Journal 1942 - 1944 et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
EUR 20,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Amazon rachète votre
article EUR 3,00 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Journal 1942-1944 : Suivi de Hélène Berr, une vie confisquée Broché – 27 décembre 2007


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 20,00
EUR 14,00 EUR 2,98

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Journal 1942-1944 : Suivi de Hélène Berr, une vie confisquée + Journal 1942-1944 : Suivi de Hélène Berr, une vie confisquée par Mariette Job
Prix pour les deux : EUR 27,20

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant consulté cet article ont également regardé


Descriptions du produit

Extrait

1942

Mardi 7 avril
4 heures

Je reviens... de chez la concierge de Paul Valéry. Je me suis enfin décidée à aller chercher mon livre. Après le déjeuner, le soleil brillait ; il n'y avait pas de menace de giboulée. J'ai pris le 92 jusqu'à l'Étoile. En descendant l'avenue Victor-Hugo, mes appréhensions ont commencé. Au coin de la rue de Villejust, j'ai eu un moment de panique. Et tout de suite, la réaction : «Il faut que je prenne les responsabilités de mes actes. There's no one to blame but you [Tu ne peux t'en prendre qu'à toi-même].» Et toute ma confiance est revenue. Je me suis demandé comment j'avais pu avoir peur. La semaine dernière, même jusqu'à ce moment, je trouvais cela tout naturel. C'est Maman qui m'a rendue intimidée en me montrant qu'elle était très étonnée de mon audace. Autrement je trouvais cela tout simple. Toujours mon état de demi-rêve. J'ai sonné au 40. Un fox-terrier s'est précipité sur moi en aboyant, la concierge l'a appelé. Elle m'a demandé d'un air méfiant : «Qu'est-ce que c'est ?» J'ai répondu de mon ton le plus naturel : «Est-ce que M. Valéry n'a pas laissé un petit paquet pour moi ?» (Tout de même, de loin, je m'étonnais de mon aplomb, mais de très loin.) La concierge est rentrée dans sa loge : «À quel nom ? - Mademoiselle Berr.» Elle s'est dirigée vers la table. Je savais d'avance qu'il était là. Elle a fouillé, et m'a tendu mon paquet, dans le même papier blanc. J'ai dit : «Merci beaucoup !» Très aimablement, elle a répondu : «À votre service.» Et je suis repartie, ayant juste eu le temps de voir que mon nom était inscrit d'une écriture très nette, à l'encre noire, sur le paquet. Une fois de l'autre côté de la porte, je l'ai défait. Sur la page de garde, il y avait écrit de la même écriture : «Exemplaire de mademoiselle Hélène Berr», et au-dessous : «Au réveil, si douce la lumière, et si beau ce bleu vivant», Paul Valéry.
Et la joie m'a inondée, une joie qui venait confirmer ma confiance, qui s'harmonisait avec le joyeux soleil et le ciel bleu tout lavé au-dessus des nuages ouatés. Je suis rentrée à pied, avec un petit sentiment de triomphe à la pensée de ce que les parents diraient, et l'impression qu'au fond l'extraordinaire était le réel.

Maintenant, j'attends Miss Day qui doit venir goûter. Le ciel s'est subitement obscurci, la pluie fouette les carreaux ; on dirait que c'est grave, tout à l'heure il y a eu un éclair et du tonnerre. Demain, nous devons aller faire un pique-nique à Aubergenville avec François et Nicole Job, Françoise et Jean Pineau, Jacques Clère. En descendant les marches du Trocadéro, je pensais à demain avec joie ; après tout, il y aurait bien des éclaircies. Maintenant, ma joie est assombrie. Mais le soleil va ressortir, c'est presque fini. Pourquoi ce temps est-il si instable ? C'est comme un enfant qui rit et pleure à la fois.

Revue de presse

Ce sera l'événement éditorial du début de l'année 2008. Une évidence depuis la foire du livre de Francfort en octobre...
Ce journal intime tenu entre 1942 et 1944 par une jeune fille de la bourgeoisie juive dans Paris occupé par les Allemands est d'abord un document exceptionnel. L'historien Michel Laffitte, qui en cite de longs passages dans son livre Juif dans la France allemande, raconte comment, en le découvrant, il a été «saisi» par la richesse du témoignage «alors qu'on pensait que tout avait été dit sur les Juifs pendant l'Occupation». Il est aussi exceptionnel par sa qualité littéraire. Hélène a 21 ans quand elle en écrit...
Elle raconte à la fois ce qu'elle voit de la persécution des Juifs et ce qu'elle entend dire, elle rassemble des informations éparses, comprend la réalité de la menace...
On a le sentiment que cette ouverture, cette porosité à la souffrance des autres, est aussi liée à l'état d'hypersensibilité que contient l'amour naissant. Et c'est sans doute ce qui passe de cet état dans son écriture qui nous la rend si proche, si vibrante, qui touche au plus profond de nous. La dernière entrée du journal est datée du 15 février 1944. Alors que des nouvelles atroces lui parviennent de partout, les derniers mots qu'elle écrit sont une citation d'Au coeur des ténèbres de Conrad : «Horror ! Horror ! Horror !» (Natalie Levisalles - Libération du 20 décembre 2007)

