EUR 10,55
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Journal d'un vieux d&eacu... a été ajouté à votre Panier
Amazon rachète votre
article EUR 1,86 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Journal d'un vieux dégueulasse Broché – 22 septembre 2010


Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 10,55
EUR 10,34 EUR 6,40

livres de l'été livres de l'été


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

Journal d'un vieux dégueulasse + Contes de la folie ordinaire
Prix pour les deux : EUR 19,75

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Livre-culte, qui annonce aussi bien Contes de la folie ordinaire que l’ultime Pulp. En vérité, tout Bukowski est déjà dans ce Journal d’un vieux dégueulasse. Gérard Guegan, qui contribua en France à sa découverte, s’est chargé d’en assurer une nouvelle traduction et d’en donner la version intégrale.
De quoi s’agit-il ? Du bloc-notes que tint, dès 1967 dans un magazine underground, un esprit libre, sceptique, mais furieux. Jusqu’alors poète confiné dans des tirages confidentiels, Charles Bukowski, l’écorché vif, mit à profit cette audience soudaine et régla ses comptes avec l’univers tout entier. Avec son père, sa mère, ses copains d’école, comme avec les puissants, qu’ils siègent à la Maison Blanche ou à Wall Street. Avec les paris truqués comme avec les truqueurs de la révolution. Sans oublier ces arbitres du bon goût littéraire qui l’avaient si souvent méprisé.
Ainsi, au rebours des habituels cireurs de pompes, Bukowski n’hésite pas à faire les poches à Henry Miller, même s’il en camoufle, par un reste de sympathie, l’identité. En revanche, quand il s’en prend à Genet, Ginsberg, Burroughs, alors porte-drapeaux du mouvement étudiant, il frappe fort et sans pitié. Un seul trouve grâce à ses yeux : Neal Cassady, l’ami et le modèle de Kerouac. Sans doute parce que Neal était un prolétaire et un déchireur de fausses certitudes. Tout comme lui, qui interpelle l’éternité avec les mots de tous les jours.

Biographie de l'auteur

Charles Bukowski, « Hank » pour ses amis, est né en 1920. Il est mort à San Diego le 9 mars 1994. Tour à tour postier, magasinier, employé de bureau, Bukowski, découvert tardivement, est aujourd’hui un écrivain culte dans le monde entier. L’ensemble de son ½uvre est réunie en trois volumes de la collection Bibliothèque Grasset (Contes et nouvelles, 2003 ; Romans, 2005 ; Mémoires et poèmes, 2007), à l’exception de Le retour du vieux dégueulasse (Grasset, 2014).

 



Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 1,86
Vendez Journal d'un vieux dégueulasse contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 1,86, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 350 pages
  • Editeur : Grasset (22 septembre 2010)
  • Collection : Les Cahiers Rouges
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2246347920
  • ISBN-13: 978-2246347927
  • Dimensions du produit: 19 x 1,5 x 12 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (12 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 318.256 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.3 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

40 internautes sur 43 ont trouvé ce commentaire utile  Par "devilmaycare2" le 5 juin 2003
Format: Poche
Bukowski,avec ses chroniques autobiographiques,s'est vite révélé comme le cauchemar de toutes les belles-mères,des femmes en général et des éléments puritains et bourgeois de la société américaine.Rien ne pouvait lui faire plus plaisir...ou le laisser plus indifférent! Bukowski nous raconte des histoires non seulement affreuses et vraies, mais drôles.Comme il est jubilatoire de lire des "horreurs" dont on peut en rire!Bukowski ne cherchait pas à se faire aimer,mais ceux qui ont le sens de l'humour le trouveront sympathique,lucide,intelligent et plutôt juste.Voilà un homme,curieux du genre humain, qui n'est pas aussi vulgaire que ses détracteurs frileux ont pu le prétendre.On appréciera le fond comme la forme des textes de ce véritable poète maudit qui demeurera unique en son genre.Inégalable!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile  Par Fabien Flajolet le 2 novembre 2010
Format: Poche
...mais en même temps, un Bukowski confinant à la perfection ne serait-il pas paradoxal...

Initié à cet auteur avec les "Contes de la folie ordinaire", j'ai jeté mon dévolu sur cet ouvrage afin de savoir ce qu'un vieux dégueulasse pouvait avoir à raconter...

