J'ai fait HEC et je m'en excuse (Essais - Documents) et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 12,20
  • Tous les prix incluent la TVA.
Habituellement expédié sous 1 à 3 semaines.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
J'ai fait hec et je m'en ... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

J'ai fait hec et je m'en excuse Broché – 9 septembre 2009


Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché, 9 septembre 2009
EUR 12,20
EUR 5,50 EUR 0,01

Cahiers de vacances pour toutes les classes de la maternelle au lycée Cahiers de vacances pour toutes les classes de la maternelle au lycée


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

J'ai fait hec et je m'en excuse + Promotion Ubu Roi + À l'ENA : y entrer, (s')en sortir
Prix pour les trois: EUR 47,10

Certains de ces articles seront expédiés plus tôt que les autres.

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Depuis toujours, HEC s'enorgueillit de former des as de la finance et des champions du marketing. Or, la faillite économique actuelle ne découle-t-elle pas pour une large part du triomphe de cet hypercapitalisme que les diplômés de cette institution ont justement appris à mettre en oeuvre et à servir ? Il ne s'agit pas, dans ce livre, de stigmatiser une école, mais d'interroger l'esprit des grandes écoles de gestion et de management : l'enseignement des affaires est-il adapté aux enjeux sociaux, environnementaux ? Quelle est sa part de responsabilité dans les désordres que nous vivons ? Florence Noiville a enquêté auprès d'anciens élèves, rencontré des étudiants en cours de scolarité, étudié les réformes de la Harvard Business School. Tout converge pour montrer que si l'on ne veut pas reproduire les dérapages du dernier quart de siècle, il est urgent de repenser les " écoles du capitalisme ". De prendre le mal à la racine en fournissant aux futurs dirigeants des grilles de valeurs fondées sur une nouvelle approche des finalités de l'entreprise, du bien commun et de la richesse. La crise nous fournit l'occasion de cette nouvelle donne. Si rien n'est fait, nous continuerons d'apprendre à nos élites à penser le monde selon un modèle dont on voit tous les jours qu'il ne fonctionne pas.

Biographie de l'auteur

Florence Noiville est journaliste au Monde. Diplômée d'HEC, de Sciences-Po et titulaire d'une maîtrise de Droit des affaires, elle a commencé sa carrière dans la finance avant de tout abandonner pour la culture. Elle est aujourd'hui critique littéraire au Monde des livres et anime l'émission du même nom sur LCI. Elle est aussi l'auteur d'une biographie du prix Nobel Isaac Bashevis Singer et d'un roman, La Donation (Stock).


Détails sur le produit

  • Broché: 150 pages
  • Editeur : STOCK (9 septembre 2009)
  • Collection : Parti pris
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2234063396
  • ISBN-13: 978-2234063396
  • Dimensions du produit: 18,5 x 0,7 x 13 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (13 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 52.741 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Sir TOP 1000 COMMENTATEURS le 10 décembre 2011
Format: Broché
Florence Noiville est issue de HEC et après une carrière dans le secteur privé, elle a changé de voie et est devenue critique littéraire dans le journal "le Monde".

Elève dans les années 80 dans cette école, l'auteur s'interroge sur rôle de la grande Ecole de commerce, non pas particulièrement de celle là mais de toutes les business schools, en France les grandes écoles de commerce, dans le modèle économique qui a abouti à la crise de 2008-2011. L'aveuglement des enseignants, la valorisation d'un modèle de management et la culture de la performance ont formé des générations de cadres qui ne veulent et ne peuvent remettre en cause les pratiques de leurs entreprises parce qu'ils n'ont pas les outils intellectuels et la culture pour le faire.
Il ont accepté la paradigme MMPRDC ("Make More Profit, the Rest we Don't Care") même s'ils voyaient bien l'impasse à terme de cette recherche effreinée de marges toujours plus grandes.

