EUR 19,00
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Journal de mon père (le) ... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

Journal de mon père (le) - Cartonné Relié – 23 novembre 2007

4.6 étoiles sur 5 19 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Album
"Veuillez réessayer"
EUR 19,95
Relié, 23 novembre 2007
EUR 19,00
EUR 19,00 EUR 15,50

Boutique Manga Boutique Manga


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Journal de mon père (le) - Cartonné
  • +
  • Quartier lointain - Intégrale
  • +
  • Les gardiens du Louvre
Prix total: EUR 64,95
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Revue de presse

Yoichi est employé à Tôkyô depuis de nombreuses années. Un jour, il apprend le décès de son père et se rend à Tottori, sa ville natale. Cela faisait plus de dix ans qu’il ne l’avait pas vu. À la veillée funèbre, les discussions avec sa sœur, son oncle et les autres membres de sa famille sont autant d’occasions de mieux se souvenir de ce père de qui il s’est détourné, et de sa rupture avec sa mère, qu’il n’a pas revue depuis encore plus longtemps…

Le Journal de mon Père fait partie des œuvres emblématiques de Taniguchi, celles qu’on nous conseille en premier lorsqu’on souhaite s’attaquer à la bibliographie de l’auteur.

Avant même de commencer la lecture, Taniguchi glisse un mot sur le rabat de la jaquette, où il nous dit que se replonger dans l’ambiance de sa ville natale l’a rendu heureux. Et avec ce simple petit mot, il nous résume tout son travail : Le Journal de mon Père est un récit intimiste, où l’auteur nous transmet ses valeurs les plus chères, à savoir l’importance des liens familiaux et l’amour pour sa ville natale.

Tout le long du récit, Yoichi se remémore son enfance et les souffrances qu’il a endurées lorsque ses parents se sont séparés alors qu’il ne les a pas vus se déchirer au préalable. En dehors des flashbacks qui constituent le cœur du récit, on voit un Yoichi adulte, pris de remords de ne pas avoir conservé ses attaches.

Cette thématique de la famille est à même de toucher le plus grand nombre. Elle est d’ailleurs traitée d’une manière contemplative : le lecteur voyage dans le temps, à travers le XXème siècle à Tottori, pour voir une parcelle de la vie de cette famille, et pourquoi pas, se reconnaitre en elle. Car ici, Taniguchi évoque le concept de famille recomposée d’une bien belle manière, et arrive à le décrire d’une façon pertinente par rapport au contexte et aux mœurs de l’époque.

Le gros point fort du titre est sa narration qui sonne juste. L’histoire est pleine d’émotion. Pour autant, l’auteur n’en fait pas trop. Il se contente de raconter de la manière la plus simple possible l’histoire de Yoichi et de son père, et c’est ce qui rend la lecture si fluide et agréable, en ne l’alourdissant pas avec un pathos inutile. À ce sujet, on vante souvent les qualités du découpage de Taniguchi, force est de constater qu’il n’a pas usurpé sa réputation, puisque c’est ce découpage, inspiré de la bande dessinée franco-belge, et ce sens de la narration qui offrent cette fluidité.

L’édition cartonnée de Casterman est d’une grande qualité : présence de quelques pages couleur, excellent papier et couverture cartonnée solide, esthétique et qui n’empêche pas de tourner les pages. Le seul point sujet à débat est, bien évidemment, le sens de lecture de l’ouvrage, en l’occurrence le sens occidental. Casterman a l’habitude de traiter Taniguchi comme un auteur de bande dessinée classique en incluant nombre de ses travaux dans la collection Ecritures. Soucieux du respect de l’œuvre de Taniguchi, l’éditeur a tout de même désiré ne pas retourner toutes les pages façon miroir, comme les premiers éditeurs de manga le faisaient, mais plutôt a essayé de réarranger les cases. Le problème est que certaines cases ont forcément dues être retournées, car on perdait en cohérence. Résultat : pour certaines scènes dans un même lieu, on se retrouve avec une disposition réelle dans une case, et une disposition inversée du décor et des personnages dans la suivante, ce qui est assez troublant dans un même ouvrage. Cela n’entache toutefois pas vraiment le plaisir de lecture.

À travers le Journal de mon Père, Jirô Taniguchi nous rappelle à quel point l’amour de nos proches est important. On est difficilement insensible à une histoire de ce type. C’est avec une certaine envie de profiter de la présence de nos parents et no amis qu’on referme l’ouvrage.


Raimaru

(Critique de www.manga-news.com )

Présentation de l'éditeur

Le héros de cette histoire s’appelle Yoichi Yamashita et travaille à Tokyo dans une agence de design. Apprenant la mort de son père, il revient après une très longue absence à Tottori, la ville qui l’a vu grandir. Au cours d’une veillée funèbre très arrosée, le passé des années 50 et 60 ressurgit : l’incendie qui a ravagé la ville et la maison familiale, le dur labeur pour la reconstruction, le divorce de ses parents, ses souffrances d’enfant… Lors de cette veillée, chaque membre de la famille apporte un éclairage nouveau sur la personnalité de ce père que Yoichi tenait jusque-là pour responsable du désastre familial. Le fils réalise finalement, mais trop tard, qu’il a sans doute été le seul responsable de leur douloureuse incompréhension.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.6 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Relié
Je ne pensais pas pouvoir être émue un jour par une Bande Dessinée, et c'est bien pourtant ce qui s'est produit à la lecture de ce magnifique ouvrage. À ce titre, je remercie Johan (dont vous pourrez lire le formidable commentaire ici), qui a eu la bonne idée de me faire découvrir Jirô TANIGUCHI en m'offrant ce livre pour Noël.

