undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
L'Ecriture ou la vie a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: En Stock.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

L'Ecriture ou la vie Poche – 13 septembre 1996


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche, 13 septembre 1996
EUR 9,00
EUR 8,55 EUR 1,60

Livres et manuels scolaires Livres et manuels scolaires

--Ce texte fait référence à l'édition Poche.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

L'Ecriture ou la vie + Le Grand Voyage + Se taire est impossible
Prix pour les trois: EUR 17,40

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Revue de presse

Avec un dossier et des notes réalisés par Stéphane Chomienne, certifié de lettres modernes, et une «lecture d'image» par Agnès Verlet. Recommandé pour les classes de lycée. --Ce texte fait référence à l'édition Poche .

Quatrième de couverture

Déporté à Buchenwald, Jorge Semprun est libéré par les troupes de Patton, le 11 avril 1945.L'étudiant du lycée Henri-IV, le lauréat du concours général de philosophie, le jeune poète qui connaît déjà tous les intellectuels parisiens découvre à Buchenwald ce qui n'est pas donné à ceux qui n'ont pas connu les camps : vivre sa mort. Un temps, il va croire qu'on peut exorciser la mort par l'écriture. Mais écrire renvoie à la mort. Pour s'arracher à ce cercle vicieux, il sera aidé par une femme, bien sûr, et peut-être par un objet très prosaïque : le parapluie de Bakounine, conservé à Locarno. Dans ce tourbillon de la mémoire, mille scènes, mille histoires rendent ce livre sur la mort extrêmement vivant.Semprun aurait pu se contenter d'écrire des souvenirs, ou un document. Mais il a composé une œuvre d'art, où l'on n'oublie jamais que Weimar, la petite ville de Goethe, n'est qu'à quelques pas de Buchenwald.



Détails sur le produit

  • Poche: 395 pages
  • Editeur : Gallimard (13 septembre 1996)
  • Collection : Folio
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070400557
  • ISBN-13: 978-2070400553
  • Dimensions du produit: 11,2 x 1,8 x 17,8 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.3 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (20 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 16.329 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.3 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

16 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile  Par Fuchinran Sandrine Monllor le 21 janvier 2007
Format: Poche
Semprun est un témoin précieux sur la Shoah et offre une réflexion aboutie sur l'horreur du concentrationnisme et le travail de mémoire. Son parti pris est le contraire de celui de Wiesel : il considère que la Shoah est si invraisemblable que l'art est l'une des rares manières de la rendre vraisemblable et de la faire connaître de tous... L'écriture ou la vie qui obtint d'ailleurs le Prix Fémina est le reflet de cette réflexion, il me semble. (…) Non loin de nous, des flammes montaient d'une fosse, des flammes gigantesques. On y brûlait quelque chose. Un camion s'approcha du trou et y déversa sa charge : c'étaient des petits enfants. Des bébés !", écrivait Wiesel. Semprun préfèrera s'interroger et c'est très humble et louable car cela laisse moins place à l'émotion instantanée : "(…) Comment raconter ?(…) dès le départ, j'avais pensé, même avant de songer à écrire une ligne, qu'il fallait construire une narration, qu'il fallait utiliser les procédés de la fiction narrative pour raconter la vérité et pour que la vérité devienne vraisemblable."

Toute vérité issue d'une mémoire et donc d'une subjectivité marquée par le temps reste relative. Très à la mode en ce moment, Semprun est aussi intéressant dans sa démarche même si celle-ci semble plus doctrinale et moins humaniste que celle de Si c'est un homme ou La Trêve ! J'avoue que la position de Semprun me semble philosophiquement assez juste même si je préfère Levi. Il ne faut jamais considérer une telle tragédie seulement dans l'émotion de l'horreur, sinon on ne pourrait plus en parler!
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile  Par kiyoaki Disha le 8 avril 2007
Format: Poche
Alors qu'en janvier dernier l'on a fêté le cinquantième anniversaire de la libération des camps de concentration comme Auschwitz, que l'on voit fleurir quantité de témoignages , d'exhortations au trop fameux "plus jamais ça!!" où l'émotion et la grandiloquente indignation font de la mort un spectacle, Jorge Semprun publie une grand oeuvre de quarante ans d'effort.
Prisonnier à 21 ans au camp de Buchenwald,tout proche de Weimar-petite ville pleine d'une délicate intimité entre nature et culture, creusé de tant de beaux esprits- Semprun nous offre une oeuvre d'art à l'écriture épurée et sensible, un essai-récit où l'authenticité et le dérisoire cotoyent une réflexion sur l'homme et ses engagements, l'essentiel de sa lutte pour affirmer la vie quand la mort à tous les visages.
Philosophe, poète, écrivain, militant clandestin du partie communiste sous Franco-avant d'être exclu pour libre pensée-, Ministre de la jeune république espagnole, il raconte, sans rancoeur aucune, les années d'une obscure mémoire où le mal indélébile illumine l'appétit de vivre et de s'imbiber de l'esprit humain, qui ne l'a jamais quitté. Semprun nous parle d'acceptation de la vie et non de résignation, en des lignes de tourments pudiques, de ce que tout est susceptible de prendre valeur de signe et de jalonner son existence suivant la cohérence que l'on y décèle.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile  Par ides60 le 26 février 2011
Format: Poche
Je m'attendais à tout autre chose en lisant ce bouquin, un témoignage supplémentaire des revenants des camps. Or je suis tombée sur un homme très instruit, philosophe, qui a un raisonnement métaphysique par rapport à l'expérience traumatisante qu'il a traversé. Hélas, je n'ai pas l'intelligence requise pour pouvoir comprendre un tel bouquin et si je me suis entêtée à le lire jusqu'à son terme c'est davantage par respect pour le déporté que pour l'auteur.
Je ne peux être que déçue puisque le niveau me dépasse et désolée de n'avoir pu l'appréhender et le comprendre.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
29 internautes sur 33 ont trouvé ce commentaire utile  Par MR FRANCOIS TURCHI le 10 décembre 2003
Format: Poche
Un livre qui rappelle l'horreur de la seconde guerre mondiale, l'antisémitisme... Buchenwald, Auschwitz... Comment faire comprendre aux lecteurs l'horreur présente, parure du Mal Absolu, lors de cette guerre? Jorge Semprun y parvient grâce à son art d'écrire, même s'il sait que pour comprendre, il faut avoir vécu les tortures et surtout avoir "traversé" la mort. Se comparant à un revenant qui n'est toujours pas tout à fait revenu, ses souvenirs le hantent, et il essaie de se rattacher à la vie par l'écriture. Résultat : un livre sur le ton de la confession, fabuleux témoignage pour ceux qui n'ont pas vu, senti l'odeur de la fumée des crématoires, ressenti cette peur omniprésente... Comment s'empêcher de frissoner à la lecture de ce livre?
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?