undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Fête des Mères

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 31 octobre 2012
J'espère que tous ceux qui descendent le film sont au moins cohérent avec eux-même et descendent de la même façon le Halloween de Carpenter par exemple. Ti West rend clairement hommage à ces films de terreur des années 70 avec le souci de distiller une ambiance malsaine au compte goutte. C'est lent oui mais c'est angoissant pas plus ,ni moins que le film de Carpenter sus-nommé. Donc je suppose que de la même façon on doit trouver Halloween long et chiant et dans ce cas il n'y a rien à redire car tous les goûts sont dans la nature. Mais dans le cas contraire ces pseudos chroniqueurs sont sacrément de mauvaise foi. C'est clairement pas un film pour les plus jeunes qui se shootent aux images clipesque et choc faciles mais superficielles pour dissimuler la vacuité du propos.
Cette critique de lenteur et d'ennui prouve que leurs auteurs ne sont clairement pas de vrais cinéphiles et devraient plutôt de se permettre de chroniquer des films, jouer à la playstation.
Alors pourquoi mettre 2/5 ? Tout simplement car si la mise en place d'ambiance est précisément ce qu'il y a de plus réussi et ne distille aucun ennui je reste sur ma faim quant au scénario pas très original et à une fin un peu bâclée et sans surprise là encore. Rendre hommage c'est bien mais en essayant au moins de transcender le sujet et d'y apporter un petit quelque chose de neuf or, là, c'est bien trop sage et scolaire. S'il était sorti en 1979 on aurait crié au chef d'oeuvre mais ici pas mal mais ça n'apporte rien du tout.
En résumé bonne réalisation mais script convenu.
11 commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce long-métrage réalisé par Ti West en 2009, avec Jocelin Donahue "Samantha Hughes", Tom Noonan "Monsieur Ulman", Mary Woronov "Madame Ulman" et Greta Gerwig "Megan" est un vibrant hommage aux slashers des eigties.
Si l'on y regarde de plus près, il s'en démarque pourtant pas mal.
En effet, la jeune fille et sa copine ne sont pas du tout des victimes idiotes et toutes désignées comme dans "Vendredi 13" ou encore "Halloween - La nuit des masques", et les méchants sont bien plus complexes que "Jason" ou "Freddy".
L'histoire: Samantha qui habite en collocation avec une fille assez pénible, décide de louer une maison.
Bien que la propriétaire n'exige pas de caution, le loyer de 300 dollars est très cher pour Samantha qui ne possède que 80 dollars et a besoin de trouver un job.
Un jour, elle tombe sur une annonce de baby sitter.
Elle y répond et est engagée le soir même.
Sa copine Megan qui possède un véhicule, l'emmène chez les Ulman qui possèdent une grande demeure perdue dans la campagne.
Monsieur Ulman lui annonce qu'en réalité, ils n'ont pas de bébé et que son travail sera de garder pendant quatre heures sa belle mère car ils doivent s'absenter.
Réticente d'abord, Samantha finit par accepter quand on lui offre 400 dollars.
Son amie trouve cela trop beau pour être vrai et s'en va.
Elle viendra rechercher sa copine quatre heures plus tard mais le destin en décide autrement.
J'arrêtes là l'histoire.
Ce très bon film de série B est une énième version de long-métrage concernant les rituels satanique mais il est complètement revu et corrigé par le réalisateur qui apporte sa touche personnelle.
Ti West et son équipe ont magnifiquement recrée l'ambiance des années 80 (décors, costumes, musique).
L'intérêt du film réside essentiellement dans son atmosphère et dans une angoisse qui va crescendo.
Certains peuvent sans doute le trouver un peu long mais personnellement j'ai apprécié le déroulement et le final très gore.
Des scènes comme celle où Samantha téléphone sans cesse à Megan et tombe toujours sur le répondeur ou encore celle où un homme lui livre une pizza sont très bien amenés.
La maison elle même est vraiment inquiétante et les personnages bien plus fort psychologiquement que dans les films d'ados massacrés par un tueur psychopathe.
La fin du film est très surprenante et inattendue.
Personnellement, j'ai beaucoup aimé ce film mais pour les amateurs d'actions et de terreur pure, ils seront sans doute déçus.
Le DVD est correcte et les bonus comme le Making of assez intéressants.
Adanson Marco.
77 commentaires|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 octobre 2010
Je suis tombé sur ce film par le plus grand des hasards, d'abord attiré par son titre prometteur. Je m'attendais à un film basique et convenu de cinéma horrifique, mais à l'arrivée j'ai découvert un véritable ovni.

