undrgrnd Cliquez ici Baby RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

3
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
3
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
IRON MAN NOIR T01: la quête du coeur
Format: BrochéModifier
Prix:12,50 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 9 août 2011
En 2009, la maison d'édition Marvel lance la ligne "NOIR". Il s'agit d'une suite d'histoires mettant en scène les principales figures de sa mythologie en les transposant dans les années 30, façon "série noire". Spiderman est le premier personnage à subir le traitement et c'est un joli succès. Les X-men, Daredevil, le Punisher et Luke Cage sont ensuite publiés dans le même esprit mais le succès est décroissant. L'idée est alors de faire évoluer le concept et de s'inspirer davantage des magazines "pulp" qui paraissaient à la même époque, pour une ambiance plus légère et divertissante. Iron man sert ainsi de transition avant que Deadpool inaugure véritablement la ligne "PULP".
Les pulps, abréviation de "pulp magazines", étaient des publications très populaires aux USA durant la première moitié du XXe siècle. Ces magazines publiaient principalement de la fiction (très souvent présentée comme la narration de faits réels) avec des thèmes comme le récit fantastique, les histoires d'aventure, de détective et de science-fiction. Dès le début du récit qui nous intéresse, Tony Stark est présenté comme un aventurier milliardaire dont les aventures sont publiées dans un pulp magazine, histoire de bien pointer la référence !

Il faut le préciser, cette minisérie s'intéresse nettement plus au personnage de Tony Stark qu'à son avatar en armure. La transposition dans l'univers des pulps est savoureuse, et le fan de la série mainstream originelle appréciera de retrouver certains personnages, tels James Rodhes, Pepper Potts et le majordome Jarvis dans des rôles similaires, ou d'autres, comme Namor, les Barons Zemo et Von Strucker dans des rôles plus ou moins éloignés de leurs origines !
L'ambiance du récit est un merveilleux mélange d'aventure et de fantastique, quelque part entre "Les Aventuriers De L'Arche Perdue" de Steven Spielberg, le "Doc Savage" de l'époque des pulps et l'univers de Jules Verne.
Je suis personnellement un grand amateur de ces "elseworlds" qui permettent à des auteurs de comics de transposer les icones les plus connues, celles qui souffrent d'une continuité très ancienne et répétitive (pour ne pas dire rédhibitoire pour certains lecteurs), dans un autre univers, une autre époque ou un autre concept. Cette idée de traiter ces figures à la manière des pulps tout en remontant les époques participe d'une tendance postmoderne plébiscitée par nombre d'auteurs majeurs du monde des comics ces dernières années (on pense notamment à Alan Moore et à sa série Tom Strong). Une manière de se tourner vers le patrimoine de son médium et d'en faire le point, tout en compilant les grands moments de son histoire d'une manière nostalgique. Cette tendance accouche d'œuvres délicieusement naïves et rafraichissantes, très "second degré", comme cet "Iron Man NOIR" ! D'ailleurs, puisqu'on parle de nostalgie, ces "elseworlds" sont souvent une excellente façon de se replonger dans son enfance sans devoir relire les comics originaux dont la forme infantile a très mal vieilli.

Hélas, l'œuvre qui nous intéresse aujourd'hui souffre d'un réel défaut : Elle est vraiment trop courte (4 épisodes, là où 8 au moins auraient été les bienvenus). Difficile alors, pour le scénariste, de développer son sujet avec profondeur. Le résultat est donc frustrant, car on ne fait que survoler une histoire qui demeure trop légère là où elle devrait être immersive afin de rendre le voyage plus convaincant. Les situations sont ainsi trop vite mises à la suite, les personnages n'ont pas le temps de s'affirmer, l'intrigue devient factice et le récit ne développe aucune toile de fond supplémentaire. Le talent de conteur du scénariste Scott Snyder fait que l'ensemble reste envers et contre tout d'un très bon niveau (impossible de mettre moins de 4 étoiles à une mini-série que j'ai dévoré avec autant de plaisir !), d'autant que les dessins de Manuel Garcia sont également très bon, mais on ne peut s'empêcher d'imaginer ce qu'aurait pu donner ce projet avec le double d'épisodes...
C'est dommage. Je pense que Marvel a été frileux en imposant à ses auteurs quatre épisodes maximum pour lancer leurs miniséries, histoire de prendre la température et mesurer le succès sans trop investir. Hélas, ce faisant, ils ont condamné une entreprise qui ne pouvait se développer correctement sur un matériel si étriqué...
44 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
L'étrange concept Marvel Noir continue avec l'homme de Fer . Fort de sa popularité cinématographique récente , Tony Stark a droit à ses quatre épisodes durant les années 30 .
N'étant pas un aficionado du super héros milliardaire , j'ai été agréablement surpris par la qualité de l'histoire . Scott Snyder a fait un vrai effort d’imagination concernant les aventures de Stark en prenant le lecteur au mot ! La BD met en scène un Stark aventurier façon Indianna Jones flanqué d'un journaliste qui suit ses faits et gestes pour les retranscrire ensuite sous forme de Comics pour Marvel Hommes , une publication pour jeunes adolescents en mal de rocambolesque .

En quatre épisodes , Stark fait preuve du même humour blasé et degalanterie mêlé à une certaine forme d'égoïsme . Il fait de la spéléo , découvre l'Atlantide ,poursuit des Nazis , affronte son père devenu fou et part à l'assaut d'un château pour délivrer Pepper Potts . Il prend le temps également de concevoir une armure qui fera de lui un chevalier au grand cour .
Aussi grosse soit l'intrigue , c'est trépidant , bien écrit , exotique , astucieuse synthèse d'histoires à la Indianna Jones et de Jules Verne .

L'armure est plutôt moche , relève plus des Transformers que de l'armure ergonomique de Stark mais c'est finalement très secondaire . Les dessins de Manuel Garcia restent très agréables , habile mélange de LF Yu et de Terry Dodson .

Surprenant et bien fichu un beau récit de héros invincible plein de suspense et de rebondissements . Bien loin du naufrage de Xmen Noir .
33 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 29 septembre 2012
Dans l'excellente collection des Marvel Noir, je demande l'homme de fer, alias Iron Man.
Ici le récit est presque hors sujet car il ne propose pas vraiment une plongé dans le monde du polar, mais plutôt dans un univers Pulp, un peu à la Indiana Jones.
Il n'empêche que cette version de Scott Snyder d'Iron Man est passionnante, sorte d'aventurier de la fin des années 30, on retrouve comme dit précédemment une ambiance à la Indiana Jones des plus plaisante.
Néanmoins on reste un peu sur sa fin tant le récit est court, seulement 80_90 pages c'est court, mais heureusement c'est très bon.
Attention néanmoins, le récit concerne surtout le personnage de Tony Stark, vous ne verrez que peu de temps l'alter ego d'acier de l'aventurier qu'est Tony.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Wolverine Noir
Wolverine Noir de Stuart Moore (Broché - 12 mai 2010)
EUR 12,50

Daredevil noir
Daredevil noir de Alexander Irvine (Broché - 9 juin 2010)

DAREDEVIL ALL-NEW MARVEL NOW T01
DAREDEVIL ALL-NEW MARVEL NOW T01 de Mark Waid (Broché - 4 février 2015)
EUR 17,50