Incubus

Les clients ont également acheté des articles de

Deftones
Machine Head
Pearl Jam
Stone Sour
Mastodon
Foo Fighters
Jack White
Papa Roach

Top albums (Voir les 62)


Voir les 62 albums de Incubus

Incubus : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 254
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de Incubus

Dernier Tweet


Biographie

Incubus se forme au lycée de Calabasas, en Californie. Le chanteur et percussionniste Brandon Boyd, le guitariste Mike Einziger, le bassiste Dirk Lance (de son vrai nom Alex Katunich) et enfin le batteur José Pasillas, sont des adolescents aux goûts très hétéroclites, amateurs de rock, hip-hop, jazz, funk ou d'electro.

En 1991 (sans y attacher d'importance, ils jouent principalement pour un public étudiant), ils adoptent ce nom évoquant un démon masculin abusant des femmes pendant leur sommeil. Au bout de quelques années, ils ont écumé toutes les scènes du sud de la Californie, et récolté ... Lire la suite

Incubus se forme au lycée de Calabasas, en Californie. Le chanteur et percussionniste Brandon Boyd, le guitariste Mike Einziger, le bassiste Dirk Lance (de son vrai nom Alex Katunich) et enfin le batteur José Pasillas, sont des adolescents aux goûts très hétéroclites, amateurs de rock, hip-hop, jazz, funk ou d'electro.

En 1991 (sans y attacher d'importance, ils jouent principalement pour un public étudiant), ils adoptent ce nom évoquant un démon masculin abusant des femmes pendant leur sommeil. Au bout de quelques années, ils ont écumé toutes les scènes du sud de la Californie, et récolté suffisamment d'argent pour publier une première autoproduction Fungus Amongus en novembre 1995.

Enjoy

Le potentiel des musiciens fait qu'en en janvier 1997 sort un EP introductif Enjoy Incubus chez Epic/Immortal, une filiale de Sony. Le résultat désoriente mais ne laisse personne indifférent. Pourtant associés à la scène métal, leur fusion funk-rock semble avoir été inspirée par leurs grands frères californiens des Red Hot Chili Peppers. Le son d'Incubus est aussi caractérisé par les scratches et effets sonores associés au hip-hop (assurés par une nouvelle recrue, DJ Lyfe).

Puis, S.C.I.E.N.C.E. sort en septembre 1997. Alors que le métal sort de la scène indie et commence à percer dans les classements pop mondiaux, Incubus propose sa « formule chimique » vivifiante et complexe, enregistrée dans l'euphorie de signer sur une major. L'année suivante, ils tournent sans arrêt : en première partie de 311, Korn, System Of A Down, Black Sabbath et sont ovationnés à l'Ozzfest. Jusqu'alors soutenu par une base de fans californienne, le groupe bénéficie désormais d'un public très large, sensiblement plus féminin que les autres représentants (cités ci-dessus) de la mouvance metal.

Starification

Après le remplacement définitif de DJ Lyfe par Chris Kilmore aux platines, Sony/Epic décide battre le fer tant qu'il est chaud, et souhaite vite sortir un album, sous la houlette du producteur Jim Wirt. Mais le groupe, insatisfait du résultat, repousse la sortie de l'opus et engage Scott Litt (ancien producteur d'R.E.M.).

Make Yourself (1999) marque effectivement l'entrée d'Incubus dans la catégorie des rocks stars. Porté par les singles « Pardon Me » et « Drive » , une ballade rock beaucoup plus accessible que le son du groupe sur S.C.I.E.N.C.E. , l'album se vend à plus d'un million d'exemplaires en un an. La maison de disque en profite pour rééditer Fungus Amongus en 2000.

Soleil au zénith

C'est donc un groupe serein qui prend la direction d'un studio surplombant la plage de Malibu en Californie, pour enregistrer le successeur de Make Yourself , surfant sur le succès du mélange métal et guitares acoustiques. Dès sa sortie, en août 2001, Morning View caracole en tête des hits américains. Album solaire, il indique le climax de la carrière d'Incubus, qui a finalement su fédérer sans céder à la médiocrité : les textes intelligents de Brandon Boyd et les compositions, mieux ciblées, ont gagné en beauté.