Tout d'abord, j'ai été immédiatement séduite par l'objet-livre en lui-même, dont la double couverture en papier glacé, infiniment douce au regard et au toucher, avec sa très belle illustration, invite d'emblée irrésistiblement à la lecture. J'apprécie également son marque-pages à l'ancienne, ce ruban en satin, fidèle compagnon du lecteur. Il m'est d'avis que la beauté d'un livre contribue à le rendre attirant.

Mais parlons à présent du contenu de ce beau livre. Le fait que l'auteur ait choisi de partir de son propre vécu, en situant l'intrigue au coeur de la ville de Tottori, emplie de ses souvenirs d'enfance, contribue pleinement à apporter de l'émotion à l'histoire.
En parfaite néophyte de la BD japonaise, je trouve les dessins parfaitement réussis, très vivants et recherchés du point de vue des détails de représentation des paysages urbains, puisque l'auteur s'est beaucoup documenté pour réaliser son ouvrage, ce qui lui confère un intérêt supplémentaire.
Quant aux expressions du visage des différents protagonistes, elles sont tantôt émouvantes (surtout en ce qui concerne les regards) et tantôt amusantes.
Lire la suite ›
5 commentaires 21 sur 22 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Rien à redire: c'est beau, émouvant, et captivant! Ajoutez à cela un dessin magnifique. J'ai mis seulement 4 étoiles car j'ai préféré "quartier lointain" que j'ai lu juste avant d'où une note que j'estime très sévère pour un tel ouvrage. Mais ça n'empêche que c'est vraiment formidable la manière dont l'auteur décrit les histoires familiales. Surtout les rapports entre un fils et son père (même thème que quartier lointain). Je n'en raconte pas plus pour ne point dévoiler l'intrigue, mais franchement, a achetez les yeux fermés (ensuite ouvrez les bien grands pour apprécier l'ouvrage).
Remarque sur ce commentaire 5 sur 5 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Mais que c'est beau!!! Tout commence par la mort d'un père. Yoichi, le narrateur, est poussé par sa femme à retourner à Tottori pour assister à la veillée funèbre de son père. Le retour est difficile puisque le narrateur à couper tous liens avec son père depuis une 15aine d'années.
Pourtant lorsqu'il arrive dans sa petite ville de campagne, il est particulièrement bien accueilli par sa famille et des amis venus rendre un dernier hommage à ce père décédé. Les conversations tournent vite autour du père, obligeant Yoichi à se replonger dans ses souvenirs. Le lecteur découvre alors petit à petit le pourquoi de la rupture. Il revit les petits et les grands traumatismes de son enfance qui ont contribué à faire de lui ce qu'il est. Il revoit le grand incendie qui détruisit sa ville et le salon de coiffure de son père, la tristesse cachée de son père et les efforts qu'il a fait pour tout reconstruire sans aide extérieur. Il revit aussi l'éloignement progressif de ses parents et leur divorce. Et c'est là que réside toute l'intrigue de ce manga. Le mal de vivre du narrateur, si bien représenté par des dessins précis et superbes, trouve ses racines dans la séparation de ses parents. La mort de ce père est le point de départ de la remise en question de Yoichi qui découvre, petit à petit au cours des discutions, des facettes de son père qu'il ne connaissait pas. Le père cesse alors d'être un inconnu. Le narrateur comprend et regrette son attitude, mais malheureusement il est trop tard.
C'est beau et très émouvant. Je ne peux que conseiller la lecture de ce manga aux dessins superbes. Un excellent choix pour la découverte de l'univers des mangas.
Remarque sur ce commentaire 28 sur 31 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
La première chose qui vient à l'esprit quand on lit le Journal de mon Père, c'est de le comparer à Quartier Lointain du même auteur. On y retrouve effectivement le même thème : un retour dans la jeunesse du narrateur (même si ce n'est ici qu'un retour dans ses souvenirs) et l'histoire du départ d'un de ses parents et de ce qui s'en suit.
Bien que l'histoire soit touchante, notamment sur la fin quand le narrateur réalise combien il aimait en réalité son père, je trouve ce manga de moins bon niveau que Quartier Lointain.
Déjà, je trouve le dessin plus stoïque, moins fin.
Puis le scénario n'est ici qu'une suite de souvenirs engendrés par un enterrement, sans l'attrait d'un vrai voyage temporel comme dans Quartier Lointain.
Et de manière générale, je trouve le narrateur et son entourage bien moins attachants, et l'histoire moins prenante.
Le tout reste néanmoins de très bon niveau.
Remarque sur ce commentaire 15 sur 18 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?