La Grande Sophie

Les clients ont également acheté des articles de

Top albums



La Grande Sophie : top des titres
Trier par:
Meilleures ventes
1-10 of 147
Titre Album  
30
30
30
30
30
30
30
30
30
30
Votre compte Amazon Music n'est actuellement associé à aucun pays. Pour profiter de la musique Premium, allez sur votre Bibliothèque musicale et transférez votre compte à Amazon.fr (FR).
  


Biographie

Par une de ces aimables coquetteries dont les artistes sont friands, la Grande Sophie se garde bien, à l'heure où ces lignes sont écrites, de révéler son véritable patronyme au public : c'est donc une Sophie X qui naît à Thionville (Moselle), le 18 juillet 1969. Sa famille s'étant installée dans le sud, elle grandit à Port-de-Bouc (Bouches-du-Rhône), où elle développe assez tôt un intérêt pour la musique, et notamment pour la guitare : à l'âge de treize ans, elle monte avec son frère et un voisin un groupe de rock alternatif, qui se produit plusieurs fois dans la région : Sophie participe à ... Lire la suite

Par une de ces aimables coquetteries dont les artistes sont friands, la Grande Sophie se garde bien, à l'heure où ces lignes sont écrites, de révéler son véritable patronyme au public : c'est donc une Sophie X qui naît à Thionville (Moselle), le 18 juillet 1969. Sa famille s'étant installée dans le sud, elle grandit à Port-de-Bouc (Bouches-du-Rhône), où elle développe assez tôt un intérêt pour la musique, et notamment pour la guitare : à l'âge de treize ans, elle monte avec son frère et un voisin un groupe de rock alternatif, qui se produit plusieurs fois dans la région : Sophie participe à une comédie musicale intitulée Ramona Lulu. Mais les carrières de baby rockers n'ont qu'un temps et Sophie se retrouve étudiante aux Beaux-Arts, à Marseille.

La sculpture ne suffit cependant pas à satisfaire les envies artistiques de la jeune fille qui, trouvant l'ambiance de ses études « trop élitistes » reste prise dans ses rêves de musique : guitare à la main, elle arpente les rues de la cité phocéenne et chante ses compositions aux terrasses des cafés et restaurants. De fil en aiguille, l'artiste bourlingueuse se fraie un chemin dans le monde des associations artistiques : le collectif Life, Live in the Bar - par lequel elle rencontre d'autres artistes comme Les Têtes Raides, La Tordue ou Louise Attaque - lui offre l'opportunité d'accéder à des petites salles et, en 1995, de « monter » à Paris.

De concert en concert, La Grande Sophie fait connaître son style pop rock sophistiqué. Elle se produit aussi bien dans des squats artistiques que dans de véritables salles de concert, écumant les clubs plus ou moins branchés de ses reprises des Pretenders ou de Françoise Hardy. En 1996, des passages au Printemps de Bourges, puis aux Francofolies de La Rochelle, apportent à la chanteuse un surcroît de notoriété.

De la cuisine aux sunlights

Adepte d'une musique faite « à la maison » et enregistrée dans des conditions plus ou moins artisanales (elle crée la « kitchen music », qu'elle définit comme « un mouvement du milieu des années 90 qui considère l'activité musicale comme peu différente de toute autre tâche quotidienne »), La Grande Sophie sort en 1997 un premier album (La Grande Sophie S'agrandit), sur le label indépendant Les Compagnons de la Tête de Mort. Mais c'est en 2000 que les choses sérieuses commencent, l'artiste « indé » signant chez les suppôts du « Grand Capital » : entrée chez Sony Music, La Grande Sophie enregistre un nouvel album, réalisé par Phil Délire, collaborateur habituel de Noir Désir et Alain Bashung. Sorti en 2001, Le Porte-Bonheur se vend à plus de 30 000 exemplaires, grâce notamment au grand succès de la chanson « Martin », qui impose le style à la fois puissant, sophistiqué et féminin de la chanteuse.

