ou
Identifiez-vous pour activer la commande 1-Click.
ou
en essayant gratuitement Amazon Premium pendant 30 jours. Votre inscription aura lieu lors du passage de la commande. En savoir plus.
Plus de choix
Vous l'avez déjà ? Vendez votre exemplaire ici
Désolé, cet article n'est pas disponible en
Image non disponible pour la
couleur :
Image non disponible

 
Dites-le à l'éditeur :
J'aimerais lire ce livre sur Kindle !

Vous n'avez pas encore de Kindle ? Achetez-le ici ou téléchargez une application de lecture gratuite.

La Grande Beune [Poche]

Pierre Michon
4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (7 commentaires client)
Prix : EUR 3,00 Livraison à EUR 0,01 En savoir plus.
  Tous les prix incluent la TVA
o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o o
Il ne reste plus que 6 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Voulez-vous le faire livrer le mercredi 30 juillet ? Choisissez la livraison en 1 jour ouvré sur votre bon de commande. En savoir plus.

Formats

Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché EUR 10,65  
Poche EUR 3,00  

Notre boutique Folio

Boutique Folio
Découvrez notre boutique Folio.

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La Grande Beune + Vies minuscules + Les Onze
Prix pour les trois: EUR 15,40

Certains de ces articles seront expédiés plus tôt que les autres.

Acheter les articles sélectionnés ensemble
  • Vies minuscules EUR 6,80
  • Les Onze EUR 5,60

Les clients ayant acheté cet article ont également acheté


Descriptions du produit

Revue de presse

Quand il arrive à Castelnau, un village au fin fond de la Dordogne, le narrateur a vingt ans. C'est son premier poste. Derrière le rideau gris des pluies de septembre, entre deux dictées, le jeune instituteur s'abandonne aux rêves les plus violents...

Présentation de l'éditeur

Quand il arrive à Castelnau, un village au fin fond de la Dordogne, tout près de Lascaux, le narrateur a vingt ans. C'est son premier poste. Derrière le rideau gris des pluies de septembre, entre deux dictées, le jeune instituteur s'abandonne aux rêves les plus violents - archaïques, secrets et troubles comme les flots que roule, en contrebas des maisons, la Grande Beune. Dans ces contrées où se rejoue encore dans une forme ancienne l'origine du monde, le sexe sépare deux univers. Celui des hommes, prédateurs, frustes mais rusés - terriblement. Et puis celui des femmes, autour de deux figures que l'écrivain campe magistralement. Hélène l'aubergiste, mère emblématique, et Yvonne, à la beauté royale, qui suscite chez le narrateur une convoitise brûlante et toutes les variations d'un émoi qu'il nous fait partager au rythme de sa phrase : emportée comme un galop de rennes dans une ère révolue, retournée en une scène grotesque où des enfants exhibent l'animal vaincu, mordante ou fuyante comme le loup des peintures rupestres.

Détails sur le produit

  • Poche: 80 pages
  • Editeur : Folio (23 mars 2006)
  • Collection : Folio
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 9782070305056
  • ISBN-13: 978-2070305056
  • ASIN: 2070305058
  • Dimensions du produit: 0,8 x 10,5 x 17 cm
  • Moyenne des commentaires client : 4.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (7 commentaires client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 95.971 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


En savoir plus sur l'auteur

Pierre Michon naît à Châtelus-le-Marcheix dans la maison de ses grands-parents. Il est élevé par sa mère institutrice après que son père eut quitté le foyer. Il passe son enfance à Mourioux puis au lycée de Guéret, où il est pensionnaire. Il étudie ensuite les Lettres à Clermont-Ferrand et consacre à Antonin Artaud un mémoire de maîtrise. Il voyage par la suite dans toute la France, ayant rejoint une petite troupe de théâtre. Michon n'exerce pas de profession stable.À trente-sept ans, il entre dans la vie littéraire avec la publication des Vies minuscules qui obtient le prix France Culture 1984.À ce livre succèdent Rimbaud le fils, ensemble de textes courts sur la destinée d'Arthur Rimbaud puis, dans une veine romanesque, La Grande Beune et Abbés.
En 2009, Pierre Michon publie Les Onze, dans lequel il évoque l'histoire du peintre Corentin et celle de la Révolution française à partir de la description d'un grand tableau représentant les onze membres du Comité de salut public (Robespierre, Saint-Just, Barrère, etc.) pendant la Terreur, qui serait exposé au Louvre (en réalité le peintre et le tableau sont fictifs).
Pour ce roman, Michon reçoit le 29 octobre 2009 le Grand Prix du roman de l'Académie française 1.