Cet recueil de textes provient des écrits de Bukowski dans "Open City", un journal anticonformiste, publié de 67 à 69, et dont le fondateur, John Bryan, a eu le courage de laisser carte blanche à Buk pour une chronique quotidienne (?).

Bukowski raconte donc des anecdotes personnelles (et vraies ?) concernant tout et rien auxquelles se mêlent des réflexions philosophiques sur la vie et son utilité, la société et son hypocrisie etc etc... le tout sur fond d'alcool, de sexe et de galères et marinant dans un joyeux bordel... Ca n'a parfois ni queue ni tête, certaines nouvelles ne doivent être compréhensibles qu'avec un degré conséquent d'alcool dans le sang, c'est très inégal, c'est Bukowski en sommes... Un auteur pressé de coucher sur papier des impressions vierges de toutes manipulation dont la seule spontanéité justifie leur existence... et puis parfois, on tombe sur des chefs d'oeuvres... Entre deux infâmes descriptions glauques, se cache une pépite émotionnelle : "l'Homme frigorifié"... Bukowski se dévoile, se raconte, mais sous un regard différent de la clochardise dans laquelle il baigne en permanence... Dans "l'homme frigorifié", Buk décrit son enfance et les évènements majeurs qui l'ont fait donnant au spectateur impuissant une lecture profonde et déchirante...
Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par matteo le 27 octobre 2014
Format: Poche Achat vérifié
Du Bukowski pur cru, comme on l'aime. Une plume aiguisée et trempée dans le vieux malt, naviguant entre les odeurs de ferraille, de bière, de pisse et de crasse. L'amour n'est jamais loin, mais les galères l'emportent toujours, malheureusement !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par Ripley le 13 juillet 2011
Format: Poche
Je me rappelle avoir bien aimé "Souvenirs d'un pas grand-chose" du même auteur. Mais ça... Il s'agit d'un recueil de souvenirs (d'où le titre) sans queue ni tête et racontés n'importe comment. Je suis pourtant une habituée des romans glauques de Bret Easton Ellis et Cie. Peut-être aurait-il fallu être aussi imbibée que Bukowski pour apprécier. Malheureusement, j'étais sobre "au moment des faits" et je suis passée à côté de la "puissance évocatrice" de cette oeuvre. Abandon par KO à la page 47.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Cédric Massé le 6 juin 2015
Format: Poche Achat vérifié
Livraison plutôt rapide. Bon état du livre à réception. Il ne me reste plus qu'à me replonger dans l'univers de cet auteur brutal, indifférent au scandale mais surtout vrai et étincelant
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par Coin-coin le trekkie le 5 octobre 2010
Format: Poche
Déposé sur le pas de la porte, cet ouvrage paraitra, pour les intégristes de la bonne morale, comme une mauvaise blague engendrée par une bande de garnements boutonneux. L'étron fumant d'un chat caché sous la une d'un journal froissé auquel ils auraient mis le feu. Bigotes, bonnes mères de familles et vieillards encapuchonnés portant une large croix de bois autour du cou risquent la crise cardiaque devant tant de rots, de pets, de sang et de sperme. Bukowski, c'est un peu de ça mais tellement d'autres choses aussi. Derrière ce personnage atypique que certains on vite relégué comme l'un des grands pontes de la "beat generation", Buck révèle ici et là ses faiblesses, ses rancœurs, ses amour et ses haines. Nombreuses sont ces dernières. Le constat qu'il fait de la société dont vit cet immigré originaire d'Allemagne fait froid dans le dos. Tout le monde en prend pour son grade. Comme un adolescent il couche sur papier ce que d'autres expriment par le geste ou la pensée. Lui use de ce talent immense dont il sait alors faire preuve en écrivant. Il ne mâche pas ses mots. N'use d'aucun détour. File droit dans le mur. Une pute est une pute. La merde avec lui ne sent jamais la rose.

Bukowski était un écrivain, un poète, un marginal, un alcoolique. Il aimait les femmes et savait leur rendre hommage. Il aimait aussi beaucoup l'alcool. Il a su nous le prouver à tous un soir, à la télé, devant les invités éberlués de Bernard Pivot.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?