Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

L'Eternel Mari Broché – 7 juin 1938


Voir les 4 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché, 7 juin 1938
EUR 2,00
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 19,00 EUR 9,00

A court d'idées pour Noël ?

Offres spéciales et liens associés


Les clients ayant consulté cet article ont également regardé


Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Nouvelle édition

Quatrième de couverture

«Tandis que de sa main gauche blessée il tenait l'assassin, il se mit à chercher, en tâtonnant de la droite, le cordon du rideau : cela dura très longtemps, enfin il le saisit et l'arracha. Lui-même fut surpris, plus tard, de l'effort extraordinaire que cela nécessita. Durant ces trois minutes, ni l'un ni l'autre ne laissèrent échapper un seul mot. On n'entendait que leur respiration oppressée et le bruit sourd de la lutte. Étant parvenu à ligoter les bras de Pavel Pavlovitch ramenés derrière le dos, Veltchaninov le jeta à terre, se dressa, écarta le rideau et leva le store.»


Détails sur le produit

  • Broché: 284 pages
  • Editeur : Gallimard (7 juin 1938)
  • Collection : Les Classiques russes
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2070219747
  • ISBN-13: 978-2070219742
  • Dimensions du produit: 18,7 x 12 x 1,7 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (10 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 1.027.473 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.2 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

28 internautes sur 32 ont trouvé ce commentaire utile  Par Boisy sur 22 avril 2003
Format: Poche
Ce roman est une pure merveille. Sa facture en est quasiment parfaite ; à la lecture, on a vraiment l'impression qu'il n'y a pas un mot de trop.
Pour qui ne connaît pas encore Dostoïevski, c'est une excellente approche. Beaucoup de thèmes propres à l'oeuvre de l'auteur, s'y retrouvent : paranoïa, ambiguïté des situations, mélange de grotesque et d'ironie dans les relations entre les protagonistes, bizarreries en tous genres, apparitions à l'improviste de certains personnages.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par David W.J. TOP 500 COMMENTATEURS sur 19 décembre 2010
Format: Poche
Un roman idéal pour découvrir Dostoievski : il est court, excellemment construit et explore des ames d'hommes" tourmentées. On cotoie la bassesse, l'ignoble, le vice, le crime ; et pourtant, le comique est présent, souvent par le ridicule. Seule la dimensio mystique n'est pas abordée dans ce livre. Un roman qui pourrait être parfait si ce n'était la place réservée à la petite Elisabeth (trop ou trop peu).
Encore une fois, il vaut mieux éviter de lire la préface en premier ; elle en dévoile trop.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile  Par Thomas B. TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 4 novembre 2010
Format: Poche
Si Dostoïevski est russe, son texte fait montre d'une minutie et d'une précision d'horlogerie suisse quand à la mécanique des sentiments, des états d'âmes. Les mœurs d'un ancien temps, le style (tout en virgules, tirets, répétitions, dont l'adverbe "brusquement" ressassé à longueur de page, parfois dans la même phrase) sont surannés et donnent un contours imprécis à cette histoire de vengeance, mais l'acuité du regard de l'auteur et sa finesse d'esprit sont tout bonnement réjouissants ! Que dire de cette formidable scène, le passage le plus long du roman, cet après-midi au jardin des Zakhlebinine, cette innocence et ce paradis perdu de l'enfance momentanément retrouvés, des lignes dignes des plus beaux élans juvéniles de Twain ? A lui seul, ce chapitre constitue déjà une prouesse littéraire. Et si on ne comprend pas toujours exactement le sens profond de l'œuvre, la morale s'il devait y en avoir une, on est quand même tenu en haleine jusqu'à la dernière page. Idéale première lecture pour aborder le Maître.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jean-Christophe Destailleur sur 25 mai 2011
Format: Poche
Lorsque l'on évoque Dostoïevski, l'on pense immédiatement à la douleur psychologique de Raskolnikov, si merveilleusement et subtilement décrite, dans "Crimes et Châtiment".

Avec "L'éternel Mari", nous découvrons une œuvre certes moins connue de l'auteur, mais à mon sens tout aussi riche et captivante : Autour des personnages clefs que sont le Mari, l'épouse, l'amant et la pseudo-fille, prend vie une déroutante allégorie, où l'indifférence se mêle à une fascination aussi troublante que vengeresse. Un ouvrage remarquable et sublimement écrit.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par D. Legare TOP 1000 COMMENTATEURSVOIX VINE sur 22 juin 2014
Format: Poche
L’Eternel Mari selon Dostoïevski n’est destiné éternellement qu’à être le mari, ‘un complément de sa femme’ nous dit Dostoïevski, à côté de l’amant. Car c’est de ce triangle infernal qu’il est question dans tout le roman ou même plutôt de ce duo que forment le mari et l’amant. De l’épouse, il sera finalement assez peu question. Voici le début de l’intrigue :

Veltchalnikov est un homme d’âge mûr, oisif et célibataire après que sa maîtresse a rompu avec lui. Il décide alors de retourner vivre à St Pétersbourg pour fuir ses obsessions, son hypocondrie et ses remords de vieux viveur. Mais une figure de son passé surgit de façon presque surnaturelle dans sa vie à plusieurs reprises, comme un sale rêve qui s’accroche à lui de façon prémonitoire. Il s’agit en fait de Pavel Pavlovitch, un homme qu’il a bien connu, puisqu’il a résidé chez lui en invité pendant plus d’un an. Il était aussi l’amant de la femme de Pavel Pavlovitch à ce moment-là. Pavel s’attache à ses pas comme s'il voulait le faire expier, mais il est violemment repoussé par Veltchalnikov dans un premier temps. Les deux hommes basculent ensuite dans une relation névrosée qui confine au sadisme et à l’homosexualité par procuration.

Difficile de parler de ce roman court mais très dense sans dévoiler des points essentiels de l’intrigue, mais il y règne une atmosphère étrange, malsaine, un peu fantastique qui enveloppe le lecteur et qui fait pressentir que tout, et surtout le pire peut arriver. Les deux hommes, de mœurs dissolues, semblent être le miroir corrompu l’un de l’autre. Un roman presque angoissant, aux personnages extrêmement complexes, qui fascine jusqu’à son dénouement. J'ai adoré.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?