ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Amazon Rachète votre article
Recevez un chèque-cadeau de EUR 4,51
Amazon Rachète cet article
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

Je m'avance masqué: Entretiens avec Michel Martin-Rolland [Broché]

Michel Tournier

Prix : EUR 18,20 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le jeudi 17 juillet ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.

Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché EUR 18,20  
Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 4,51
Vendez Je m'avance masqué: Entretiens avec Michel Martin-Rolland contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 4,51, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Je m'avance masqué: Entretiens avec Michel Martin-Rolland + Célébrations + Le Vent Paraclet
Prix pour les trois: EUR 34,00

Certains de ces articles seront expédiés plus tôt que les autres.

Acheter les articles sélectionnés ensemble
  • Célébrations EUR 7,90
  • Le Vent Paraclet EUR 7,90

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Extrait

L'ARCHIPEL TOURNIER

Il y a un phénomène Tournier. Depuis bientôt un demi-siècle, ses livres se vendent par millions en France et dans le monde, faisant de lui le romancier français vivant le plus traduit. Son oeuvre attire la critique qui questionne les moindres lignes de cet auteur à la fois lauréat et membre de l'académie Goncourt. Sa personnalité fascine les journalistes, qui poussent tour à tour la porte du presbytère de Choisel où l'auteur les accueille en ermite bavard, d'autant plus soucieux d'entretenir sa notoriété qu'elle lui fut donnée tard.
De Michel Tournier, on sait donc tout. Mais tout ce qu'il a voulu dire ? Quarante ans de gloire littéraire lui en ont pourtant fourni maintes occasions : sur la littérature, sur ses livres, sur son itinéraire, il a tout commenté, tout expliqué, tout raconté. À quoi s'ajoutent- en nombre et en valeur- thèses, exégèses, hagiographies, colloques et compilations, en France et au-dehors.
Dès lors, pourquoi retourner à Choisel soumettre à la question ce Père Noël du roman ? À quoi bon répertorier encore le parcours de ce monument de la littérature occidentale ? Pour quelle moisson retourner cette glaise qui a probablement tout donné ?
D'abord pour le plaisir... Ce bonheur d'entendre et de faire entendre ce conteur au phrasé limpide et lumineux, aux idées stimulantes, au jugement dérangeant, désarmant, décapant.
Ensuite pour satisfaire une curiosité inassouvie, tenter de débusquer les contradictions du bonhomme. Car ce causeur en tient toujours plus d'une dans sa hotte. Bien qu'il proclame qu'il n'y en a pas, l'octogénaire aime que les «mystères Tournier» aient la vie dure : celui de l'ermite qui vit portes ouvertes et sens aux aguets, celui du marginal statufié, de l'artisan de l'équivoque, du pervers polymorphe permanent.
Enfin, et c'est lui qui le dit, parce que plus on vieillit, plus la mémoire est encombrée et tend à écarter ce qui ne compte guère.
Le but est donc d'atteindre à l'essentiel, de donner sens à un parcours, espoir qu'au jusant de sa vie cet être océanique nous laisse sur la plage encore humide de son séjour terrestre des solens luisants et tranchants, éclats ultimes de son intelligence et de sa bienveillance.
Le Roi des Aulnes fut un choc littéraire quand je le découvris à vingt ans. Cette histoire sombre, dure, morbide, me transporta par son écriture lisible, limpide, tellement lumineuse. Le dépliement du destin inouï de ce pauvre Abel Tiffauges m'apparut comme celui de tous les malheureux pris dans la tourmente de la guerre et de la barbarie. L'accumulation des situations, la précision chirurgicale par quoi le narrateur charcutait l'intimité de son héros, les découvertes de la parade nazie dans cette Prusse féerique et aux abois, cette atmosphère de curée qui traverse le récit : tout contribuait à mon trouble délice.
Un roman que j'ai lu et relu, pris à chaque fois par la voix diabolique contant cette épopée fantastique, ébloui par le plaisir de phrases qu'on n'aurait pu mieux tourner, ravi de retrouver un univers qu'on s'approprie à force d'y promener son esprit.
Je devins donc un lecteur assidu de Tournier et chaque nouvel ouvrage me fut réjouissance. L'ermite de Choisel s'inscrivit dans mon panthéon au côté de son contemporain, Hervé Bazin, autre auteur singulier et constant. Leur compagnonnage me permit d'aborder plus tard et de plain-pied leurs devanciers, Aragon, Flaubert, Stendhal.
Il faut se poser la question : que nous apporte l'oeuvre de Michel Tournier ?

