Version MP3
incluse GRATUITEMENT
ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Plus de choix
Dvd Overstocks UK Ajouter au panier
EUR 13,83
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Aussi disponible en MP3
 
Album MP3 à EUR 8,49
 
 
 
 

Hunky Dory
CD inclus dans notre offre Bestsellers à moins de 10€

David Bowie CD
4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (20 commentaires client)
Prix : EUR 9,49 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
 : inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
 Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux ou aux produits vendus par des vendeurs tiers sur la plate-forme Marketplace. Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le jeudi 24 juillet ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
A télécharger immédiatement en MP3 pour EUR 8,49.

‹  Retourner à l'aperçu du produit

Descriptions du produit

Amazon.fr

Quand David Bowie publie Hunky Dory, le monde n'est pas tout à fait prêt à entendre ces histoires d'androgynes, adeptes d'Oscar Wilde. Lui, en revanche a pensé toute son entreprise, et avec cet album, il s'apprête à installer durablement son nom, ses métamorphoses et ses obsessions dans le paysage musical. Hunky Dory renferme tous ces ingrédients, des chansons comme "Changes" et "Life On Mars ?" diffusent instantanément l'insolent génie de Bowie. Un brin de cynisme pour ces textes irrévérencieux, et surtout un sens redoutable de la mélodie et des arrangements dont l'artiste sait depuis longtemps que les meilleurs ont été inventés entre 1960 et 1965. Des chœurs nubiles, bercés de cordes élégantes, une voix qui doit un peu à Ray Davies des Kinks, à Lou Reed, à qui il dédie le foudroyant "Queen Bitch", et à Bob Dylan, un piano – Rick Wakeman, alors clavier de Yes, magistral dans "Oh You Pretty Thing" – et enfin la guitare de Mick Ronson, pour sceller la musique dans le durable. Hunky Dory devient l'un des trois meilleurs albums de Bowie. --José Ruiz

Critique

Hunky Dory   adopte des atmosphères plus traditionnelles que The Man Who Sold The World  . La production est élégante à l’image de la pochette montrant le chanteur dans une pose à la Lauren Bacall. Sont réunis le guitariste Mick Ronson , le batteur Mick Woody Woodmansey et le pianiste prodige Rick Wakeman qui illuminera l’album de couleurs « cabaret ». Trevor Bolder, remplace Tony Visconti à la basse. Le producteur est Ken Scott, à l’œuvre sur les deux précédents disques.

Dans « Changes » , David Bowie décrit ses années d’apprentissage où sa carrière stagnait et son désir de se renouveler. Le refrain si accrocheur « Ch-ch-ch-changes » est un hommage au bégaiement de Roger Daltrey dans le  « My generation » des Who. Il glisse une pique aux vétérans du rock : « Attention les rockers, bientôt vous allez devenir plus vieux ». La perle mélodique très music-hall  « Oh ! You Pretty Thing » reprend le thème du surhomme déjà traité dans « The Supermen » . Dans un registre plus léger, « Kooks » est une comptine dédiée à son fils Zowie : il se moque de ses maladresses de jeune père et prodigue des conseils peu orthodoxes: «Si les devoirs scolaires te sapent le moral, eh bien nous les jetterons au feu ».

« Life On Mars ?» est un  classique. Cette ballade très habitée et très appuyée a un caractère parodique : Bowie se venge qu’on lui ait préféré Paul Anka pour interpréter « My Way »  la version anglaise de « Comme d’habitude » , le standard de Claude François, qui fit un tabac. Le morceau plus intimiste « Quicksand » , laisse poindre angoisse et désenchantement vis-à-vis de la condition humaine. Le mur de guitares acoustiques est inspiré des techniques d'enregistrements de  All Things Must Pass , de George Harrison sur lequel Ken Scott a travaillé. Une reprise un peu décalée de la bluette « Fill Your Heart » offre une respiration bienvenue. L’optimisme du texte sonne ironiquement comparé  à la mélancolie du reste de l’album.

« Andy Warhol » est un portrait au vitriol du peintre (rencontré à la Factory), décrit en  metteur en scène de la réalité transformée en show perpétuel. Le mur de guitares acoustiques  » est reconduit avec panache dans ce titre psychédélique bourré de bruitages.  « Song For Bob Dylan » est un hommage au poète révolutionnaire du folk-rock américain i à l’époque, à l'écart du monde. Bowie l’interpelle par son vrai nom, Zimmerman, le posant en prophète dont la parole peut être message de liberté. Il y a une naïveté touchante et un humour assez dévastateur dans son imitation assez juste du 1er couplet. Le parfum country des guitares de Mick Ronson évoque les derniers disques de Dylan notamment Nashville Skyline . Le 3ème hommage, « Queen Bitch » , s’adresse au sulfureux Lou Reed, parti du Velvet Underground, 1er groupe rock à infuser dans ses textes des descriptions de son milieu interlope (drogues, prostitution, sado-masochisme). C’est le plus beau des trois car il pénètre profondément dans l’univers de son modèle en se le réappropriant. Bowie relancera d'ailleurs en Angleterre la carrière alors dans l’impasse de Lou Reed.

« The Bewlay Brothers »
traite de la relation de David avec son demi-frère Terry schizophrène  interné en milieu psychiatrique. On y parle de deux frères très liés qui utilisent un langage connu d’eux seuls. Le texte fourmille d’images étranges et de références volontairement incompréhensibles. David Bowie continuera à lancer des  fausses pistes sur le sens de cette chanson, une des plus belles de son répertoire.

Hunky dory , pour certains fans, est le premier classique de Bowie. Sa grande cohérence et les immenses progrès vocaux du chanteur font de ce disque un chef d’œuvre indiscuté.  La presse anglaise et une partie de la critique américaine fut extatique et les gens du milieu discographique furent  bluffés par la qualité de l'album. Si les ventes sont encore timides, David Bowie est entré dans la légende du rock.



François Bellion - Copyright 2014 Music Story

Descriptions du produit

DAVID BOWIE Hunky Dory (1999 UK 11-track 24-bit digitally remastered CD album including Changes Life On Mars and On You Pretty Things picture sleeve booklet including lyrics)
‹  Retourner à l'aperçu du produit