undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Invasion! Le débarquement vécu par les Allemands et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Habituellement expédié sous 12 à 13 jours.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Invasion ! : Le dé... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Invasion ! : Le débarquement vécu par les Allemands Broché – 20 mars 2014


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 23,90
EUR 23,90 EUR 17,04

Livres et manuels scolaires Livres et manuels scolaires


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Invasion ! : Le débarquement vécu par les Allemands + La bataille de Normandie 6 juin 25 août 1944 + Les français sous les bombes alliées 1940-1945
Prix pour les trois: EUR 69,70

Certains de ces articles seront expédiés plus tôt que les autres.

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Prologue

«ALORS, ÇA Y EST»

5 juin 1944, au Berghof, la résidence d'Hitler à Berchtesgaden. Depuis février, en raison de la menace de plus en plus précise d'un bombardement aérien allié, le Führer a quitté son quartier général de Prusse orientale, la Wolfschanze (la «tanière du loup»). A l'ambiance Spartiate succède le charme d'un chalet cossu des Alpes bavaroises. Suivant son habitude, après avoir regardé un film et mené une discussion sur le théâtre et le cinéma avec son entourage, Hitler s'est couché très tard, vers trois heures du matin. Le dictateur s'endort sans se douter que, depuis plusieurs heures, les combats ont commencé en Normandie. Son maréchal favori, le maréchal Rommel, qui doit mener la bataille pour repousser l'Invasion, est lui aussi endormi, chez lui, à Herrlingen. Aucun officier de son état-major du groupe d'armées B (Heeresgruppe B) ne réalise que la situation exige de le contacter.
S'agit-il de l'Invasion, du véritable Débarquement ? Le maréchal von Rundstedt, commandant de l'OB West craint une diversion. Il requiert néanmoins à 4 h 45 l'autorisation de faire intervenir immédiatement deux divisions de panzers de réserve. Warlimont, l'adjoint de Jodl, le chef d'état-major de l'OKW, n'a pas plus de certitude que l'OB West quant à la nature des opérations en cours. Dans ces conditions, le général Jodl refuse la requête de Rundstedt.
Au Berghof, on hésite à réveiller le maître du Reich, à peine endormi. Eût-il été prévenu des opérations aéroportées en cours avant de se retirer dans sa chambre qu'il aurait sans doute suivi l'évolution des événements et exigé davantage de rapports au fil des heures. Les atermoiements et le manque de clairvoyance des responsables de la Wehrmacht auront des conséquences dramatiques pour le IIIe Reich.
A quoi bon réveiller Hitler s'il ne s'agit que d'opérations aéroportées de faible envergure ? Loin du tumulte du front, disposant de rapports fragmentaires, parfois erronés, l'état-major de la Wehrmacht met beaucoup de temps à réaliser l'ampleur de l'offensive ennemie. Les responsables du haut commandement ne finissent par admettre que l'Invasion a réellement débuté qu'entre 8 h et 9 h 30 du matin, peu avant l'arrivée au Berghof d'Albert Speer, le ministre de l'Armement et des Munitions. L'armée allemande combat déjà depuis près de dix heures. La bataille des plages est engagée depuis l'aube et, dans les bunkers du mur de l'Atlantique, les soldats allemands luttent avec l'énergie du désespoir.
C'est après 10 heures, ce 6 juin 1944 que le Führer se réveille enfin. On lui apprend immédiatement la nouvelle. Il reste d'abord calme, soulagé même. «Le Führer fait plus que se réjouir du fait», rapporte Joseph Goebbels, le ministre de la Propagande : enfin le jour tant attendu est arrivé ! Avec l'entrée en guerre des États-Unis en décembre 1941, un débarquement des Alliés à l'Ouest à plus ou moins longue échéance était une certitude. Sa confiance en la victoire est absolue. La bataille débute donc en Normandie, exactement à l'endroit qu'il avait prévu. Les conditions météorologiques lui sont également favorables puisque le mauvais temps semble devoir limiter les opérations aériennes alliées. Goering, le patron de la Luftwaffe, estime la bataille d'ores et déjà gagnée. A la conférence hebdomadaire de midi, Hitler, qui a toujours envisagé un éventuel débarquement en Normandie comme une diversion, est désormais dans un état d'excitation total. «Il s'approcha des cartes en affichant un sourire insouciant, dans l'attitude d'un homme qui aurait enfin trouvé l'occasion longtemps attendue, de régler ses comptes avec son ennemi», rapporte le général Warlimont. Le Führer laisse tomber ce commentaire laconique : «Alors, ça y est.» A 14 h 30, il consent finalement à l'intervention des divisions de panzers de réserve. Ordre tardif : les Alliés ont réduit au silence les défenses du littoral. Hommes et matériel ne cessent d'affluer dans les têtes de pont. Pis, la montée en ligne des réserves allemandes va s'effectuer en plein jour, sous la menace de la formidable puissance des forces aériennes alliées susceptible de donner sa pleine mesure si la météorologie le permet.
Il s'agit bien de l'Invasion. L'épreuve du Jour J et la bataille de Normandie commencent pour l'armée allemande.