On est ici en présence d'un film qui dépasse le cadre du genre horrifique. Le spectateur assiste durant plus d'une heure à la construction d'une tension toujours plus présente, digne d'un film de Hitchcock. Le film distille un sentiment de malaise qui progresse en nous, si tant est qu'on accepte de se plonger dans l'ambiance. J'ai apprécié chaque minute de cette perle, qui rend en plus grandement hommage aux films des années 80. Entre l'énorme balladeur cassette, le style vestimentaire, et la BO, c'est un vrai régal.

Dernier point et peut-être le plus important, l'actrice qui incarne l'héroïne du film (et qui le porte presque toute seule) est exceptionnelle. Jocelin Donahue justifie à elle seule l'achat de ce blu ray tant elle transcende ce film par son jeu impeccable.
0Commentaire|13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 mai 2015
L'ambiance des année 70 est super réussi malgré le budget, a part une scène ou l'héroine va pleuré dans les w.c et on peut voir que les robinets ne sont pas d'époque, mais a part ça la réussite est totale de la musique qu'écoute notre héroine (stylé Jamie Lee), aux décors et même au grain de la peloche ! Et pourtant les commentaires sont pas très sympa avec ce film au budget quasi nulle, au temps de tournage très limite mais pourtant accompagné d'un scénario tellement bien écrit que même réaliser avec les pieds il aurait été bon ! Et voilà l'histoire (ou le scénar) est carrément dément et surtout original, qui peut me citer un mélange entre slasher a l'ancienne, maison hanté et ambiance satanique ? La peur est palpable dès que l'on pénètre dans la maison et pourtant l'ambiance d'étrangeté est instaurée dès les 1ères minutes du film ou on aperçoit, pour le détail, vite fait "Dee Wallace" actrice habitué des films fantastiques (et autres) des années 70. Le concept de l'éclipse total dans le monde, phénomène impossible scientifiquement parlant annonce une nuit pas comme les autres pour le spectateur féru de films d'horreur novateur et efficace ! PS : Réalisé par "Ti West" qui as fait "The Inkkeepers" et qui as reçu dans ses pages le même acceuil, c'est as rien comprendre qu'en les films sont bon mais sans une tonne d'effet spéciaux le public n'apprécie pas et pourtant ils se jettent sur des bouse infâme comme les "Paranormal&co" ! Ya pas un truc qui déconne dans la tête de certains ? "Halloween" as couté 3 Dollars 50 (beaucoup moins que "The House ...") et il continue a faire du fric aujourd'hui, ça chifonne personne ?
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 février 2016
Le Diable est un personnage fascinant. Tantôt frénétique (AMITYVILLE : LA MAISON DU DIABLE), tantôt insaisissable (LA MALÉDICTION), tantôt magnétique (L'ASSOCIÉ DU DIABLE), tantôt sensuel (LA NEUVIÈME PORTE), il a toujours su aiguiser l'appétit du septième art, lequel a de tout temps été envoûté par sa nature ambivalente et sa capacité à susciter des réactions épidermiques sur le spectateur. TI WEST, le réalisateur-scénariste de THE HOUSE OF THE DEVIL, a choisi de faire entrer le démon par la petite porte. Une option payante au regard du résultat final, mystérieux et ensorcelant à souhait. Évoluant dans une ambiance très "eighties" (l'héroïne ne se sépare qu'exceptionnellement de son walkman à cassette ; les cabines téléphoniques trônent encore fièrement dans les rues ; évidemment est-il utile de préciser qu'aucun portable ne vient s'immiscer dans les conversations entre ados ?), le long-métrage pose un certain nombre de questions qui ne seront élucidées qu'à la toute fin. Et encore, pas complètement. Malgré quelques petites longueurs à mi-parcours, on suit le périple de la "baby-sitter" SAMANTHA HUGUES (impeccablement incarnée par JOCELIN DONAHUE, actrice dont la pureté angélique et la douceur contrastent idéalement avec l'opacité des décors) avec une vraie curiosité, une curiosité teintée d'un sentiment d'angoisse qui va devenir de plus en plus écrasant au fil des minutes. Il faut dire que le metteur en scène possède un réel talent de narrateur macabre. Ne révélant que le strict essentiel de la maison dans laquelle se déroule l'action, Ti West place le spectateur dans la même position que son héroïne, le forçant à adopter un point de vue partiel et donc facilement malléable. Les quelques électrochocs éparpillés de-ci de-là (dont un meurtre ultra-brusque et une livraison de pizza peu catholique) ne sont qu'un apéritif en attendant le grand coup de tonnerre final.

