Plus d'options
J.S. Bach: Die Kunst der Fuge, BWV 1080 (The Art of Fugue)
 
Agrandissez cette image
 

J.S. Bach: Die Kunst der Fuge, BWV 1080 (The Art of Fugue)

3 juin 2003 | Format : MP3

EUR 17,49 (TVA incluse le cas échéant)
Également disponible en format CD

Applications Amazon Music

Applications Amazon Music
Titre
Durée
Popularité  
30
1
3:42
30
2
3:20
30
3
2:58
30
4
4:08
30
5
4:20
30
6
4:19
30
7
4:14
30
8
3:25
30
9
5:29
30
10
7:28
30
11
7:43
Disc 2
30
1
3:36
30
2
3:39
30
3
2:29
30
4
2:52
30
5
9:30
30
6
2:38
30
7
4:57
30
8
2:14
30
9
5:21
30
10
10:29
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  

Détails sur le produit

  • Date de sortie: 3 juin 2003
  • Nombre de disques: 2
  • Label: harmonia mundi
  • Copyright: (c) 1986 harmonia mundi s.a.
  • Durée totale: 1:38:51
  • Genres:
  • ASIN: B00BEKDVI8
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 205.945 en Albums (Voir les 100 premiers en Albums)

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

Par Nicolas TOP 50 COMMENTATEURS le 27 avril 2015
Format: CD
Un peu plus de 15 ans après la version de référence de Gustav Leonhardt, dont le sens du détail, de l'accentuation et de l'architecture polyphonique éclaire, encore aujourd'hui, la discographie de l'art de la Fugue, Davitt Moroney enregistra en 1985 pour Harmonia Mundi une autre version de référence (elle même de 15 ans antérieure à une autre version de référence de Robert Hill), á la fois différente mais aussi dans la filiation du maitre néérlandais.

Ce que cette version partage avec celle de Leonhardt, c'est une certaine approche respectueuse du texte, une volonté de respecter l'équilibre de l'architecture de cet entremêlement de voix entre verticalité et horizontalité et une certaine volonté de restituer un message d'universalité, traits généraux que ces deux clavecinistes partagent aussi avec un organiste comme Helmut Walcha et qui les séparent de clavecinistes comme Robert Hill et Ton Koopman ou d'organistes comme André Isoir qui adoptent des approches (tout aussi défendables) plus basées sur le mouvement vers l'avant et la jubilation plutôt qu'une vision spéculative, organique et architecturale.

Là où les versions de Moroney et Leonhardt diffèrent, c'est sur la facon d'appliquer ces principes dans leur jeu.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique