EUR 5,63 + EUR 2,49 (livraison)
En stock. Vendu par dodax-online-fr

ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
Plus de choix
nagiry Ajouter au panier
EUR 5,63
reflexgb Ajouter au panier
EUR 5,64
all-my-musi... Ajouter au panier
EUR 7,99
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici

Kind of Blue [Import]

Miles Davis CD
4.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (76 commentaires client)
Prix : EUR 5,63
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
En stock.
Expédié et vendu par dodax-online-fr.
‹  Retourner à l'aperçu du produit

Descriptions du produit

Amazon.fr

Sans le piano de Bill Evans, Kind Of Blue allait perdre une bonne partie de sa magie. Miles Davis le pressent. Il envisage de bâtir entièrement son album sur des modes et rappelle donc son ex-pianiste, plus au fait des arcanes de cette musique que Wynton Kelly, son successeur. Enregistré en mars et avril 1959, Kind Of Blue est l'un des plus grands disques de jazz de tous les temps. La culture classique tient une place importante dans le piano d'Evans qui apporte "Blue In Green" que Miles remanie, s'en attribuant la paternité. Le trompettiste prétendit avoir cherché à retrouver le son des blues et des gospels qui marquèrent certains épisodes de son enfance, mais aussi la sonorité fluide de la sanza, un instrument africain dans "So What" et "All Blues". Il lui fallait les grands musiciens que sont Bill Evans, John Coltrane et Cannonball Adderley pour traduire ces sensations concernant son vécu, s'éloigner du hard-bop et ses inévitables contraintes harmoniques et entrevoir un jazz plus souple et plus bleu. --Pierre de Chocqueuse

Critique

Sorti en 1959, Kind Of Blue est certainement l’album le plus connu et le plus vendu de Miles Davis. Il figure en tête des meilleurs vente de disque dans la catégorie jazz. Le casting des musiciens présents est assez impressionnant : à ses côtés se trouvent le pianiste Bill Evans, les saxophonistes John Coltrane et Julian Cannonball Adderley, le bassiste Paul Chambers et le batteur Jimmy Cobb. Wynton Kelly (piano) ne jouant que sur un titre (« Freddy Freeloarder »), ayant dû remplacer au pied levé Bill Evans lors des séances d’enregistrement.

Kind Of Blue a la réputation d’avoir été réalisé en une prise, sans préparation, répétitions, ou connaissance des titres à jouer. C’est partiellement vrai, car si nous prenons l’introduction de la célèbre composition de Miles Davis « So What », il est difficile de croire qu’elle ne fut que le fruit de divagations instantanées. Au début, le piano et la basse jouent à l’unisson, ce qui suppose un minimum de concertation préalable entre les deux musiciens en question. Même remarque sur le thème de ce morceau, que se partagent justement la basse et la piano sous forme de question/réponse.

Très vite la section de cuivres double la partie piano. L’étagement harmonique est construit sur deux accords occupant seize mesures. Miles Davis est le premier à improviser sur la grille, avec un soutien de la basse en walking bass, comme disent les jazzmen. Suivent les solos de saxophones dans des styles propres à chacun des musiciens. John Coltrane fera de « So What » un autre standard du jazz, « Impressions » qui repose sur la même trame harmonique avec un tempo plus rapide.



« Freddy Freeloader » est un blues sans véritable surprise : douze mesures harmonique itératives, marque de fabrique devenue habituel lorsqu’on entend ce genre de musique. Le blues est une sorte de point de ralliement naturel entre musiciens de jazz. Il suffit de connaître sa structure pour jouer dessus rapidement. La fraîcheur de l’album s’en ressent. Ce que Miles Davis a en réalité souhaité pour ce disque c’est de fournir le minimum d’indications avant chaque prise. Juste quelques esquisses. Peu de notes, tout à l’économie. Il aura toujours à cœur de travailler de cette manière.

« Blue In Green » est une ballade à la mélodie très épurée, comme le concept de l’album a été voulu. Au-delà de la fantaisie du titre (« Bleu en Vert »), la composition de Miles Davis n’a que l’apparence d’un blues. Outre le fait que le choix des accords enrichissent la trame usuelle d’un blues, le nombre de mesures de la grille est de dix. L’ensemble de ces éléments donne un contour sphérique, circulaire à l’écoute de la pièce. Comme si l’impression de ne pas pouvoir vraiment se situer dans le temps et le déroulement du morceau était volontaire.