Aussi sanguinolentes et lucifériennes que les premières bobines étaient pondérées et coulantes, les ultimes minutes font basculer le long-métrage dans une sorte de furie guerrière où les mouvements de caméra chaotiques, les décadrages, les visions subliminales et les incantations sataniques - impossible de ne pas penser au mythique ROSEMARY'S BABY de ROMAN POLANSKI - lèvent le voile sur une réalité dérangeante, mais ô combien réjouissante pour les traqueurs de frissons que nous sommes. On ressort de la projection le souffle coupé et la tête remplie d'interrogations.- le long plan final pose moult questions quant au pouvoir de l'entité ayant pris possession des murs -, excité à l'idée d'avoir flirté avec un interdit dont la crédibilité ne souffre d'aucune contestation.

Au final, Ti West a réussi son pari : offrir à Satan un nouveau suppôt cinématographique qui, plus qu'un simple hommage à un passé riche en classiques, s'envisage comme un vrai film d'auteur.

Retrouvez d'autres critiques de films d'horreur sur[...]
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 septembre 2010
Le film de Ti West m'a permis de me replonger dans l'ambiance trés particulière que dégageait le cinéma d'horreur des années 80. Mais la comparaison s'arrete là...En effet, il résulte de cette histoire, un ton à la fois trés personnel et raffiné de faire basculer le spectateur dans l'angoisse la plus imprévisible qui soit : Sans brusquer les choses -certes(!)- mais quand le mal se déchaine pour de bon, les scènes qui suivent sont un pur moment de folie!
Et, puis, pour ceux qui trouvent que le film est trop long à "démarrer", je leur rappelle que "Massacre à la tronçonneuse" prenait son temps, lui aussi, pour installer la terreur afin de mieux l'apprécier lorsqu'elle se manifestait vraiment...
Une oeuvre aboutie et sincère ainsi qu'une jeune actrice prometteuse qu'il ne faut pas louper...
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 décembre 2010
Ce film est un peu comme Valhala Rising... Une oeuvre rare, souvent incomprise par les esprits étriqués qui résument le cinéma à un simple bouquet d'action pure... Ici, tout est distillé à petit feu, et volontairement au goutte à goutte, comme dans Shinning de Kubrick. Tout est jeu d'ambiance, de décors oppressants, de photographie décalée, de bruits et de musiques. Hommage ultime aux films de genre des années 70 et 80, cette Maison du Diable joue donc sur l'atmosphère. Nul besoin de zombies qui sortent leurs mains putréfiées des parquets et fenêtres ni d'ustensiles contendants qui volent à travers les pièces... Ambiance à couper au couteau façon Suspiria de Dario Argento, le calme contemplatif et l'oisiveté avant le déchainement de la tempête façon Les Oiseaux et Psychose d'Alfred Hitchcock. Ou encore l'enfermement et l'isolement en milieu hostile où le mal règne déjà à l'intérieur, sujet tant chéri par John Carpenter (The Thing, Le Prince des Ténèbres), Dark Water de Hideo Nakata ou encore Robert Wise (La Maison du Diable en 1960, film tiré du roman Maison Hantée de Shirley Jackson, génie de la littérature américaine qui inventa la plus grande majorité de ces thèmes d'épouvante traités au cinéma aujourd'hui depuis plus de 50 ans- née en 1916 et morte en 1965). House of the Devil ne nous fera pas oublier les thèmes chers à Fulci (L'Au-Delà), à savoir croyances, superstitions, gore et magie noire. La liste pourrait être longue tellement ce film est une réussite totale, un fort bel hommage à l'esthétique du cinéma des années 70-80. Du vrai cinéma, qui sait créer une vraie peur bleue avec le moins de budget possible. Pari réussi !
