• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 4 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
L'Étranger a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par chapitre_libraire
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Spécialiste du livre. Service professionnel. Expédition en 24 heures des Pays de la Loire (France) en colis suivi. Confirmation de l'expédition par mail. Suivi de commande en ligne. 200 000 clients satisfaits.
Amazon rachète votre
article EUR 6,49 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 7 images

L'Étranger Relié – 12 avril 2013


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 22,00
EUR 20,90 EUR 11,00

Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing

EUR 22,00 Livraison à EUR 0,01. Il ne reste plus que 4 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement). Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

L'Étranger + L'Hôte + Camus, entre justice et mère
Prix pour les trois: EUR 55,45

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Revue de presse

Le chef d'œuvre d'Albert Camus en bande dessinée. Jacques Ferrandez en offre une relecture passionnante en bande dessinée, sans en épuiser le mystère.

Présentation de l'éditeur

Le jour où sa mère est morte, Meursault a remarqué qu'il faisait très chaud dans l'autobus qui le menait d'Alger à l'asile de vieillards, et il s'est assoupi. Plus tard, dans la chambre mortuaire, il a apprécié le café que lui offrait le concierge, a eu envie de fumer, a été gêné par la violente lumière des lampes électriques. Et c'est avec une conscience aiguë du soleil qui l'aveugle et le brûle que l'employé de bureau calme et réservé va commettre un acte irréparable. Camus présente un homme insaisissable amené à commettre un crime et qui assiste, indifférent, à son procès et à sa condamnation à mort.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 6,49
Vendez L'Étranger contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 6,49, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Relié: 136 pages
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (12 avril 2013)
  • Collection : Fétiche
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070645185
  • ISBN-13: 978-2070645183
  • Dimensions du produit: 29 x 1,6 x 21,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.4 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (24 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 57.511 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.4 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

13 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par Gilbert Balsamo le 7 mai 2013
Format: Relié Achat vérifié
Adapter un roman en BD est un exercice risqué qui se traduit souvent par une métaproduction sans intérêt.
Cela tient aux moyens d’expression radicalement opposés.
Si les mots provoquent l’imagination, les dessins imposent la vision de l’artiste.
Dans le premier cas c’est le lecteur qui construit un univers à partir de sa culture et de sa sensibilité, à partir des données de l’écrivain.
Dans le deuxième cas les représentations lui sont imposées et réduisent sa liberté d’interprétation. Mais il n’y a pas que des inconvénients à ce type d’expression.
Lorsque les personnages sont trop nombreux et épuisent le lecteur dans ses efforts d’identification, la BD a l’avantage de les circonscrire.
Pour ma part, j’ai toujours imaginé Meursault comme un méditerranéen très brun, plus proche physiquement d’un M. Masrtroianni dans le film de Visconti datant de 67 que de l’image qu’en donne Ferrandez : un jeune homme blond. Avant lui, Fontanarosa avait fait de même pour l’illustration de la couverture du Livre de Poche de 68.
Cette perception permet un recadrage de la pensée en ce sens que Meursault, en dépit de son côté ténébreux, sombre est tout de même aussi un personnage ouranien qui aime la mer et le soleil (et trouve les Parisiens trop ‘’blancs’’). Ce qui symboliquement justifie sa chevelure.
La BD permet donc de rectifier, de préciser parfois l’image un peu floue générée par la lecture.
Autre chose intéressante et propre à Ferrandez : sa mise en page.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
12 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile  Par Tornade - Isa 1ER COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 10 COMMENTATEURS le 23 avril 2013
Format: Relié
Meursault travaille dans un bureau, déjeune tous les jours chez Céleste. Il est présenté comme un homme calme, indifférent. Lorsque sa mère meurt, Meursault assiste passif à son enterrement. A Alger, témoin d'une bagarre qui tourne mal, Meursault, aveuglé par la lumière, tue un Arabe sans aucun motif. Il est étranger à lui-même, étranger au monde qui l'entoure, étranger à sa propre existence, assiste à son procès tel un observateur...

Je découvre une très belle BD, fidèle au roman de Camus. Textes et dessins se fondent pour mettre en évidence l'incompréhension, le caractère absurde de la situation. Certaines pages sont vides de texte, mais les dessins suffisent et parlent d'eux-mêmes avec éloquence. La chaleur, la mer y sont superbement personnalisées. Cette BD retranscrit tout à fait l'ambiance décrite dans le roman de Camus, l'incompréhension mutuelle du monde et de Meursault. Une belle réussite.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile  Par Bruce Tringale TOP 100 COMMENTATEURS le 16 août 2013
Format: Relié
Le défi était d'ampleur : mettre en image , le roman de Camus , véritable manifeste de l'absurdité de l’existence humaine .
Jacques Ferrandez s'en sort haut la main.
Rappelons quand même le sujet : l’histoire suit un certain Meursault à travers l'Algérie française : Meursault enterre sa mère sans verser une larme , sympathise avec un proxénète , tue un arabe sur un coup de tête et sur un coup de soleil, et ne se défend pas à son procès .
La mise en images de Ferrandez m'est devenue totalement indissociable du texte de Camus : son Meursault a la beauté du diable. Les images renforcent le versant voyeur du lecteur . Nous voici en position de scruter la moindre action , la moindre expression de cet étranger qui échappe à ce que l'on attend de tout être humain : empathie , compassion , altruisme , doute , remords ou culpabilité.
Meursault n'est pas dépourvu de sociabilité : on le voit se marrer à un film de Fernandel , accepter une invitation à dîner , faire l'amour . Ce n'est pas un monstre isolé complotant la fin du monde . Il transpire sous le soleil , s'inquiète de sa mort , prête main forte à un copain et tente pathétiquement de se défendre à son procès .

Camus met en scène un homme indifférent aux autres et à lui même , guidé par le présent , obéissant aux besoins alimentaires de manger ,de s'accoupler , voir du monde. Mais ces besoins sont isolés de tout rapport à l'autre : les notions d'amour ,de sentiments lui sont étrangers .
Lire la suite ›
6 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Format: Relié Achat vérifié
Adapter CAMUS en BD pourrait sembler une "folie" mais avec FERRANDEZ, c'est de l'art qui m'est bien l'oeuvre d'un très grand écrivain en valeur, les dessins sont de véritables chef d'oeuvres et les textes y sont merveilleusement mis en valeur ! Un plaisir pour les yeux comme bien des oeuvres de FERRANDEZ, mais les aquarelles et son style n'enlèvent rien à l'oeuvre de CAMUS au contraire.. Cela ne m'étonne guère tant l'Algérie est dans la peau de ce desssinateur exceptionnel qui pourtant a aussi su rendre l'âme dU LIBAN dans l'ouvrage magnifique qu'il a consacré à ce pays. Je confirme que possédant toute le collection originale de ces cahiers d'Orient,sublimes, FERRANDEZ a grandi en audace et maturité, alors jusqu'au pourra-t-il encore aller dans le futur.Il a lui-même placé la "barre" très haute ?
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?