Sombres héros

Mais une nouvelle période s'ouvre. En 2003, Incubus entre en conflit avec sa maison de disque, considérant caduques les termes de leur contrat. Ils obtiennent gain de cause et restent chez Epic. Dirk Lance est remplacé par Ben Kenney à la basse et Brian O'Brien (Rage Against The Machine, Audioslave, Pearl Jam) produit leur cinquième album.

A Crow Left of the Murder , naît dans une ère post-11 septembre, pleine de contradictions. Les chansons d'Incubus s'assombrissent, « Megalomaniac » (et son clip façon cut-up) ou encore « Agoraphobia » , critiquent de manière imagée mais claire l'Amérique de Bush. Pourtant, le son du groupe ne réserve guère de surprise. Incubus est-il encore un groupe alternatif ?

Légèreté retrouvée

Après la sortie d'un DVD Live at Red Rocks , le quintet rempile en studio aux côté d'O'Brien pour l'enregistrement de Light Grenades . Sorti en novembre 2006, il oscille entre hard-rock et envolées pop ( « Love Hurts » , « Paper Shoes » ). Un nouveau succès puisqu'il atteint la première place du classement pop-rock, même si les ventes chutent - mais c'est le cas pour tout les groupes ayant vendu des millions de disques dans les années 1990.

Pause méritée

Puis, Mike Einziger, guitariste, compositeur et pilier du son d'Incubus, doit subir une opération au poignet qui menace le bon déroulement de la tournée en 2007-2008. L'épisode conforte le groupe dans l'idée qu'il doit s'accorder du temps libre. Pendant un an, les musiciens se consacrent à leurs projets parallèles, Boyd s'immerge dans l'écriture, Einziger reprend des études de musicologie à Harvard. Un silence radio que seule la parution du DVD Look Alive rompt en 2007. If Not Now, When? rompt le silence en 2011 au grand soulagement des fans. Copyright 2014 Music Story Anne Yven

Incubus se forme au lycée de Calabasas, en Californie. Le chanteur et percussionniste Brandon Boyd, le guitariste Mike Einziger, le bassiste Dirk Lance (de son vrai nom Alex Katunich) et enfin le batteur José Pasillas, sont des adolescents aux goûts très hétéroclites, amateurs de rock, hip-hop, jazz, funk ou d'electro.

En 1991 (sans y attacher d'importance, ils jouent principalement pour un public étudiant), ils adoptent ce nom évoquant un démon masculin abusant des femmes pendant leur sommeil. Au bout de quelques années, ils ont écumé toutes les scènes du sud de la Californie, et récolté suffisamment d'argent pour publier une première autoproduction Fungus Amongus en novembre 1995.

Enjoy

Le potentiel des musiciens fait qu'en en janvier 1997 sort un EP introductif Enjoy Incubus chez Epic/Immortal, une filiale de Sony. Le résultat désoriente mais ne laisse personne indifférent. Pourtant associés à la scène métal, leur fusion funk-rock semble avoir été inspirée par leurs grands frères californiens des Red Hot Chili Peppers. Le son d'Incubus est aussi caractérisé par les scratches et effets sonores associés au hip-hop (assurés par une nouvelle recrue, DJ Lyfe).

Puis, S.C.I.E.N.C.E. sort en septembre 1997. Alors que le métal sort de la scène indie et commence à percer dans les classements pop mondiaux, Incubus propose sa « formule chimique » vivifiante et complexe, enregistrée dans l'euphorie de signer sur une major. L'année suivante, ils tournent sans arrêt : en première partie de 311, Korn, System Of A Down, Black Sabbath et sont ovationnés à l'Ozzfest. Jusqu'alors soutenu par une base de fans californienne, le groupe bénéficie désormais d'un public très large, sensiblement plus féminin que les autres représentants (cités ci-dessus) de la mouvance metal.

