undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

8
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
4
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Israel Nash's Rain Plans
Format: CDModifier
Prix:12,29 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

6 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Artiste inconnu de mes fichiers et style musical que je pratique peu, le CD avait peu de chances d’atterrir sur ma platine et pourtant.
Israel Nash Gripka de son nom complet, est un chanteur compositeur et guitariste américain originaire du Missouri, auteur depuis 2009 de trois albums, dont cet Israel Nash’s Rain Plans sorti à l’automne dernier.
Difficile de parler de cet album car les neufs chansons ne peuvent pas être prises séparément, nous ne sommes pas dans du rock classique à la « tchac-tchac-poum », il s’agit plutôt d’une musique créant une ambiance ou éveillant des sensations. Chaque titre s’étire entre quatre et sept minutes, sur des tempos médium ou lent, laissant le temps aux guitares, électriques et acoustiques, à la pedal steel et à l’orgue de tisser des nappes sonores propres à la rêverie. Sans parler de musique planante, la voix douce mais néanmoins profonde de Nash finit par envoûter l’auditeur. De plus, suprême élégance, l’album a le bon goût de proposer ses titres dans un ordre montant en intérêt, pour atteindre ses sommets du sixième au dernier morceau, soit de Rain Plans à Rexanimarum en passant par Iron Of The Mountains et Mansions.
Musique très américaine, j’y perçois parfois des traces de Neil Young ou plus de Ryan Adams, mais ce ne sont que des réminiscences, ne prenez pas ces références au premier degré. Un disque qui mérite qu’on lui prête une oreille attentive, encore que les deux serait mieux encore pour profiter de la stéréo, et à laisser tourner en boucle sur votre platine, le temps de vous habituer à ses sonorités apaisantes. A écouter sans modération.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 15 mars 2014
Découvert en première partie d'un concert de Midlake. Entre Texans, on s'entraide! Israel Nash étant quant à lui un Texan d'adoption... Le bougre assure, avec sa Gibson J-200, une belle voix qui porte et son comparse qui lui tisse des nappes de pedal steel...
Et l'album nous distille une série de belles ballades folk-rock teintées de country. Guitare folk sur fond de pedal steel... Assurément américain. Assurément proche des ballades électriques de Neil Young. La première chanson me fait quant à elle penser au grand Gene Clark, tant par la voix que par le style. On est dans cet univers...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 1 juin 2014
Oui je trouve que l'illustration en couverture de la pochette rend parfaitement l'ambiance dans laquelle nous immerge la musique.
Hallucinée.
Je dirai qu'il s'agit de musique country qui par ses textes et ses compositions fait preuve d'une œuvre très personnelle d'un auteur.
Les chansons au rythme lent voire moyen, m'évoquent des images de paysages naturels, des lieux ou l'être se bat avec les éléments pour se faire sa place, mais où il y vit en symbiose dans l'adversité. Dans le respect de son environnement.
La musique me transporte au delà des instants vécus et chantés par l'auteur vers ces paysages délavés par la pluie, écrasés par le soleil, assourdissants du fait du bruit dégagé par leur force.
Peut-être mon meilleur CD depuis le début de l'année.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
8 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Depuis l’écoute de son premier LP, l’excellent New York Town (2009) qui évoque beaucoup le Bruce Springsteen du début de carrière, je me suis pris d’une vraie passion pour Israel Nash Gripka, natif du Missouri. Son second jet, le triomphal Barn Doors And Concrete Floors (2011) n’ayant fait que confirmer l’obligation de ne pas relâcher mon attention sur cet artiste, arrive le numéro trois de la jeune discographie de ce songwriter élogieusement considéré et favorablement éprouvé par le milieu.

A l’instar de ses devanciers, le troisième volume solo d’Israel suscite d’amicales, de respectueuses et répétées tapes dans le dos de son auteur, valide les sympathiques manifestations d’admiration qui circulent sur son œuvre depuis sa genèse. Cette petite perle trempée dans la tradition rurale ricaine et qui nous est tombée dans les bacs au quatrième trimestre de 2013 va même encore plus loin : elle a la beauté des plus beaux spécimens de l’Americana.

