• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
L'Alpe, N° 66 : Incro... a été ajouté à votre Panier
D'occasion: Comme neuf | Détails
Vendu par legrandfleuve
État: D'occasion: Comme neuf
Amazon rachète votre
article EUR 4,65 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

L'Alpe, N° 66 : Incroyables folies alpines Broché – 3 septembre 2014


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 15,00
EUR 15,00 EUR 12,90

Fête des Mères Fête des Mères


Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Avec les «hippies» de Monte Vérité

Ils dansaient nus sur la colline, tissaient leurs toges de coton écru et se nourrissaient des fruits de leurs jardins. En 1900, dans les Alpes du Tessin, une petite communauté invente le retour à la nature et la contre-culture. Soixante ans avant le mouvement hippie ! Sanctuaire d'une pensée alternative, lieu de créativité et d'utopie, Monte Verità attirera nombre d'artistes et d'intellectuels. Une montagne magique à découvrir.

À l'orée du XXe siècle, cinq jeunes gens parcourent à pied la région des lacs, au nord de l'Italie, à la recherche d'un endroit où réaliser la «réforme de vie» (Lebensreform) qu'ils appellent de leurs voeux afin de contrecarrer la frénésie industrielle qui fait alors rage dans les pays d'Europe du Nord. Au terme de leur exploration, les voici à Ascona, près de Locarno, sur la rive suisse du lac Majeur. Là, ils vont élire la colline boisée, alors appelée Monte Monescia, qui domine le paisible petit village de pêcheurs, en la rebaptisant «Monte Verità», montagne de la vérité.
Qui sont ces jeunes idéalistes ? Karl Gräser, ex-officier désargenté de l'armée austro-hongroise converti au végétarisme et pacifiste, son frère Gustav, poète et «peintre mystique», Lotte Hattemer, jeune fille écoeurée par la vie urbaine, ainsi que Ida Hofmann, pianiste originaire du Monténégro qui possède quelques avoirs par sa famille, et enfin Henri Oedenkoven, fils d'industriels belges fortunés.
Si ces voyageurs ont trouvé un lieu où poser leurs bagages, c'est qu'ils n'ont pas seulement eu le sentiment d'avoir atteint le sud et le soleil, mais aussi le centre du monde, ou encore, selon une expression de l'historien des religions Mircea Eliade qui fréquentera ces lieux plus tard, l'«axis mundi», l'axe vertical reliant le ciel aux profondeurs de la terre, le sacré au profane. Ces jeunes idéalistes ne sont pas un cas unique. Nombreux sont alors les gens d'Europe du Nord, notamment d'Allemagne, qui se mettent en route vers les douceurs méridionales. Et qui, débouchant des entrailles des Alpes par les nouveaux tunnels ferroviaires du Gotthard (1881) ou du Simplon (1906), éprouvent avec force l'impression d'aborder au pays du soleil. Au point de s'arrêter eux aussi en ces lieux.
Aujourd'hui encore, depuis le haut de la colline de Monte Verità, le promeneur est violemment saisi par ce paysage unique. Entouré par les Alpes, il se sent aspiré par l'eau scintillante du lac d'un bleu intense, calme miroir des versants abrupts qui le bordent, puissante rencontre entre l'onde et la montagne, le Nord et le Sud. À l'époque, Ascona n'est en outre qu'un modeste village et la colline, recouverte d'une végétation luxuriante, baignée d'un air d'une grande pureté, offre calme et solitude.
Le site se révélera également un point de rencontre entre l'Est et l'Ouest, à travers les initiatives de plusieurs résidents de Monte Verità et de ses environs : Ida Hofmann, passionnée de théosophie, puis Rudolf Laban (à partir de 1913, un des pères de la danse moderne) ou plus tard Edward van der Heydt (collectionneur d'art oriental, propriétaire de la colline en 1926) ainsi que Olga Froebe-Kapteyn (fondatrice des Journées d'Eranos au bord du lac en 1933) et ses conférenciers venus d'Europe et d'Orient autour du psychologue suisse Carl Gustav Jung. Chacun à sa manière, ils ont contribué de façon décisive au rayonnement de Monte Verità et de ses alentours.

Présentation de l'éditeur

Poursuivant son exploration des cultures et des patrimoines de l Europe alpine (et sa récente série de portraits de villes, dont Grenoble et Chambéry), la revue L Alpe brosse, en cet automne 2014, un portrait de Genève et des Genevois. En revisitant, au-delà des apparences, une histoire méconnue.

S appuyant notamment sur les commémorations du bicentenaire de l entrée du canton dans la Confédération suisse en 1815, ce numéro de L'Alpe interroge l identité : qu est-ce qu être Genevois aujourd hui ? En évoquant également la relation, complexe, de la ville avec les montagnes toutes proches. L'occasion de revenir aussi aux origines des premières occupations humaines du site (les Allobroges et l'implantation stratégique au bout du lac de Genève pour l'accès au franchissement du massif alpin entre l'Italie et la Gaule) jusqu'à la conquête du mont Blanc à l'initiative du Genevois Horace-Bénédict de Saussure en 1786.

Pour autant, la revue n oublie pas les nombreuses approches contemporaines sur Genève en s intéressant également à la ville industrielle (horlogerie, indiennerie, etc.) et au caractère international de la cité. Au Rhône aussi, fil conducteur entre haute montagne et envie d ailleurs ; au lac, bien sûr, devenu aujourd hui une plaisante Riviera pour les Genevois, mais qui fut longtemps un bel outil pour le développement de la ville et le commerce ; aux hommes enfin, au travers d'un portfolio de portraits de Genevois.

Genève enfin, est terre de mémoire et de culture avec la présence de nombreux et très importants musées comme le musée d art et d histoire, le musée international de la Réforme, le musée international de la Croix-Rouge, le musée des Suisses à l étranger, le musée des manuscrits, le MAMCO, etc. À l'occasion de la réouverture, en octobre 2014, du Musée d Ethnographie de Genève, L Alpe revient plus longuement sur son histoire qui doit beaucoup à ces riches marchands genevois ayant voyagé de par le monde alors que le pays n a jamais eu aucune colonie. Mais aussi sur la constitution de ses importantes collections alpines et sur l avenir desdites collections.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 4,65
Vendez L'Alpe, N° 66 : Incroyables folies alpines contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 4,65, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Commentaires en ligne

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoiles

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?