Hélène Berr, cette jeune Parisienne juive a tenu son journal, entre avril 1942 et février 1944. Elle est amoureuse, elle aime la vie, mais rien de «l'effroyable tourmente» ne lui échappe. Un témoignage d'une force rare. Les textes qui décrivent le quotidien pendant les heures noires sont rares. C'est pour cela que le document qu'a laissé Hélène Berr (1921-1945) devrait être porté à la connaissance de tous...
Il y a des pages terribles dans ce livre, la tension y est permanente sous une plume légère. (Mohammed Aïssaoui - Le Figaro du 3 janvier 2008)

Parvenant jusqu'à nous soixante ans plus tard, ce texte sauvé de la destruction par des mains attentives fait entendre une voix exceptionnelle de dignité et de lucidité, bouleversante d'intelligence et de fierté : celle d'une jeune fille tiraillée entre un irrésistible désir de bonheur et la conscience de la tragédie en cours d'accomplissement. Dans la belle préface qu'il donne au livre, Patrick Modiano évoque, à propos d'Hélène Berr, les noms de Simone Weil et d'Etty Hillesum - on ne saurait mieux dire le souci éthique et la grâce qui imprègnent ce texte, l'urgence absolue qu'il y a à le lire. (Nathalie Crom - Télérama du 9 janvier 2008)

Voici l'un de ces livres qui poursuivent chaque lecteur jusqu'à son dernier souffle...
Elle s'avère digne d'une Simone Weil dans son empathie ardente ; elle devance les travaux d'une Hannah Arendt quand elle analyse l'engrenage de l'extermination, les responsabilités collectives et individuelles...
La jeune fille gorgée de littérature et de musique sera déportée le jour de ses 23 ans, en mars 1944. Elle tiendra jusqu'en avril 1945 (à deux semaines près, elle était sauvée). Son Journal oppose à la «pureté» scélérate des nazis la limpidité d'une âme anéantie, hélas !, mais désormais impérissable. (Antoine Perraud - La Croix du 9 janvier 2008)

Je suis très heureuse que le journal d'Hélène Berr paraisse enfin. Mariette Job, sa nièce, me l'avait prêté il y a quelques années. Ce livre m'a tellement émue, touchée, que sa publication me semblait indispensable...
Le Journal d'Hélène Berr est à la fois le journal d'une jeune juive sous l'Occupation, d'une sensibilité et d'une qualité littéraires exceptionnelles, et une référence historique. (Simone Veil - L'Express du 10 janvier 2008)

Le texte que publient les éditions Tallandier fait partie de ces témoignages qui survécurent miraculeusement à leur auteur. Hélène Berr est morte du typhus à Bergen-Belsen en avril 1945, à la veille de la libération du camp par les Anglais. Elle venait d'avoir 24 ans. Un an plus tôt, quelques jours avant son arrestation, elle avait confié son journal intime à la cuisinière de ses parents. Dédié à son fiancé, aujourd'hui conservé au Mémorial de la Shoah, il s'agit là d'un document exceptionnel sur la vie au jour le jour d'une étudiante juive dans le Paris de l'Occupation...
"Beaucoup de gens se rendront-ils compte de ce que cela aura été que d'avoir 20 ans dans cette effroyable tourmente, l'âge où l'on est prêt à accueillir la beauté de la vie, où l'on est tout prêt à donner sa confiance aux hommes ?", se demandait un jour Hélène Berr. On l'aura compris : son journal, comparable, par sa profondeur d'analyse, sa qualité littéraire et sa sombre lucidité, à celui de la Hollandaise Etty Hillesum, sa presque contemporaine, qui mourut comme elle en déportation, apporte à cette question l'une des réponses les plus poignantes qui nous aient été données à lire. (Thomas Wieder - Le Monde du 18 janvier 2008)


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 3,00
Vendez Journal 1942-1944 : Suivi de Hélène Berr, une vie confisquée contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 3,00, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 300 pages
  • Editeur : Editions Tallandier (27 décembre 2007)
  • Collection : CONTEMPO.
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2847345000
  • ISBN-13: 978-2847345001
  • Dimensions du produit: 21,8 x 14,6 x 2,6 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (12 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 141.021 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Dans ce livre (En savoir plus)
Parcourir les pages échantillon
Couverture | Copyright | Table des matières | Extrait
Rechercher dans ce livre:

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.2 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

