INXS


Top albums (Voir les 94)


Voir les 94 albums de INXS

Inxs : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 465
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Image de INXS

Dernier Tweet


Biographie

A l'origine, ce groupe de 6 jeunes australiens formé des trois frères Farriss, Andrew (guitare, claviers), Jon (batterie) et Tim (guitare) et de leurs amis, Kirk Pengilly (guitare, saxophone), Gary Garry Beers (basse) et Michael Hutchence (chant) s'appelait à juste titre les Farriss Brothers. Ils commencèrent leur carrière en jouant dans des pubs à travers l'Australie, et notamment le fameux Selina's de Sydney, avant de connaître au fil des ans un succès planétaire.

Le premier album d'INXS, éponyme comme c'est le cas pour beaucoup de groupes, sortit en 1980. Plus brut et punk que leurs ... Lire la suite

A l'origine, ce groupe de 6 jeunes australiens formé des trois frères Farriss, Andrew (guitare, claviers), Jon (batterie) et Tim (guitare) et de leurs amis, Kirk Pengilly (guitare, saxophone), Gary Garry Beers (basse) et Michael Hutchence (chant) s'appelait à juste titre les Farriss Brothers. Ils commencèrent leur carrière en jouant dans des pubs à travers l'Australie, et notamment le fameux Selina's de Sydney, avant de connaître au fil des ans un succès planétaire.

Le premier album d'INXS, éponyme comme c'est le cas pour beaucoup de groupes, sortit en 1980. Plus brut et punk que leurs futurs opus, on y décèle néanmoins les influences multiples qui ont forgé la musique de ce groupe au son unique : rock, punk, new wave, funk.... On y reconnaît des influences telles que celles des Clash, groupe qui devait beaucoup au reggae et au ska. Sautillant, sémillant, le punk-rock australien mâtiné de ska tient là l'un de ses trésors comme en témoigne le single prolétaire « Just Keep Walking ».

De la complicité du chanteur, Michael Hutchence, et du guitariste-claviériste Andrew Farriss, naissent la plupart des chansons, mais tout le groupe a l'habitude de mettre la main à la pâte comme en témoignent les nombreux morceaux «off-track», ou encore les fameuses faces B qui n'existent plus de nos jours, apparus au fil des ans (« You never used to cry », « Coming home », etc.) dans lesquels la new wave est mêlée à différents styles tels que la country. On peut souligner l'importance du chanteur et figure de proue qui contribua au succès de la formation en même temps qu'à une certaine dépréciation des spécialistes pour ce « groupe à minettes » ; Michael Hutchence aura été comparé à Mick Jagger dont il s'inspirait beaucoup aux débuts d'INXS, ainsi qu'à Jim Morrison en passant par Iggy Pop. 

Le premier succès mondial d'INXS arrive avec l'album The Swing en 1984. Produit par Nile Rodgers, il fait résonner le fameux single «Original sin» de Paris à Tokyo en passant par Sydney et Los Angeles et marque définitivement l'avènement du funk dans la musique du groupe en tant que composante essentielle, l'influence punk disparaîssant totalement laissant place à une tonalité principalement new wave. L'omniprésence de la guitare et surtout de la basse permettent néanmoins au groupe de ne pas sombrer dans le synthétique pur et dur. Dans une vidéo intitulée The Swing, qui présente des interviews d'époque du groupe ainsi que de nombreux clips, on voit déjà combien les six de Sydney tiennent à la réalisation de leurs vidéos dont certaines peuvent paraître bien kitch lorsqu'on les revoit aujourd'hui. 

Le groupe a également participé à la musique de nombreux films australiens et internationaux comme Génération Perdue (The Lost Boys de Kathryn Bigelow), on a également pu entendre un de leurs morceaux dans un épisode de Miami Vice, un autre de leurs morceaux, « Kiss the dirt », a été repris dans le très années 80 opus du jeu GTA, Vice City. « New Sensation », single tiré de l'album Kick et où la guitare prédomine en riffs lancinants figure également au menu du roman American Psycho de Bret Easton Ellis. Michael Hutchence a joué dans un ou deux films, notamment Dogs in Space de Richard Lowenstein. Lowenstein réalisa aussi plusieurs clips de l'album Kick, tournés dans la belle ville de Prague. Génération MTV ou goût pour le septième art, l'oeuvre d'INXS a toujours bénéficié d'un fort impact visuel qui a su appuyer, et parfois éclipser, son savoir faire musical. Car les mélodies d'INXS sont construites solidement et avec application, et si le résultat n'est pas toujours du goût des pros de la musique, il a au moins le mérite d'être original et ouvert.