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 janvier 2012
Ce film, que j'ai acheté au feeling, après avoir lu les commentaires sur ce site, m'a complètement charmée.
Alors oui, la première partie du film, -le début et l'arrivée de la baby-sitter das la maison- est extrêment lent, l'action se met en place tout doucement par petites touches : quelques scènes "choc", distillées ça et là dans la première heure de film, scènes qui sont justement d'autant plus mises en valeur par la lenteur de l'ensemble.
Puis, lors du dernier quart d'heure, tout change : rythme, niveau sonore, ambiance...et c'est encore une fois d'autant plus efficace qu'on s'est laissé envahir par l'espèce de torpeur (justifiée : c'est l'ennui dans lequel se trouve la jeune fille, seule dans cette grande maison, à attendre que le temps passe...) de la première partie.
L'image possède un grain qui vieillit sa réalisation, mais c'est dans l'esprit du film et ça ne m'a pas choquée bien au contraire.
Un film pour les gens patients, qui privilégient l'ambiance à l'action.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 septembre 2010
Ne vous attendez pas avec ce House of the Devil a un déluge d'effets gores et de créatures horrifiques.

Le réalisateur Ti West prend le parti de réaliser un film en hommage aux films d'horreurs de la fin des années 70 qui rappelle Carpenter ou Argento entre autres. Même le générique du film, la musique y font référence.

Le film est plutôt lent mais bien mené, et l'ambiance angoissante est parfaitement restituée grâce à notamment des effets sonores réussies.

La réalisation est vraiment très réussie et inspirée, et le metteur en scène semble tirer le maximum de son maigre budget.

Bref une très bonne surprise si vous aimez le genre (on pense notamment à Rosemary's Baby).

Concernant le blu-ray, l'image est assez quelconque mais la piste sonore est efficace (DTS-HD français et anglais).
Les bonus sont très maigres : affiches alternatives, making of de 13 minutes environ, scènes coupées, galerie photos.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Attention, si la jaquette annonce le meilleur film de l'année, c'est peut etre de l'année 78 !
Car si le film date bien de 2009, il a été tourné façon 70-80, et le moins que l'on puisse dire c'est que le realisateur du film a du se perdre dans ses années là.
Bon sang le cinéma d'horreur des années 70-80 n'était pas aussi chiant que ça ! C'est lent, mais alors trèees lent, pendant la première heure a part un headbang il
ne se passe RIEN, la lassitude m'avait déja atteinte dès les premieres 20 minutes, ca n'avance pas, l'image du bluray est miserable (les scènes dans la chambre se résument à une bouillie de conflit de pixels), le grain rajouté pour faire référence à ces années lointaines passe encore, mais les points blancs bof bof ...
L'action commence réellement dans les 20 dernières minutes du film (20mn sur 1h28), j'ai vraiment du me forcer pour le regarder en entier (je suis pourtant client de ce genre de film).
Pour moi un film totalement loupé et complètement hors de son temps.
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

11,80 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)