EUR 8,10
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
L'Idiot a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

L'Idiot Poche – 1 juin 1994

4.2 étoiles sur 5 17 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 8,10
EUR 7,90 EUR 11,00

Livre de poche, nouveautés poche Livre de poche, nouveautés poche


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • L'Idiot
  • +
  • Les Frères Karamazov
  • +
  • Crime et châtiment
Prix total: EUR 25,80
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par jay TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 27 juin 2011
Format: Poche
Tant par son nombre de pages que sa place dans la littérature mondiale, « l'Idiot » s'impose d'emblée comme un monument. Malgré une réelle envie, j'avoue avoir plusieurs fois remis cette lecture à plus tard. Pourtant les quelques neuf cent pages en petits caractères de mon édition de poche n'ont finalement pas été un frein. Il y a sûrement des longueurs mais je me suis laissée emportée par les positions originales et les rebondissements multiples de ce roman démesuré et foisonnant.

C'est pour d'autres raisons que ce roman m'a semblé un peu difficile d'accès. Si j'ai apprécié la profondeur des analyses psychologiques, les réactions des personnages n'ont cessé de m'étonner. Si le roman permet une grande liberté de lecture, j'aurais aimé parfois détecter une ligne directrice. Au travers de ses personnages, l'auteur sonde la psychologie, la « question féminine », la religion, la société, la politique, la Russie... Il est possible de lire le roman comme un drame psychologique (cf. les nombreuses introspections), un manifeste littéraire (cf. le dialogue instauré par l'auteur avec le lecteur), un pamphlet patriotique (cf. une vision désenchantée de la Russie), une profession de foi (cf. les références au christianisme), un conte philosophique (l'Idiot serait-il le Candide de Dostoïevski ?), une farce (cf.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 12 sur 12 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Le génie ne s'explique pas. Quand il écrit "L'idiot", Dostoievski croule sous les dettes et est harcelé par les journaux à qui il a promis un nouveau roman à publier sous forme de feuilleton. Jour après jour, nuit après nuit, les feuilles noircies s'accumulent fiévreusement. Et de cette urgence créatrice, au sens littéral, sort un chef d'oeuvre absolu. Un volcan de passions, un tableau picaresque de la société russe et de la nature humaine, d'une vérité, d'une violence et d'une âpreté inouïes. "L'idiot" n'est en rien une oeuvre "parfaite", léchée, mûrie. Mais même ses longueurs, ses gaucheries et les multiples digressions de son auteur deviennent sujet d'admiration, tant tout cela vit, vibre, foisonne et emporte tout sur son passage. Et ces personnages! Nastassia Philippovna, Aglaé, Rogojine, le général Epantchine... et au milieu la figure christique inoubliable du prince Muichkine. Immortel, un point c'est tout.
Remarque sur ce commentaire 33 sur 36 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Un client le 22 juillet 2002
Format: Poche
Fantastique, comme dirait le premier commentaire, il est difficile d'expliciter en mille mots le génie d'un homme qui l'a fait un plus de deux mille pages. Toute une société russe est décrite à travers le regard insouciant et devrais-je dire candide d'un homme qui par sa meconnaissance de la perfidie humaine decouvrira lentement et profondément la psychologie humaine. Dostoïevsky, ironiquement semble montrer qu'un homme malade psychologiquement peut en réaliter sembler plus humain, plus perspicace que des hommes censer représenter la raison. Avec un style qui lui est toujours aussi personnel, on a du mal a comprendre d'ou vient cette oeuvre. Pours les cinéphiles, je conseil tout spécialement le film de Kurosawa meme si selon moi, il ne peut que tenter de retracer l'intracable. Extraordinaire
Remarque sur ce commentaire 32 sur 35 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Ce roman fatigue, il demande une attention permanente. Il faut mémoriser une foule de détails, des noms de personnages, prêter attention à tout, ne rien omettre. C’est un inconvénient ; ce peut être un avantage car cet univers nous révèle une part d’ombre. Certains romans nous confrontent à une altérité radicale. L’intérêt ne vient plus de ce que nous reconnaissons de nous même, mais de ce que nous sommes susceptibles d’apprendre de l’autre. Lire ce n’est pas seulement converser avec de grands auteurs du passé et du présent, c’est une expérience de pensée. C’est accueillir en soi d’autres langues, d’autres mondes et d’autres caractères. C’est incorporer dans sa personnalité des savoirs, des émois nouveaux.

Pour Dostoïevski, le prince Mychkine, personnage central de « L’idiot », est l’Homme positivement beau. Malade, il vit dans la perspective émminamant chrétienne de la fin de son existence. L’amour de la vie se confond chez lui avec la hantise permanente de la mort. Ce double sentiment le rend absent au monde et pourtant son retour en Russie lui impose une impossible présence .

Le prince, imitateur du Christ, est donc en butte au milieu cruel de la haute société pétersbourgeoise qui tout à la fois le raille et l’admire. L’amour qu’il éprouve pour tous – sans distinction – sème la tempête.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 3 sur 3 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?