Commencez à lire Indignation sur votre Kindle dans moins d'une minute. Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici Ou commencez à lire dès maintenant avec l'une de nos applications de lecture Kindle gratuites.

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

 
 
 

Essai gratuit

Découvrez gratuitement un extrait de ce titre

Envoyer sur votre Kindle ou un autre appareil

Tout le monde peut lire les livres Kindle, même sans un appareil Kindle, grâce à l'appli Kindle GRATUITE pour les smartphones, les tablettes et les ordinateurs.
Indignation
 
Agrandissez cette image
 

Indignation [Format Kindle]

Philip Roth
4.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (6 commentaires client)

Prix conseillé : EUR 8,95 De quoi s'agit-il ?
Prix éditeur - format imprimé : EUR 6,64
Prix Kindle : EUR 6,27 TTC & envoi gratuit via réseau sans fil par Amazon Whispernet
Économisez : EUR 0,37 (6%)


Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

"Under Morphine"

About two and a half months after the well-trained divisions of North Korea, armed by the Soviets and Chinese Communists, crossed the 38th parallel into South Korea on June 25, 1950, and the agonies of the Korean War began, I entered Robert Treat, a small college in downtown Newark named for the city's seventeenth-century founder. I was the first member of our family to seek a higher education. None of my cousins had gone beyond high school, and neither my father nor his three brothers had finished elementary school. "I worked for money," my father told me, "since I was ten years old." He was a neighborhood butcher for whom I'd delivered orders on my bicycle all through high school, except during baseball season and on the afternoons when I had to attend interschool matches as a member of the debating team. Almost from the day that I left the store–where I'd been working sixty-hour weeks for him between the time of my high school graduation in January and the start of college in September–almost from the day that I began classes at Robert Treat, my father became frightened that I would die. Maybe his fear had something to do with the war, which the U.S. armed forces, under United Nations auspices, had immediately entered to bolster the efforts of the ill-trained and under-equipped South Korean army; maybe it had something to do with the heavy casualties our troops were sustaining against the Communist firepower and his fear that if the conflict dragged on as long as World War Two had, I would be drafted into the army to fight and die on the Korean battlefield as my cousins Abe and Dave had died during World War Two. Or maybe the fear had to do with his financial worries: the year before, the neighborhood's first supermarket had opened only a few blocks from our family's kosher butcher shop, and sales had begun steadily falling off, in part because of the supermarket's meat and poultry section's undercutting my father's prices and in part because of a general postwar decline in the number of families bothering to maintain kosher households and to buy kosher meat and chickens from a rabbinically certified shop whose owner was a member of the Federation of Kosher Butchers of New Jersey. Or maybe his fear for me began in fear for himself, for at the age of fifty, after enjoying a lifetime of robust good health, this sturdy little man began to develop the persistent racking cough that, troubling as it was to my mother, did not stop him from keeping a lit cigarette in the corner of his mouth all day long. Whatever the cause or mix of causes fueling the abrupt change in his previously benign paternal behavior, he manifested his fear by hounding me day and night about my whereabouts. Where were you? Why weren't you home? How do I know where you are when you go out? You are a boy with a magnificent future before you–how do I know you're not going to places where you can get yourself killed?

From Publishers Weekly

Starred Review. Roth's brilliant and disconcerting new novel plumbs the depths of the early Cold War–era male libido, burdened as it is with sexual myths and a consciousness overloaded with vivid images of impending death, either by the bomb or in Korea. At least this is the way things appear to narrator Marcus Messner, the 19-year-old son of a Newark kosher butcher. Perhaps because Marcus's dad saw his two brothers' only sons die in WWII, he becomes an overprotective paranoid when Marcus turns 18, prompting Marcus to flee to Winesburg College in Ohio. Though the distance helps, Marcus, too, is haunted by the idea that flunking out of college means going to Korea. His first date in Winesburg is with doctor's daughter Olivia Hutton, who would appear to embody the beautiful normality Marcus seeks, but, instead, she destroys Marcus's sense of normal by surprising him after dinner with her carnal prowess. Slightly unhinged by this stroke of fortune, he at first shuns her, then pesters her with letters and finally has a brief but nonpenetrative affair with her. Olivia, he discovers, is psychologically fragile and bears scars from a suicide attempt—a mark Marcus's mother zeroes in on when she meets the girl for the first and last time. Between promising his mother to drop her and longing for her, Marcus goes through a common enough existential crisis, exacerbated by run-ins with the school administration over trivial matters that quickly become more serious.... The terrible sadness of Marcus's life is rendered palpable by Roth's fierce grasp on the psychology of this butcher's boy, down to his bought-for-Winesburg wardrobe. It's a melancholy triumph and a cogent reflection on society in a time of war. (Sept.)
Copyright © Reed Business Information, a division of Reed Elsevier Inc. All rights reserved.

