La Culture de l'égoïsme et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
Acheter d'occasion
EUR 8,81
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par 06emeline
État: D'occasion: Très bon
Amazon rachète votre
article EUR 1,50 en chèque-cadeau.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La Culture de l'égoïsme


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Biographie de l'auteur

Cornelius Castoriadis (1922-1997) s'installa en France en 1945, après des études de philosophie, d'économie et de droit à Athènes. Cofondateur du groupe et de la revue Socialisme ou Barbarie (1949-1967), il a été économiste à l'OCDE (1948-1970), directeur d'études à l'EHESS (1980-1995) et psychanalyste (1973-1997). L'ensemble des séminaires de l'EHESS est en cours de publication au Seuil sous le titre La Création humaine : Sur Le Politique de Platon (1999), Sujet et vérité dans le monde social-historique (2002), Ce qui fait la Grèce, 1. D'Homère à Héraclite (2004), La Cité et les lois. Ce qui fait la Grèce, 2 (2008). Le sociologue américain Christopher Lasch (1932-1994) est l'auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels La Révolte des élites (Climats, 1996, Champs-Flammarion, 2007), Le Seul et Vrai Paradis (Climats, 2002, Champs-Flammarion, 2006), et Le Moi assiégé (Climats, 2007). Ses écrits ont été introduits en France par Jean-Claude Michéa.


Vendez cet article - Prix de rachat jusqu'à EUR 1,50
Vendez La Culture de l'égoïsme contre un chèque-cadeau d'une valeur pouvant aller jusqu'à EUR 1,50, que vous pourrez ensuite utiliser sur tout le site Amazon.fr. Les valeurs de rachat peuvent varier (voir les critères d'éligibilité des produits). En savoir plus sur notre programme de reprise Amazon Rachète.

Détails sur le produit

  • Broché: 112 pages
  • Editeur : Climats (6 octobre 2012)
  • Collection : CLIMATS NON FIC
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2081284634
  • ISBN-13: 978-2081284630
  • Dimensions du produit: 18,4 x 1 x 11,5 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.8 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (5 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 53.305 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur les auteurs

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

3.8 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

14 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile  Par Michel Vander Straeten le 29 novembre 2012
Format: Format Kindle Achat vérifié
Un moment et un échange rare qui fait plaisir à lire, avec Jean-Clause Michéa comme 'facilitateur' de compréhension et premier lecteur critique qui nous encourage à poursuivre notre lecture de Lasch, notamment.
Mr. Michéa est réellement l'un de ces professeurs et maîtres 'comme dans le temps', qui accompagnent notre cheminement dans le formation de notre pensée, nous ouvrant des portes insoupçonnées. Lasch et Orwell sont deux très grands penseurs de notre temps que Michéa nous fait découvrir avec une passion et précision contaminante.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile  Par Vorwärts le 23 février 2013
Format: Broché Achat vérifié
Ce livre propose d'interroger le capitalisme sous un jour un peu nouveau : non pas comme un fait économique ou financier, mais comme un « fait social total qui envahit tout le champ de l'existence humaine » (p.68). On ne s'intéresse donc pas ici à l'organisation du capitalisme, mais au type d'individus qu'il produit. En ce sens, il s'agit en quelque sorte d'une anthropologie des sociétés capitalistes.

L'entretien entre Castoriadis et Lasch justifie le titre du livre en s'interrogeant sur la disparition de l'idée même de « communauté » dans les sociétés actuelles. De multiples aspects sont évoqués. Le repli sur leur cellule familiale d'individus angoissés et déprimés par la structure de la société. La disparition de l'espace public et de l'idée d'une temporalité et d'une histoire communes. Le remplacement de la démocratie réelle par la confrontation violente de divers groupes d'intérêts ne parlant qu'en leur nom propre.
L'entretien se termine sur un ton plus psychanalytique : comment la construction même de l'identité des individus, comment la définition d'un « moi », fait politique et social par excellence, peut-il s'opérer à l'aire du repli et de l'égoïsme généralisés ? Quelles conséquences en attendre ?

La postface par Michéa offre quelques compléments de lecture, hélas sous une forme un peu laborieuse, voire bâclée (Michéa fait des phrases de 3 pages, sans cesse entrecoupées de nombreuses parenthèses et notes : la lecture ne s'en trouve guère facilitée...).
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile  Par NgLmb le 17 décembre 2012
Format: Broché
Il s'agit de la transcription d'un entretien télévisé entre Christopher Lasch et Cornelius Castoriadis, suivi d'une postface de Jean-Claude Michéa. Le contenu ne surprendra pas les lecteurs qui connaissent déjà ces auteurs, mais la lecture de ce livre n'est pas superflue pour autant, elle complète et précise leurs autres ouvrages. Par exemple, je n'ai pas souvenir que le propos sur la victimisation soit développé ailleurs par ces auteurs, il permet d'ailleurs au lecteur de jeter une passerelle vers les théories girardiennes (ce que Michéa avait déjà tenté de faire, mais de manière un peu maladroite).
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
0 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par BLOT le 11 novembre 2014
Format: Broché Achat vérifié
A lire et à recommandé, ce n'est pas un assommoir loin de là, très bien documenté sur cet échange et très instructif
Bravo de l'avoir édité
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
9 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile  Par fab1980 le 26 octobre 2012
Format: Broché
Quelques échanges en surface entre Lasch et Castoriasdis sur le vide de l'individu comme produit du capitalisme, qui n'apporteront absolument rien à qui connait, même de loin, l’œuvre des deux.

Et dans sa postface, Michéa répète sa thèse habituelle (à savoir que la libéralisation des mœurs est au service du libéralisme économique) mais cette fois ci avec un ton acéré ce qui ne le rend pas plus convainquant.
7 commentaires Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?