Hymne à une nature suggéré par sa nouvelle vie dans les grands espaces texans, un environnement doublement campagnard et montagnard qu’Israel a progressivement apprivoisé, Rain Plans (2013) marque une avancée supplémentaire et capitale dans le parcours d’ING. Cet album doit être pour lui la passerelle favorisant définitivement son éclosion auprès d’un panel plus étiré d’auditeurs.

Là où l’affaire séduit plus particulièrement le fan de west-coast que je suis, c’est son esprit. Rain Plans ramène au Buffalo, au Loner et à son Cheval Fou, à Crosby Stills Nash & Young. Avec Jonathan Wilson qui, la même année et dan l’album Fanfare, ressuscite Laurel Canyon, je suis radieux d’observer que la légendaire et incontournable scène angeline de 60/70 inspire toujours. Il est plutôt réjouissant que ces p’tits jeunes redonnent vie à ce formidable et mythique creuset de la musique américaine.

Rain Plans, publié pour le compte de Loose Music, est un des disques majeurs de la production discographique amerloque de ces derniers mois ; il nous replonge dans les premiers pas du folk rock d’antan. Belles mélodies, écriture intense, parfois noircie et désespérée, batterie lourde mais basse souple, harmonies vocales aériennes, humeur laid back, jeu de gratte à la Neil Young, belle voix fluette et fragile, un peu noyée dans le mixage cependant, ambiance éthérée, envoutante et country sans l’être vraiment, brassage d’acoustique et d’électrique, slide d’une belle douceur… le plaisir est au bout de l’écoute. Il y a de la grandeur dans cette œuvre, qui traduit magnifiquement les grands espaces qui s’étirent sous les yeux du résident de la périphérie d’Austin. J’ai pris personnellement un méga panard à souscrire à ce disque subtile, sophistiqué, à la saveur hippie et très tranquille mené par un groupe d’excellents et sobres musiciens qui se contentent de bien assurer leur partition. Les McClellan, Joey, guitariste et Aaron, bassiste, John Fleishman, batteur, et Eric Swanson, pedal steel guitare, encadrent Israel Nash Gripka (banjo,guitare,harmonica) . En live, je pense que ça doit bien donner…

Rain Plans est audacieux et compétent ; la prise de risque de son auteur est concluante après deux albums précédents différents. Sa nouvelle orientation a toutes mes faveurs de Woman At The Well à Rexanimarum. N’attendez donc pas de moi que je me mouille pour faire remonter un titre plus qu’un autre. Cet univers est le mien. J’applaudis donc des deux mains l’initiative d’ING et j’attends impatiemment une suite à cet opus extraordinaire. Et je pèse mes mots (PLO54).
44 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 17 juin 2014
Tout en délicatesse, des compos harmonieuses et inspirées, avec une référence à Neil Young palpable. Israel Nash oblige à plusieurs écoutes afin de saisir toute la finesse du climat de cet excellent album. Mon disque du moment. J'en achète peu et celui-ci est remarquable de bout en bout.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 9 novembre 2014
du tout bon, un peu répétitif mais ce qui justement, peut déranger en début d'écoute, devient agréablement une longue route bien chaude aux oreilles, repérable et émanation consciente ou non, d'un feeling seventies resté logé chez tous ces vieux ados éternellement rock au cœur...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 12 octobre 2014
on retrouve un mélange de Neil Young,Neal Casal et tout ce que l'on aime dans
l'Americana,envolées de guitares et morceaux longs.Génial le disque à ne pas manquer!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 31 mai 2014
Il est fait pour les amoureux de Neil Young et de de Dylan fin 60's, début 70's. La slide guitare est maitrisée, les harmonies vocales fort belles. Un album complètement anachronique mais très apaisant.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Rain Plans
Rain Plans de Israel Nash (CD - 2014)


Fanfare
Fanfare de Jonathan Wilson (CD - 2013)