubriand ou à la Tolstoi. Lissa montre sans illusion les Versaillais et leurs propagandes anti-communards à travers les journaux nationaux, surtout le Figaro fermement ancré à droite (à l'époque les monarchistes) encore aujourd'hui. Cependant, il vise plus fermement et avec plus de veine les Communards c'est à dire les représentants de la Commune et leurs incompétences aussi bien politique que militaire face à la situation du moment. Il met en avant les héros de la Commune comme Florens, Dombrowsky, Delescluse, Varlin et cie qui sont tombés sous les balles Versaillaises. Mais, "le parti pris" comme disent certains est largement minimisé, voire nul. Les anecdotes sont validés par les témoins, les documents officiels et les journaux versaillais (cf aussi sur Gallica le "Le Livre rouge de la justice rurale - À la mémoire de Ch. Delescluze", éd originale, Blanchard, Genève, 1871).

Moi, je parlerais plutôt d'un récit "cru". Les épisodes se succèdent les un après les autres sans interruption comme une mitraille.

Beaucoup disent "parti pris" puisque cela gêne les bonnes pensées (la moyenne bourgeoisie = grosse industrie et gros commerce, et l'aristocratie = haute bourgeoisie et noblesse) ou les biens pensants (les historiens anti-histoire scientifique) dont l'histoire ne leur appartient plus mais à l'histoire des kakos, des petites gens, des travailleurs (petite bourgeoisie à ouvrier).

Comme le montre Lissa, ce sont les protagonistes versaillais qui ont fait de la commune un récit héroïque contre les méchants communards. La fière cavalerie chevauchait vaillamment droit sur Paris et sur ces barricades pour délivrer la belle capital... en omettant de dire qu'elle est rentrée sans risque et sans péril c'est à dire sans bataille, sans héroïsme, sans vaillance pour envahir la ville.

Par ailleurs, Le mythe de la Commune vient également de la peur d'une droite qui veut garder sa position de dirigent sur la base que d'un souvenir ou d'un idéalisme de la base sociale ou militante. En effet la base ne connait plus du tout "L'histoire de la commune de 1871". Pour cause ! De plus, cette histoire des petite gens a également été poussée vers le néant par une autre histoire qui ne leur appartient pas mais qui l'ont subit, comme d'habitude, directement ou indirectement : la seconde guerre mondiale.

Un document d'époque des plus importants dont la falsification de l'histoire ne viendra pas des témoignages et de la recherche historique scientifique de Lissa mais des documents officiels des Versaillais.

Si vous voulez voir le récit de la Commune a chaud par Lissa, lisez : "Huit journées de mai derrière les barricades". Ou bien, Allez lire directement la traduction anglaise par Eléanor "Tussy" Marx-Eveling sans les augmentations apportées à la version française en 1896 par Lissa.
11 commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 avril 2008
Voulant comprendre l'épisode de "La Commune de Paris", j'ai voulu commencer par le livre de Lissagaray... et j'avoue être déçu...
Bien que je conçois que la force de ce livre est : d'être le seul écrit par un témoin, il est en néanmoins peu objectif, n'hésitant pas à règler ses comptes aux anti-communards... (mais la génêse du livre peut expliquer cela)...
Par exemple l'auteur n'évoque à aucun moment la famine provoquée par le siège Prussien, ni l'hiver terrible de 1870 / 1871, et préfère exalter le patriotisme de quelques hommes qui, unis, seraient venus à bout d'une armée supérieure en nombre et avec un armement intact !
Autre point négatif c'est que l'auteur n'est pas un écrivain exceptionnel et qu'il s'est senti obligé (pour légitimer sa plume) d'abreuver le lecteur d'un luxe de détails sans parvenir à faire ressentir à ce dernier le drame humain de cet événement exceptionnel.

Je conseille à ceux qui veulent comprendre cette période le très bon livre de MILZA L'année terrible : Tome 2, La Commune (mars-juin 1871) complet et objectif, tout en étant agréable à lire.
11 commentaire|21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 septembre 2014
Prosper-Olivier Lissagaray a vécu ces événements
son récit est donc très intéressent et vraiment documenté
A lire pour avoir un avis objectif de cette période
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 mars 2015
passionnant et détaillé,
concernant ces troubles qui n'ont guère déchaîné l’engouement de la littérature (enfin, je crois...)

j'ai vraiment aimé cet ouvrage et bcp appris.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 avril 2014
ce livre, je l'ai offert. La personne a aimé. Je ne peux pas d'avantage entrer dans le détail pour commenter
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)