Acheter neuf

ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
Acheter d'occasion
D'occasion - Bon Voir les détails
Prix : EUR 7,49

ou
 
   
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Homo aestheticus : L'invention du goût à l'âge démocratique [Relié]

Luc Ferry
1.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
Prix : EUR 28,40 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Habituellement expédié sous 8 à 14 jours.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.

Description de l'ouvrage

21 mars 1990 Le college de philosophie
Homo Aestheticus ou la question de l'art d'aujourd'hui. Un travail qui remonte aux sources vives de l'esthétique moderne, donc au XVIIe siècle, et suit patiemment les mille et un détours qui, de Kant à Hegel, puis à Nietzsche, ont conduit la réflexion jusqu'aux dérives de la post-modernité. Pour comprendre comment se forme et se transforme le " goût ". Mais surtout un texte qui, sans cesse, déborde son cadre et balise les grands problèmes de notre époque. A travers l'analyse de ces présupposés de l'art, Luc Ferry s'interroge
sur l'individualisme démocratique et montre qu'il est possible de penser de nouvelles règles de vie collective dans un univers qui sacralise la volonté des sujets.
--Ce texte fait référence à l'édition Poche .

Offres spéciales et liens associés



Descriptions du produit

Quatrième de couverture

Homo Aesthecus ou la question de l'art aujourd'hui. Un travail qui remonte aux sources vives de l'esthétique modeme, donc au XVIIe siècle, et suit patiemment les mille et un détours qui, de Kant à Hegel, puis à Nietzsche, ont conduit la réflexion jusqu'aux dérives de la post-modernité. Pour comprendre comment se forme et se tranforme le " goût ". Mais surtout un texte qui, sans cesse, déborde son cadre et balise les erandsproblèmes de notre époque. A travers l'analyse des présupposés de l'art, Luc Ferry s'interroge sur l'individualisme démocratique et montre qu'il est possible de penser de nouvelles règles de vie collective dans un univers qui sacralise la volonté des sujets. --Ce texte fait référence à l'édition Poche .

Détails sur le produit

  • Relié: 441 pages
  • Editeur : Grasset (21 mars 1990)
  • Collection : Le college de philosophie
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2246381215
  • ISBN-13: 978-2246381211
  • Dimensions du produit: 22,4 x 13 x 3,2 cm
  • Moyenne des commentaires client : 1.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (2 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 678.745 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Agrégé de philosophie et de sciences politiques, docteur d'Etat en sciences politiques, Luc Ferry mène d'abord une carrière d'enseignant et de philosophe. Entre 1984 et 1985, il publie les trois tomes de sa 'Philosophie politique', dont il écrit le dernier avec Alain Renaut. Cette collaboration se poursuit notamment avec, 'La pensée 68 - Essai sur l'antihumanisme' et 'Système et critique' en 1985, et avec 'Heidegger et les modernes', en 1988. En 1992 paraît 'Le nouvel ordre écologique - l'arbre, l'animal et l'homme', traduit en plus de quinze langues, qui lui vaut le prix Médicis essais ainsi que le prix Jean-Jacques Rousseau. Intellectuel très médiatisé, il mène en parallèle une carrière politique discrète avant d'entrer au gouvernement en mai 2002, à cinquante et un ans, en tant que ministre de la Jeunesse, de l'Education et de la Recherche. Il préside en effet depuis 1994 le Conseil national des programmes et participe en 1997 à la commission présidée par Pierre Truche pour la réforme de la justice. Après la refonte ministérielle de mars 2004, lors de laquelle il quitte ses fonctions, il est nommé président délégué du conseil d'analyse de la société (CAS) et entre au Conseil économique et social.

Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

5 étoiles
0
4 étoiles
0
3 étoiles
0
1.5 étoiles sur 5
1.5 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
10 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 De Kant à Kant 1 février 2003
Par FJLB
Format:Poche
Ce livre, d'une grande clarté, permet de parcourir avec facilité les grandes pensées de l'art depuis le début de l'époque moderne. Son érudition est intéressante. Pourtant le propos est, comme souvent avec Luc Ferry, habité par la caricature. Kant est présenté comme le sommet de la réflexion philosophique sur l'art. Tout tendait vers Kant. Mais après Kant, il n'y a rien, Nietzsche, Heidegger ne représentent que des retours à la tradition classique, qui rapproche l'art de la connaissance, ratant le goût. Si bien qu'on se dit en fermant l'ouvrage, que tout était joué d'avance. Dommage.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
5 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Une abérration philosophique 4 novembre 2003
Par Jidé COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEUR
Comment peut-on écrire sérieusement un "essai" sur le gôut et sur les enjeux de l'esthétique contemporaine, tout en ignorant tout de son sujet ? De manière déguisée, Ferry s'attaque en fait à l'art contemporain, et aux artistes contemporains (odieux artistes qui ont pris la place des philosophes : Hegel avait prédit la mort de l'art et son remplacement par l'avènement de la grande philosophie, et c'est exactement l'inverse qui s'est produit : la philosophie est morte, et c'est l'art qui rayonne à sa place !). Mais Ferry ignore tout de l'art moderne et contemporain, les seuls malheureux exemples qu'il se contente de citer se situant du côté de ... Picasso !
Une abérration !
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?