Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 

Houses of the holy (1973) [Import]

Led Zeppelin CD
4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (24 commentaires client)

Voir les offres de ces vendeurs.


Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Led Zeppelin

Discographie

Image de l'album de Led Zeppelin

Photos

Image de Led Zeppelin

Biographie

Né le 9 janvier 1944, James Patrick Page, a pour ami d'enfance l'ombrageux Jeff Beck. Après avoir entamé des études d'art à Londres, Jimmy Page devient musicien de séances, jouant sur tout ce qu'on lui présente de Françoise Hardy à The Kinks.

Il fait la connaissance de John Baldwin, dit John Paul Jones. ... Plus de détails sur la Page Artiste Led Zeppelin

Visitez la Page Artiste Led Zeppelin
52 albums, 14 photos, discussions, et plus.

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • CD
  • Nombre de disques: 1
  • Format : Import
  • Label: Atlantic
  • ASIN : B00000DOZ6
  • Autres éditions : CD  |  Cassette  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (24 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 178.661 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Descriptions du produit

Critique

Bien que son enregistrement (une nouvelle fois effectué à Headley Grange) est fini à l'été 1972, le groupe ne peut sortir cet album que début 1973, à cause du temps considérable que prend l'élaboration de la pochette (confiée à l’agence Hipgnosis, responsable de pochettes – pour Pink Floyd, Yes, ou encore Genesis – parmi les plus belles de l’histoire du rock). Celle-ci, somptueuse (une constante dans la carrière de Led Zeppelin), fait d'ailleurs couler beaucoup d'encre en raison des symboles ésotériques qu'on cherche à y déceler et surtout des drames atroces qui frapperont le groupe quelques années plus tard.  

Mal compris à sa parution, Houses Of The HolyBurn that Candle était le premier titre envisagé – n'eut pas, en dépit d'un nouveau numéro 1 obtenu dans les classements, un aussi bon accueil que Led Zeppelin IV, ses détracteurs estimant que le groupe y avait pris une direction un peu trop « progressive ». Trente-cinq ans plus tard, on ne peut que remettre en question le bien-fondé d'une telle critique, très peu de morceaux pouvant en fait être rattachés à ce genre : bien sûr, l'épique « No Quarter », au son unique, habilement traité par Page, a certes la longueur et la solennité de morceaux progressifs, mais il ressemble en fait beaucoup plus à un ancêtre du doom metal de par les paroles lugubres de Plant. En tout cas, il devient vite sur scène le morceau de bravoure de John Paul Jones (son principal compositeur), certaines versions dépassant la demi-heure.  

La ballade « The Rain Song » est aussi un grand moment dans la carrière enregistrée de John Baldwin, avec sa magnifique partie de mellotron, un instrument alors peu exploité et dont il saura pleinement tirer parti en concert. Evidemment, Page brille lui aussi, ainsi sur « The Song Remains the Same » (titre de travail : « The Overture ») où il se déchaîne à la guitare dix-huit-cordes, modèle qui avait été créé spécialement à son intention, afin qu'il puisse jouer « Stairway to Heaven » en concert. Il montre aussi sa science du riff sur l'impeccable « Dancing Days », ainsi que sur « Over the Hills and Far Away », avec une immense performance vocale de Plant, qui compte parmi les plus belles ballades de Led Zeppelin et se mesure presque à « Stairway to Heaven ».  

Et John Henry Bonham ? Comme d'habitude : impérial, sublime, il peut tout jouer, dans tous les registres et il a même le droit de chanter le couplet d'intro de « The Ocean », chanson joyeuse, inspirée par toutes les foules devant lesquelles Led Zeppelin peut alors se produire. Sur tous les titres, ces hommes sont immensément heureux de jouer ensemble et d'enregistrer, la légende prétendant même qu'il improvisèrent dans leur jardin une petite chorégraphie sur « Dancing Days » à l'écoute du résultat final.   Sur « The Crunge », ils se risquent même à un pastiche de James Brown, qui représente (avec la tentative mi-pop, mi-reggae un peu maladroite de « D'yer Mak'er », c’est-à-dire « Jamaica » dit avec l'accent de Birmingham) un des rares moments de flottement sur le disque : ce qui passait très bien en live comme une sorte de délire récréatif de la rythmique au milieu d'un medley de « Whole Lotta Love » bloque complètement ici. A cause de ce petit faux pas, on est juste un ton en-dessous de Led Zeppelin IV, autrement dit encore très, très haut. Un très bel album, plein de chaleur et (le plus souvent) de gaieté.  

