Je m'en vais et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 10 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Je m'en vais a été ajouté à votre Panier
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Je m'en vais Poche – 4 octobre 2001


Voir les 6 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 7,00
EUR 4,99 EUR 1,19
Broché
"Veuillez réessayer"
--Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.
EUR 7,00 Livraison à EUR 0,01. Il ne reste plus que 10 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement). Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Je m'en vais + Je m'en vais de Jean Echenoz + 14
Prix pour les trois: EUR 24,40

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Amazon.fr

Félix Ferrer, séducteur quinquagénaire au système cardiaque peu brillant et propriétaire d'une galerie d'art moderne sur le déclin, s'en va. Il quitte sa femme pour en rejoindre une autre. Il abandonne Paris six mois plus tard et embarque à bord d'un bateau pour une expédition dans le Grand Nord canadien, à la recherche d'objets d'art inuit, enfouis dans une épave échouée sur la banquise. En effet, sur les conseils en investissement de son informateur et assistant Delahaye, Ferrer se décide à aborder l'art ethnique, plus à la mode que la peinture moderne. Il rentre à Paris avec son trésor inuit qui vaut une petite fortune. Quelques jours après son retour, les antiquités disparaissent mystérieusement... Ferrer, de nouveau victime d'alertes cardiaques, se réveille un jour à l'hôpital. Son regard se pose sur une belle jeune femme. Cette fois-ci, de façon surprenante, elle ne l'attire pas...

Par la magie d'une écriture pleine d'ironie et de légèreté, Je m'en vais, faux polar mais vrai roman, récompensé par le prix Goncourt 1999, conduit très progressivement son lecteur au dénouement des intrigues avec une sorte de désinvolture et un humour certain. --Nathalie Jungerman

Présentation de l'éditeur

Une fois que l'on a parcouru les premières lignes de ce roman, il est impossible de s'en échapper et de laisser là son héros désabusé et si attachant, en quête d'absolu, mais de quel absolu ? Une collection d'objets paléobaleiniers, une femme qui voudra bien vivre avec lui, un sens à sa vie ? Construit comme un roman policier, comme un conte doux-amer, ce récit nous conduit à un dénouement heureux et étonnant, auprès d'un mort pas si mort que ça, à travers la banquise polaire et une description sans complaisance du milieu de l'art et des galeries. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.


Détails sur le produit

  • Poche: 256 pages
  • Editeur : Editions de Minuit (4 octobre 2001)
  • Collection : Double
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2707317713
  • ISBN-13: 978-2707317711
  • Dimensions du produit: 11,1 x 1,5 x 17,7 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (23 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 4.569 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Jean Echenoz est né à Orange (Vaucluse) en 1947. Prix Médicis 1983 pour Cherokee. Prix Goncourt 1999 pour Je m'en vais. Ces trois derniers ouvrages, Ravel (2006), Courir (2008) et Des Eclairs (2010) constituent trois « fictions sans scrupules biographiques ». Ses romans sont traduits dans le monde entier.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par Miss_Plumette le 14 avril 2009
Format: Poche
Jean Echenoz écrit bien, très bien ... presque trop bien en fait, car à force d'être léchées et polissées, les phrases en deviennent par moment un peu trop lisses, à l'image de ses personnages, que l'auteur se refuse à décrire réellement, ne nous les laissant entrevoir qu'à grands traits.

Un récit donc parfois un peu aseptisé, un peu irréel, mais qui sait cependant nous tenir en haleine tout au long du roman, avec une histoire assez originale, qui flirte avec le roman policier.

Et au final plutôt un bon moment de lecture.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par Gauthier le 21 octobre 2010
Format: Poche
"Je m'en vais, dit Ferrer, je te quitte. Je te laisse tout, mais je pars". voici les premiers mots du roman qui obtint le prix Goncourt 1999. Les derniers sont ceux-ci; " Je prends juste un verre et je m'en vais". Entre les deux...entre les deux...250 pages environ à déguster.

