Ou
Version MP3 incluse GRATUITEMENT

Plus d'options
Humbug
 
Agrandissez cette image
 

Humbug

20 août 2009 | Format : MP3

EUR 9,59 (TVA incluse le cas échéant)
Commandez l'album CD à EUR 9,98 et obtenez gratuitement la version MP3.
L'album CD est vendu et expédié par Amazon EU Sàrl . Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande. Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux. Commandez pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music.

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre
Durée
Popularité  
30
1
3:27
30
2
3:43
30
3
3:30
30
4
3:43
30
5
3:32
30
6
3:57
30
7
3:17
30
8
4:43
30
9
3:40
30
10
5:44

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Détails sur le produit

  • Date de sortie d'origine : 20 août 2009
  • Label: Domino Recording Co
  • Copyright: 2009 Domino Recording Co Ltd
  • Durée totale: 39:16
  • Genres:
  • ASIN: B002M4TGY8
  • Moyenne des commentaires client : 4.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (22 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 9.968 en Albums MP3 (Voir les 100 premiers en Albums MP3)

Commentaires en ligne

4.1 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

11 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par crew.koos COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS sur 25 août 2009
Format: CD
Voici donc le tant attendu troisième album des Arctic Monkeys, produit par Josh Homme (QOTSA) et James Ford. Il a été enregistré à Los Angeles avec Josh Homme puis à Brooklyn avec James Ford (producteur de l'album précédent, des Klaxons et des Last Shadow Puppets).

Suite aux déclarations du groupe dernièrement et au choix de Josh Homme aux manettes, on pouvait s'attendre à un album particulièrement épique et heavy (mais quoi d'étonnant pour ceux qui, comme moi, furent captivés dès leurs débuts par le surpuissant Oh My God ?). Pourtant après quelques écoutes, ce n'est peut être pas forcément cette direction qui a finalement été retenue par le groupe mais bien plus un accent particulier sur des chansons plus calmes et plus cabossées sans doute que des hymnes pour stade dont le groupe s'était fait une spécialité jusqu'à maintenant. Faut-il y voir là l'influence du leader des QOTSA ? peut etre un peu mais il ne faudrait surtout pas perdre de vue que les Monkeys ont une personnalité et une expérience bien à eux.
Lire la suite ›
6 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par harpers212 sur 14 février 2013
Format: CD Achat vérifié
Ah!... Des gros riffs qui tâchent associés à des mélodies dans la tradition de celles des songwriters pop du nord de l'Angleterre, des thématiques qui fleurent bon l'angoisse de cette fin d'adolescence, une production parfaite, rien de travers: bref, les Arctic Monkeys ont trouvé leur terrain, leur son, leur style et ils le font avec une personnalité certaine.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Valentin sur 31 janvier 2011
Format: CD Achat vérifié
J'ai longuement attendu cet album, étant devenu fan de ce groupe après une écoute hasardeuse.
Mitigé lors de ma toute première écouter, j'ai rapidement su apprécié les différentes chansons proposées, qui sont au final aussi bien les unes que les autres. Chaque écoute est un petit bonheur.
Le seul bémol que je pourrais imputer à ce disque est qu'il a une fin, il va donc falloir attendre avant le prochain et j'en trépigne déjà d'impatience.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Ben sur 23 juillet 2010
Format: CD
Catapultés dans le peloton des groupes britanniques essentiels de la décennie par des hordes de fans déchaînés, c'est peu dire que ce troisième album des Arctic Monkeys était ardemment attendu. Surtout depuis l'annonce de la présence de Josh Homme derrière la console sur la majorité des morceaux.
Avec un parcours quasi-immaculé mais relativement étroit, il était désormais obligatoire pour le groupe de tout remettre en question afin d'aller de l'avant et éviter la redite. Il aurait été plutôt décevant de retrouver ici la même recette que sur les deux premiers (très bons) albums ainsi que leurs quelques EPs. La diffusion du premier single "Crying Lightning" leva bien vite toute appréhension. Nouveau son, nouvelle veine mélodique et surtout une atmosphère bien loin des ambiances électriques et tendues habituelle. Un son gras, chaud et une chape mélancolique sert de base à ce titre complètement déroutant. Il aura d'ailleurs fallut des dizaines d'écoutes pour apprivoiser ce nouvel univers et comprendre où voulait nous mener Alex Turner. Une fois ce pas franchit, la compréhension de "Humbug" se fait plus facilement.
Exit donc les tubes dansants où la verve unique de Turner taillait un costard aux demeurés de sa génération. Humbug est plus abouti, travaillé et ciselé. On sent que le groupe a poli ses mélodies et ses arrangements pour tenter un album plus réfléchi. Fini l'urgence. Et le résultat s'avère raté parfois, admirable souvent.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Absolute sur 26 janvier 2010
Format: Téléchargement MP3
Je n'accroche pas trop avec les titres un peu bourrins, mais l'album recèle quelques merveilles, notamment Secret Door, Cornerstone et Dance Little Liar qui sortent un peu du registre habituel du groupe. Preuve que les Arctic Monkeys ont gagné en maturité ? En tous les cas, ce tournant musical fera le bonheur des uns (comme moi donc !) et le malheur des autres...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Pol Macqueron TOP 500 COMMENTATEURS sur 19 octobre 2009
Format: CD Achat vérifié
Après deux albums de brit-pop-rock qui parlent directement aux jambes, les singes de l'Arctique reviennent dans un album nettement plus sage, au son lourd. La cause de ce changement? La présence de Josh Homme des Queens of the Stone Age.
C'est pourtant James Ford (producteur du précédent album) qui ouvre la danse avec My Propeller, une des meilleures chansons de l'album, sur un son déjà Josh-Hommien. Le son est lancé tout de suite: il va y avoir des basses, des grosses guitares, mais le tout sera plus ambiant que dansant. Par la suite, on retrouvera James Ford sur Secret Door, bonne chanson mais qui dépareille un peu du reste de l'album tant Josh Homme s'est emparé de l'album.
Du son Queens of the Stone Age, Josh Homme apporte l'énervement contenu, le côté heavy de heavy metal, mais pas le côté metal (on lui en est reconnaissant). Et étonnamment, les jeunots de Arctic Monkeys adoptent très bien ce son, d'autant que la voix d'Alex Turner vient apporter de la pop dans ce mélange, une douceur dans un son brutal, un souffle de vent dans un désert aride.
Les compositions sont au poil, on reprend assez rapidement certaines chansons en choeur, on sent que les singes se sont faits extrêmement plaisir, et ça se transmet lors de l'écoute.
Sur la chanson d'ouverture, James Ford avait fait du Josh Homme, il est donc parfaitement normal que l'album se conclue par une production Josh Homme rappelant James Ford: The Jeweller's Hands est un petit bijou.
Entre temps, on aura eu la chance d'entendre Alison Mosshart des Kills sur le très très très bon morceau The Fire and the Thud, mais aussi un millier de petits détails qui rendent cet album assez passionnant.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Rechercher des articles similaires par rubrique