Frédéric Régent - Copyright 2014 Music Story

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

4.5 étoiles sur 5
4.5 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
8 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 la montagne magique 25 juillet 2010
Par prince saphir TOP 500 COMMENTATEURS
Format:CD
En 1973, année de la réalisation et de la sortie de cet album, Led Zeppelin est au faîte de sa gloire. Il faut dire que les quatre premiers albums sont fabuleux; les volumes I et II, énormes, ont réussi à créer une sorte de genre nouveau, hard-rock mâtiné de blues puissant, sauvage et original, rythmique de plomb, guitares acérées et inventives de Jimmy Page (auteur de la plupart des musiques du groupe) et voix agressive, haut-perchée et à la présence assez incroyable de Robert Plant (ce dernier plutôt à l'origine de la majorité des textes). Les troisième et quatrième albums changent de ton, dans le fond comme dans la forme, (dichotomie entre face électrique et face acoustique pour le III, recherche de sonorités issues d'autres cultures et mysticisme dans le IV, tout en restant le plus souvent les pieds sur terre, c'est-à-dire dans un heavy-métal bien virulent).
Et puis LZ poursuivit encore plus loin ses recherches avec ce "Houses Of The Holy" qui dérouta les fans mais qui est une autre grande réussite, sans doute l'album le plus varié du groupe, et qui commence très fort avec le grandiose "The Song Remains The Same", percutant, échevelé, aux guitares tout simplement étourdissantes... On croirait entendre Steve Howe par moments !
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
13 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 PHENOMENE FAMILIER ... 12 septembre 2008
Format:CD
Différent des quatre premiers volumes, Houses Of The Holy est comme un rêve lucide, une sorte de paysage sur lequel se surexposent diverses tonalités. Lumière intérieure pour la musique, lumière extérieure par sa pochette sur laquelle les enfants d'Icare semblent se tourner vers un avenir hypothétique, ce disque, doué d'une personnalité à la fois violente et discrète, est un révélateur de sentiments dont on ne mesure que trop tard l'impact sur le milieu ambiant. Inscrits au tableau d'honneur de cette nouvelle aventure, ce sont certains silences, quelques notes en apesanteur, qui vont apporter à cet album de hautes tensions, cette touche d'exception lui permettant de se distinguer dès la première écoute.

Principal maître d'aeuvre de cette mutation, John Paul Jones. Eclatant de sobriété, le prudent bassiste est en fait un immense claviériste, doublé d'un arrangeur hors pair. Bien que jusqu'alors, son travail n'ait réussi qu'à éprouver nos résistances, pour le coup, dans cet album imprégné de mystère, il ne lui suffit que d'un titre pour démontrer tout son art et nous faire rendre les armes. Curieuse reddition, dès lors que dans No Quarter, car c'est bien de ce moment d'étrange qu'il s'agit, le guerrier viking n'abandonne jamais. Piège intemporel, dans lequel on supposera que l'homme ne trouvera le repos qu'à la seule condition d'une intervention des dieux, No Quarter brûle d'une émotion à suspendre le temps.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une sacrée leçon de rock n'roll 27 juillet 2006
Format:CD
Il y a un peu de tout dans ce disque : du Led Zeppelin pur sucre, à l'image de 'The song remains the same'. Parfois un poussée plus forte dans la direction du hard-rock, avec des riffs de guitare solides (The song remains the same, et surtout le californien 'The Ocean'). Et il y a aussi des morceaux insolites, comme par exemple le James Brownien 'The Crunge'. Tout ceci est très convaincant. Et puis une incursion dans le reggae avec D'yer Mak'er. Dommage que les paroles de cette dernière soient si creuses.

Mais ne soyons pas cynique : comme c'est dit à la fin du disque, 'It's so good !'

Ce qui donne le piment supplémentaire à ce disque, c'est l'arrivée en force de claviers (piano et synthés). On croirait entendre du Radiohead avant l'heure.

Après le succès de Led Zeppelin IV, il ne se sont pas contenté de reprendre une recette éprouvée. N'est-ce pas la marque des grands groupes ?
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
3.0 étoiles sur 5 Zeppelin en détresse ! 11 mai 2014
Par Darko TOP 50 COMMENTATEURS
Format:CD
Après le sans faute des quatre premiers albums (même si certains ci-devants de la presse musicale avaient nourri quelques doutes à propos du bucolique volume III...), le dirigeable plombé était de retour en cette année 1973 avec son cinquième opus baptisé, non pas Led Zep V, mais Houses of the Holy. Ce changement de nom était-il le signe annonciateur d'un changement de cap, d'un atterrissage d'urgence voire d'un crash catastrophique ? Ecoutons la chose.....

