• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 2 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
La Bible punk : 35 ans de... a été ajouté à votre Panier
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 6 images

La Bible punk : 35 ans de contre-culture musicale Broché – 24 octobre 2013


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 29,90
EUR 18,00 EUR 14,19

bonnes résolutions 2015 bonnes résolutions 2015


Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Vous avez dit punk ?

Au début, le mot punk ne désignait qu'un courant musical, on parlait d'ailleurs plutôt de punk-rock que de punk tout court, mais voilà, l'impact a été si phénoménal que le mot est devenu un adjectif dépassant le seul sujet auquel il se rapportait.

Punk désigne désormais volontiers une attitude rebelle et une morgue qui s'exprime souvent par un refus des conventions, c'est même devenu l'adjectif idéal pour décrire une personne qui se fait remarquer par son originalité, par exemple sa manière de s'habiller ou sa façon de se comporter en société. En un mot, par sa provocation. Il est également employé pour décrire le travail d'un styliste, d'un cinéaste ou d'un écrivain, parce qu'il refuse d'obéir aux codes généralement admis. Il sous-entend une volonté affirmée, le créateur punk a du caractère, la preuve, il ne se laisse imposer aucune règle.

Si ce mot est devenu adjectif à part entière, il reste pour les dictionnaires traditionnels autre chose, comme si l'imagination collective s'était projetée bien plus rapidement que les penseurs et analystes de la langue française.

Pour le Petit Robert, punk désigne : «Un mouvement de contestation regroupant des jeunes qui affichent divers signes extérieurs de provocation (coiffure, vêtement) par dérision envers l'ordre social.» Le qualificatif jeune est intéressant parce qu'il est propre à nombre d'expressions artistiques : lorsqu'il veut s'affranchir du dadaïsme pour créer le surréalisme, André Breton a une vingtaine d'années, sur les photos aujourd'hui jaunies de Woodstock, même si certains ont des enfants, la moyenne d'âge des hippies tourne également autour des vingt ans. Affirmer que la cassure stylistique n'est absolument pas caractéristique des punks, ces derniers ne veulent plus le modèle qu'on leur impose, là est toute la nuance, faut-il être jeune pour cela ? Absolument pas. Enfin, réduire un mouvement à des signes extérieurs de provocation, oubliant l'essentiel, la musique, fait encore preuve d'une grosse incompréhension du sujet. Car, contrairement au hip-hop qui a vu naître de concert une nouvelle façon de conjuguer le graffiti, la danse et la musique, au début le punk n'est pas multicarte, la musique est sa substantifique moelle. On n'aurait même jamais employé ce mot si ces groupes n'avaient pas existé, il est d'abord genre musical avant de devenir autre chose.

Le Petit Larousse illustré propose une autre définition du terme punk : «Se dit d'un mouvement de contestation apparu en Grande-Bretagne vers 1975, regroupant des jeunes en marge d'un ordre social qu'ils s'attachent à tourner en dérision, s'exprimant notamment par le port de coiffures exubérantes et une musique conçue comme une protestation contre le vedettariat et le rock classique.» Même si la coiffure passe ci avant la musique, cette définition semble mieux appréhender le phénomène, à ceci près qu'il ne s'agit pas que d'une dérision. Mais, premier bon point, le terme «musique» n'est pas oublié. Lorsque les punks crient No future ! et qu'ils donnent naissance à une musique violente et choquante, ce n'est pas que pour s'amuser, c'est aussi parce qu'ils sentent la fin du monde proche, au propre comme au figuré. La dimension politique extrêmement importante chez les deux groupes majeurs anglais, Sex Pistols et Clash, est ici absolument ignorée ; elle est pourtant essentielle et fédératrice (fédératrice parce qu'essentielle). Autre problème de cette définition, il n'y est pas fait mention des États-Unis ni de la France, pourtant c'est la première fois qu'un tel cri de révolte naît spontanément et en parallèle dans ces trois pays occidentaux. Enfin, la protestation est un terme un tout petit peu trop faible pour signifier la révolte intérieure qui donnera la force à tous ces artistes de partir arme au poing à l'assaut du système. L'image belliqueuse, presque guerrière, peut prêter à sourire, mais elle est à l'envie de la musique évoquée, radicale.

(...)

Biographie de l'auteur

Christian Eudeline est journaliste à VSD et aux Echos. Passionné de musique, c'est par ce prisme qu'il porte un autre regard sur notre société. Auteur de plusieurs biographies (Michel Polnareff, Jacques Dutronc, Little Bob), il a signé des livres thématiques sur le hard-rock ou la musique gothique et, il y a dix ans, il a écrit l'histoire des premiers punks français : Nos Années Punk.


Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoiles

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?