La Grande Sophie, admiratrice de la musique anglo-saxonne, s'attache à créer dans ses chansons des univers complets et cohérents, tout en brossant des portraits souvent doux-amers de la condition humaine. La chanteuse, toujours très présente sur la scène « alternative » et dans les festivals, sort son album suivant à l'automne 2003 : Et Si C'était Moi, édité par Universal et dont se détachent le tube « Du courage » et « Devenir grand », est un nouveau succès, soutenu par une longue tournée en France. Son endurance de sprinteuse de la scène vaut à La Grande Sophie, en 2005, une Victoire de la musique dans la catégorie « Révélation scène de l'année ».

Sur sa lancée, elle enregistre un quatrième album, La Suite..., qui paraît en 2005 dans sa version initiale, puis en 2006 dans une version agrémentée de nouveaux morceaux et vendue avec un DVD-portrait. En 2007, lors de sa tournée, La Grande Sophie se produit au Zénith de Paris. En 2008, elle renoue avec ses racines de musicienne de rue avec la tournée Toute seule comme une grande, se produisant - en solo, donc - dans des petites salles, dans une série de concerts acoustiques, prélude à son album à venir. Cette même année, fidèle à un esprit « indé », elle musicienne expérimente les nouveaux modes de distribution, en proposant six titres en version digitale à télécharger sur son site internet.

En janvier 2009 paraît un album plus personnel, Des Vagues et des Ruisseaux, qui voit la chanteuse changer de registre et s'éloigner du carcan rock au profit d'une écriture plus sensible (« Pardonner » et « Quand le mois d'avril »). Ce virage en direction de la chanson est confirmé par La Place du Fantôme sorti en février 2012, dont est extrait le titre « Ne m'oublie pas ». L'album produit par la triplette Vincent Taeger, Vincent Taurelle et Ludovic Bruni dévoile des climats plus sombres et mélancoliques que les précédents.

Bâtie peu à peu, loin des académies de stars, sur les chemins escarpés des squats et des mini-salles, la carrière de La Grande Sophie s'affirme comme l'une des manifestations les plus réussies de la nouvelle scène française. 1,78m de talent, en somme.  Copyright 2014 Music Story Nikita Malliarakis

Par une de ces aimables coquetteries dont les artistes sont friands, la Grande Sophie se garde bien, à l'heure où ces lignes sont écrites, de révéler son véritable patronyme au public : c'est donc une Sophie X qui naît à Thionville (Moselle), le 18 juillet 1969. Sa famille s'étant installée dans le sud, elle grandit à Port-de-Bouc (Bouches-du-Rhône), où elle développe assez tôt un intérêt pour la musique, et notamment pour la guitare : à l'âge de treize ans, elle monte avec son frère et un voisin un groupe de rock alternatif, qui se produit plusieurs fois dans la région : Sophie participe à une comédie musicale intitulée Ramona Lulu. Mais les carrières de baby rockers n'ont qu'un temps et Sophie se retrouve étudiante aux Beaux-Arts, à Marseille.

La sculpture ne suffit cependant pas à satisfaire les envies artistiques de la jeune fille qui, trouvant l'ambiance de ses études « trop élitistes » reste prise dans ses rêves de musique : guitare à la main, elle arpente les rues de la cité phocéenne et chante ses compositions aux terrasses des cafés et restaurants. De fil en aiguille, l'artiste bourlingueuse se fraie un chemin dans le monde des associations artistiques : le collectif Life, Live in the Bar - par lequel elle rencontre d'autres artistes comme Les Têtes Raides, La Tordue ou Louise Attaque - lui offre l'opportunité d'accéder à des petites salles et, en 1995, de « monter » à Paris.

De concert en concert, La Grande Sophie fait connaître son style pop rock sophistiqué. Elle se produit aussi bien dans des squats artistiques que dans de véritables salles de concert, écumant les clubs plus ou moins branchés de ses reprises des Pretenders ou de Françoise Hardy. En 1996, des passages au Printemps de Bourges, puis aux Francofolies de La Rochelle, apportent à la chanteuse un surcroît de notoriété.