13 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par Audouy sur 21 janvier 2008
Format: Broché
C'est un bouleversant témoignage que l'on découvre dans l'intimité de ce journal où évènements et états d'âme, exprimés avec talent, nous donnent toute la mesure du déni, de l'humiliation, de l'horreur en somme à quoi un être humain peut être confronté... Rien de misérabiliste pour autant surtout quand on découvre, mêlé à l'innommable, autant de poésie et de propension, chez son auteur, à goûter la vie avec un tel appétit !
MA
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par ullahmiah sur 26 mai 2008
Format: Broché
Le journal de Hélène Berr est un témoignage indispensable pour comprendre l'oppression la menace allemande pendant la seconde guerre mondiale vu à travers le regard sensible d'une jeune fille en fleurs. Au début en ce printemps 1942 tout est inondé de joie et de lumière, " j'ai retrouvé les sensations de l'été dernier fraîches et neuves(...) le foudroiment de lumière qui émane du potager(...) le parfum subtil des buis en fleurs, le bourdonnement des abeilles, l'apparition soudaine d'un vol de papillon un peu îvre". Ces pages d'une innoncence et d'une tendresse infinie, Hélène est amoureuse de ce garçon aux yeux gris, me font penser à l'écriture de Colette ou celle de Virginai Woolf. Hélène Berr était agrégative d'anglais.Quelque chose commence de basculer le 8 juin 1942, pour le première fois elle devra porter l'étoile jaune. L'urgence la rend sensible à une réalité de plus en plus tangible.Elle sait par son père ce qu'a été le quotidien à Drancy, les crimes en France, les camps déportation. . La rafle du Vel du Vel d'Hyv et son cortège d'horreurs, une famille se suicide, ou telle autre séparée entre enfants et parents. Hélène Berr croit en la beauté du monde elle a foi en la littérarure mais l'angoisse et la peur enveloppe la jeune fille comme une hirondelle gelée qui ne peut plus voler.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
17 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile  Par jewishtraces.org sur 16 janvier 2008
Format: Broché
Contrairement au commentaire précédent j'ai lu le livre, ce qui semble utile pour donner son avis.
Le Journal d'Hélène Berr apporte un regard éclatant sur la vie d'une jeune fille certes issue d'une famille privilégiée, française qui est confrontée brutalement à la ségrégation et à la mise en œuvre des mesures antisémites.
Ce que le journal nous apporte, comme tout témoignage, est un éclairage personnel sur le fait historique. Marcher dans Paris avec Hélène Berr et ses mauvaises chaussures, son panaris, ses amis de la Sorbonne. Goûter, faire des visites de courtoisie,se retrouver pour faire de la musique au printemps 1942, alors que les juifs étrangers sont déjà dans les camps du Loiret et du Sud. Prendre le métro dans la voiture réservée aux juifs. Tout cela concourt à la valeur unique de ce texte qui a séduit déjà des milliers de lecteurs.
Qualifiée d'Anne Franck française, Hélène Berr apporte la maturité et l'analyse d'une étudiante brillante.
Précipitez-vous!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
14 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile  Par Joachim TOP 500 COMMENTATEURS sur 23 janvier 2008
Format: Broché
Hélène à 21 ans, elle vit à Paris, fait de brillantes études, aime la littérature, mais nous sommes en 1942 et elle est juive. Nous vivons ainsi jour après jour les lois anti-juives qui apparaissent discrètement, pour s'imposer régulièrement, les premières arrestations, les rumeurs d'internements, puis d'autres encore... L'intérêt du livre n'est pas de nous apprendre des choses nouvelles, car l'on sait à peu près tout de cette période ; non, nous sommes juste près de cette jeune fille, à ses côtés lorsqu'elle sort pour la première fois dans la rue avec l'etoile jaune, dans ce train où on lui demande d'aller dans le dernier wagon, et nous vivons près d'elle son cercle de connaissance disparaitre peu à peu, arrêté, déporté, disparu... L'horreur guette, s'infiltre partout, et pourtant Hélène Berr ne fuira pas, malgré la certitude que bientôt, des poings viendront frapper à sa porte pour l'ultime voyage... Alors certes, il s'agit là d'un témoignage parmi tant d'autres sur cette période, au demeurant il y a dans ces pages une vie, un drame et un destin brisé, ce qui en fait un témoignage de plus, et tant mieux pour la mémoire collective.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Format: Broché
Ce Journal est "un acte de survie". Il s ouvre sur Paris en fête le 7 avril 1942. Pour cette jeune agrégative mélomane et violoniste, passionnée de littérature anglaise et de poésie, cette première page décrit une journée illuminée de soleil et de ciel bleu grâce à une dédicace que le vieux poète Paul Valéry a écrit pour elle sur l un de ses livres.
Mais l inquiétude et le pressentiment planent dès les premières lignes. Ils règneront bientôt en maîtres, quand le port de l étoile jaune sera obligatoire à partir du 29 mai 1942. Dès lors, Hélène Berr devra subir le regard que l on porte sur elle. Les événements s accélèreront après la rafle du Vel d Hiv. Ce ne sera que dénonciations, arrestations, déportations et traques.

Hélène Berr écrit pour que l on sache. Elle écrit pour elle et son fiancé. Elle écrit pour que l on retienne le nom de ses amis et relations. Elle écrit surtout pour consigner les faits saillants ou non afin de porter témoignage, afin qu on se souvienne.

Document hors pair, ce Journal transmet à tous lecteurs "la mémoire de ceux dont les mots ont été anéantis"(Mariette Job).
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?