EUR 12,50
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Je suis un chat Poche – 12 mars 1986


Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 12,50
EUR 11,94 EUR 6,78

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Je suis un chat + Le Chat qui venait du ciel
Prix pour les deux : EUR 18,60

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Présenté par le traducteur

Quatrième de couverture

Mort en 1916 à quarante-neuf ans, Natsume Sôseki vécut aux confins de la psychose la déchirure dont pâtirent tous les intellectuels nés avec la révolution industrielle, politique et culturelle du Meiji. Formé aux lettres classiques chinoises, au haïku, mais envoyé en Angleterre de 1900 à 1903 pour pouvoir enseigner ensuite la littérature anglaise, il s'imprégna si profondément du ton de Swift, de Sterne et de De Foe que, sans nuire à tout ce qu'il y a de japonais dans Je suis un chat, cette influence nous impose de penser au voyage de Gulliver chez les Houyhnhnms ; sans doute aussi d'évoquer Le chat Murr d'Hoffmann. C'est pourquoi le traducteur peut conclure sa préface en affirmant que Je suis un chat «suffit amplement à démentir l'opinion si répandue selon laquelle les Japonais manquent d'humour». Ni Hegel, ni Marx, ni Darwin, qu'il a lus, ne lui ont fait avaler son parapluie.La gouaille, voire la désinvolture apparente, n'empêchent pas les chapitres de s'organiser, cependant que tous les styles (jargon des savants et du zen, ou argot d'Edo, ancien nom de Tokyo) se mêlent pour présenter la satire désopilante d'une société en transition, et même en danger de perdition. Kushami-Sôseki se demande parfois s'il n'est pas fou, mais c'est la société d'alors qui devient folle, elle qui déjà enferme en asile ceux qui la jugent. Le chat ne s'y trompe jamais, lui : aucun ridicule n'échappe à ce nyctalope. Alors que peut-être on en devrait pleurer, on rit follement. Si vous voulez comprendre le Japon, identifiez-vous au chat de Sôseki.


Détails sur le produit

  • Poche: 438 pages
  • Editeur : Gallimard; Édition : Gallimard - UNESCO (12 mars 1986)
  • Collection : Connaissance de l'Orient, format poche - japonaise
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070706346
  • ISBN-13: 978-2070706341
  • Dimensions du produit: 19 x 12,5 x 2,4 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (15 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 10.634 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

64 internautes sur 68 ont trouvé ce commentaire utile  Par Un client sur 15 mai 2002
Format: Poche
Les toutes premieres pages de ce roman evoquent avec couleur la venue a la vie d'un jeune chat, ca n'est visiblement pas si facile. Il finit par trouver son maitre (Soseki ?) dont on suit le quotidien et l'entourage grace au regard pas toujours complaisant du matou. les parties de go, les reunions avec ses disciples, la vie de famille, les siestes "studieuses" du maitre, quelques querelles... Ce sont des epidodes de vie de ces japonais du debut du 20eme siecle. Les personnages de ce roman sont parfois loufoques et attachants.
C'est un livre que je conseille a ceux qui ne connaissent pas trop la litterature japonaise ou qui ont peur de la trouver rebarbative.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
30 internautes sur 32 ont trouvé ce commentaire utile  Par Un client sur 10 août 2005
Format: Poche
Ce livre présente 3 qualités principales : originale, il nous met face à nos travers d'humain grace à un point de vue "impartiale" (celui du chat, le narrateur.) Simple et efficace, sa lecture en est d'autant plus agréable. Attendrissant pour tout compagnon/compagne (ou non) de ces drôles d'engins à 4 pattes et à moustaches.
Un livre incontournable.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Eminian TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 2 juin 2012
Format: Poche Achat vérifié
L'écrivain japonais Natsumé Sôseki est né en 1867 et mort en 1916. Bien que Natsumé soit son patronyme et Sôseki son prénom, c'est sous son prénom qu'il est le plus souvent désigné. Spécialisé en littérature anglaise, il commença par enseigner. De 1900 à 1903, il vécut en Angleterre. De retour dans son pays natal, Sôseki succéda à Lafcadio Hearn à la chaire de littérature anglaise de l'université de Tokyo. Son ouvrage Je suis un chat, parut d'abord en feuilleton dans une revue en 1905 avant de s'achever en 1906 par lassitude de l'auteur, ce qui explique certainement sa construction chaotique et sa fin abrupte.
Le professeur de littérature anglaise Kushami recueille bien malgré lui un jeune chat abandonné. L'animal sans nom, son nouveau maître ne se souciant guère de le nommer, va devenir le témoin et chroniqueur de la maisonnée où vivent aussi la femme et les trois petites filles du professeur, ainsi que leur bonne.
Sôseki utilise un procédé narratif ayant fait ses preuves chez d'autres écrivains avant lui, comme par exemple Montesquieu dans ses Lettres Persanes, prendre l'œil complètement neuf et innocent du personnage principal, pour décrire et commenter. L'écrivain qui ne manquait pas d'humour se sert ici d'un chat, ce qui renforce le procédé puisque le fait que ce soit un animal qui commente la vie des hommes renverse les rôles. Cette astuce permet à Sôseki de décrire son pays, le Japon d'alors, d'un œil critique et emprunt d'une fausse naïveté.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
20 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile  Par Miss_Plumette sur 19 avril 2008
Format: Poche
Il faut l'avouer, ce livre n'est pas très facile d'accès. D'abord parce que les référence à l'histoire et la la littérature japonaise restent un peu hermétiques, malgré les nombreuses notes de bas de page. Et puis surtout parce que le style est extrèmement bavard et dense, ce qui peut lasser à la longue.
J'ai beaucoup aimé le début du livre et tous les passages où le chat est le vrai narrateur et nous décrit avec énormément d'humour sa vision de la vie au Japon et de l'absurdité des hommes (le passage sur les bains publics est inénarrable !). J'ai eu beaucoup plus de mal avec les interminables dialogues entre les protagonistes...
Donc un livre à réserver plutôt aux vrais amoureux de la littérature japonaise. Pour ceux qui voudrait la découvrir plus aisément, je conseillerais de commencer plutôt avec "le chat qui venait du ciel" de Takashi Hiraide, encore une histoire de chat, mais celle-ci beaucoup plus abordable.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Paluel Marmont TOP 500 COMMENTATEURS sur 29 septembre 2013
Format: Poche
Venant bien avant le chat du rabbin de J. Sfar, mais près d'un siècle après les persans de Montesquieu, le chat de Sôseki (1906), félin doué de la parole et de la réflexion, livre à ses lecteurs humains ses considérations critiques sur son maître, la société japonaise du temps et le genre humain en général. On s'amuse du principe de ce "regard éloigné" pratiqué par le chat anthropologue, et on déguste avec plaisir les premières pages, enlevées avec talent. Mais les meilleures plaisanteries étant, comme on sait, les plus courtes, le lecteur que ne passionne pas outre mesure les bouleversements de la société japonaise à l'ère Meiji risque de trouver un peu lourdes à ingérer les 440 pages à la typographie serrée que comporte l'ouvrage - au demeurant excellemment traduit par J. Chollet.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par G. DELPHINE sur 14 avril 2011
Format: Poche Achat vérifié
Grande fan de littérature japonaise, je ne pouvais passer à côté. L'écriture est délicieuse cependant le texte et les références sont difficilement abordables pour les novices de la culture japonaise.
Si vous souhaitez vous lancer dans la littérature japonaise, je vous recommande plutôt Murakami ou Mishima en premier lieu.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?