Le héros, un marchand d'art nommé Ferrer, quitte sa femme pour une jeune amante qu'il quittera quelque temps plus tard...puis...Mais ne vous attendez pas à lire un roman sentimental, non plus un livre policier, c'est une sorte de farce rythmée,un peu dans le style de Paasilinna, l'écrivain loufoque finnois.

Outre le fait qu'il quitte sa femme donc, Ferrer est un marchand d'art passionné et, grâce aux renseignements donné par un proche conseiller, il se met en tête de récupérer une cargaison d'oeuvres d'art inuit , cargaison bloquée, congelée dans un navire échoué au nord de l'Alaska.

Il y parvient après un périple dans le Grand Nord mais la convoitise est grande autour de ce trésor et il ne tarde pas à se faire dérober la marchandise...Inutile d'en dévoiler plus, mieux vaut lire ce livre car il en vaut la peine, si peine il y a vraiment à fournir, le livre étant un petit délice parfaitement construit.

Il se lit très vite, l'entrecoupement du récit excite la curiosité avec les aventures de Ferrer le parisien d'une part, Ferrer l'explorateur de l'autre, puis, l'arrivée de son futur voleur rythme à merveille le roman.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par foxie TOP 1000 COMMENTATEURS le 23 mars 2010
Format: Poche
Je m'en vais, je te quitte. Et Ferrer laisse derrière lui, sans émotion apparente, épouse et appartement, bref, sa vie d'avant, grise , monotone, sans relief.
Vous pensez vous ennuyer avec tant d'ennui ? Que Nenni ! L'écriture est dense, subtile. Le récit fourmille de détails étonnamment précis. L'intrigue ne vous lâche pas d'une syllabe sur un ton drôle, parfois caustique, désenchanté aussi. Magie légère d'une construction au petit point.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
25 internautes sur 29 ont trouvé ce commentaire utile  Par Un client le 16 janvier 2002
Format: Poche
Jean Échenoz a obtenu le Prix Goncourt pour ce roman en 1999. Son dernier opus, Jérôme Lindon, est quant à lui un hommage au PDG des éditions de Minuit, décédé en avril 2001.
Mais qui va donc récupérer la cargaison de la Nechilik, véritable mine d'or perdue dans les glaces de l'Arctique depuis des décennies ? Ferrer ou Baumgartner ?
"Je m'en vais", sont les premiers mots du roman. Ferrer quitte sa femme et l'enfer quotidien qu'avait fini par devenir sa vie de couple. Six mois plus tard, nous le retrouvons en partance pour l'Arctique. La suite du récit s'applique à nous raconter ce qui s'est passé entre ces deux événements, et les conséquences qui en résultent... Car Ferrer n'est pas le seul intéressé par la cargaison d'objets d'art de la Nechilik, échouée en Arctique depuis une bonne quarantaine d'années. Baumgartner et lui vont donc tout faire pour s'accaparer ce "trésor", allant jusqu'à des procédés peu catholiques... Même si le roman met un peu de temps à décoller, la deuxième partie, pleine de rebondissements, éclaire toutes les zones d'ombre initiales, donne aux personnages une nouvelle épaisseur.
Car en effet s'il y a bien une originalité de ce texte à mentionner, c'est la manière de traiter les personnages. Le narrateur nous brosse leur portrait à grands traits : plus que des êtres humains, ce sont des ombres, des silhouettes. Certains, comme Bérengère, ne se distinguent une caractéristique marquante : un parfum très capiteux, pour ce qui est de la jeune femme.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Alygene le 10 février 2012
Format: Poche
tres bien ecrit, BIEN DOCUMENTE intrigue bien montée, gagne à etre lu une 2EME FOIS. LE PRIX EST BIEN MERITE.A LIRE. IL EN RESTERA QUELQUE CHOSE
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Format: Poche
Qui parle dans ce livre ? Le narrateur prend un malin plaisir à entrelacer les récits distants de six mois, à nouer les destins d'hommes que tout pourrait éloigner, à changer d'objet, à critiquer, à esquisser dans s'avancer. Bref un roman qui pourrait être un banal roman policier ou d'aventure, à lire agréablement, aux belles phrases bien polies, mais qui est en fait une parodie, un roman au second degré, une déconstruction méthodique de la fiction.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?