undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
8
4,5 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 19 janvier 2016
J'ai abandonné la série principale de David Weber à la fin du 10ème tome de la saga Honor Harrington, au bord de l'apoplexie. Il faut croire que je ne suis pas rancunier, vu qu'après avoir lu le premier chapitre de cette série parallèle, écrite par un apôtre du Maître, j'ai trouvé ça si intéressant que j'ai voulu connaître la suite : me voilà à la fin de l'ouvrage avec un verre à la main.

Dans le rôle du verre à moitié vide : le mode narratif délirant à base de points de vue multiple, alourdi par une mise en page aberrante au format électronique, puisque on change de point de vue la plupart du temps sans même sauter une ligne. Montagnes russes garanties. Toujours dans le verre à moitié vide, les horribles largages informatifs, les leçons d'histoire ultra pompeuses et hors contexte. Sans compter les (super) héroïnes un peu trop incroyables pour être crédibles (une constante dans cet univers) et quelques doses de romance affreusement niaise.

Tout cela suffirait presque à justifier la participation de mon kindle au JO de Rio dans l'épreuve du lancer de javelot, sauf que le verre est tout de même à moitié plein :
Dans les qualités du livres, on peut citer une histoire globalement intéressante, les excellents personnages, le fait qu'il n'y a pas beaucoup de place pour les "méchants" et les détails de leurs plans machiavéliques à tiroirs. Passée la moitié du roman, la lecture devient presque fluide, et les nombreuses scènes d'actions qui jalonnent le livre sont toutes réussies. Par ailleurs, le thème anti esclavagiste est plutôt bien abordé, et l'histoire a une vraie conclusion.

Si par certains côtés le livre est horripilant, il parvient à rester relativement intéressant à lire jusqu'au bout. Quel dommage que dans cet univers les auteurs nous imposent la lecture de toutes leurs fiches de travail et tiennent à tout prix à nous faire partager leurs platitudes géopolitiques...
33 commentaires| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 20 décembre 2015
Vous êtes peut-être comme moi, c'est-à-dire que lorsque vous avez lu Honor Harrington, Tome 10 : Plaies d'honneur : Tome 1, vous êtes tombé sur des références à des personnages et des événements qui n'étaient pas présents dans Honor Harrington, Tome 9 : Les Cendres de la victoire : Tome 2. Interloqué, vous vous précipitez vers la liste des romans de l'Honorverse (=l'univers d'Honor Harrington), pour voir si par hasard, vous n'auriez pas sauté un tome. Damned ! Ce n'est pas le cas ! Mais alors, d'où tout cela sort-il ? La réponse est dans ce livre : ces événements ne sont pas décrits dans la série principale, mais dans une des séries dérivées, se passant dans l'Honorverse mais ne mettant pas en scène Honor Harrington.
La question que vous vous posez probablement est : l'achat de ce livre est-il indispensable ? Je dirais non mais oui. Je m'explique : certes, il est assez désagréable de ne pas tout comprendre à la lecture de Plaies d'Honneur, mais ce n'est pas non plus insurmontable (c'est une minorité du bouquin après tout). MAIS par contre, La Couronne des esclaves va introduire ou mettre en lumière des personnages / nations / organisations qui auront par la suite une importance capitale dans les tomes postérieurs à Plaies d'Honneur dans le cycle principal. Donc, de ce point de vue là, l'achat et la lecture de la Couronne des esclaves me paraît quasi-incontournable. De plus, apparemment le tome 2 explique clairement pourquoi et comment Erewhon est sorti de l'orbite Manticorienne, avec toutes les répercussions stratégiques que ça a entraîné.

Par contre, attendez-vous à une deuxième surprise : le background de plusieurs personnages de La couronne vous permet rapidement de comprendre que, là aussi, on fait référence à des événements qui sont supposés être déjà connus du lecteur (à propos d'Anton, de Berry et de Victor, principalement) : cette histoire est en fait racontée dans une des nouvelles de Autour d'Honor, Tome 3 : Une aspirante nommée Harrington. Là par contre, l'achat est facultatif : il permet de combler les blancs, mais ne me paraît pas aussi indispensable à la compréhension de la série principale post-tome 10 que La couronne.

Ce petit point sur l'Honorverse étant fait, passons à la critique du roman en lui-même (je précise que je ne vais parler ici que du tome 1, le tome 2 aura droit à sa critique séparée) : ce qui est très intéressant, outre des tas de nouveaux personnages fort sympathiques, c'est le changement de thématique : en effet, la série principale est essentiellement basée sur des batailles spatiales et des intrigues politiques /spatiopolitiques (de géopolitique spatiale). Certes, intrigues politiques il y a dans La couronne, mais deux nouvelles thématiques émergent : le mouvement d'abolition de l'esclavage et les opérations spéciales, les "Black Ops" comme les nomment nos amis anglo-saxons. En clair, pas de bataille spatiale (dans ce tome 1 du moins), pas de bataille rangée entre soldats, mais des tas de groupes de factions opposées tentant de mettre sur pied un plan pour enlever une personnalité / empêcher cet enlèvement et / ou tuer les assaillants. Et quand je dis des tas, c'est vraiment le cas : Manticoriens, Havriens, Erewhoniens, Mesans, Masadiens, Solariens, c'est toute la galaxie qui s'invite à la fête.

