undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
La Femme du tigre a été ajouté à votre Panier
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Amazon - Offres Reconditionnées vous assure la même qualité de service qu'Amazon.fr ainsi que 30 jours de retour.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

La Femme du tigre Broché – 17 août 2011


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 20,80
EUR 14,00 EUR 1,12

Concours | Rentrée Kindle des auteurs indés Concours | Rentrée Kindle des auteurs indés


Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Revue de presse

« Le premier roman stupéfiant de Téa Obreht est une uvre extrêmement ambitieuse, écrite avec audace, qui dépeint un tableau indélébile [...]. » --The New York Times

Présentation de l'éditeur

Tout est mort dans sa mémoire, hormis la femme du tigre, alors il se lance à sa recherche, certains soirs, en poussant un cri, une note tendue dont l intensité décroît à n en plus finir. Une note solitaire, grave, que plus personne n entend.

Dans un pays des Balkans qui se remet douloureusement d un siècle de guerres, Natalia, jeune médecin, est venue vacciner les pensionnaires d un orphelinat. Autour d elle, tout n est que superstitions. Les épidémies seraient des malédictions, les morts, des forces vives. Ces croyances absurdes, Natalia les rattache aux contes que lui a transmis son grand-père. Lorsqu elle était enfant, toutes les semaines, il l emmenait au zoo et lui lisait des passages du Livre de la jungle, dont il ne se séparait jamais. Plus tard, il lui raconta ses rencontres avec l homme-qui-ne-mourra-pas, un vagabond soi-disant immortel. Quant à l histoire la plus extraordinaire, celle du tigre, de la sourde-muette et du petit garçon de neuf ans, il l avait gardée pour lui. Un mystère plus douloureux, plus intime, vient alors s ajouter au faisceau des légendes. En cherchant à l élucider, Natalia comprendra les errements des générations passées, et les travers de la sienne.

Confrontant le folklore et la modernité, Téa Obreht raconte les massacres, la haine, le soupçon et la lente reconstruction de l ex-Yougoslavie. Avec ce premier roman écrit à tout juste vingt-cinq ans, elle s impose en héritière d Isaac Bashevis Singer ou de Gabriel García Márquez.



Détails sur le produit

  • Broché: 336 pages
  • Editeur : Calmann-Lévy (17 août 2011)
  • Collection : Littérature Etrangère
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 270214246X
  • ISBN-13: 978-2702142462
  • Dimensions du produit: 15 x 2,6 x 23 cm
  • Moyenne des commentaires client : 3.1 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (28 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 415.384 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Découvrez des livres, informez-vous sur les écrivains, lisez des blogs d'auteurs et bien plus encore.

Commentaires en ligne

Commentaires client les plus utiles

1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile  Par Brice le 30 mars 2014
Format: Broché
Dans un pays jamais nommé des Balkans, les peuples se séparent au gré des nouvelles frontières que dessinent les guerres civiles qui se succèdent. Natalia, une jeune étudiante en médecine, part avec une amie de l'autre côté de la frontière pour mettre sur pied un centre de vaccination. Elle sera hébergée par une famille possédant des vignes, dans lesquelles des tziganes creusent à la recherche d'un corps enterré à la va-vite durant l'une des guerres, et dont l'esprit prendrait un malin plaisir à faire mourir le reste de la famille.

En pèle-mèle, elle évoque son grand-père, un médecin respecté, enseignant à l'université, qui n'a jamais vraiment plié face aux menaces, et a toujours exercé son métier avec dignité. Elle nous raconte ces souvenirs qui ressurgissent après son grand-père ne meurt de l'autre côté de la frontière, en partant la rejoindre.

Ce premier roman de Tea Obreht est assez particulier. Dévoré sans passion, il alterne des passages très ennuyeux et des petites pépites qui font tourner les pages à un rythme effrené. Si j'ai plus aimé les récits lié à l'Homme qui ne pouvait pas mourir, le reste de l'histoire, notament dans sa partie contemporaine, m'a semblée confuse et assez laborieuse, sans grand intérêt. Un roman mitigé donc, mais avec suffisament de qualités pas assez exploitées pour que je tente, à l'occasion, un nouvel essai avec un prochain roman.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par sholby TOP 500 COMMENTATEURS le 20 décembre 2011
Format: Broché Commentaire client Vine pour produit gratuit ( De quoi s'agit-il? )
Ce gros roman ne m'a pas convaincu, et j'en ai interrompu la lecture à peu près à la moitié. Pourtant, il n'est pas vraiment mal écrit, ou même mal traduit (traducteur moi-même, j'ai repéré quelques petites erreurs, mais rien de déshonorant). Le désintérêt que j'ai éprouvé envers lui tient en partie à son style très plat, dénué de lyrisme (malheureusement pas au point de basculer dans la glaçante - mais extraordinaire - sécheresse d'un Houellebecq), et qui en somme semble plus approprié à la narration de faits divers.

La seconde façon qu'a cette pauvre femme-tigre d'être passablement gonflante, et qui est encore davantage une question de goût, est cette proximité du principe narratif avec une bonne partie de la littérature sud-américaine (le prière d'insérer renvoie d'ailleurs judicieusement à García Márquez), cette façon de procéder en pelure d'oignon, en empilant des petites histoires et en espérant que ça fasse un livre. J'ai plusieurs fois pensé au Pain et tempête de Stefano Benni, que certains adorent, et que j'avais trouvé personnellement terriblement ennuyeux. On peut supposer que ce soit le cas ici également.

Ces deux incompatibilités d'humeur ont fait que j'avais toujours l'impression d'avoir presque totalement oublié de quoi il s'agissait chaque fois que je reprenais, avec un appétit toujours moindre, la lecture de ce livre, et de me retrouver en terre étrangère.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Par Jean Claude Grouard TOP 100 COMMENTATEURSVOIX VINE le 7 décembre 2011
Format: Broché Commentaire client Vine pour produit gratuit ( De quoi s'agit-il? )
Ce roman ne m'a pas convaicu. Une histoire alambiquée dans les balkans avec des personnages improbables, je n'ai pas accroché du tout.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
1 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile  Par Thomas B. TOP 500 COMMENTATEURSVOIX VINE le 29 novembre 2011
Format: Broché Commentaire client Vine pour produit gratuit ( De quoi s'agit-il? )
Il y a du talent chez ce jeune auteur, indéniablement. Mais que la filiation annoncée avec Garcia Marquez est lourde à porter à 25 ans ! Pour ma part, j'ai trouvé le rapprochement avec le lauréat du prix Nobel pour le moins usurpé... jusqu'à la page 189, où le récit décolle enfin après 6 chapitres plutôt laborieux. Téa Obreht nous transporte alors dans un monde totalement surréel qui rappelle vaguement le grand écrivain colombien. Pour ma part, je rapprocherais davantage la narration à celle du fabuleux roman de Thu Huong Duong, "Au zénith" : ce récit respire enfin lorsqu'au milieu, il prend la tournure d'un conte par sa description des moeurs "sauvages" d'un quelconque village d'une contrée lointaine, qu'il s'agisse ici de l'ex-Yougaslavie ou du Vietnam de Thu Huong Duong. Qu'il est fascinant alors de découvrir les croyances et les habitudes d'une communauté recluse sur elle-même ! Le style volontairement évasif aidant, on croit sans peine à toutes sortes d'histoires plus ou moins crédibles : cet homme qui ne meure jamais, cet autre qui se transforme en ours, cette femme prétendument enceinte d'un tigre... L'habileté de l'auteur tient à ce procédé qui consiste à rapporter les rumeurs avec un détachement apparent, laissant au lecteur le soin de croire ou non aux thèses déployées. Mais lorsque le récit revient au réel, au temps présent, il perd de sa force et la conclusion finit par détruire l'édifice fragile patiemment construit, laissant les pièces du puzzle totalement éparses. Promesse d'une future grande oeuvre à venir ?
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?