undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
EUR 24,90
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
La Chambre claire : Note ... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

La Chambre claire : Note sur la photographie (Anglais) Broché – 21 février 1980


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 24,90
EUR 24,90 EUR 20,00

Concours | Rentrée Kindle des auteurs indés Concours | Rentrée Kindle des auteurs indés


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La Chambre claire : Note sur la photographie + Sur la photographie + Petite histoire de la photographie
Prix pour les trois: EUR 39,20

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Présentation de l'éditeur

Frontispice de Daniel Boudinet

Quatrième de couverture

«Marpa fut très remué lorsque son fils fut tué, et l'un de ses disciples dit : "Vous nous disiez toujours que tout est illusion. Qu'en est-il de la mort de votre fils, n'est-ce pas une illusion ?".Et Marpa répondit : "Certes, mais la mort de mon fils est une super-illusion."»Pratique de la voie tibétaine.



Détails sur le produit

  • Broché: 200 pages
  • Editeur : Gallimard; Édition : Gallimard (21 février 1980)
  • Collection : Cahiers du Cinéma/Gallimard
  • Langue : Anglais
  • ISBN-10: 207020541X
  • ISBN-13: 978-2070205417
  • Dimensions du produit: 21,5 x 15 x 1,3 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.2 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (13 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 11.352 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Roland Barthes (1915-1980)
A été directeur d'études à l'École pratique des hautes études (« Sociologie des signes, symboles et représentations ») avant d'occuper en 1976 la chaire de Sémiologie littéraire au Collège de France.
Il a publié toute son œuvre au Seuil, de « Mythologies » à « La Chambre claire » en passant par « Les Fragments d'un discours amoureux ».

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.2 étoiles sur 5

Commentaires client les plus utiles

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile  Par Claude Lorrain TOP 1000 COMMENTATEURS le 7 mai 2011
Format: Broché Achat vérifié
Lecteur attentif de Proust, Roland Barthes a consacré en 1979 (il a soixante-quatre ans et va mourir accidentellement l'année suivante) un essai non pas à la photo mais à la Photographie avec une majuscule, dont il cherche à « nommer l'essence ».

Dans ce texte écrit avant l'ère du numérique (la photographie restant alors au carrefour de la physique et de la chimie), et n'aimant pas la couleur ou le tout venant des images quelconques qu'il dit se multiplier « comme de la mauvaise herbe », ni l'humour en photographie, ou encore la recherche d'images insolites ou improbables, le sémiologue revendique son éclectisme et le droit de se laisser guider par son seul émoi.

Principalement touché par le portrait, il pose cette distinction majeure entre studium (objet total) et punctum (objet partiel, détail « qui fait tilt » et laisse deviner un champ aveugle).

Partant du deuil de sa mère (autant dire de cette « douloureuse synthèse de la survivance et du néant » dont parle le narrateur dans Sodome et Gomorrhe), Barthes, pour qui la Photographie n'est pas sans lien avec la Mort, souligne que le temps de la Photographie est le passé (pas le parfait, plutôt l'aoriste), énonçant que « la Photographie a quelque chose à voir avec la résurrection. »

Ces pages claires et sensibles, où Roland Barthes confie qu'après la mort de sa mère l'écriture allait devenir l'unique but de sa vie, témoignent de la pertinence de ses analyses comme de ses qualités de styliste.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
45 internautes sur 49 ont trouvé ce commentaire utile  Par ADLT le 31 juillet 2003
Format: Broché
Roland Barthes distingue la présence de deux éléments hétérogènes au sein d'une photographie. Le premier qu'il appellera Studium, est perçu en fonction de son savoir, de sa culture... Il relève donc 'd'un affect moyen, presque d'un dressage' et sert généralement à comprendre les intentions du photographe. Le second, qu'il appellera 'Punctum', est un supplément, un détail qui surprend, qui induit l'objet à parler, le spectator à penser. Il présente donc une force d'expansion qui permet de sortir de la photo.
La seconde partie du livre traite de l'essence de la photographie. Roland Barthes fait ainsi allusion à 'l'écrasement du temps' puisque selon lui la photo confère au passé une certitude aussi solide que le présent. De plus, il souligne que la photographie conduit à une confusion entre la réalité (cela a été) et la vérité (c'est cela). Ces principales caractéristiques ont selon lui bouleversé notre perception du monde où l'imaginaire y est généralisé et où la jouissance passe par l'image. On assiste à une déréalisation complète du monde humain des conflits et des désirs. Les sociétés actuelles ne consomment plus des croyances mais des images.
La perception de Roland Barth est considérée comme une référence dans le milieu de la photographie. La mise en lumière des impacts du pouvoir grandissant de l'image au sein de notre société conserve toute son actualité.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
30 internautes sur 33 ont trouvé ce commentaire utile  Par vincent vdl le 6 juin 2002
Format: Broché
La chambre claire est un livre très émouvant qui, commençant comme un essai de portée générale sur la photographie, se transforme en quête proustienne. Barthes part à la recherche de sa mère disparue à travers les photos qui restent d'elle, essayant de trouver la vérité de l'être cher qui serait aussi celle de la photographie. Nulle trace dans ce livre de voyeurisme, les images sont publiques, connues, mais toujours poignantes. Une très belle réflexion sur la photo comme spectacle de la "mort à l'oeuvre", qui n'appelle pas pour autant au désespoir.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile  Par Jose-Marcio TOP 1000 COMMENTATEURS le 16 avril 2012
Format: Broché
C'est un classique. Un livre destiné à tout photographe ou toute personne intéressée par la photo avec un point de vue qui ne se restreint pas à la technique.

Ce livre est intéressant à lire pour deux aspects : historique et contenu.

Sur le côté historique, il a marqué l'étude de l'objet photographique d'un point de vue philosophique/sémiotique (en fait, il était plutôt philosophe ou sémioticien ?). Il n'y avait pas grande chose avant lui. Après lui, énormément de choses ont été écrites, des nombreux points de vue parfois incompatibles, comme c'est le cas souvent en sciences sociales. Toujours est-il que ses idées ont été largement étudiées depuis, et pas seulement en France.

Ce livre a été écrit peu de temps après le décès de sa mère, ce que l'on peut imaginer qui a biaisé son raisonnement, mais je ne crois pas puisque l'image était un sujet qui l'intéressait depuis longtemps déjà. Il a utilisé l'image de sa mère pour expliquer sa recherche de LA PHOTO qui mieux était représentait sa mère : il a trouvé une, de quand elle était encore enfant.

Même si ses idées sont parfois contestées par d'autres philosophes, les concepts qui sont la marque de ce livre : le "punctum" et le "studium" sont effectivement des choses qui sautent aux yeux lorsqu'on regarde une photo.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?