• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

L'état des lieux Broché – 20 août 2009


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 9,00
EUR 8,50 EUR 3,08

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

L'état des lieux + Indépendance + Un week-end dans le Michigan
Prix pour les trois: EUR 25,80

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Richard Ford, né en 1944 à Jackson (Mississippi), est considéré comme l un des chefs de file de la littérature américaine. Ses livres, Indépendance, prix Faulkner et prix Pulitzer 1996, Un week-end dans le Michigan, Péchés innombrables et Une saison ardente, sont disponibles en Points.


Détails sur le produit

  • Broché: 800 pages
  • Editeur : Points (20 août 2009)
  • Collection : Points
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2757814710
  • ISBN-13: 978-2757814710
  • Dimensions du produit: 17,8 x 3,5 x 11 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.9 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (9 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 107.415 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.9 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

13 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jean Pierre DALLOZ sur 8 septembre 2008
Format: Broché Achat vérifié
Frank Bascombe n'est pas aussi fataliste et résigné qu'il le parait quand on suit le fil de ses pensées... Il est même diablement ému, -et émouvant-, devant la mort bien sûr, mais aussi lorsqu'il pense à "ses femmes" (ou ex-femmes), à ses enfants, et même à ses clients ou collaborateurs. Pas de "pathos", ni de grandes déclarations, juste le flux des pensées, des sensations, des détails. Mais le lecteur est pris: Frank Bascombe, c'est lui, il ressent parfaitement ce qu'il pense, ce qu'il voit, comme dans un rêve éveillé, dans une Amérique de tous les jours...
La puissance d'évocation de Richard Ford fonctionne à merveille.
Une petite réserve - qui ne lui est pas imputable- sur la qualité de la traduction qui parfois rend la compréhension difficile (voir la discussion ouverte à ce sujet). Mais cinq étoiles malgré tout pour le roman.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
19 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile  Par C. Delcourt sur 5 octobre 2008
Format: Broché
Quelle frustation !
Je suis une fan absolue de Richard Ford. J'attendais avec impatience la parution du troisième volet de sa trilogie, mais je ne saurai vraisemblablement pas ce qui va arriver à Franck Bascombe car la lecture de ce livre est tellement pénible qu'il me tombe des mains ...
L'ensemble du livre est traduit mot à mot sans aucun effort de compréhension ou d'adaptation et sans aucun style.
Au bout de 40 pages, j'ai achété le livre en anglais pour essayer de comprendre des passages qui n'ont aucun sens (sur la seule page 30, on apprend que les femmes au foyer vont chez Macy's en peignoir, que les Américains font leurs achats dans des "boutiques de démarque en étage", que "les marchands espèrent monter graduellement dans le noir", que "les pompiers en combinaison d'amiante et chapeau de pélerin font la collecte dans des seaux" et que les voitures sont "examinées en détail" dans les stations de lavage ...
Pierre Guglielmina n'est pourtant pas un nouveau venu dans la traduction littéraire et j'ai lu plusieurs des livres qu'il a traduits sans jamais avoir ce sentiment de trahison et de mépris pour le lecteur. Est-il vraiment le traducteur ? Comment les Editions de l'Olivier ont-elles pu accepter cette traduction ? Et que dire de l'enthousiasme des critiques littéraires ...
Peut-être sommes-nous dans dans la "situation de marchandisation à somme nulle" dont il est question page 31 ?
C'est triste ...
5 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  L'évaluation d'un enfant sur 15 janvier 2011
Format: Broché
Je suis un grand fan de Richard Ford et ai adoré 'Independance'.

Hélas les commentaires des lecteurs d'Amazon au sujet de 'L'état des lieux' m'ont mis en garde contre ce livre, et j'ai hésité longtemps avant de me le procurer. Je déteste les mauvaises traductions. Aussi est-ce avec prudence et circonspection que j'ai abordé la lecture de cet ouvrage.

Bon, disons-le tout de suite, étant averti, j'ai assez facilement surmonté les bizarreries de la traduction dont quelques exemples ont été relevés par d'autres lecteurs, et m'en suis souvent amusé. A la décharge du traducteur, Richard Ford n'est pas toujours très clair dans sa langue maternelle. Ce qui est plus dérangeant est que P. Guglielmina donne l'impression de baisser les bras et de restituer vaille que vaille et littéralement des phrases qu'il n'a lui même pas comprises. J'ai été étonné de constater que l'ouvrage en anglais était 20% plus court que sa version française. Je ne sais pas si c'est une règle en traduction, ou si cela dénote quelque chose. Pour terminer sur ce sujet, voici ma petite contribution à la discussion: non, Paul, le fils de Franck Bascombe ne fait pas 1.55 m de haut (p. 638 de l'édition poche). Car 'five ten' veut dire cinq pieds et dix pouces, soit 1.75 m...

Venons-en maintenant au fond. J'ai vraiment adoré ce livre. Il ressemble beaucoup à 'Indépendance'. Remplacez le 4-Juillet par Thanksgiving, la chaleur de l'été par l'humidité et le froid de novembre et vous retrouvez la même construction, cette série de moments qui se succèdent sur deux-trois jours.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile  Par Dominique Castellino sur 2 mars 2009
Format: Broché Achat vérifié
Merveilleux livre de tous les jours et dont l'action fragile se déroule sur 48 heures: la veille et le jour de Thanksgiving. Frank Bascombe agent immobilier, en un délicat parallèle entre sa profession et sa vie dresse l'inventaire de son passé et de son présent. Amateur d'intrigue trépidante s'abstenir. Ce qui se raconte là est plutôt du genre voix basse,mais ces murmures se dévorent comme un thriller.Le style est sobre nerveux et intimiste. Il accompagne magnifiquement cette plongée au fond de soi alors que la vie devient incertaine car Frank est atteint d'un cancer.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Lecteur nocturne sur 31 décembre 2008
Format: Broché
Encore un roman de Richard Ford ? A moins que ce ne soit le même qui continue, de volume en volume.
La même histoire, les mêmes personnages, la même nostalgie. La même envie surtout de laisser tomber des les premiers chapitres ! Et puis la « petite musique » fascinante de ce long monologue vous entraine je ne sait comment à continuer, peut être parce que nous nous posons la même question que Frank Bascombe « qu'avons nous fait de nos vies? », que petit à petit par sa fragilité il nous deviens plus proche et, à nouveau, la magie de cette belle écriture nous envoute.
Avec sérénité, ironie, désillusion, humour sur des sujets aussi difficiles que la séparation, la maladie, la mort, Richard Ford, une fois de plus, arrive à rendre passionnant le quotidien de cette Amérique qui est peut être le véritable personnage central de ce roman.
A lire sans trop se poser de questions !
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?