John Surman

Top albums (Voir les 38)


CD: €24.52  |  MP3: €8.99
CD: €18.99  |  MP3: €9.69
CD: €13.99  |  MP3: €9.99
CD: €18.27  |  MP3: €10.99
CD: €22.57  |  MP3: €10.99
CD: €9.49  |  MP3: €9.49
CD: €18.93  |  MP3: €9.69
CD: €21.00  |  MP3: €9.49
CD: €21.61  |  MP3: €10.99
Voir les 38 albums de John Surman

John Surman : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 190
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30

Image de John Surman
Fourni par l'artiste ou son représentant

Biographie

Le saxophoniste anglais John Douglas Surman, né le 30 août 1944 à Tavistock (Devon), fait ses débuts dans le groupe du pianiste Mike Westbrook au milieu des années soixante.

Touchant autant du saxophone baryton que soprano, de la clarinette que des synthétiseurs qu'il utilisera sans complexe, John Surman est l'un des rares jazzmen à être admis dans le temple rock qu'est le Marquee Club, jouant occasionnellement avec l'harmoniciste Alexis Korner.

Saxophoniste à tout faire

En 1968, il publie un premier album mêlé d'influences caribéennes pour le compte du label Deram, et participe à ... Lire la suite

Le saxophoniste anglais John Douglas Surman, né le 30 août 1944 à Tavistock (Devon), fait ses débuts dans le groupe du pianiste Mike Westbrook au milieu des années soixante.

Touchant autant du saxophone baryton que soprano, de la clarinette que des synthétiseurs qu'il utilisera sans complexe, John Surman est l'un des rares jazzmen à être admis dans le temple rock qu'est le Marquee Club, jouant occasionnellement avec l'harmoniciste Alexis Korner.

Saxophoniste à tout faire

En 1968, il publie un premier album mêlé d'influences caribéennes pour le compte du label Deram, et participe à Extrapolation du guitariste de Miles Davis, John McLaughlin. Parallèlement à la formation The Trio qu'il monte avec avec Barre Phillips et Stu Martin (la compilation Glancing Backwards), John Surman édite le très libre Way Back When (1969). En 1972, Westering Home, qu'il prépare seul en studio, le voit au mieux de son inspiration. Trois ans plus tard sort sa dernière collaboration avec Mike Westbrook, Citadel/Room 315.

Dans le giron d'ECM

En 1979, John Surman rejoint les rangs du label ECM avec l'album Upon Reflection. L'association avec la compagnie allemande indépendante va se révéler fructueuse avec les disques The Amazing Adventures of Simon Simon (1981) enregistré avec Jack DeJohnette, le solo Withholding Pattern (1985), et Private City (1987), devenu l'un des classiques où il joue de tout. Dans le même esprit paraissent Road to Saint Yves en 1990 et A Biography of the Rev. Absalom Dawe en 1996.

Expériences parallèles

En 1999, le saxophoniste s'allie à John Potter pour l'enregistrement de chansons du compositeur élizabéthain John Dowland (In the Darkness Let Me Dwell sera suivi de Care-Charming Sleep en 2003), puis publie Coruscating avec Chris Laurence et le Trans4mation String Quartet. L'expérience est renouvelée en 2006 pour The Spaces In-Between.

En 2009, John Surman retrouve Jack DeJohnette John Abercrombie et Drew Gress pour Brewster's Rooster.

Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud

Le saxophoniste anglais John Douglas Surman, né le 30 août 1944 à Tavistock (Devon), fait ses débuts dans le groupe du pianiste Mike Westbrook au milieu des années soixante.

Touchant autant du saxophone baryton que soprano, de la clarinette que des synthétiseurs qu'il utilisera sans complexe, John Surman est l'un des rares jazzmen à être admis dans le temple rock qu'est le Marquee Club, jouant occasionnellement avec l'harmoniciste Alexis Korner.

