• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 5 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
L'Holocauste comme cultur... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Comme neuf | Détails
Vendu par librairiemr
État: D'occasion: Comme neuf
Amazon rachète votre
article EUR 7,83 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

L'Holocauste comme culture : Discours et essais Broché – 30 mars 2009


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 22,40
EUR 21,88 EUR 18,00

Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

L'Holocauste comme culture : Discours et essais + Journal de galère + Un autre : Chronique d'une métamorphose
Prix pour les trois: EUR 50,30

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Revue de presse

Réunissant des conférences que Kertész a prononcées en diverses occasions depuis vingt ans, L'Holocauste comme culture, enrichi depuis l'édition hongroise, n'a pas seulement pour mérite de déplacer le regard porté sur l'auteur d'Être sans destin. Pratiquant une forme de «journalisme transcendantal», le prix Nobel de littérature interroge dans ce recueil «l'expérience fragile de l'individu face à l'arbitraire barbare de l'histoire». Ces textes sont d'abord l'occasion d'affiner notre compréhension de son oeuvre. Au fil de ces interventions, cette grande conscience européenne, dans sa pérégrination vers «l'inapprochable», manifeste son souci de compléter l'imagination du romancier par la clairvoyance de l'intellectuel...
Dans L'Holocauste comme culture, l'écrivain manifeste plus largement son inquiétude face à l'émergence d'un climat inédit, animé d'empathie trouble pour les bourreaux, mais surtout marqué d'une certitude aussi dangereuse qu'erronée selon lui : la réitération d'une catastrophe comparable à celle du IIIe Reich serait désormais inenvisageable. (Alexis Lacroix - Le Magazine Littéraire, avril 2009)

Ce recueil des discours et essais de l'écrivain hongrois, prix Nobel de littérature en 2002, éclaire son oeuvre de fiction et sa pensée sur le monde contemporain...
La conviction qu'il défend dans cette notion d'«holocauste comme culture», c'est qu'Auschwitz est une expérience universelle, dont l'ombre «recouvre toute la civilisation dans laquelle il a eu lieu» et en cela «a créé une culture», qu'il est un événement qui ne concerne pas seulement les juifs et les Allemands, mais aussi les survivants, leurs descendants et tout le reste de l'humanité. L'ensemble de son travail d'écrivain a tourné autour de cela : comprendre non Auschwitz, mais le monde qui a engendré Auschwitz. Ce recueil offre un regard différent, plus direct et explicite que celui, tout aussi édifiant, livré dans ses romans, notamment le célèbre Être sans destin, où il retraçait le parcours d'un jeune juif hongrois déporté à l'âge de 15 ans. Chacun des textes ici rapportés dévoile la pensée d'un homme profondément européen qui s'interroge sur l'avenir de l'Europe. Si elles tournent bien évidemment autour de la Shoah (qui selon lui diffuse en tout), ses réflexions vont au-delà, dans leurs aspects autobiographiques, mais aussi philosophiques et métaphysiques, qui constituent le travail littéraire, voire linguistique, de Kertész. (Sabine Audrerie - La Croix du 8 avril 2009)

Ce recueil de discours, conférences et textes écrits entre la chute du mur de Berlin et 2003, reprend l'intitulé d'une conférence donnée par Imre Kertesz à l'université de Vienne en 1992, "L'Holocauste comme culture". Cette formulation surprenante vise à prendre la mesure d'un phénomène qui a mûri dans les années 1990 : la banalisation de la Shoah. Alors même que l'on parle de plus en plus de l'Holocauste, la réalité de celui-ci, le quotidien de l'extermination, échappe de plus en plus au domaine des choses imaginables...
Kertesz défend une culture de l'Holocauste, détaillée dans des textes consacrés à des thèmes aussi divers que le totalitarisme communiste, la république de Weimar, les intellectuels hongrois, ou Jérusalem, ce dernier article se révélant l'un des plus décisifs du recueil, l'auteur y définissant avec subtilité et pertinence sa spécificité d'écrivain juif. (Samuel Blumenfeld - Le Monde du 19 juin 2009)

Biographie de l'auteur

Hongrois né dans une famille juive, Imre Kertész est déporté à Auschwitz en 1944, à l'âge de quinze ans. Libéré en 1945, il travaille à Budapest à partir de 1948 pour le quotidien Vilagossag, puis il est licencié en 1951, quand le journal est proclamé organe du parti communiste. Après la barbarie nazie, il affronte le communisme totalitaire. Ecrivain de l'ombre pendant quarante ans, il a reçu le prix Nobel de littérature en 2002 l'ensemble de son œuvre, et ses romans, récits, essais et discours sont aujourd'hui lus à travers le monde. Son œuvre est entièrement éditée par Actes Sud: Kaddish pour l'enfant qui ne naîtra pas (1995 et Babel n°609), Etre sans destin (1998), adapté au cinéma en 2005 (le livre du film est également publié chez Actes Sud). Un autre (1999 et Babel n°861). Le Refus (2001 et Babel n° 763), Le Chercheur de traces (2003), Liquidation (2004 et Babel n° 707), Le Drapeau anglais (2005), Roman policier (2006 et Babel n°918) et Dossier K., paru en 2008.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 7,83
Vendez L'Holocauste comme culture : Discours et essais contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 7,83, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 276 pages
  • Editeur : Actes Sud (30 mars 2009)
  • Collection : ESSAIS LITTERAI
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2742782311
  • ISBN-13: 978-2742782314
  • Dimensions du produit: 21,5 x 2 x 11,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 85.138 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  • Table des matières complète
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Luc REYNAERT TOP 100 COMMENTATEURS le 29 octobre 2012
Format: Broché Achat vérifié
Dans ce recueil de discours et d'essais, Imre Kertész pose l'ultime question: masse ou individu, société fermée ou démocratie ouverte, totalitarisme ou liberté - en fin de compte : la vie ou la mort ?
Ses discours et essais couvrent des sujets aussi importants que l'holocauste, la moralité, le totalitarisme, le rôle de l'intelligentsia et de l'art, sa vision sur le monde ainsi que des réflexions sur sa vie dans deux systèmes totalitaires.

L'holocauste, la morale
Pour I. Kertész, l'holocauste est une expérience universelle. Auschwitz a démontré que nous devons modifier radicalement notre vision de l'homme. Moralement, toutes les valeurs s'inclinent devant la survie. Seul le savoir peut élever l'homme au-dessus de l'histoire ; le savoir est le seul bien.

Le totalitarisme
Imre Kertesz ne peut que constater que les résultats des deux systèmes totalitaires (le nazisme et le bolchevisme) sont identiques : la terreur, les camps, le génocide, l'asphyxie totale de toute vie économique, intellectuelle, spirituelle et morale, l'écrasement de l'individu, qui est purement et simplement mis hors la loi. Aucun totalitarisme de parti ou d'Etat n'est possible sans discrimination ; or, la forme totalitaire de la discrimination est nécessairement le massacre, la tuerie de masse. L'éducation politique qu'elle propage se limite à une dissémination de haine et de mensonges.

L'intelligentsia, l'idéologie
Les crimes historiques de ce siècle ont été causés en grande partie par des abstractions (qui ne tiennent pas compte de l'expérience).
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?