Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  
  • Tous les prix incluent la TVA.
Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Kisses on the Bottom a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,49 (livraison)
D'occasion: Comme neuf | Détails
Vendu par worldofbooksfr
État: D'occasion: Comme neuf
Commentaire: Votre article correspondra à un disque impeccable accompagné d'un livret et d'une jaquette en parfait état. Il se peut qu'il manque l'emballage cellophane d'origine.
Autres vendeurs sur Amazon
Ajouter au panier
EUR 19,72
Livraison gratuite dès EUR 25,00 d'achats. Détails
Vendu par : Fulfillment Express
Ajouter au panier
EUR 25,06
Livraison à EUR 0,01 sur les livres et gratuite dès EUR 25 d'achats sur tout autre article Détails
Vendu par : Skyvo Direct
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Egalement disponible en MP3
Album MP3 à EUR 9,99

Kisses on the Bottom

4.2 étoiles sur 5 42 commentaires client

46 neufs à partir de EUR 7,80 12 d'occasion à partir de EUR 4,99 1 de collection à partir de EUR 7,99
inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
Hors cadeaux ou produits vendus par des vendeurs tiers. Voir Conditions sur les coûts en cas d'annulation de commande.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.

Vous cherchez un CD ou Vinyle ?

CD à petits prix et en promotion
Retrouvez nos promotions et CD à petits prix.

Offres spéciales et liens associés


Page Artiste Paul McCartney


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Kisses on the Bottom
  • +
  • New - Edition Deluxe
Prix total: EUR 40,87
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Détails sur le produit

  • CD (6 février 2012)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Hearmusic
  • ASIN : B006OAB3ME
  • Autres éditions : CD  |  Album vinyle  |  Téléchargement MP3
  • Moyenne des commentaires client : 4.2 étoiles sur 5 42 commentaires client
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 46.972 en Musique (Voir les 100 premiers en Musique)
  •  Voulez-vous mettre à jour des informations sur le produit, faire un commentaire sur des images ou nous signaler un prix inférieur?

  • Ecouter les extraits (Extrait)
1
30
2:35
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
2
30
4:04
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
3
30
2:34
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
4
30
3:03
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
5
30
3:45
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
6
30
3:21
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
7
30
2:31
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
8
30
3:14
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
9
30
3:49
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
10
30
3:03
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
11
30
4:25
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
12
30
4:41
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
13
30
3:42
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 
14
30
4:21
Ecouter le titre Acheter : EUR 1,29
 

Descriptions du produit

Descriptions du produit

KISSES ON THE BOTTOM

Critique

Le génie mélodiste et musicien touche-à-tout (on connaît son goût pour la musique classique et les possibilités électroniques des machines modernes) aura donc attendu son quinzième album studio – et 35ème toutes catégories confondues - pour rendre hommage à un certain jazz, genre par ailleurs éloigné de ses propres années de formation, lui qui fête au mois de juin 2012 son 70ème anniversaire : d’un titre d’album inspiré par une chanson de Fats Waller à une production assurée par Tommy LiPuma (l’un des accoucheurs de Miles Davis), Kisses On The Bottom nous offre en effet un voyage nostalgique au creux de l’Americana confortable et sereine.

Certes, on aurait pu espérer qu’après un silence discographique de plus de cinq années, l’ex Beatles aurait porté son effort sur un répertoire essentiellement original, d’autant que son audience fidèle n’est pas forcément habituée aux subtilités du jazz. En outre, son choix de partitions du milieu des années cinquante peut surprendre…puisque, après tout, Ringo Starr reste, avec l’album Sentimental Journey, le premier garçon dans le vent de Liverpool à s’être offert un voyage dans le passé. Mais il est clairement établi que, par l’humour sous-jacent, la légèreté induite des interprétations de standards – ou thèmes plus confidentiels - signés Irving Berlin ou Ray Henderson, et immortalisés en leur temps par Nat King Cole ou Ella Fitzgerald, cet album revient de manière pleine et entière à son créateur.