Saxophoniste à tout faire

En 1968, il publie un premier album mêlé d'influences caribéennes pour le compte du label Deram, et participe à Extrapolation du guitariste de Miles Davis, John McLaughlin. Parallèlement à la formation The Trio qu'il monte avec avec Barre Phillips et Stu Martin (la compilation Glancing Backwards), John Surman édite le très libre Way Back When (1969). En 1972, Westering Home, qu'il prépare seul en studio, le voit au mieux de son inspiration. Trois ans plus tard sort sa dernière collaboration avec Mike Westbrook, Citadel/Room 315.

Dans le giron d'ECM

En 1979, John Surman rejoint les rangs du label ECM avec l'album Upon Reflection. L'association avec la compagnie allemande indépendante va se révéler fructueuse avec les disques The Amazing Adventures of Simon Simon (1981) enregistré avec Jack DeJohnette, le solo Withholding Pattern (1985), et Private City (1987), devenu l'un des classiques où il joue de tout. Dans le même esprit paraissent Road to Saint Yves en 1990 et A Biography of the Rev. Absalom Dawe en 1996.

Expériences parallèles

En 1999, le saxophoniste s'allie à John Potter pour l'enregistrement de chansons du compositeur élizabéthain John Dowland (In the Darkness Let Me Dwell sera suivi de Care-Charming Sleep en 2003), puis publie Coruscating avec Chris Laurence et le Trans4mation String Quartet. L'expérience est renouvelée en 2006 pour The Spaces In-Between.

En 2009, John Surman retrouve Jack DeJohnette John Abercrombie et Drew Gress pour Brewster's Rooster.

Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud

Le saxophoniste anglais John Douglas Surman, né le 30 août 1944 à Tavistock (Devon), fait ses débuts dans le groupe du pianiste Mike Westbrook au milieu des années soixante.

Touchant autant du saxophone baryton que soprano, de la clarinette que des synthétiseurs qu'il utilisera sans complexe, John Surman est l'un des rares jazzmen à être admis dans le temple rock qu'est le Marquee Club, jouant occasionnellement avec l'harmoniciste Alexis Korner.

Saxophoniste à tout faire

En 1968, il publie un premier album mêlé d'influences caribéennes pour le compte du label Deram, et participe à Extrapolation du guitariste de Miles Davis, John McLaughlin. Parallèlement à la formation The Trio qu'il monte avec avec Barre Phillips et Stu Martin (la compilation Glancing Backwards), John Surman édite le très libre Way Back When (1969). En 1972, Westering Home, qu'il prépare seul en studio, le voit au mieux de son inspiration. Trois ans plus tard sort sa dernière collaboration avec Mike Westbrook, Citadel/Room 315.

Dans le giron d'ECM

En 1979, John Surman rejoint les rangs du label ECM avec l'album Upon Reflection. L'association avec la compagnie allemande indépendante va se révéler fructueuse avec les disques The Amazing Adventures of Simon Simon (1981) enregistré avec Jack DeJohnette, le solo Withholding Pattern (1985), et Private City (1987), devenu l'un des classiques où il joue de tout. Dans le même esprit paraissent Road to Saint Yves en 1990 et A Biography of the Rev. Absalom Dawe en 1996.

Expériences parallèles

En 1999, le saxophoniste s'allie à John Potter pour l'enregistrement de chansons du compositeur élizabéthain John Dowland (In the Darkness Let Me Dwell sera suivi de Care-Charming Sleep en 2003), puis publie Coruscating avec Chris Laurence et le Trans4mation String Quartet. L'expérience est renouvelée en 2006 pour The Spaces In-Between.

En 2009, John Surman retrouve Jack DeJohnette John Abercrombie et Drew Gress pour Brewster's Rooster.

Copyright 2014 Music Story Loïc Picaud


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.

Commentaires

Visitez notre FAQ sur les Pages Artistes
Donnez-nous votre avis sur cette page