Vendre une version numérique de ce livre dans la boutique Kindle.

Si vous êtes un éditeur ou un auteur et que vous disposez des droits numériques sur un livre, vous pouvez vendre la version numérique du livre dans notre boutique Kindle. En savoir plus

Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Commentaires en ligne 

Commentaires client les plus utiles
8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une truffe très parfumée 12 août 2011
Par cromagnon TOP 1000 COMMENTATEURS
Format:Poche|Achat vérifié
PM l'instituteur nous conte les débuts de sa première affectation dans la rudesse hivernale d'un Périgord imprégné de préhistoire. L'isolement de la petite communauté locale la fait plus mystérieuse, secrète, quasi animiste et primitive comme le sont les moindres caillou taillé et caverne dont ce petit pays est truffé (pardon !). Et de ces successeurs suggérés de la peuplade ancestrale, chasseurs ou pêcheurs, s'expriment la rudesse, l'énergie vitale et une simplicité intense des comportements virils, liées et complétées par la féminité primordiale de l'obsédante Vénus buraliste que nous suivons avec la fièvre du jeune homme dans les escarpements et la perpétuation des instincts premiers de cet échantillon humain.
La langue de PM, plus sobre, aussi dessinée mais moins lyrique qu'ailleurs laisse la part belle à la magie brute du récit. Incompréhensibles sont toutefois restées pour moi les références valaques (qui m'éclairera ?), dont il se gargarise ici en des répétitions hérissantes. (Hommage à MC)
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une belle note de bas de page 4 juillet 2011
Par MC
Format:Poche|Achat vérifié
"J'ai mis dix-huit ans à sauver ma peau, à écrire mon premier livre, Vies minuscules, et je suis encore dessous. Les suivants ne sont que des notes en bas de page, des gloses, des chambres d'écho."

Michon n'est jamais aussi bon que lorsqu'il délaisse sa grandiloquence chérie pour manier son ironie et son autodérision - déjà présente dans la fameuse "Vie des frères Backroot".

Ce regard mordant qu'il promène sur lui, sur sa jeunesse au fin-fond d'un village, fait de cette "grande Beune" une appréciable aventure en territoire michonien. Femmes, enfants, animaux, hommes des villages, manies des temps, rituels ; c'est encore autour de ces minuscules morceaux de réel que se déploie la langue de l'auteur, particulièrement juste, moins boursouflée, moins mystique ou pleine de réitérations qu'ailleurs.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
14 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 La Vie. 11 novembre 2003
Format:Broché|Achat vérifié
Si vous commencez à lire « La grande Beune », le soir, après le dîner, un conseil : « Attention, demain vous aurez beaucoup de difficultés à vous réveiller ».
Dés les premières phrases, Pierre Michon nous emmène dans un monde réel qui semble irréel et pourtant bien réel. Ses longues phrases nous mettent en appétit de la suite d'une vie, somme toute simple, faite de la vie de tous les jours dans un village identique à beaucoup d'autres avec ses habitants, ses commerces, ses lieux de rencontres. Nous les avons vus, nous les voyons. Nous y avons vécu, nous y vivons.
Quelle sera la fin de cette histoire qui nous ressemble ? Quelle fin ?... La vie.
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?
4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 C'est une rivière! 23 août 2011
Par foxie TOP 1000 COMMENTATEURS
Format:Broché
Honey : c'est le mot qui vient à l'esprit du narrateur lorsqu'il voit pour la première fois Yvonne la buraliste du village de Castelnau. "C'est peu dire que c'était un beau morceau. Elle était grande et blanche, c'était du lait."
Un texte bref, dense, lumineux et sensuel. Magnifique
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

Discussions entre clients

Le forum concernant ce produit
Discussion Réponses Message le plus récent
Pas de discussions pour l'instant

Posez des questions, partagez votre opinion, gagnez en compréhension
Démarrer une nouvelle discussion
Thème:
Première publication:
Aller s'identifier
 

Rechercher parmi les discussions des clients
Rechercher dans toutes les discussions Amazon
   


Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?