undrgrnd Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Cliquez ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

1,8 sur 5 étoiles4
1,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
3
Format: Broché|Modifier
Prix:17,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

livre broché souple moyen format de 1997 consacré au dieu des chrétiens; après une brève introduction dans laquelle il définit sa quête, l'auteur, journaliste et romancier ne cachant pas sa foi chrétienne, nous fait partager le résultat de son long travail de recherche sur l'image de Dieu que se sont faite les hommes depuis 2000 ans: souvent horriblement déformée elle confine à celle d'un dieu-juge, certes parfait, mais distant et colérique ayant "sacrifié" son fils pour nous sauver; J Duquesne plaide plutôt pour un Dieu Amour qui a voulu partager le sort de ses créatures en s'incarnant et a reçu la réponse qu'on connait mais qui continue à créer le monde avec nous; cet essai, original car issu ni d'un philosophe, ni d'un théologien, ni d'un clerc, nous propose une vision de la divinité chrétienne qui mérite largement d'être divulguée
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 juin 2006
Il y a une vraie noblesse au dessein de Jacques Duquesne dans Le Dieu de Jésus, celui de faire se fissurer l'image sclérosée d'un Dieu vengeur, impitoyable, et qui aurait offert son fils en sacrifice...

En reprenant l'image de la Croix, en interrogeant les textes juifs, mais aussi, bien sûr, les Evangiles, en traquant la façon dont la liturgie chrétienne et l'art a pu influencer les Chrétiens, Duquesne a pour but de montrer que jamais Jésus n'a été un sacrifié. Que Dieu n'est pas un juge qui condamne à l'enfer. Que tout au contraire, Jésus est mort en héros, que son sacrifice est volontaire et pas causé par, que le pêché originel n'a aucun sens et que toute la conception de l'Enfer est une production intellectuelle chrétienne sans assurance aucune...

Quel beau projet ! Quel beau programme !! Alors, d'où me vient cette impression désagréable, comme si, au fond, on lisait ici un pamphlet plus qu'une réflexion théologique ? C'est que Duquesne veut à tout prix faire comprendre quelque chose aux croyants et/ou au lecteur. Il veut démontrer par n'importe quel moyen que Dieu est Amour et que tout le reste n'a pas de sens. Il veut tellement faire passer l'idée que tout ça sonne comme de la propagande, juste et bonne certes !, mais insupportable. A de nombreuses reprises, je me suis surpris à espérer arriver à la fin de ce petit livre de seulement 170 pages. Ennuyeux, oui, ennuyeux ce bouquin. L'auteur a beau parler de choses passionnantes, il n'y a rien auquel se raccrocher. C'est comme s'il lui fallait convaincre des lecteurs pour que, finalement, il soit assuré de ne pas être le seul à penser ainsi.

Alors que dans Marie, Duquesne alliait intelligence, sens historique et réflexion théologique - et il transformait, par la force d'une bonne démonstration, la vision que l'on avait de Marie - ici, il essaye de faire du Dieu de Jésus un autre Dieu, mais n'arrive, finalement, qu'à nous le rendre suspect de ne refléter que nos préoccupations du moment.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'ai été passablement scandalisé par sa vision de la rançon, de la rédemption, du péché originel. Non seulement ses arguments ne sont pas bibliques, mais, quand il cite des passages de la Bible qui contredisent sans doute possible ses assertions, il suggère que les auteurs inspirés se servaient des "outils intellectuels de leur temps" (entendez : "ne comprenaient rien", "se trompaient", "exagéraient" voire "étaient dans l'erreur") quand ils exprimaient leur foi. Autant le premier volume, Jésus, faisait le point avec quelques rafraîchissements ici et là (tout en évoquant déjà ce refus du péché originel et de la rançon du Christ), autant ce second volume est d'un médiocre intérêt. Certes, il a tout pour plaire: il parle d'un Dieu qui n'est qu'amour. N'étant qu'amour, Dieu ne peut avoir fait délibérémment sacrifier son fils au nom d'une justice aveugle. Donc, il faut comprendre autrement les nombreux passages de la Bible qui parlent du sacrifice, de la rançon (lutron), de la rançon correspondante (antilutron), du prix payé, etc., par le Christ. A vouloir être consensuel - tout du moins avec les tendances modernes, car son livre en scandalisera plus d'un comme il l'envisage - Jacques Duquesnes déforme réellement les concepts bibliques qu'il croit démystifier. C'est regrettable. Je comprends sa démarche, et bien qu'effectivement la rédemption est une réalité qui heurte nos sensibilités modernes, je n'entends pas croire en ce qui me chatouille les oreilles.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 septembre 2001
Je n'ai pas eu la force de finir ce livre. L'auteur n'a aucune idée intéressante, les recherches ne dépassent pas les limites de l'hortodoxie. Bien entendu l'auteur dispense son prétendu savoir avec une suffisance teinté d'une certaine condéscendance. Encore un nouvel adepte du "parisianisme".
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

19,50 €