Revue de presse

A défaut d'avancer masqué, l'auteur des «Météores», dans cette conversation arrosée au communard (crème de cassis + bourgogne rouge), recule démasqué. Rien qu'on ne sache déjà, mais tout est raconté avec vivacité : son enfance de cancre, sa passion précoce pour l'Allemagne, sa conversion à la philosophie, son passage par les Editions Plon et Europe 1, l'Académie Goncourt, et puis la gloire ! Le plus drôle est que Tournier, qui déteste pénétrer l'intimité de ses écrivains de chevet, nous invite ici à entrer dans la sienne. (Jérôme Garcin - Le Nouvel Observateur du 10 novembre 2011)

Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Michel Tournier est né en 1924, d'un père gascon et d'une mère bourguignonne, universitaires et germanistes. Les parents envoient chaque année leurs quatre enfants en vacances à Fribourg-en-Brisgau dans un foyer d'étudiants catholiques où ils peuvent pratiquer la langue. Michel Tournier est alors, selon ses dires, «un enfant hypernerveux, sujet à convulsions, un écorché imaginaire». En 1931, il est envoyé dans un home d'enfants, en Suisse, pour des raisons de santé. Il se passionne pour la musique.
De ses séjours en Allemagne, il dit : «J'ai connu le nazisme à neuf ans, à dix ans, à onze ans, à douze ans. Ensuite ç'a été la guerre». Il se souvient des parades militaires du nazisme, des discours du Führer, dénoncés par son père. «Mauvais écolier», il est exclu de plusieurs établissements puis, dès 1935, fait ses études au collège Saint-Erembert de Saint-Germain-en-Laye avant d'être inscrit comme pensionnaire chez les pères d'Alençon.
En 1941, la famille quitte la grande maison familiale de Saint-Germain-en-Laye, occupée par l'armée allemande, pour un appartement à Neuilly. Michel Tournier découvre alors la philosophie au lycée Pasteur de Neuilly, où il a pour maître Maurice de Gandillac et pour condisciple Roger Nimier. Les livres de Gaston Bachelard, découverts pendant les vacances, le décident à opter pour une licence de philosophie après le baccalauréat. Étudiant à la faculté des lettres de Paris, il soutient un diplôme de philosophie à la Sorbonne. En 1946, il obtient de se rendre en Allemagne, à Tübingen, où il rencontre Gilles Deleuze, pour apprendre la philosophie allemande. Il y reste quatre ans et, à son retour, se présente au concours de l'agrégation de philosophie, où il échoue. «Ma vie a été détruite, j'étais en morceaux» confie-t-il.
Pour gagner sa vie, il fait des traductions chez Plon puis entre à la radio. En 1955, à la création d'Europe n° 1, il fait partie de l'équipe. Il rédige les messages publicitaires «de couches-culottes, de démaquillants et de la lessive». En 1959, il entre chez Plon. Il propose aussi à la télévision une émission mensuelle, Chambre noire, consacrée aux grands photographes.
Il publie son premier roman en 1967, Vendredi ou les limbes du Pacifique, couronné par le grand prix de l'Académie française, d'après lequel il écrit par la suite Vendredi ou la vie sauvage, pour les jeunes lecteurs. Le Roi des Aulnes obtient le prix Goncourt en 1970. C'est le début d'une carrière entièrement dédiée à la littérature. Dès lors, Michel Tournier, dans son vieux presbytère de la vallée de Chevreuse, se consacre au «métier d'écrivain».
Il voyage au Canada, en Afrique noire, au Sahara.
Depuis 1972, il siège à l'Académie Goncourt, partage son temps entre écriture, articles, essais mais aussi rencontres avec son public, la jeunesse.

Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoiles

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?