Je le disais plus haut, la plupart des nouveaux personnages sont très intéressants, à commencer par Victor, Anton et Thandi. Le carré amoureux formé par Victor / Ginny / Naomi / Thandi est particulièrement savoureux, notamment.
Le roman est assez lent à démarrer, au début il y a une phase incontournable de présentation des nouveaux personnages, de la situation et des enjeux. Par contre, quand ça décolle, le rythme est impitoyable et d'une maîtrise impressionnante, digne des meilleurs passages de la série principale. La coupure entre les deux tomes est également bien faite.

Un mot sur la présentation : j'aime bien le travail de Genkis, et là je trouve que dans la partie droite de l'image, il a réussi l'impossible en représentant de façon très intelligente un des points clefs du roman. Par contre, je trouve la partie inférieure gauche de l'illustration trop sombre, mais ça n'engage que moi.

EN RÉSUMÉ :

Intéressant et relativement novateur en lui-même, quasi-indispensable pour la compréhension de la série principale au niveau du tome 10 et ultérieurs.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 août 2015
Produit de qualité conforme à la description qui en a été faite. Pas de probleme de livraison. Pour le reste, un peu long parfois mais la qualité de l'écriture permet d'attendre avec encore plus de plaisir les moments d'action.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 janvier 2012
Avertissement : Il s'agit du commentaire d'un très grand fan de David WEBER...

Dans la chronologie de l'honorverse, la couronne des esclaves se situe dans le temps de Plaies d'honneur  , un peu avant L'Ombre de Saganami  qui se situe lui-même dans le temps de Coûte que coûte .

Bien que divisé en 5 parties par l'auteur : 1- Manticore , 2- Erewhon , 3- Le salaire du péché , 4- Le Felicia III , 5- Congo, je dirais moi que le roman est divisé en deux grandes parties :

1/ Manticore et Erewhon, qui occupent les deux tiers du premier tome, sont en fait la mise en place du roman. Beaucoup de présentation, pas d'action, des développements très politiques tant dans les interactions entre les personnages que dans la présentation du théâtre des opérations.
La plupart des personnages ont déjà une existence propre qui a été développée dans des nouvelles de l'univers d'honor harrington, malheureusement pas encore traduites en français (entre autres : Changer of Worlds et The Service of the Sword: Worlds of Honor ).

Un véritable panier de crabe on l'on apprend à connaître Berry Zilwicki et son père Anton et surtout Victor Cachat, maitre espion du Havre (qui sera régulièrement évoqué dans les tomes suivants d'honor harington). On y fait connaissance aussi avec une équipe de Solarien, pour une fois compétente (c'est suffisamment rare pour le noter...)

2/ Une seconde partie plus nerveuse : Le salaire du péché , Le Felicia III , Congo. Sans délaisser le côté politique cher à Weber, l'action est au rendez-vous des événements qui vont conduire à la naissance d'une nation : Torche.
Avec au passage un réflexion sur l'esclavagisme.

Dans cette oeuvre, David Weber délaisse totalement le combat spatial qui a fait sa renommée. La couronne des esclaves est un roman d'espionnage et d'action.
Honor y est totalement absente (à part sur 20 lignes lors d'un rendez-vous avec la reine de Manticore).

Le livre a été écrit par David Weber et Eric flint (auteur de nouvelles dans l'univers d'honor), mais le style est clairement et totalement Weberien..
Toujours très bien construit, bien amené et clair dans ses explications il permet, en plus d'apporter un éclairage explicatif sur certains passages de la saga qui restaient un peu obscurs (faute d'avoir lu ce roman en temps et en heure).

Un très bon moment de distraction, indispensable à tous les amateurs de la Saga Honor Harrington.
44 commentaires| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 février 2012
Je souscrit aux deux commentaires précédents.
Fan de la première heure de honor harrington, j'ai bien sur adoré ce volume, il est assez indispensable de le lire avant d'attaquer le volume 13 de la série principal intitulé "En Mission". Parce qu'il développe des éléments indispensables à la bonne compréhension de l'intrigue, voire même avant l'ombre de saganami.

Bref un indispensable de l'honorverse.
11 commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 janvier 2012
Ces deux volumes auraient pu facilement n'en faire qu'un seul ! Ils tiennent sur un seul livre de poche anglais de taille très raisonnable. Quand donc les éditeurs français vont-ils cesser de prendre leurs lecteurs pour des pigeons bons à plumer ! Après ils viendront se plaindre que les Français ne lisent plus !

Sinon 4 étoiles pour la lecture.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juin 2013
Faisant suite a la série Honor Harrington, les livres de Weber, et cette série en particulier, sont toujours aussi captivant, personnellement je met 5 étoile, après, chacun ces gout...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 janvier 2013
Un cheminement parallèle à l'univers de Honnor. si on peut regreter parfois une certaine lenteur à mettre l;histoire en place,on n'est toutefois pas déçu par le résultat.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus