undrgrnd Cliquez ici Baby RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

10
4,2 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

5 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Si Dostoïevski est russe, son texte fait montre d'une minutie et d'une précision d'horlogerie suisse quand à la mécanique des sentiments, des états d'âmes. Les mœurs d'un ancien temps, le style (tout en virgules, tirets, répétitions, dont l'adverbe "brusquement" ressassé à longueur de page, parfois dans la même phrase) sont surannés et donnent un contours imprécis à cette histoire de vengeance, mais l'acuité du regard de l'auteur et sa finesse d'esprit sont tout bonnement réjouissants ! Que dire de cette formidable scène, le passage le plus long du roman, cet après-midi au jardin des Zakhlebinine, cette innocence et ce paradis perdu de l'enfance momentanément retrouvés, des lignes dignes des plus beaux élans juvéniles de Twain ? A lui seul, ce chapitre constitue déjà une prouesse littéraire. Et si on ne comprend pas toujours exactement le sens profond de l'œuvre, la morale s'il devait y en avoir une, on est quand même tenu en haleine jusqu'à la dernière page. Idéale première lecture pour aborder le Maître.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
500 PREMIERS RÉVISEURSle 19 décembre 2010
Un roman idéal pour découvrir Dostoievski : il est court, excellemment construit et explore des ames d'hommes" tourmentées. On cotoie la bassesse, l'ignoble, le vice, le crime ; et pourtant, le comique est présent, souvent par le ridicule. Seule la dimensio mystique n'est pas abordée dans ce livre. Un roman qui pourrait être parfait si ce n'était la place réservée à la petite Elisabeth (trop ou trop peu).
Encore une fois, il vaut mieux éviter de lire la préface en premier ; elle en dévoile trop.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
30 sur 34 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 avril 2003
Ce roman est une pure merveille. Sa facture en est quasiment parfaite ; à la lecture, on a vraiment l'impression qu'il n'y a pas un mot de trop.
Pour qui ne connaît pas encore Dostoïevski, c'est une excellente approche. Beaucoup de thèmes propres à l'oeuvre de l'auteur, s'y retrouvent : paranoïa, ambiguïté des situations, mélange de grotesque et d'ironie dans les relations entre les protagonistes, bizarreries en tous genres, apparitions à l'improviste de certains personnages.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
L’Eternel Mari selon Dostoïevski n’est destiné éternellement qu’à être le mari, ‘un complément de sa femme’ nous dit Dostoïevski, à côté de l’amant. Car c’est de ce triangle infernal qu’il est question dans tout le roman ou même plutôt de ce duo que forment le mari et l’amant. De l’épouse, il sera finalement assez peu question. Voici le début de l’intrigue :

Veltchalnikov est un homme d’âge mûr, oisif et célibataire après que sa maîtresse a rompu avec lui. Il décide alors de retourner vivre à St Pétersbourg pour fuir ses obsessions, son hypocondrie et ses remords de vieux viveur. Mais une figure de son passé surgit de façon presque surnaturelle dans sa vie à plusieurs reprises, comme un sale rêve qui s’accroche à lui de façon prémonitoire. Il s’agit en fait de Pavel Pavlovitch, un homme qu’il a bien connu, puisqu’il a résidé chez lui en invité pendant plus d’un an. Il était aussi l’amant de la femme de Pavel Pavlovitch à ce moment-là. Pavel s’attache à ses pas comme s'il voulait le faire expier, mais il est violemment repoussé par Veltchalnikov dans un premier temps. Les deux hommes basculent ensuite dans une relation névrosée qui confine au sadisme et à l’homosexualité par procuration.

Difficile de parler de ce roman court mais très dense sans dévoiler des points essentiels de l’intrigue, mais il y règne une atmosphère étrange, malsaine, un peu fantastique qui enveloppe le lecteur et qui fait pressentir que tout, et surtout le pire peut arriver. Les deux hommes, de mœurs dissolues, semblent être le miroir corrompu l’un de l’autre. Un roman presque angoissant, aux personnages extrêmement complexes, qui fascine jusqu’à son dénouement. J'ai adoré.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Lorsque l'on évoque Dostoïevski, l'on pense immédiatement à la douleur psychologique de Raskolnikov, si merveilleusement et subtilement décrite, dans "Crimes et Châtiment".

Avec "L'éternel Mari", nous découvrons une œuvre certes moins connue de l'auteur, mais à mon sens tout aussi riche et captivante : Autour des personnages clefs que sont le Mari, l'épouse, l'amant et la pseudo-fille, prend vie une déroutante allégorie, où l'indifférence se mêle à une fascination aussi troublante que vengeresse. Un ouvrage remarquable et sublimement écrit.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 17 mai 2010
J'ai beaucoup aimé ce roman pour son intensité psychologique, la finesse dans la description des personnages (l'aprés-midi chez les Semionov (?) est une merveille) et son écriture (traduction) trés précise.
Je le conseille vivement.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 février 2014
Dans le style Dostoievki c'est dans la veine du meilleur avec des personnages complexes comme on les aime, lointains et touchants, mystérieux et amis.
Une intrigue encore et toujours savante qui tourne et surprend. Des lieux où on est avec les gens et où on les regarde vivre au plus près.
Encore une merveille d'écriture et de talent.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 25 octobre 2013
Dostoïevski dans toute sa splendeur ... il fait vivre ses personnages à travers de "nombreux" dialogues, au travers d'une histoire plus que convaincante.

Je le recommande vivement !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 29 juin 2010
Une histoire somme toute classique, proche du vaudeville (même si quelques situations torturent un peu la construction "classique" du vaudeville). La description des personnages, de leur psychologie, des scènes de vie est dans la lignée de la littérature russe : fine, détaillée et captivante. A mettre entre toutes les mains.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 juin 2014
Je ne puis donner mon avis car ne l'ayant point reçu et, sans doute par la désobligeance du facteur. Amazone devrait se méfier de certaines livraisons mal faites par ceux qui ne tiennent pas compte de certains bons clients âgés, parfois handicapés et, qu'il leur faut se déplacer pour récupérer leurs biens au dépôt désigné. Deux perdants , Amazone et le client, par un mauvais vouloir de la conscience d'un livreur paresseux. Je commanderais de nouveaux les mêmes en espérant un meilleur sort pour moi. Merci.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Le rêve d'un homme ridicule : Un récit fantastique
Le rêve d'un homme ridicule : Un récit fantastique de Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski (Poche - 10 janvier 2002)
EUR 5,60

Les Frères Karamazov
Les Frères Karamazov de Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski (Poche - 1 juillet 1994)
EUR 8,00

Les Nuits blanches
Les Nuits blanches de Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski (Poche - 6 mai 1992)
EUR 6,60