Listen Like Thieves, sorti en 1985 reprend en sourdine les influences habituelles du groupe pour miser sur un son plus métallique, sorte de pop-hard à la sauce australienne qui vaut néanmoins le détour, on peut même y décèler une pincée de Stranglers.

En 1987 c'est la consécration pour INXS avec l'album Kick et le succès du single « Need you tonight » dans lequel s'impose une guitare funky de bon ton. D'ailleurs les titres de cet album deviendront pratiquement tous des succès (« Devil inside » au riff « hardos » dont le clip fut réalisé par le cinéaste Joel Schumacher, « Never tear us apart », etc.). Ils n'en finiront plus de partir en tournée et d'enchaîner les concerts, festivals et galas de toutes sortes. 
Ce qui caractérise avant tout INXS et qui a fait que le groupe perdure depuis plus de 25 ans c'est l'unité et l'amitié, et la bande de copains a eu tôt fait de se retrouver pour mettre en boîte d'autres albums jusqu'au dernier, Elegantly Wasted, sorti peu avant le décès de Michael Hutchence en 1997 (son propre album est d'ailleurs sorti à l'époque, à titre posthume). Le genre musical en est difficile à définir précisément, comme toujours chez INXS, mais ce dernier album penche nettement du côté du rock, en laissant derrière lui la pop, le funk et la new wave.

De nombreux best of du groupe, avec des inédits, sont continuellement sortis depuis, et INXS a, après que ses membres restants aient peu à peu retrouvé le goût de jouer suite à la perte de leur charismatique leader, continué à tourner et à produire, avec des chanteurs divers. C'est finalement le Canadien J.D. Fortune qui officie sur Switch, l'album du retour en 2005. Original Sin en 2010 est constitué de titres ré-enregistrés, repris par des voix aussi différentes que Tricky, Ben Harper, Rob Thomas ou les Françaises Mylène Farmer et Loane. Copyright 2014 Music Story Estelle Valls de Gomis

A l'origine, ce groupe de 6 jeunes australiens formé des trois frères Farriss, Andrew (guitare, claviers), Jon (batterie) et Tim (guitare) et de leurs amis, Kirk Pengilly (guitare, saxophone), Gary Garry Beers (basse) et Michael Hutchence (chant) s'appelait à juste titre les Farriss Brothers. Ils commencèrent leur carrière en jouant dans des pubs à travers l'Australie, et notamment le fameux Selina's de Sydney, avant de connaître au fil des ans un succès planétaire.

Le premier album d'INXS, éponyme comme c'est le cas pour beaucoup de groupes, sortit en 1980. Plus brut et punk que leurs futurs opus, on y décèle néanmoins les influences multiples qui ont forgé la musique de ce groupe au son unique : rock, punk, new wave, funk.... On y reconnaît des influences telles que celles des Clash, groupe qui devait beaucoup au reggae et au ska. Sautillant, sémillant, le punk-rock australien mâtiné de ska tient là l'un de ses trésors comme en témoigne le single prolétaire « Just Keep Walking ».

De la complicité du chanteur, Michael Hutchence, et du guitariste-claviériste Andrew Farriss, naissent la plupart des chansons, mais tout le groupe a l'habitude de mettre la main à la pâte comme en témoignent les nombreux morceaux «off-track», ou encore les fameuses faces B qui n'existent plus de nos jours, apparus au fil des ans (« You never used to cry », « Coming home », etc.) dans lesquels la new wave est mêlée à différents styles tels que la country. On peut souligner l'importance du chanteur et figure de proue qui contribua au succès de la formation en même temps qu'à une certaine dépréciation des spécialistes pour ce « groupe à minettes » ; Michael Hutchence aura été comparé à Mick Jagger dont il s'inspirait beaucoup aux débuts d'INXS, ainsi qu'à Jim Morrison en passant par Iggy Pop. 

Le premier succès mondial d'INXS arrive avec l'album The Swing en 1984. Produit par Nile Rodgers, il fait résonner le fameux single «Original sin» de Paris à Tokyo en passant par Sydney et Los Angeles et marque définitivement l'avènement du funk dans la musique du groupe en tant que composante essentielle, l'influence punk disparaîssant totalement laissant place à une tonalité principalement new wave. L'omniprésence de la guitare et surtout de la basse permettent néanmoins au groupe de ne pas sombrer dans le synthétique pur et dur. Dans une vidéo intitulée The Swing, qui présente des interviews d'époque du groupe ainsi que de nombreux clips, on voit déjà combien les six de Sydney tiennent à la réalisation de leurs vidéos dont certaines peuvent paraître bien kitch lorsqu'on les revoit aujourd'hui. 