Ce livre est très court, facile à lire, mais un peu trop focalisé sur HEC et les anciens de la promotion de l'auteur. La démonstration manque un peu de hauteur de vue, ce qui est dommage. Florence Noville avec son expérience personnelle pouvait être plus ambitieuse.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jane from Switzerland le 29 mai 2013
Format: Broché Achat vérifié
Ce livre est vraiment destiné aux gens comme moi qui ont fait HEC. Il se destine avant tout aux anciens élèves d'HEC !!! Allez lisez-le, en 1h30, c'est lu !!! Quand on est élève à HEC, on ne se rend pas compte de ce qui se passe dehors... Après 10 ans de vie professionnelle, je dis : j'ai adoré les études à HEC, mais pourquoi je déteste tant mon boulot au jour le jour ?!? Pourquoi j'ai plus le même feeling qu'aux études ?! En fait je le sais, et l'auteur a écrit ce que j'aurais pu écrire moi-même...
Comme l'auteur disait dans son livre, soit l'ancien élève HEC va adorer ce livre, soit l'ancien va être dérangé et dire que ce livre est de la m**** au sens propre, et ne jamais le lire jusqu'au bout. Toutefois, l'auteur a la sensibilité de ne pas cracher dans la soupe comme beaucoup voudraient le faire croire. Avec le chapitre " I have a dream " et le chapitre sur la microfinance, on sait qu'il y a de l'espoir. Finalement, deux chapitres, qui me disent, est-ce que je veux être celui qui a quitté le milieu, parce qu'il préférait fuir, est-ce que je veux être celui qui vandalise la planète, crée des problèmes sociaux comme la faim pour le seul objectif de maximiser le profit ou bien je veux être celui qui a une approche novatrice et utiliser ce que j'ai appris pour en faire un bon projet, comme le fondateur de la Grameen Bank... Ce livre pose la question finalement de quel ancien HEC j'ai envie d'être!? Et je crois que chaque ancien devrait vraiment se la poser cette question même si pour certains cette question dérange un peu trop, surtout quand on gagne un peu trop bien sa vie !!!!
Si vous n'avez pas fait HEC mais que vous avez un proche, votre mari, votre femme, vos enfants qui ont fait HEC, alors lisez ce livre ensemble et discutez-en! La réflexion autour de ce livre est cruciale.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par Pierre-marie Nowaczyk le 4 novembre 2009
Format: Broché
Quelques bons éléments et des éclairages intéressants mais le livre est très court et la réflexion aurait pu être beaucoup plus poussée.
Se lit très vite et reste un peu cher en terme de rapport qualité/prix même si l'auteur est très juste.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
15 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile  Par dumbo TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 30 septembre 2009
Format: Broché Achat vérifié
L'ouvrage se construit autour de l'expérience de l'auteur. Elle y présente de nombreuses anecdotes pertinentes (à la fois sur le fonctionnement de l'économie et sur l'éducation proposée à HEC). Sur le fond, rien de véritablement neuf: l'auteur met en avant le problème du "sens" de l'action économique et, indirectement, du sens de la vie. L'ensemble reste très consensuel et "bien pensant" mais pose des questions intéressantes... il ne faut en effet pas espérer y trouver des réponses. Un ouvrage "rapide" qui n'a pas la densité de Baudrillard alors que les thèmes sont proches.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Format: Broché
Florence Noiville (HEC, Science Po, maitrise de droit des affaires, journaliste pour Le Monde, écrivaine et critique, mariée au célèbre Martin Hirsch)se replonge dans l'univers qui l'a construit, pour a priori le déconstruire. Et c'est là que le lecteur se trompe. La quatrième de couverture n'est que fumée, mise en avant marketing (qu'elle dénonce soit dit en passant.

Oui c'est bel et bien un essai qui remet en cause l'ultra-libéralisme frénétique qui marque notre monde depuis le début des années 80. Oui, c'est une critique de l'enseignement d'HEC et même plus des écoles de commerce en générale. Mais ce livre est bien plus que cela, car il incite à réfléchir. Outre la critique consistant à dire que c'est maladroit de tirer sur l'école qui l'a formée, il y a un vrai débat de société soulevé dans ce livre. Et Florence Noiville, nous en donne une analyse à travers ses témoignages et nous livre des pistes de solution.

Bien qu'il doit amener à d'autres questionnements, je recommande ce livre et je recommande de le partager pour continuer le débat. Car si tout le monde n'a pas eu la chance (ou malchance) de faire HEC, le débat qu'elle soulève est un débat de société, qui nous concerne tous. Et surtout, certaines phrases méritent d'être notées pour leur valeur (non-marchande bien sûr)
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?