Présentation de l'éditeur

6 juin 1944, au Berghof. Suivant son habitude, Hitler s'est couché tard, vers trois heures du matin. Il ignore que les combats ont commencé en Normandie. S'agit-il de l'Invasion, du véritable Débarquement ? On hésite à réveiller le maître du Reich. À quoi bon s'il ne s'agit que d'opérations de faible envergure ? À midi, Hitler laisse tomber ce commentaire laconique : «Alors, ça y est.»

À ce moment-là, l'armée allemande affronte les Alliés depuis près de dix heures. La bataille des plages est engagée depuis l'aube et, dans les bunkers du mur de l'Atlantique, les soldats allemands luttent avec l'énergie du désespoir. Puis viennent la guerre des haies et les combats pour Caen et Saint-Lô.

Cette bataille, la plus célèbre de la Seconde Guerre mondiale, scelle la défaite du IIIe Reich. Or pourquoi et comment l'armée allemande, si expérimentée, a-t-elle finalement été vaincue ? Au jour le jour, Benoît Rondeau retrace le Jour J et les cent jours de la bataille de Normandie tels que les ont vécus les Allemands, du simple soldat au général du Reich. Ce faisant, il nous livre une nouvelle histoire du Débarquement.

Benoît Rondeau fut chercheur à la Fondation pour la mémoire de la déportation. Il est l'auteur de La Grande Guerre au Moyen-Orient (2009), Afrikakorps, l'armée de Rommel (Tallandier, 2013) et co-auteur du Dictionnaire du Débarquement (2011).



Détails sur le produit

  • Broché: 446 pages
  • Editeur : TALLANDIER (20 mars 2014)
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1021004153
  • ASIN: B00G68N7HS
  • Dimensions du produit: 21,6 x 2,5 x 14,7 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.9 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (21 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 39.672 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.9 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par Marie le 11 juin 2014
Format: Broché
Ouvrage passionnant qui montre, jour après jour, les allemands tentés de repousser ce qu'ils appellent "l'Invasion". Benoît Rondeau retrace le Débarquement et les cent jours de la bataille de Normandie tels qu'ils les ont vécus, du simple soldat au général du Reich..
« De fait, Waffen SS et parachutistes feront montre de fanatisme au cours de cette âpre et sanglante campagne. Guderian est également convaincu de la supériorité du soldat allemand : l’infanterie britannique manque de combativité et, face à des équipages de Panzer très bien entraînés, selon lui (il est l’inspecteur général des troupes blindées), « la supériorité de l’ennemi ne découle que du nombre de ses chars3 ».

Obéissants, les soldats allemands, comme leurs adversaires, nouent des liens de solidarité au niveau du groupe de combat ou de la section. Leur motivation première : survivre et ne pas abandonner les « copains », les venger au besoin. L’idée de remporter la bataille décisive pour le Reich est bien entendu très présente. On se bat pour la patrie (Vaterland) et la famille. On se bat aussi pour le Führer, plus souvent que certains auteurs ne voudraient le laisser entendre.

