EUR 9,90
  • Tous les prix incluent la TVA.
En stock.
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
La Disparition a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

La Disparition Poche – 16 mai 1989

3.7 étoiles sur 5 29 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 22,77
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 9,90
EUR 9,40 EUR 9,48

Romans et littérature

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • La Disparition
  • +
  • La Vie mode d'emploi
  • +
  • W ou Le souvenir d'enfance
Prix total: EUR 26,40
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Amazon.fr

"Il fallait un grand art, un art hors du commun, pour fourbir tout un roman sans ça." "Ça", comprenez ce "rond pas tout à fait clos finissant par un trait horizontal". Il fallait substituer, combiner sans trêve et sans faillir, sans céder à la ronde tentation d'utiliser... la lettre "e" ! "Mais pourquoi donc ?", s'exclament les sceptiques et les désabusés. Et Perec de citer un obscur Ramun Quayno : "L'on n'inscrit pas pour assombrir la population." "Qui frappe-t-on d'omission ?", demandent les offusqués et les inquisiteurs ? Le motif du tapis, le cinquième volume d'une collection d'in-folios, Anton Voyl lui-même, le protagoniste, tout, tout doit disparaître sous la plume-baguette de Perec ! Voilà qui suscite auprès dudit M. Voyl quelques suées kafkaïennes, des hallucinations rocambolesques et une imagination pour le moins aventurière...

Après la publication des Choses, son premier roman (1965), Georges Perec rejoint l'Oulipo (Ouvroir de littérature potentielle) qui l'incite à multiplier les défis formels tels que celui de La Disparition ou de Alphabets (176 onzains hétérogrammatiques). --Laure Anciel

Quatrième de couverture

«Trahir qui disparut, dans La disparition, ravirait au lisant subtil tout plaisir. Motus donc, sur l'inconnu noyau manquant - "un rond pas tout à fait clos finissant par un trait horizontal" - , blanc sillon damnatif où s'abîma un Anton Voyl, mais d'où surgit aussi la fiction. Disons, sans plus, qu'il a rapport à la vocalisation. L'aiguillon paraîtra à d'aucuns trop grammatical. Vain soupçon : contraint par son savant pari à moult combinaisons, allusions, substitutions ou circonclusions, jamais G.P. n'arracha au banal discours joyaux plus brillants ni si purs. Jamais plus fol alibi n'accoucha d'avatars si mirobolants. Oui, il fallait un grand art, un art hors du commun, pour fourbir tout un roman sans ça !»Bernard Pingaud.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre adresse e-mail ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


En savoir plus sur l'auteur

Membre de l'OuLiPo, Georges Perec (1936-1982) a exercé ses talents à concocter des jeux de mots ou de logique qui régaleront tous les amateurs. Des contraintes formelles littéraires et mathématiques qu'il s'imposait, s'est dégagée une écriture musicale et ludique. Il est entre autre l'auteur de nombreux romans, dont les Choses (1965), la Disparition (1969) ou la Vie mode d'emploi (Prix Médicis 1978).

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Format: Poche
Comme tout le monde le sait, la particularité de ce livre est de ne comporter aucun "e". Certes. Mais qu'on n'aille pas dire que cette particularité linguistique n'est pas la seule chose à voir dans ce roman, qu'il y a aussi l'histoire, etc ! Grossière erreur ! Cette absence est fondamentale du livre, elle en constitue l'histoire, le dénouement, le personnage principal !
L'histoire de base est assez difficilement résumable, étant donné son côté très baroque (une foule d'histoires imbriquées les unes dans les autres, une écriture foisonnante, jouissive, parfois même un peu prise de tête), mais le livre commence sur la révolte d'une ville entière affamée. Puis nous suivons la souffrance d'Anton Voyl, qui souffre d'un manque de sommeil consistant. Puis il disparaît, et ses amis se mettent à sa recherche, mais leur chemin est truffé de cadavres, de non-dits, de secrets et de disparus.

La lettre "e" est présente partout, même sans l'être. Il y a vingt-cinq chapitres, étant donné qu'il manque le numéro cinq, ou bien le cinquième carton manque, etc. Difficile d'oublier cette absence.

Cette disparition s'apparente à la disparition de l'essentiel : dans l'histoire, il manque la nourriture, le sommeil, la solution, donc l'essentiel. Les titres des chapitres sont accessoires parce qu'ils taisent l'essentiel. Les personnages tournent en rond, et meurent les uns après les autres parce qu'ils sont fondamentalement incapables de comprendre ce qu'est la clé, eux-mêmes vivant dans un monde sans "e".
Lire la suite ›
2 commentaires 10 sur 10 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Il faut vraiment aller au dela du fait que ces 300 pages ne contiennent pas la lettre "e", c'est aussi un roman avec intrigue et personnages, et c'est un livre sur des livres, sur la litterature et ses "poids lourds": Mann, Melville, Borges, Hartmann von Aue, Mallarme, etc...ce qu'ils ont pese sur l'ecriture de Perec. Et puis, et puis, il y a la disparition d'"eux", pere et mere de Perec dans les annees 40, la famille qu'il n'a pas connue...et dont l'ombre pese, elle aussi, sur ce que Perec doit dire. Beaucoup de rires et de tristesse dans ce grand livre qui est un admirable puzzle pour les amateurs de litterature et d'histoire.
Remarque sur ce commentaire 40 sur 42 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Je rejoins le précédent avis. Il ne faut pas se limiter à la prouesse technique de Perec dans ce livre. L'histoire est profonde et surtout intéressante. Malheureusement elle est belle et bien compliquée, du fait du vocabulaire employé : n'oubliez pas votre dictionnaire lors de la lecture, il sera votre meilleur ami !
Remarque sur ce commentaire 23 sur 26 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
La disparition d'un mot parait sans signification, mais ici il s'agit d'un fou absolu pour qui la saga du 'e' va mourir! Pas là ? Tant pis, on fait sans !

(Bon, j'ai du mal à faire deux lignes sans utiliser la lettre 'e', Georges Perec a écrit tout un livre! En plus de cette gageure il est agréable à lire et intéressant, je le recommande ! )
Remarque sur ce commentaire 3 sur 3 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Dans ce roman écrit sans la lettre la plus fréquente de l'alphabet, l'imagination et les prouesses abondent (notamment les reécritures en lipogrammes de textes célèbres), mais sous la contrainte la littérature souffre un peu.
Une oeuvre extraordinaire et fascinante mais à laquelle on peut préférer du même auteur le merveilleux:
La Vie mode d'emploi.
Remarque sur ce commentaire 18 sur 21 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Honnêtement on ne peut que saluer la prouesse littéraire que nous livre Georges Perec mais la littérature souffre parfois autant que le lecteur. Les chapitres sont comme autant de nouvelles parfois sans aucun lien avec la trame de l'histoire originale, enfin sauf si l'on considère la fameuse "disparition" qui fait de ce roman une telle originalité.
La fluidité de l'écriture n'est pas vraiment au rendez-vous et certains passages sont, disons le carrément, totalement indigestes! C'est un livre écrit de façon vraiment trop étrange pour qu'on puisse vraiment s'y attacher. C'est cependant un roman à posséder pour montrer à ses amis "les livres qui font bien dans ma bibliothèque"...
Remarque sur ce commentaire 10 sur 12 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Chacun sait la prouesse de Perec d’avoir réussi à écrire tout un livre sans jamais y faire figurer la lettre E.
Pour le reste, l’histoire, elle tient la route, elle est cohérente avec cette figure de style, puisqu’on se retrouve en pleine enquête sur la disparition d’Anton Voyl (voyelle sans les E, vous l’avez compris !) tout au long des 25 chapitres (symbolisant les 25 lettres de l’alphabet, vu qu’il en manque une !)

Un roman déroutant à déconseiller tout de même au 100 % terre à terre, cartésiens, et partisans du premier degré.
Remarque sur ce commentaire 1 sur 1 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche Achat vérifié
Ecrire sans "e" est une gageure difficile à tenir et non moins délicate à lire. Ça oblige à prendre parfois quelques licences avec l'orthographe. Petits accrocs facilement pardonnables tant l'histoire est surprenante et chaque page lue appelle à lire la suivante.
Remarque sur ce commentaire 1 sur 1 ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?