undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
King Kong théorie (essai français) et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
King Kong Théorie a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Comme neuf | Détails
Vendu par livres_allemands
État: D'occasion: Comme neuf
Commentaire: Livre d'occasion d'un éditeur multilingue. Expédié depuis Grande Bretagne pendant 7 à 10 jours ouvrés. Vendeur établi depuis 2000. Merci de vérifier la langue de l'article dans la fiche détaillée de Amazon.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

King Kong Théorie Poche – 3 octobre 2007


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 5,60
EUR 4,86 EUR 4,91

Notre boutique Le Livre de Poche

Notre boutique Le Livre de Poche
Découvrez tous les livres de Poche dans notre boutique dédiée.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

King Kong Théorie + Bye Bye Blondie
Prix pour les deux : EUR 11,90

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

En racontant pour la première fois comment elle est devenue
Virginie Despentes, l'auteur de Baise-moi conteste les discours bien-pensants sur le viol, la prostitution, la pornographie. Manifeste pour un nouveau féminisme.

Biographie de l'auteur

Virginie Despentes, née en 1969, vit à Paris. Elle a publié chez Grasset Les Jolies Choses (1998, Prix de Flore), Teen Spirit (2002) et Bye Bye Blondie (2004). --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.



Détails sur le produit

  • Poche: 151 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (3 octobre 2007)
  • Collection : Littérature & Documents
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2253122114
  • ISBN-13: 978-2253122111
  • Dimensions du produit: 17,5 x 10,7 x 1 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (46 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 1.513 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par Miss_Plumette le 19 avril 2008
Format: Poche
Le premier livre de V. Despentes qui ne soit pas une fiction, mais nous livre une part d'autobiographie de l'auteur et surtout une réflexion sur la place de la femme dans la société et le fait que le combat féministe est très loin d'être gagné. Je n'adhère pas intégralement au point de vue de l'auteur, mais une fois encore le "style Despentes" m'a scotchée. Quelle puissance dans l'écriture, impossible de décrocher, on lit le livre d'une traite.
Et puis c'est surtout un livre qui a le mérite de faire réfléchir... et qui contient malheureusement une grande part de vérité, même si ça n'est pas de celles qui font plaisir à entendre.
Alors Bravo et surtout Merci à VD, pour ce livre et tous les autres.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
19 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile  Par Locusta* le 18 novembre 2008
Format: Poche
Premier écrit de Virginie Despentes qui ne soit ni un roman ni un article dont le sujet est un féminisme qui n'exclut pas les hommes. Non parce que leur participation serait indispensable mais parcequ'ils sont eux- aussi victimes de la discrimination faite aux femmes.

Virginie Despentes n'a pas inventé le concept mais elle a le mérite d'en faire une démonstration à partir de son vécu et de ce qu'elle est. L'ensemble est non seulement intelligible et sensé mais touchant.

On pourra arguer que Camilla Paglia et d'autres se sont penchées sur le sujet des décennies avant elle mais leurs écrits sont sans doute moins largement diffusés en France que ce livre de Virginie Despentes qui en est une excellente digestion et introduction. L'important étant que cette "théorie" fasse son chemin en dehors des réseaux universitaires dans un langage direct.

Les 3 pages concernant la bibliographie qui l'ont guidée/inspirée montrent bien qu'elle ne s'attribue en rien cette "théorie", et invitent au contraire à poursuivre les investigations.
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
24 internautes sur 27 ont trouvé ce commentaire utile  Par Boawaks le 3 mars 2008
Format: Poche
Moi j'y crois. Parce que j'ai besoin d'y croire. Oui comme elle le dit en introduction, ce livre vient et prétend parler au nom des femmes réelles, celles qui vivent la galère tous les jours donc bien sûr toute langue de bois, toute comédie et toute bienséance est récurée pour laisser la place à l'instinct de survie et evidemment à la naïveté. Ca fait peine à voir mais malheureusement la réalité est comme ça. On en a pour son compte, trottoir, dope, les mecs, le boulot, ça renifle le caniveau mais ce livre m'a beaucoup aidé à comprendre notre monde en perdition. VD étale des sujets sur lesquels il est quasi impossible de dialoguer avec quelqu'un, ami, collègue, rencontre, famille n'en parlons pas... En lisant ce livre j'ai eu l'impression d'écouter une de ses personnes que l'on rencontre quatre ou cinq fois dans sa vie, dans une teuf ou par hasard et qui vous fait avancer d'une ou deux cases en partageant et en ouvrant son âme. Et c'est là qu'apparait la principale qualité de VD: sa générosité. Que l'on soit un mec ou une nana, impossible de ne pas repartir plus riche après la lecture de ce livre, dont on ne regrette qu'une chose: qu'il ne soit pas plus épais...
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par J-michel Tartayre le 10 mai 2013
Format: Poche Achat vérifié
Entrer dans le texte de Virginie Despentes, c'est écouter une sorte de rhapsodie aux variations multiples dont le leitmotiv serait le féminisme perçu sous l'angle de l'authentique révolution, d'une pensée qui, pour le dire comme André Breton, entend « renverser la vapeur » du machisme exacerbé autour duquel cristallise tout pouvoir, depuis la cellule familiale jusqu'au cercle de l'État.

Il s'agit bien, selon elle, de remettre en cause et de saper les fondements de la société pour enfin accorder à la femme son statut d'être libre et pensant, et laisser parler sa puissance de sujet maître de sa vie, de son destin et de son art à l'égal d'un Bruce Lee ou d'un Mohamed Ali. « Parfois, écrit-elle par exemple, c'est simple, j'ai l'impression d'être Bruce Lee. Quand il racontait dans les interviews que, tout le temps, des mecs venaient lui taper sur l'épaule pour le provoquer en duel. Ils voulaient montrer à tout le quartier qu'ils étaient tellement forts, ils s'étaient fait Bruce Lee. »

L'auteur se définit ainsi comme une King Kong Girl et revendique sa part de masculinité, indispensable à l'accomplissement de soi. Virginie Despentes s'assume telle qu'elle est et le dit clairement sur le mode de la syncope et de l'effet de rupture, autant de marques d'une syntaxe qui va droit à l'essentiel et qui emprunte le plus souvent à la langue parlée. Les phrases sont courtes, incisives et ajoutent à l'alacrité du procès narratif : « Je ne suis pas douce je ne suis pas aimable je ne suis pas une bourge. J'ai des montées d'hormones qui me font comme des fulgurances d'agressivité.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?