Le groupe a également participé à la musique de nombreux films australiens et internationaux comme Génération Perdue (The Lost Boys de Kathryn Bigelow), on a également pu entendre un de leurs morceaux dans un épisode de Miami Vice, un autre de leurs morceaux, « Kiss the dirt », a été repris dans le très années 80 opus du jeu GTA, Vice City. « New Sensation », single tiré de l'album Kick et où la guitare prédomine en riffs lancinants figure également au menu du roman American Psycho de Bret Easton Ellis. Michael Hutchence a joué dans un ou deux films, notamment Dogs in Space de Richard Lowenstein. Lowenstein réalisa aussi plusieurs clips de l'album Kick, tournés dans la belle ville de Prague. Génération MTV ou goût pour le septième art, l'oeuvre d'INXS a toujours bénéficié d'un fort impact visuel qui a su appuyer, et parfois éclipser, son savoir faire musical. Car les mélodies d'INXS sont construites solidement et avec application, et si le résultat n'est pas toujours du goût des pros de la musique, il a au moins le mérite d'être original et ouvert.

Listen Like Thieves, sorti en 1985 reprend en sourdine les influences habituelles du groupe pour miser sur un son plus métallique, sorte de pop-hard à la sauce australienne qui vaut néanmoins le détour, on peut même y décèler une pincée de Stranglers.

En 1987 c'est la consécration pour INXS avec l'album Kick et le succès du single « Need you tonight » dans lequel s'impose une guitare funky de bon ton. D'ailleurs les titres de cet album deviendront pratiquement tous des succès (« Devil inside » au riff « hardos » dont le clip fut réalisé par le cinéaste Joel Schumacher, « Never tear us apart », etc.). Ils n'en finiront plus de partir en tournée et d'enchaîner les concerts, festivals et galas de toutes sortes. 
Ce qui caractérise avant tout INXS et qui a fait que le groupe perdure depuis plus de 25 ans c'est l'unité et l'amitié, et la bande de copains a eu tôt fait de se retrouver pour mettre en boîte d'autres albums jusqu'au dernier, Elegantly Wasted, sorti peu avant le décès de Michael Hutchence en 1997 (son propre album est d'ailleurs sorti à l'époque, à titre posthume). Le genre musical en est difficile à définir précisément, comme toujours chez INXS, mais ce dernier album penche nettement du côté du rock, en laissant derrière lui la pop, le funk et la new wave.

De nombreux best of du groupe, avec des inédits, sont continuellement sortis depuis, et INXS a, après que ses membres restants aient peu à peu retrouvé le goût de jouer suite à la perte de leur charismatique leader, continué à tourner et à produire, avec des chanteurs divers. C'est finalement le Canadien J.D. Fortune qui officie sur Switch, l'album du retour en 2005. Original Sin en 2010 est constitué de titres ré-enregistrés, repris par des voix aussi différentes que Tricky, Ben Harper, Rob Thomas ou les Françaises Mylène Farmer et Loane. Copyright 2014 Music Story Estelle Valls de Gomis

A l'origine, ce groupe de 6 jeunes australiens formé des trois frères Farriss, Andrew (guitare, claviers), Jon (batterie) et Tim (guitare) et de leurs amis, Kirk Pengilly (guitare, saxophone), Gary Garry Beers (basse) et Michael Hutchence (chant) s'appelait à juste titre les Farriss Brothers. Ils commencèrent leur carrière en jouant dans des pubs à travers l'Australie, et notamment le fameux Selina's de Sydney, avant de connaître au fil des ans un succès planétaire.

Le premier album d'INXS, éponyme comme c'est le cas pour beaucoup de groupes, sortit en 1980. Plus brut et punk que leurs futurs opus, on y décèle néanmoins les influences multiples qui ont forgé la musique de ce groupe au son unique : rock, punk, new wave, funk.... On y reconnaît des influences telles que celles des Clash, groupe qui devait beaucoup au reggae et au ska. Sautillant, sémillant, le punk-rock australien mâtiné de ska tient là l'un de ses trésors comme en témoigne le single prolétaire « Just Keep Walking ».