Miles Davis n’en est pas à sa première tentative pour remodeler les formes d’une composition. Sa participation à l’album The Birth of the Cool lui avait déjà donné l’occasion de goûter à ce type de plaisir. Avec Kind of Blue, il ne fait que confirmer sa prédilection à la composition musicale. « All blues » est, après « So what », le deuxième titre le plus célèbre du disque. C’est une nouvelle exploration du blues qui nous est proposée. Un autre genre de blues. D’abord le nombre de temps par mesure a changé : « All blues » est un blues à trois temps dont le tempo est le plus rapide par rapport aux autres titres. Ensuite Miles Davis introduit un élément modal au niveau harmonique qui modifie la perception globale des attentes auditives. Voilà la raison pour laquelle Kind of Blue est considéré comme une innovation dans le domaine du jazz.

Une fois de plus, Miles Davis propose une nouvelle façon de jouer du jazz, en introduisant les modes comme base harmonique. La tonalité n’est plus souveraine, et la sensation de flottement qui en résulte génère une écoute nouvelle pour l’auditeur. « Flamenco Skteches » repose sur le principe d’un jazz modal également. Le mode phrygien permet de jouer sur une gamme aux couleurs très hispanisantes. Il est abondamment utilisé dans cette pièce mélangeant le blues à l’Espagne. Dernière déclinaison du blues, « Flamenco Sketches » est une préfiguration de ce que Miles réalisera un an plus tard en compagnie de l’arrangeur Gil Evans lors du projet intitulé Sketches of Spain. Rappelons que le mot sketch en anglais signifie esquisse, idée centrale que Miles Davis a souhaité dans la réalisation des séances d’enregistrement de Kind Of Blue.

Quatre ingrédients musicaux font de Kind of Blue un album-phare dans l’histoire du jazz : l’épure, le mode, la lenteur et l’esquisse. Miles a été là où on ne l’attendait pas. Il a su porter de nouveaux éclairages sur une forme qui sert de fil conducteur au jazz : le blues. Un blues méditatif aux multiples aspects, servi par des musiciens hors-pairs qui ont joué le jeu que Miles Davis leur avait proposé : jouer dans l’instant, sans beaucoup de préparation et d’informations musicales au sujet des pièces à interpréter. Une indécision résolument assumée par les musiciens - et qui avait déjà guidé (deux ans auparavant) les séances studio pour la bande-son du film de Louis Malle, Ascenseur pour l’échafaud .

Kind of Blue exercera une influence très importante sur toute une génération d’artistes bien au-delà du cercle des simples jazzmen. Ce qui constitue a posteriori une raison supplémentaire pour accentuer sa valeur dans l’histoire du jazz et de la musique occidentale en général.





Gabriel Perreau - Copyright 2014 Music Story

Description du produit

"Obra mítica que revoluciona el jazz, algo a lo que Miles Davis nos irá acostumbrando, ""Kind of blue"" es imprescindible en cualquier discoteca. ""So what"" o ""Blue in green"" son clásicos desde su nacimiento y la formación que acompañó a Davis en esta obra también es legendaria : John Coltrane, Bill Evans, James Cobb, Paul Chambers, Wynton Kelly y Julian ""Cannonball"" Adderley formaron un all star sin duda conscientes ya desde la gestación del álbum de estar asistiendo a algo único e irrepetible.

Descriptions du produit

Sans le piano de Bill Evans, Kind Of Blue allait perdre une bonne partie de sa magie. Miles Davis le pressent. Il envisage de bà¢tir entièrement son album sur des modes et rappelle donc son ex-pianiste, plus au fait des arcanes de cette musique que Wynton Kelly, son successeur. Enregistré en mars et avril 1959, Kind Of Blue est l'un des plus grands disques de jazz de tous les temps. La culture classique tient une place importante dans le piano d'Evans qui apporte "Blue In Green" que Miles remanie, s'en attribuant la paternité. Le trompettiste prétendit avoir cherché à  retrouver le son des blues et des gospels qui marquèrent certains épisodes de son enfance, mais aussi la sonorité fluide de la sanza, un instrument africain dans "So What" et "All Blues". Il lui fallait les grands musiciens que sont Bill Evans, John Coltrane et Cannonball Adderley pour traduire ces sensations concernant son vécu, s'éloigner du hard-bop et ses inévitables contraintes harmoniques et entrevoir un jazz plus souple et plus bleu. --Pierre de Chocqueuse
‹  Retourner à l'aperçu du produit