Dès le premier titre on est rassuré : c'est bien du Led Zep pur jus, avec un "song remains the same" coloré de sonorités orientales et paré de soli aériens du meilleur effet. Le second titre "The rain Song" débute tout en délicatesse avec un Robert Plant intimiste et et Jimmy Page subtil. On tique un peu lorsque les violons entrent en scène, mais bon, c'est bien fait, ça passe... "Over the Hills and far away" poursuit dans la veine intimiste jusqu'à ce que la bête se réveille en enchainant sur un gros riff bien zeppelinien et le solo qui va avec.

Jusque là tout va bien, le voyage se déroule sans accroc, mais bientôt des nuages surgissent à l'horizon, car avec le quatrième titre, "The Grunge", débute la zone des turbulences. Avec cette pâle imitation d'un titre funk à la James Brown, Robert se plante et pas qu'un peu, c'est le trou d'air qui menace ! Sur, "Dancing days", Jimmy essaie bien de reprendre le manche en main, mais le résultat n'est guère convaincant, avec un riff répétitif à l'excès, sans flamme, ni génie. Il est tant de lancer un S.O.S !
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Commentaires client les plus récents
5.0 étoiles sur 5 Un album d'une grande beauté : de l'inspiration, de la...
Encore un très grand album de ''Led Zep'' : ce qui caractérise les oeuvres de ce groupe c'est justement qu'elle sont toutes différentes - certes en fonction de... Lire la suite
Publié il y a 4 mois par GD
4.0 étoiles sur 5 Mysticisme décliné
1972. Led Zeppelin est désormais énormissime des deux côtés de l’Atlantique. Jimmy Page est heureux, son but est atteint, ses ambitions remplies. Lire la suite
Publié il y a 5 mois par Dr. Rock
5.0 étoiles sur 5 Excellent
Led Zep nous entraîne dans un monde à part où les sons orientaux et occidentaux nous entraînent dans un monde psychédélique.
Publié il y a 5 mois par NASSAR
5.0 étoiles sur 5 Classique
J"écoutais ça en 74 !!! C'est cultisme !!! Ce disque doit être dans votre discothèque c'est impératif !!! Vous ne serez pas déçu !!
Publié il y a 5 mois par Bouteloup Joël
5.0 étoiles sur 5 Excellent!!!!!!!!!
J'écoute Led Zeppelin depuis que j'ai 12 ans: j'en ai 47 et Houses est l'album que je réécoute sans cesse, toujours avec un IMMENSE plaisir; tous les morceaux... Lire la suite
Publié il y a 7 mois par trigger
5.0 étoiles sur 5 Holy Zeppelin
Je vais être bref : cet album est pour moi le meilleur de Led Zepp ! Oui: meilleur que "IV", pourtant considéré comme LE chef d'œuvre du groupe. Lire la suite
Publié le 14 février 2012 par Jean-pierre Straub
5.0 étoiles sur 5 Led Zeppelin n'a peur de rien
Une pochette énigmatique (aux couleurs atroces d'après J. Page), ésotérique, on pouvait s'y attendre ... Lire la suite
Publié le 4 février 2011 par stef du 62
4.0 étoiles sur 5 Du Led Zep' planant
Un des meilleurs album de Led Zep' (s'il en existait des mauvais) avec un bon son pour une installation classique.
Un prix raisonnable (5€). Lire la suite
Publié le 29 septembre 2010 par Cuzion
4.0 étoiles sur 5 5 sur 5!
Avec Houses Of The Holy, Led Zeppelin nous livre un bien bel album de rock. Du rock pur et dur. Même s'il n'a pas le coffre des ouvrages précédents du groupe, ce... Lire la suite
Publié le 23 janvier 2010 par JEAN-CLAUDE
5.0 étoiles sur 5 sacré dirigeable ou saint Zeppelin ?
Avec le recul, tout cela nous paraît confus mais sans doute 1973 fut-elle une année charnière entre les derniers soubresauts des merveilleuses sixties et le... Lire la suite
Publié le 4 décembre 2009 par Jeff R
Rechercher des commentaires
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?