De la complicité du chanteur, Michael Hutchence, et du guitariste-claviériste Andrew Farriss, naissent la plupart des chansons, mais tout le groupe a l'habitude de mettre la main à la pâte comme en témoignent les nombreux morceaux «off-track», ou encore les fameuses faces B qui n'existent plus de nos jours, apparus au fil des ans (« You never used to cry », « Coming home », etc.) dans lesquels la new wave est mêlée à différents styles tels que la country. On peut souligner l'importance du chanteur et figure de proue qui contribua au succès de la formation en même temps qu'à une certaine dépréciation des spécialistes pour ce « groupe à minettes » ; Michael Hutchence aura été comparé à Mick Jagger dont il s'inspirait beaucoup aux débuts d'INXS, ainsi qu'à Jim Morrison en passant par Iggy Pop. 

Le premier succès mondial d'INXS arrive avec l'album The Swing en 1984. Produit par Nile Rodgers, il fait résonner le fameux single «Original sin» de Paris à Tokyo en passant par Sydney et Los Angeles et marque définitivement l'avènement du funk dans la musique du groupe en tant que composante essentielle, l'influence punk disparaîssant totalement laissant place à une tonalité principalement new wave. L'omniprésence de la guitare et surtout de la basse permettent néanmoins au groupe de ne pas sombrer dans le synthétique pur et dur. Dans une vidéo intitulée The Swing, qui présente des interviews d'époque du groupe ainsi que de nombreux clips, on voit déjà combien les six de Sydney tiennent à la réalisation de leurs vidéos dont certaines peuvent paraître bien kitch lorsqu'on les revoit aujourd'hui. 

Le groupe a également participé à la musique de nombreux films australiens et internationaux comme Génération Perdue (The Lost Boys de Kathryn Bigelow), on a également pu entendre un de leurs morceaux dans un épisode de Miami Vice, un autre de leurs morceaux, « Kiss the dirt », a été repris dans le très années 80 opus du jeu GTA, Vice City. « New Sensation », single tiré de l'album Kick et où la guitare prédomine en riffs lancinants figure également au menu du roman American Psycho de Bret Easton Ellis. Michael Hutchence a joué dans un ou deux films, notamment Dogs in Space de Richard Lowenstein. Lowenstein réalisa aussi plusieurs clips de l'album Kick, tournés dans la belle ville de Prague. Génération MTV ou goût pour le septième art, l'oeuvre d'INXS a toujours bénéficié d'un fort impact visuel qui a su appuyer, et parfois éclipser, son savoir faire musical. Car les mélodies d'INXS sont construites solidement et avec application, et si le résultat n'est pas toujours du goût des pros de la musique, il a au moins le mérite d'être original et ouvert.

Listen Like Thieves, sorti en 1985 reprend en sourdine les influences habituelles du groupe pour miser sur un son plus métallique, sorte de pop-hard à la sauce australienne qui vaut néanmoins le détour, on peut même y décèler une pincée de Stranglers.

En 1987 c'est la consécration pour INXS avec l'album Kick et le succès du single « Need you tonight » dans lequel s'impose une guitare funky de bon ton. D'ailleurs les titres de cet album deviendront pratiquement tous des succès (« Devil inside » au riff « hardos » dont le clip fut réalisé par le cinéaste Joel Schumacher, « Never tear us apart », etc.). Ils n'en finiront plus de partir en tournée et d'enchaîner les concerts, festivals et galas de toutes sortes. 
Ce qui caractérise avant tout INXS et qui a fait que le groupe perdure depuis plus de 25 ans c'est l'unité et l'amitié, et la bande de copains a eu tôt fait de se retrouver pour mettre en boîte d'autres albums jusqu'au dernier, Elegantly Wasted, sorti peu avant le décès de Michael Hutchence en 1997 (son propre album est d'ailleurs sorti à l'époque, à titre posthume). Le genre musical en est difficile à définir précisément, comme toujours chez INXS, mais ce dernier album penche nettement du côté du rock, en laissant derrière lui la pop, le funk et la new wave.

De nombreux best of du groupe, avec des inédits, sont continuellement sortis depuis, et INXS a, après que ses membres restants aient peu à peu retrouvé le goût de jouer suite à la perte de leur charismatique leader, continué à tourner et à produire, avec des chanteurs divers. C'est finalement le Canadien J.D. Fortune qui officie sur Switch, l'album du retour en 2005. Original Sin en 2010 est constitué de titres ré-enregistrés, repris par des voix aussi différentes que Tricky, Ben Harper, Rob Thomas ou les Françaises Mylène Farmer et Loane. Copyright 2014 Music Story Estelle Valls de Gomis


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.