EUR 10,50
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 9 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

L'Espèce humaine Poche – 21 mars 1978


Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 10,50
EUR 10,20 EUR 5,52
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 21,00

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

L'Espèce humaine + La Douleur
Prix pour les deux : EUR 16,70

Acheter les articles sélectionnés ensemble


Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Édition revue et corrigée

Quatrième de couverture

«Quand l'homme en est réduit à l'extrême dénuement du besoin, quand il devient "celui qui mange des épluchures", l'on s'aperçoit qu'il est réduit à lui-même, et l'homme se découvre comme celui qui n'a besoin de rien d'autre que le besoin pour, niant ce qui le nie, maintenir le rapport humain dans sa primauté. Il faut ajouter que le besoin alors change, qu'il se radicalise au sens propre, qu'il n'est plus qu'un besoin aride, sans jouissance, sans contenu, qu'il est rapport nu à la vie nue et que le pain que l'on mange répond immédiatement à l'exigence du besoin, de même que le besoin est immédiatement le besoin de vivre.» Maurice Blanchot.


Détails sur le produit

  • Poche: 321 pages
  • Editeur : Gallimard; Édition : Éd. rev. et corr (21 mars 1978)
  • Collection : Tel
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070297799
  • ISBN-13: 978-2070297795
  • Dimensions du produit: 12,3 x 2 x 19 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (11 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 28.237 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.1 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

83 internautes sur 84 ont trouvé ce commentaire utile  Par Pej sur 15 décembre 2004
Format: Poche
Ce livre essentiel se prête à au moins trois niveaux de lecture : un niveau historique tout d'abord, dans la mesure où le récit de Robert Antelme est avant tout un témoignage sur l'horreur nazie ; un niveau littéraire ensuite, car c'est une véritable prose poétique que nous offre l'auteur, la beauté de l'écriture pouvant parfois même contraster avec la teneur du propos ; un niveau philosophique enfin, dans la mesure où Antelme nous amène à réfléchir au concept d'humanité. Sur ce dernier point, il est intéressant de confronter son point de vue avec celui de Primo Lévi par exemple, les deux auteurs parvenant sur le même sujet à des conclusions opposées.
Bref, un livre dont la lecture apparaît indispensable.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
32 internautes sur 32 ont trouvé ce commentaire utile  Par Latour07 1ER COMMENTATEUR DU HALL D'HONNEURTOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 24 septembre 2009
Format: Poche
Robert Antelme (1917 - 1990), époux de Marguerite Duras, résistant, est arrêté puis déporté au camp de concentration de Buchenwald en Allemagne, le 1er juin 1944.

Dès 1947, Antelme, avec un héroïsme extraordinaire, une totale abnégation de soi, va consciemment replonger dans les souffrances indicibles de l'enfer dans lequel il vécut et survécut. Témoigner. Impérieuse nécessité. Folie. Alors que la Libération n'avait pas deux années, lui-même commençait à douter de ce qu'il avait souffert. Antelme est un héros, un philosophe, un combattant, un résistant.

"Les héros que nous connaissons, de l'histoire ou des littératures, qu'ils aient crié l'amour, la solitude, l'angoisse de l'être ou du non-être, la vengeance, qu'ils se soient dressés contre l'injustice, l'humiliation, nous ne croyons pas qu'ils aient jamais été amenés à exprimer comme seule et dernière revendication, un sentiment ultime d'appartenance à l'espèce. (...) La mise en question de la qualité d'homme provoque une revendication presque biologique d'appartenance à l'espèce humaine."

"L'espèce humaine" est de cette même veine de qualité que "Si c'est un homme" de Primo Levi, "Marche autant que tu pourras" de Brigitte Friang, "
...Lire la suite ›
1 commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par ayersrock TOP 1000 COMMENTATEURS sur 3 octobre 2014
Format: Poche
Robert Antelme a écrit "L'espèce humaine" en 1946-1947, c'est à dire moins de deux ans après la libération des camps. Il fut résistant pendant la seconde guerre mondiale et mari de Marguerite Duras avec qui il divorcera en 1946.
Dans son récit il raconte sa déportation en tant que prisonnier politique (résistant) d'abord au camp de Buchenwald, puis son transfert dans un camp de travail attenant, le camp de Gandersheim et enfin le long voyage à pied et en train vers Dachau avant la libération fin avril 1945.
Son témoignage est une reconstitution minutieuse de sa vie en détention, il peut être lu comme un journal de bord de la vie d'un détenu dans un camp. Aucun détail ne lui échappe, toute l'horreur de la détention est là : l'humiliation permanente des SS et des kapos, la faim omniprésente, la maladie, les poux et la vermine qui rongent les hommes, les tabassages répétés, la promiscuité et les conflits entre détenus, l'épuisement au travail... Mais c'est aussi un livre qui raconte l'espoir (sans trop y croire au départ) de se voir libéré un jour. Les coups de canons de l'artillerie alliée qui se rapprochent et qui font paniquer les SS. La solidarité entre les déportés existait réellement même si chacun luttait avant tout pour sa survie.

La deuxième partie du livre est consacrée au voyage de Gandersheim à Dachau.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Format: Poche
Robert Antelme raconte la vie du camp de Buchenwald, un camp de concentration de rééducation politique où s'entassent les réfractaires, et les criminels d'opinion, sous la houlette de la soldatesque SS.

Avec sa superbe prose, l'auteur raconte la vie des copains, et leurs résistances souvent vaines aux humiliations, au système inhumain mis en place pour les affaiblir, pour changer l'espèce humaine, l'asservir.

Les espérances, des petits événements anodins au-delà des espérances, des traces d'humanité, et même plus, nous montrent que l'espèce humaine est irréductible et que la soldatesque SS échoue dans sa tentative d'avilir tout le groupe.

L'espoir reste présent, et renaît, même contre une petite gamelle de soupe.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?