Version MP3
incluse GRATUITEMENT
ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Plus de choix
Dvd Overstocks UK Ajouter au panier
EUR 9,48
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Aussi disponible en MP3
 
Album MP3 à EUR 6,99
 
 
 
 

Korn

Korn CD
4.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (9 commentaires client)
Prix : EUR 7,49 Livraison gratuite dès EUR 25 d'achats. Détails
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
 : inclut GRATUITEMENT la version MP3 de cet album.
 Ne s'applique pas aux commandes de cadeaux ou aux produits vendus par des vendeurs tiers sur la plate-forme Marketplace. Veuillez consulter les Conditions générales sur les coûts en cas d'annulation de commande.
Il ne reste plus que 4 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le lundi 28 juillet ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.
Passez cette commande pour sauvegarder la version numérique de cet album dans votre bibliothèque Amazon Music. Vendu par Amazon EU S.à r.l.
A télécharger immédiatement en MP3 pour EUR 6,99.

‹  Retourner à l'aperçu du produit

Descriptions du produit

Amazon.fr

Mixture explosive de metal hardcore, d'indus, de grunge et de hip hop, la musique de Korn est une synthèse étonnante de toutes les tendances extrêmes du milieu des années 90. A la fois pesant et épileptique, baignant dans un flot de guitares distordues, truffé de brusques changements de rythmes et d'intensité, le néometal de Korn possède un pouvoir certain de fascination qui a vite propulsé le groupe vers le succès malgré son aspect anticommercial. La personnalité singulière des membres de ce combo américain et notamment de son chanteur flippé Jonathan Davis - tour à tour dépressif et furieux - y est également pour beaucoup. Ce premier album (le meilleur ?) contient déjà de nombreux moments forts ("Blind", "Clown", "Ball Tongue", "Faget"...) où révoltes, obsessions et frustrations sont expulsées avec une rage peu commune et un humour noir particulièrement grinçant. Du metal radicalement thérapeutique. -- James Petit

Critique

Lourd, sombre, plaintif : voilà qui peut résumer Korn et son premier album homonyme. Ce premier disque pose les fondements du style du groupe, qu’il s’agisse de la musique et du chant bien sûr, mais aussi des paroles ou de l’imagerie. La pochette, d’ailleurs, inaugure ce qui s’avérera récurrent de disque en disque, développant une symbolique de l’enfance menacée ou sur le point de basculer dans le drame – écho évident au passé troublé du chanteur.

 

Tout est posé d’emblée avec le formidable titre d’ouverture « Blind », qui demeurera un incontournable classique du groupe en concert. Malgré le caractère passablement plagiaire de la composition (l’intro est quasi-identique à celle du « Too Many Puppies » de Primus et le riff principal rappelle celui du « Scapegoat » de Fear Factory), le morceau affirme avec force l’unicité du groupe. Jamais mélodique, la musique de Korn est, sinon brutale, à tout le moins relativement âpre et parfois étouffante : les riffs sont répétitifs et l’instrumentation des couplets paraît construite comme des loops de hip-hop (influence qu’on retrouve aussi çà et là dans le chant) ; la basse slappée de « Fieldy Snuts » au son très lourd et le jeu de batterie puissant – et peu porté sur les cymbales – de David Silveria achèvent de bâtir des compositions massives.

 

Au micro, enfin, Jonathan Davis déverse des paroles plaintives et torturées, évoluant à la façon d’un possédé de susurrements torturés à des hurlements, en passant par d’occasionnelles scansions rap ou même du scat. Violé par un adulte à 12 ans, puis traité en souffre-douleur durant son adolescence, le chanteur dans ses paroles, simples et crues, laisse cours à ses angoisses, à ses pulsions vengeresses et autodestructrices. Et son interprétation peut être par instants singulièrement intense, à l’image de « Daddy », qui conclut l’album dans un dramatisme éploré libératoire, ou les explosions de colère et de fureur dont le disque est parsemé.

 

Pas un titre qui soit de trop sur ce premier album homonyme (comme pour « faire les présentations »), chacun ayant son lot de fantaisie ou de nuance, de la cornemuse de « Shoots and Ladders » aux feulements façon death metal de « Lies » ou au surprenant scat de « Ball Tongue ». Mais se détachent singulièrement, outre « Blind » – l’un des plus grands classiques du metal des années 90 – et le long et théâtral « Daddy » (qui rappelle le viol subi par le chanteur), le puissant et grinçant « Shoots and Ladders » (dont les comptines malmenées rappellent le thème de l’enfance ravagée) et le très vindicatif « Faget » (« pédé », insulte qu’adressaient au chanteur ses camarades de classe).

 

Abouti, sans pourtant manquer de spontanéité et de – hum ! – fraîcheur, ce premier album s'impose comme un disque d’une influence capitale dans l’histoire du metal. L’année suivante, les amis de Deftones sortent à leur tour un premier album, Adrenaline. Avec ces deux albums, les bases sont posées pour le mouvement qui sera bientôt nommé « néo-metal ». A noter : l’album est produit par Ross Robinson, sur le point de devenir le grand pontife dudit néo metal, puisqu’il produira ensuite Deftones (« Fist », sur l’album Adrenaline), Limp Bizkit, Soulfly ou encore Slipknot.

 



Mikaël Faujour - Copyright 2014 Music Story

Descriptions du produit

Mixture explosive de metal hardcore, d'indus, de grunge et de hip hop, la musique de Korn est une synthèse étonnante de toutes les tendances extrêmes du milieu des années 90. A la fois pesant et épileptique, baignant dans un flot de guitares distordues, truffé de brusques changements de rythmes et d'intensité, le néometal de Korn possède un pouvoir certain de fascination qui a vite propulsé le groupe vers le succès malgré son aspect anticommercial. La personnalité singulière des membres de ce combo américain et notamment de son chanteur flippé Jonathan Davis - tour à  tour dépressif et furieux - y est également pour beaucoup. Ce premier album (le meilleur ?) contient déjà  de nombreux moments forts ("Blind", "Clown", "Ball Tongue", "Faget"...) o๠révoltes, obsessions et frustrations sont expulsées avec une rage peu commune et un humour noir particulièrement grinçant. Du metal radicalement thérapeutique. -- James Petit
‹  Retourner à l'aperçu du produit