Détails sur le produit

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 237 KB
  • Nombre de pages de l'édition imprimée : 258 pages
  • Pagination - ISBN de l'édition imprimée de référence : 0307473406
  • Editeur : Vintage Digital (27 mai 2009)
  • Vendu par : Amazon Media EU S.à r.l.
  • Langue : Anglais
  • ASIN: B0031RS8EO
  • Synthèse vocale : Activée
  • X-Ray :
  • Moyenne des commentaires client : 4.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (6 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: n°15.691 dans la Boutique Kindle (Voir le Top 100 dans la Boutique Kindle)
  •  Souhaitez-vous faire modifier les images ?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne

3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
4.3 étoiles sur 5
4.3 étoiles sur 5
Commentaires client les plus utiles
39 internautes sur 41 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le jeune homme, la jeune femme, et la nation indignes 12 septembre 2010
Par LD COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEUR TOP 10 COMMENTATEURS
Format:Poche
Je fais partie des admirateurs de Philip Roth qui pensent qu'il n'est pas forcément au sommet tout le temps, à plus forte raison depuis quelques années. Ses "petites formes" ne me convainquent pas toujours. Les deux livres qui ont déjà été publiés dans les pays anglophones après Exit le fantôme, Indignation et The Humbling / Le Rabaissement, sont tous deux petits par la taille et ne cherchent pas à avoir la même ambition romanesque que La contrevie ou sa trilogie américaine. Des deux, j'avoue nettement préférer Indignation, dont l'édition française nous arrive enfin, dans une traduction de Marie-Claire Pasquier, la traductrice d'Exit le fantôme. Si vous pouvez lire en anglais, sachez que ce livre est assez abordable dans la langue originale.

Pour une fois, Roth n'adopte pas un narrateur déjà âgé, avec ses problèmes d'impuissance ou de prostate, à la limite de l'acariâtre et portant sur le monde comme il va mal un regard très marqué par le déclin - il faut dire qu'il s'était débarrassé d'un de ses doubles, Nathan Zuckerman, dans son livre précédent.
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Brillant la plupart du temps, mais trop court! 29 mars 2011
Format:Broché|Achat vérifié
Les moments forts de ce livre sont ceux où le jeune élève Messner s'indigne devant le principal de son collège de ce qu'il soit obligé par le règlement d'aller à la messe tout les dimanches, citant largement le pamphlet de Bertrand Russell "Why I am not a Christian". Egalement spectaculaire est la diatribe du président du collège contre la rébellion qui fermente dans les rangs des étudiants, leur brandissant le spectre de la guerre de Corée. Le style est trés fluide, souvent éloquent (lu en anglais). Par contre je trouve ce livre trop court car la fin arrive brutalement en quelques pages, en Corée précisement. J'aurais pu m'y attendre puisque à plusieurs reprises le jeune héro nous annonce la dernière année de sa vie. Mais pourtant je pense que cette fin aurait pu être élaborée, je trouve dommage que Roth n'ai pas choisi de le faire. On dirait que Roth a soudain décidé qu'aprés 230 pages des aventures de Messner ça suffisait comme ça!
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
4.0 étoiles sur 5 Fascinant et terrible 18 janvier 2013
Format:Poche|Achat vérifié
L'histoire se déroule aux Etats Unis dans les années 50 . Lorsque Marcus Messner rentre à l’université de Robert Treat la guerre de Corée vient d’éclater . Issu d’un milieu ouvrier à Newark où son père tient une boucherie cachère, Messner apprend très tôt le métier et selon les clients acquérit des compétences ‘d ‘artiste’ . Cependant doué pour l’école aussi et devient le premier de sa famille à faire des etudes supérieures. Sa premiere année à l’Universite Robert Treat est la plus exaltante et la plus terrible de sa vie. Il adore son nouvel environnement, les professeurs , les autres étudiants et aime apprendre . En meme temps il est impatient d’évoluer et de devenir independent , justement ceque son père redoute craignant qu’il soit tué ou qu’il se dévergonde. Ses angoisses le poussent à épier et sermoner Marcus cequi étouffe ce dernier et l’incite à quitter Newark pour s’inscrire à Winesburg ,une école d’ingénieur d’inspiration Baptiste dans le Ohio .
A Winesburg Marcus se trouve brusquement dans un environment étranger. Les juifs sont peu nombreux dans son école , et la vie sociale tourne autour des “fraternities” des clubs exclusifs et sectaires où les étudiants font la fête et se défoncent le weekend mais sont obligés d’aller à la chapelle le dimanche. Cette mentalité l'indigne et il ne cache pas son indignation même à ses supérieurs. Pendant ce temps au loin la guerre en Corée gronde et s’intensifie menaçant des jeunes d’être appelés au front .
Lire la suite ›
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
Vous voulez voir plus de commentaires sur cet article ?
Ces commentaires ont-ils été utiles ?   Dites-le-nous

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique