Jacqueline Du Pre


Jacqueline du Pré : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 43
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de Jacqueline Du Pre
Fourni par l'artiste ou son représentant

Biographie

Née à Oxford le 26 janvier 1945, Jacqueline du Pré commença l'apprentissage du violoncelle dès l'âge de 4 ans, après avoir entendu le son de cet instrument à la radio et demandé à sa mère "l'un de ceux-là".
Très vite elle remporta de nombreux concours locaux, et se produisit en concert à la BBC à l'âge de 12 ans seulement.
En 1960, du Pré participa notamment à une master classe avec Pablo Casals, puis elle étudia quelques temps auprès de Paul Tortelier à Paris, et de Mstislav Rostropovitch en URSS en 1966. Ce dernier fut tellement impressionné qu'il déclara qu'elle était la seule ... Lire la suite

Née à Oxford le 26 janvier 1945, Jacqueline du Pré commença l'apprentissage du violoncelle dès l'âge de 4 ans, après avoir entendu le son de cet instrument à la radio et demandé à sa mère "l'un de ceux-là".
Très vite elle remporta de nombreux concours locaux, et se produisit en concert à la BBC à l'âge de 12 ans seulement.
En 1960, du Pré participa notamment à une master classe avec Pablo Casals, puis elle étudia quelques temps auprès de Paul Tortelier à Paris, et de Mstislav Rostropovitch en URSS en 1966. Ce dernier fut tellement impressionné qu'il déclara qu'elle était la seule violoncelliste de la jeune génération qui pouvait l'égaler voire même le dépasser.
C'est en 1966 que Jacqueline du Pré rencontra Daniel Barenboïm, qu'elle épousa l'année suivante. Ce fut l'une des relations les plus fructueuses de l'histoire de la musique classique, et qui fut jalonnée de nombreux concerts et d'enregistrements mémorables (concertos de Dvooeák, Saint-Saëns, sonates de Brahms, Chopin.).
A ce couple se joignirent fréquemment leurs amis Itzhak Perlman, Pinchas Zukerman et Zubin Metha pour la fameuse Truite de Schubert, filmée en vidéo par Christopher Nupen, ou autour de trios de Beethoven. En 1971, Jacqueline du Pré commença à perdre de la sensibilité dans ses doigts, et pris une période sabbatique en 1971/72, entrecoupée de quelques rares concerts.
Elle reprit vraiment sa carrière concertiste en 1973, mais à cette époque les symptômes se firent plus sévères. En octobre, on lui diagnostiqua une sclérose en plaques, qui causa une détérioration progressive de son état de santé jusqu'à sa disparition le 19 octobre 1987, à l'âge de 42 ans.
Son jeu d'une profondeur et d'une puissance rares, son extrême vitalité et sa joie de vivre en ont fait l'une des plus grandes violoncellistes du XXe siècle. Le concerto d'Elgar restera notamment à jamais associé à son nom, grâce au merveilleux enregistrement réalisé en 1965 sous la direction de John Barbirolli.

Cette biographie a été fournie par l'artiste ou son représentant.

Née à Oxford le 26 janvier 1945, Jacqueline du Pré commença l'apprentissage du violoncelle dès l'âge de 4 ans, après avoir entendu le son de cet instrument à la radio et demandé à sa mère "l'un de ceux-là".
Très vite elle remporta de nombreux concours locaux, et se produisit en concert à la BBC à l'âge de 12 ans seulement.
En 1960, du Pré participa notamment à une master classe avec Pablo Casals, puis elle étudia quelques temps auprès de Paul Tortelier à Paris, et de Mstislav Rostropovitch en URSS en 1966. Ce dernier fut tellement impressionné qu'il déclara qu'elle était la seule violoncelliste de la jeune génération qui pouvait l'égaler voire même le dépasser.
C'est en 1966 que Jacqueline du Pré rencontra Daniel Barenboïm, qu'elle épousa l'année suivante. Ce fut l'une des relations les plus fructueuses de l'histoire de la musique classique, et qui fut jalonnée de nombreux concerts et d'enregistrements mémorables (concertos de Dvooeák, Saint-Saëns, sonates de Brahms, Chopin.).
A ce couple se joignirent fréquemment leurs amis Itzhak Perlman, Pinchas Zukerman et Zubin Metha pour la fameuse Truite de Schubert, filmée en vidéo par Christopher Nupen, ou autour de trios de Beethoven. En 1971, Jacqueline du Pré commença à perdre de la sensibilité dans ses doigts, et pris une période sabbatique en 1971/72, entrecoupée de quelques rares concerts.
Elle reprit vraiment sa carrière concertiste en 1973, mais à cette époque les symptômes se firent plus sévères. En octobre, on lui diagnostiqua une sclérose en plaques, qui causa une détérioration progressive de son état de santé jusqu'à sa disparition le 19 octobre 1987, à l'âge de 42 ans.
Son jeu d'une profondeur et d'une puissance rares, son extrême vitalité et sa joie de vivre en ont fait l'une des plus grandes violoncellistes du XXe siècle. Le concerto d'Elgar restera notamment à jamais associé à son nom, grâce au merveilleux enregistrement réalisé en 1965 sous la direction de John Barbirolli.

Cette biographie a été fournie par l'artiste ou son représentant.

Née à Oxford le 26 janvier 1945, Jacqueline du Pré commença l'apprentissage du violoncelle dès l'âge de 4 ans, après avoir entendu le son de cet instrument à la radio et demandé à sa mère "l'un de ceux-là".
Très vite elle remporta de nombreux concours locaux, et se produisit en concert à la BBC à l'âge de 12 ans seulement.
En 1960, du Pré participa notamment à une master classe avec Pablo Casals, puis elle étudia quelques temps auprès de Paul Tortelier à Paris, et de Mstislav Rostropovitch en URSS en 1966. Ce dernier fut tellement impressionné qu'il déclara qu'elle était la seule violoncelliste de la jeune génération qui pouvait l'égaler voire même le dépasser.
C'est en 1966 que Jacqueline du Pré rencontra Daniel Barenboïm, qu'elle épousa l'année suivante. Ce fut l'une des relations les plus fructueuses de l'histoire de la musique classique, et qui fut jalonnée de nombreux concerts et d'enregistrements mémorables (concertos de Dvooeák, Saint-Saëns, sonates de Brahms, Chopin.).
A ce couple se joignirent fréquemment leurs amis Itzhak Perlman, Pinchas Zukerman et Zubin Metha pour la fameuse Truite de Schubert, filmée en vidéo par Christopher Nupen, ou autour de trios de Beethoven. En 1971, Jacqueline du Pré commença à perdre de la sensibilité dans ses doigts, et pris une période sabbatique en 1971/72, entrecoupée de quelques rares concerts.
Elle reprit vraiment sa carrière concertiste en 1973, mais à cette époque les symptômes se firent plus sévères. En octobre, on lui diagnostiqua une sclérose en plaques, qui causa une détérioration progressive de son état de santé jusqu'à sa disparition le 19 octobre 1987, à l'âge de 42 ans.
Son jeu d'une profondeur et d'une puissance rares, son extrême vitalité et sa joie de vivre en ont fait l'une des plus grandes violoncellistes du XXe siècle. Le concerto d'Elgar restera notamment à jamais associé à son nom, grâce au merveilleux enregistrement réalisé en 1965 sous la direction de John Barbirolli.

Cette biographie a été fournie par l'artiste ou son représentant.

Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page