Starification

Après le remplacement définitif de DJ Lyfe par Chris Kilmore aux platines, Sony/Epic décide battre le fer tant qu'il est chaud, et souhaite vite sortir un album, sous la houlette du producteur Jim Wirt. Mais le groupe, insatisfait du résultat, repousse la sortie de l'opus et engage Scott Litt (ancien producteur d'R.E.M.).

Make Yourself (1999) marque effectivement l'entrée d'Incubus dans la catégorie des rocks stars. Porté par les singles « Pardon Me » et « Drive » , une ballade rock beaucoup plus accessible que le son du groupe sur S.C.I.E.N.C.E. , l'album se vend à plus d'un million d'exemplaires en un an. La maison de disque en profite pour rééditer Fungus Amongus en 2000.

Soleil au zénith

C'est donc un groupe serein qui prend la direction d'un studio surplombant la plage de Malibu en Californie, pour enregistrer le successeur de Make Yourself , surfant sur le succès du mélange métal et guitares acoustiques. Dès sa sortie, en août 2001, Morning View caracole en tête des hits américains. Album solaire, il indique le climax de la carrière d'Incubus, qui a finalement su fédérer sans céder à la médiocrité : les textes intelligents de Brandon Boyd et les compositions, mieux ciblées, ont gagné en beauté.

Sombres héros

Mais une nouvelle période s'ouvre. En 2003, Incubus entre en conflit avec sa maison de disque, considérant caduques les termes de leur contrat. Ils obtiennent gain de cause et restent chez Epic. Dirk Lance est remplacé par Ben Kenney à la basse et Brian O'Brien (Rage Against The Machine, Audioslave, Pearl Jam) produit leur cinquième album.

A Crow Left of the Murder , naît dans une ère post-11 septembre, pleine de contradictions. Les chansons d'Incubus s'assombrissent, « Megalomaniac » (et son clip façon cut-up) ou encore « Agoraphobia » , critiquent de manière imagée mais claire l'Amérique de Bush. Pourtant, le son du groupe ne réserve guère de surprise. Incubus est-il encore un groupe alternatif ?

Légèreté retrouvée

Après la sortie d'un DVD Live at Red Rocks , le quintet rempile en studio aux côté d'O'Brien pour l'enregistrement de Light Grenades . Sorti en novembre 2006, il oscille entre hard-rock et envolées pop ( « Love Hurts » , « Paper Shoes » ). Un nouveau succès puisqu'il atteint la première place du classement pop-rock, même si les ventes chutent - mais c'est le cas pour tout les groupes ayant vendu des millions de disques dans les années 1990.

Pause méritée

Puis, Mike Einziger, guitariste, compositeur et pilier du son d'Incubus, doit subir une opération au poignet qui menace le bon déroulement de la tournée en 2007-2008. L'épisode conforte le groupe dans l'idée qu'il doit s'accorder du temps libre. Pendant un an, les musiciens se consacrent à leurs projets parallèles, Boyd s'immerge dans l'écriture, Einziger reprend des études de musicologie à Harvard. Un silence radio que seule la parution du DVD Look Alive rompt en 2007. If Not Now, When? rompt le silence en 2011 au grand soulagement des fans. Copyright 2014 Music Story Anne Yven

Incubus se forme au lycée de Calabasas, en Californie. Le chanteur et percussionniste Brandon Boyd, le guitariste Mike Einziger, le bassiste Dirk Lance (de son vrai nom Alex Katunich) et enfin le batteur José Pasillas, sont des adolescents aux goûts très hétéroclites, amateurs de rock, hip-hop, jazz, funk ou d'electro.

En 1991 (sans y attacher d'importance, ils jouent principalement pour un public étudiant), ils adoptent ce nom évoquant un démon masculin abusant des femmes pendant leur sommeil. Au bout de quelques années, ils ont écumé toutes les scènes du sud de la Californie, et récolté suffisamment d'argent pour publier une première autoproduction Fungus Amongus en novembre 1995.

Enjoy

Le potentiel des musiciens fait qu'en en janvier 1997 sort un EP introductif Enjoy Incubus chez Epic/Immortal, une filiale de Sony. Le résultat désoriente mais ne laisse personne indifférent. Pourtant associés à la scène métal, leur fusion funk-rock semble avoir été inspirée par leurs grands frères californiens des Red Hot Chili Peppers. Le son d'Incubus est aussi caractérisé par les scratches et effets sonores associés au hip-hop (assurés par une nouvelle recrue, DJ Lyfe).

Puis, S.C.I.E.N.C.E. sort en septembre 1997. Alors que le métal sort de la scène indie et commence à percer dans les classements pop mondiaux, Incubus propose sa « formule chimique » vivifiante et complexe, enregistrée dans l'euphorie de signer sur une major. L'année suivante, ils tournent sans arrêt : en première partie de 311, Korn, System Of A Down, Black Sabbath et sont ovationnés à l'Ozzfest. Jusqu'alors soutenu par une base de fans californienne, le groupe bénéficie désormais d'un public très large, sensiblement plus féminin que les autres représentants (cités ci-dessus) de la mouvance metal.

Starification

Après le remplacement définitif de DJ Lyfe par Chris Kilmore aux platines, Sony/Epic décide battre le fer tant qu'il est chaud, et souhaite vite sortir un album, sous la houlette du producteur Jim Wirt. Mais le groupe, insatisfait du résultat, repousse la sortie de l'opus et engage Scott Litt (ancien producteur d'R.E.M.).

Make Yourself (1999) marque effectivement l'entrée d'Incubus dans la catégorie des rocks stars. Porté par les singles « Pardon Me » et « Drive » , une ballade rock beaucoup plus accessible que le son du groupe sur S.C.I.E.N.C.E. , l'album se vend à plus d'un million d'exemplaires en un an. La maison de disque en profite pour rééditer Fungus Amongus en 2000.

Soleil au zénith

C'est donc un groupe serein qui prend la direction d'un studio surplombant la plage de Malibu en Californie, pour enregistrer le successeur de Make Yourself , surfant sur le succès du mélange métal et guitares acoustiques. Dès sa sortie, en août 2001, Morning View caracole en tête des hits américains. Album solaire, il indique le climax de la carrière d'Incubus, qui a finalement su fédérer sans céder à la médiocrité : les textes intelligents de Brandon Boyd et les compositions, mieux ciblées, ont gagné en beauté.

Sombres héros

Mais une nouvelle période s'ouvre. En 2003, Incubus entre en conflit avec sa maison de disque, considérant caduques les termes de leur contrat. Ils obtiennent gain de cause et restent chez Epic. Dirk Lance est remplacé par Ben Kenney à la basse et Brian O'Brien (Rage Against The Machine, Audioslave, Pearl Jam) produit leur cinquième album.

A Crow Left of the Murder , naît dans une ère post-11 septembre, pleine de contradictions. Les chansons d'Incubus s'assombrissent, « Megalomaniac » (et son clip façon cut-up) ou encore « Agoraphobia » , critiquent de manière imagée mais claire l'Amérique de Bush. Pourtant, le son du groupe ne réserve guère de surprise. Incubus est-il encore un groupe alternatif ?

Légèreté retrouvée

Après la sortie d'un DVD Live at Red Rocks , le quintet rempile en studio aux côté d'O'Brien pour l'enregistrement de Light Grenades . Sorti en novembre 2006, il oscille entre hard-rock et envolées pop ( « Love Hurts » , « Paper Shoes » ). Un nouveau succès puisqu'il atteint la première place du classement pop-rock, même si les ventes chutent - mais c'est le cas pour tout les groupes ayant vendu des millions de disques dans les années 1990.

Pause méritée

Puis, Mike Einziger, guitariste, compositeur et pilier du son d'Incubus, doit subir une opération au poignet qui menace le bon déroulement de la tournée en 2007-2008. L'épisode conforte le groupe dans l'idée qu'il doit s'accorder du temps libre. Pendant un an, les musiciens se consacrent à leurs projets parallèles, Boyd s'immerge dans l'écriture, Einziger reprend des études de musicologie à Harvard. Un silence radio que seule la parution du DVD Look Alive rompt en 2007. If Not Now, When? rompt le silence en 2011 au grand soulagement des fans. Copyright 2014 Music Story Anne Yven


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page