Au chapitre des crédits du disque, les orchestrations s’affichent dans une pure magnificence, en réminiscence des très riches soirées en smokings et robes de soirée du Carnegie Hall. La colonne débit s’alimente d’un évident constat : McCartney est un chanteur surdoué de pop music, mais lui font défaut la profondeur et le swing nécessaires au genre, d’autant que le redoutable temps qui passe diminue sa puissance évocatrice. Mais le charme perdure, ce paramètre aussi impalpable que nécessaire, qui sépare les exercices de style et les œuvres racées et adorables. Pour ce qui est de la liste des invités à la party, il n’a manifestement eu qu’à ouvrir son carnet d’adresses, convoquant Eric Clapton (« My Valentine », composition du patron), l’harmonica de Stevie Wonder (« Only Our Hearts », autre inédit), et Diana Krall, un peu partout en choriste de luxe et pianiste, et confiant même au Britannique son propre groupe.

Le plus troublant de l’aventure reste que les deux compositions originales du programme s’intègrent parfaitement à la sélection, sans heurts ni anachronisme. Et le plus séduisant est que, loin des accidents industriels concoctés par Rod Stewart dans semblable registre, Kisses On The Bottom délivre des instants de pure sérénité, ourlée de la capacité du bonhomme à pratiquer le second degré jusque dans ses vocalises. Á noter que l’album bénéficie comme à l’accoutumée d’une édition deluxe , incluant codes d’accès, et cartes postales, ainsi que deux inédits, dont un « Baby’s Request » composé par McCartney. - Copyright 2015 Music Story


Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: CD Achat vérifié
Après avoir bien écouté et réécouté cet album, je me dis : bravo, bien fait, et tout, et tout, mais c'est comme se trouver dans un bel endroit délicatement climatisé : il y a un moment où on a envie d'ouvrir la fenêtre, et de respirer un petit air frais qui nous surprend, nous titille.
Ce que réussit un violon solo espiègle dans "It's Only a Paper Moon", qui semble soudainement libérer un peu tout le monde. Dommage, on ne le réentendra plus ensuite... Davantage de fantaisie secouant le bon goût sage et professionnel de l'ensemble aurait fait du bien à un choix de répertoire qui n'est pas toujours de premier choix.
Au fond, j'aime bien ce disque peut-être en partie parce que je vieillis moi aussi, et que j'ai la flemme de me lever pour ouvrir la fenêtre ou prendre l'air ! Ce cd convient non seulement aux oreilles, mais aussi aux fesses paresseuses, aux ventres qui grossissent, aux somnolences inopinées !
Cela fonctionne mieux en musique de fond entre amis qu'en écoute solitaire. Arrivé à "The glory of love", s'immisce comme un sentiment de lassitude, levé 2 plages plus loin par "Ac-cent-tchu-ate the positive", que n'aurait pas renié l'ours Baloo, ce qui est un compliment ! Puis, doucement, on replonge dans un climat inchangé, sans surprises, et moi qui ait pris l'édition limitée, je m'en veux, s'arrêter à "The inch worm" eût été en effet salutaire.
Bref, un disque où l'on se sent bien par paresse, et dont on est heureux d'en sortir histoire de se dégourdir, ou se dégourdouïr !
Le système de notation ne permet pas d'afficher ce que serait mon verdict : ni 4, ni 3 (comme choisi...), mais 3,5.
Un cd honnête et recommandable, parfois touchant ("Home"), si l'on en cible bien l'usage.
1 commentaire 6 sur 6 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Eminian TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 28 février 2012
Format: CD
Quand un ancien Beatles sort un nouvel album, difficile de ne pas s'intéresser à son cas, surtout quand il s'agit de Paul. J'ai depuis longtemps, c'est-à-dire toujours, dissocié les disques du fabuleux groupe de ceux du musicien. D'ailleurs je ne sentais pas d'a priori favorable à ce nouvel opus Kisses On The Bottom ' au titre étrange pour ne pas dire ridicule (Baisers sur les fesses/cul)- jusqu'à ce que je laisse mes oreilles juger par elles-mêmes.
Mes réticences initiales venaient du fait, que ce disque est une compilation de titres que Mr Paul écoutait quand il était jeune, ce qui nous ramène assez loin dans le temps, et qu'il avait voulu les reprendre pour leur rendre hommage. Et moi, les disques hommage'.
Effectivement sur les seize titres (version DeLuxe du CD), seuls trois sont écrits par McCartney (My Valentine, Only Our Hearts et Baby's Request), lequel pousse plus loin encore le bouchon, puisque notre multi instrumentiste, se contente uniquement de chanter et d'apporter sa guitare acoustique sur deux titres (Get Yourself Another Fool et The Inch Worm).
Un album de musique cool, au swing discret, ambiance club avec un orchestre jazzy (Diana Krall et son groupe pour être précis), le batteur se sert de balais, une contrebasse et quelques autres instruments au fil des morceaux. Ce genre-là. Paul chante merveilleusement bien et la prise de son est telle, que parfois on l'entend respirer entre les mots. Deux invités de marque apportent leur pierre discrète mais facilement identifiable à ce remarquable édifice, Eric Clapton et sa guitare sur My Valentine et Stewie Wonder son harmonica chromatique sur Only Our Hearts.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 16 sur 17 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: CD Achat vérifié
Surprenant pour un ex Beatles, et certainement déroutant pour les fans traditionnels de Sir Paul. Je suis un peu étonné qu'il n'ait abordé que le coté "balade", j'aurais préféré des titres un peu plus "entraînant", mais je ne boude quand même pas mon plaisir d'écouter Paul Mc Cartney accompagné par une pléiade de mes musiciens, producteur et ingénieur du son favoris. Diana Krall, les Pizzarelli père et fils, Eric Clapton et Stevie Wonder en guest (la, rien de très surprenant) John Clayton et Jeff Hamilton (il manque leur big band, par contre). LiPuma à la production et naturellement Al Schmitt aux manettes. Bref que du beau monde. j'allais oublier, studios de légende, Abbey Road, Avatar et Capitol records.Tout y est. De toute façon à conseiller pour la performance.
Remarque sur ce commentaire 24 sur 27 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par STEFAN COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 50 COMMENTATEURS le 5 décembre 2012
Format: CD Achat vérifié
Ce n'est pas forcément là qu'on l'attendait même si ce n'est pas exactement une surprise, Paul McCartney, en 2012, revient sur des chansons qui ont peuplé son enfance, son imaginaire et donc, on l'imagine et on l'entend, son écriture de moult images, sons et sentiments pas étrangers au développement de sa part "suave" des 4 Garçons dans le Vent (avec lesquels il reprenait d'ailleurs, dès leurs débuts discographiques des "A Taste of Honey" ou "Til There Was You" fort éloignés des préoccupations rock'n'rollesque dont on s'imagine qu'elle composaient l'entièreté de ce répertoire de jeunesse, à tort).

Or donc, Macca a de la suite dans les idées, pas ce qu'on reprocherait à un artiste quel qu'il soit vous en conviendrez, et un talent certain à accommoder ces vieilles scies archi-connues avec la révérence, la nostalgie et la distance nécessaire pour les habiter avec tout le talent et la nuance qu'on lui connait. Et puis, Macca a aussi un impressionnant carnet d'adresses et ne s'est pas, en la circonstance, privé d'y puiser abondamment convoquant (excusez du peu) Eric Clapton, Stevie Wonder, Diana Krall pour les plus connus du grand public, mais aussi Joe Walsh (James Gang, Eagles), les Pizzarelli père et fils (deux guitaristes jazz, bon sang ne saurait mentir) ou encore Christian Mc Bride (contrebassiste entrevu Chick Corea, Diana Krall ou Sting)... Etc, comme dirait l'autre.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 2 sur 2 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?