Pourtant, l’examen fait par les services de renseignement américains du courrier pris sur les prisonniers et sur les cadavres semble suggérer une baisse du moral après la chute de Cherbourg4. À l’instar des commandants Kuhle et von Saldern, certains prisonniers pensent désormais que la guerre ne peut plus être gagnée.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
24 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile  Par bir-hacheim TOP 100 COMMENTATEURSVOIX VINE le 10 avril 2014
Format: Broché
J’avais vraiment apprécié l’ouvrage précédent que Benoît Rondeau avait consacré à l’Afrika Korps. Originaire de la Normandie, il nous propose ici un ouvrage sur le Débarquement et la bataille de Normandie de juin et juillet 1944.

Evidemment, il existe déjà beaucoup d’ouvrages sur le débarquement des Alliés sur les plages Normandes en 1944. De cette bibliographie importante, je ressors volontiers:

- L’histoire du Débarquement en Normandie d’Olivier Wieviorka
- D-Day et la bataille de Normandie d’Anthony Beevor
- Six armées en Normandie de John Keegan

Devant une pléthore d’ouvrages disponibles, Benoît Rondeau a pris l’angle d’attaque de traiter le sujet du point de vue allemand, reprenant là ce qui avait fait le succès d’édition de Paul Carrell dans les années 1975 avec son célèbre « Sie kommen – Ils arrivent« . Un texte certes biaisé et daté mais qui a apporté un éclairage unique à l’époque sur le point de vue des combattants d’en face.

Benoît Rondeau aborde donc son sujet par le même angle d’attaque mais avec les connaissances actuelles et sans complaisance pour l’un ou l’autre belligérant; ce qui n’était clairement pas le cas de Paul Carrell, il y a près de 40 ans.

Et bien cet ouvrage est une vraie réussite.
Lire la suite ›
3 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par Bill Carson le 11 avril 2014
Format: Broché
J'ai aimé Afrikakorps du même auteur. Cette bataille de Normandie sort aussi de l'ordinaire car elle nous fait vivre tous les combats du côté allemand et j'ai été convaincu. Enfin un récit de la Normandie qui sort des sentiers battus et qui fait mieux que Carell! Le style vivant de l'auteur est agréable. Comme dans Afrikakorps, j'ai retrouvé à la fois les témoignages des combattants et des considérations stratégiques. J'ai apprécié le chapitre sur les conditions de la bataille et de la vie du soldat. Pas de scoops en tant que tels mais de nombreux détails et des réflexions intéressantes. A il re par les passionnés de la bataille de Normandie.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Stéphane MANTOUX TOP 500 COMMENTATEURS le 7 février 2015
Format: Broché
Benoît Rondeau avait sorti l'an passé, aux éditions Tallandier, un ouvrage sur l'Afrikakorps de Rommel et plus largement, en fait, sur la guerre en Afrique du Nord vue du côté allemand, que j'avais commenté ici. Pour le 70ème anniversaire du débarquement en Normandie, il propose ce livre qui offre la vision allemande de l'événement, mais pour toute la bataille de Normandie et non pour le seul débarquement : encore une fois, le titre est trompeur.

Ce n'est qu'à 10 heures, le 6 juin 1944, qu'Hitler apprend la nouvelle du débarquement, bien après le début des combats dans la nuit. La nouvelle l'enchante d'ailleurs, puisqu'il croit que la bataille décisive pour l'Allemagne a commencé. Tout un symbole... on aurait pourtant aimé une vraie introduction, qui manque un peu ici.

L'ouvrage se divise ensuite en cinq parties. La première, l'attente, explique comment les Allemands ont préparé leur défense, et notamment le "mur de l'Atlantique". La directive 51 du Führer, en novembre 1943, donne la priorité au front de l'ouest, qui ne se renforce vraiment en unités qu'au printemps 1944. Rommel, qui arrive ce même mois de novembre, commence immédiatement à accélérer le bétonnage de la côte et à augmenter les défenses sur les plages, pour rejeter tout de suite l'envahisseur à la mer. L'effort est cependant entravé par les querelles au sein du système nazi et aussi de l'armée allemande.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?