undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
EUR 8,30 + EUR 2,49 Livraison
En stock. Vendu par marvelio-france
Quantité :1

Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 9,18
+ EUR 2,49 (livraison)
Vendu par : RAREWAVES USA
Ajouter au panier
EUR 9,23
+ EUR 2,49 (livraison)
Vendu par : nagiry
Ajouter au panier
EUR 9,41
+ EUR 2,49 (livraison)
Vendu par : dodax-online-fr
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 9,99

Image indisponible

Image non disponible pour la
couleur :
  • In the Skies
  • Désolé, cet article n'est pas disponible en
  • Image non disponible
      

In the Skies CD, Enregistrement original remasterisé, Import


Prix : EUR 8,30
Tous les prix incluent la TVA.
Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
CD, CD, Enregistrement original remasterisé, 21 juin 2005
EUR 8,30
EUR 5,58 EUR 5,57
Vinyle , Import
"Veuillez réessayer"
EUR 34,78
Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock.
Expédié et vendu par marvelio-france.
13 neufs à partir de EUR 5,58 2 d'occasion à partir de EUR 5,57

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Peter Green

Visitez la Page Artiste Peter Green
pour toute la musique, discussions, et plus.

Produits fréquemment achetés ensemble

In the Skies + Peter Green Splinter Group + Hot Foot Powder
Prix pour les trois: EUR 39,81

Ces articles sont vendus et expédiés par des vendeurs différents.

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (21 juin 2005)
  • Nombre de disques: 1
  • Format : CD, Enregistrement original remasterisé, Import
  • Label: Mis
  • ASIN : B0009NCPGU
  • Autres éditions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.5 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (11 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 56.031 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?

Descriptions du produit

Descriptions du produit

IN THE SKIES

Critique

Après un décevant End of the Game, première étape en roue libre post-Fleetwood Mac, l'imprévisible Peter Green revient à ce qu'il sait faire de mieux : des chansons inspirées, portées par un jeu de guitare fluide, oscillant entre blues et soft rock.

Album du retour arrivé en bout de décennie, In the Skies a tout l'air d'un miracle si l'on se réfère au parcours cahotique vécu par le guitariste, entre petits boulots et séjours en hôpital psychiatrique voire en prison. Rien de cela ne transparaît dans cette suite de chansons et d'instrumentaux délivrés avec assurance, dans la continuité des classiques « Albatross » ou « Man of the World ». S'il ne faut espérer de nouveau tube mondial (les temps on changé), l'esprit est resté intact à travers des compositions aussi belles les unes que les autres, enfilées à la chaîne, du morceau-titre au riff et à la voix reconnaissables (proches d'un certain Eric Clapton) à « Apostle », délicate suite d'arpèges.

Au passage, In the Skies dévoile quelques joyaux intemporels dans le style cool de « Slabo Day », instrumental enluminé par la guitare du compère Snowy White (artisan au service de Pink Floyd sur The Wall) ; « A Fool No More », lente digression blues ; ou « Tribal Dance », sérénade portée par les claviers de Peter Bardens (premier employeur de Green devenu leader de Camel), la batterie de Reg Isidore (du groupede Robin Trower) et les percussions de Lennox Langton. Avec quelques autres titres écrits par sa femme Jane, Peter Green atteint son sommet.

Loïc Picaud - Copyright 2015 Music Story


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par LOYER Olivier le 6 février 2011
Format: CD
Achetez le les yeux fermés et gardez les fermés pour écouter.
Rien à jeter dans cette pure merveille.
Peter green n'est sans doute pas le plus virtuose des guitaristes, mais un des plus grands mélodistes sans aucun doute. Slabo Day est devenu un standard que tout guitariste amateur essaye de maîtriser. A fool no more (la première version du temps de Fleetwood Mac n'était pas mal non plus)démontre s'il le fallait le sens du tempo et de la note juste (pas de note inutile, pas de fioritures, Peter Green n'a pas peur des silences...).
Quant à Apostle, un vrai bijou (également instrumental et pourtant Peter Green a une très belle voix de bluesman).
Pas étonnant que des grands guitaristes aient été plus qu'influencés (Santana,Snowy White (qui joue d'ailleurs sur cet album), Gary Moore,...).
Cet album figure assurément dans le Top 5 de ma discothèque...
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par anton14 TOP 1000 COMMENTATEURS le 8 janvier 2009
Format: CD Achat vérifié
In the Skies est une merveille absolue ! Disque contemplatif à souhait à emporter dans ses valises dès que le soleil commence à nous réchauffer les orteils et nous pousse vers les vacances. Attention, pas de compos pour la sieste ni pour la plage ici mais bien pour la méditation car Peter Green ne peut laisser insensible tant son jeu de guitare nous hypnotise. On est près du jazz-rock des fois tendance Blow by Blow ou Wired de Jeff Beck mais surtout on se prend à rêver d'Albatross et de Supernatural sur les instrumentaux comme si Green reprenait les choses là où il les avait laissé des années auparavant. Tribal dance et Funky Chunk flirtent du côté de Frisco et d'un certain Carlos S. Les titres chantés In the Skies et Seven stars nous indiquent le cap à tenir, tranquilles... Peter Green est un malin et nous ressert du Mac vieille époque avec la reprise de Fool no More dans une version nébuleuse et fantômatique qui sied parfaitement à notre état paisible. Peu importe où vous soyez, ce disque chassera les mauvais esprits...
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par VIRY 02 le 27 juin 2012
Format: CD
CHRONIQUE DE BENOIT FELLER MAGAZINE ROCK&FOLK OCTOBRE 1979 N°153 Page 131
2° Album 1979 33T Réf : Accord 130006
A l'instar de beaucoup sans doute, je ne pensais pas que Peter Green réenregistrât jamais. Et l'étonnant est bien de voir le guitariste revenir et faire acte de création à l'instant où, de John Mayall à ses anciens compagnons de Fleetwood Mac et d'Eric Clapton à Zoot Money, les musiciens qui avaient joué avec lui et le connaissant intimement n'envisageaient plus qu'il pût un jour, selon l'expression anglaise, "remettre ensembles les pièces de sa tête", c'est à dire guérir de cette maladie effrayante qu'est la schizophrénie et dont les symptômes, loin de se résorber, n'avaient fait qu'empirer avec les années. Interné dans une clinique psychiatrique après huit ans (HUIT ANS !) de quasi-irresponsabilité et évidemment de non création (puisque , ai-je appris il y a longtemps "la folie exclut l'oeuvre"), l'extraordinaire guitariste révélé par le "Hard Road" de John Mayall, le fondateur de Fleetwood Mac et l'auteur d'un des disques les plus fantastiques de toute l'histoire du rock "Then Play On", le musicien en lequel B.B. King lui-même avait reconnu un maître du blues, Peter Green donc, était entré dans une zone rouge et interdite nommée folie. A quel court-circuit mental, quelle volte-face neurologique peut-on attribuer ce brusque retour à la musique survenu au point exact où Peter semblait plus complètement coupé de son passé qu'il ne l'avait jamais été, je l'ignore. Peut être l'expliquera-t-il lui-même un jour ?
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par C.Dhugues le 30 septembre 2010
Format: CD Achat vérifié
Pour les amateurs de Peter Green. Je l'avais en vieux vinyle . Quel bonheur de le retrouver en CD. Par contre la qualité de l'enregistrement est un peu minimaliste. C'est pas grave, le plaisir compense
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par jean-claude TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 20 juin 2012
Format: CD
Que Mitch Reynolds, vieux pote de l'époque Fleetwood Mac, celui qui a poussé au cul Peter Green pour qu'il revienne en studio et l'a convaincu d'en remette une couche, soit béni des Dieux. Entre paranoïa et abus de LSD (l'une découle de l'autre), prison et asile psychiatrique, une convalescence sous traitements de choc et médocs qui le tannent et le coupent de tout, notre plus grand guitariste de blues blanc (avec Clapton et Bloomfield s'entend) ne met plus un pied devant l'autre et est à deux doigts de verser dans la cloche. Comme par enchantement, le voilà qui réapparait, en 1979, dans une industrie musicale à laquelle il a tourné le dos depuis 1971 et son pitoyable The End Of The Game, annonciateur de la chaotique traversée du désert qui se trame. In The Skies nous permet de retrouver un Peter Green, mieux équilibré, en paix avec ses fantômes d'hier, qui procure à nouveau du plaisir comme du temps des premières joutes sous Fleetwood Mac. Peter Greenbaum, père de Black Magic Woman que Santana, faussement crédité comme auteur, a intronisé dans les plus hautes sphères du rock, est de retour. Qu'on se le dise, les preuves sont irréfutables : si ça vous excite, c'est qu'il y a anguille sous roche. Et là, ça chatouille grave dans le bas ventre... Son entourage proche porté par le catalyseur qu'est Reynolds, soulagé sur l'état de santé de son Green après des années d'inquiétude, souhaite une réapparition à la hauteur de l'artiste, lui donne les moyens de ce come-back fracassant et de redevenir heureux de réaliser ce qu'il sait faire de mieux : jouer le blues.Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?