De la cuisine aux sunlights

Adepte d'une musique faite « à la maison » et enregistrée dans des conditions plus ou moins artisanales (elle crée la « kitchen music », qu'elle définit comme « un mouvement du milieu des années 90 qui considère l'activité musicale comme peu différente de toute autre tâche quotidienne »), La Grande Sophie sort en 1997 un premier album (La Grande Sophie S'agrandit), sur le label indépendant Les Compagnons de la Tête de Mort. Mais c'est en 2000 que les choses sérieuses commencent, l'artiste « indé » signant chez les suppôts du « Grand Capital » : entrée chez Sony Music, La Grande Sophie enregistre un nouvel album, réalisé par Phil Délire, collaborateur habituel de Noir Désir et Alain Bashung. Sorti en 2001, Le Porte-Bonheur se vend à plus de 30 000 exemplaires, grâce notamment au grand succès de la chanson « Martin », qui impose le style à la fois puissant, sophistiqué et féminin de la chanteuse.

La Grande Sophie, admiratrice de la musique anglo-saxonne, s'attache à créer dans ses chansons des univers complets et cohérents, tout en brossant des portraits souvent doux-amers de la condition humaine. La chanteuse, toujours très présente sur la scène « alternative » et dans les festivals, sort son album suivant à l'automne 2003 : Et Si C'était Moi, édité par Universal et dont se détachent le tube « Du courage » et « Devenir grand », est un nouveau succès, soutenu par une longue tournée en France. Son endurance de sprinteuse de la scène vaut à La Grande Sophie, en 2005, une Victoire de la musique dans la catégorie « Révélation scène de l'année ».

Sur sa lancée, elle enregistre un quatrième album, La Suite..., qui paraît en 2005 dans sa version initiale, puis en 2006 dans une version agrémentée de nouveaux morceaux et vendue avec un DVD-portrait. En 2007, lors de sa tournée, La Grande Sophie se produit au Zénith de Paris. En 2008, elle renoue avec ses racines de musicienne de rue avec la tournée Toute seule comme une grande, se produisant - en solo, donc - dans des petites salles, dans une série de concerts acoustiques, prélude à son album à venir. Cette même année, fidèle à un esprit « indé », elle musicienne expérimente les nouveaux modes de distribution, en proposant six titres en version digitale à télécharger sur son site internet.

En janvier 2009 paraît un album plus personnel, Des Vagues et des Ruisseaux, qui voit la chanteuse changer de registre et s'éloigner du carcan rock au profit d'une écriture plus sensible (« Pardonner » et « Quand le mois d'avril »). Ce virage en direction de la chanson est confirmé par La Place du Fantôme sorti en février 2012, dont est extrait le titre « Ne m'oublie pas ». L'album produit par la triplette Vincent Taeger, Vincent Taurelle et Ludovic Bruni dévoile des climats plus sombres et mélancoliques que les précédents.

Bâtie peu à peu, loin des académies de stars, sur les chemins escarpés des squats et des mini-salles, la carrière de La Grande Sophie s'affirme comme l'une des manifestations les plus réussies de la nouvelle scène française. 1,78m de talent, en somme.  Copyright 2014 Music Story Nikita Malliarakis

Par une de ces aimables coquetteries dont les artistes sont friands, la Grande Sophie se garde bien, à l'heure où ces lignes sont écrites, de révéler son véritable patronyme au public : c'est donc une Sophie X qui naît à Thionville (Moselle), le 18 juillet 1969. Sa famille s'étant installée dans le sud, elle grandit à Port-de-Bouc (Bouches-du-Rhône), où elle développe assez tôt un intérêt pour la musique, et notamment pour la guitare : à l'âge de treize ans, elle monte avec son frère et un voisin un groupe de rock alternatif, qui se produit plusieurs fois dans la région : Sophie participe à une comédie musicale intitulée Ramona Lulu. Mais les carrières de baby rockers n'ont qu'un temps et Sophie se retrouve étudiante aux Beaux-Arts, à Marseille.

La sculpture ne suffit cependant pas à satisfaire les envies artistiques de la jeune fille qui, trouvant l'ambiance de ses études « trop élitistes » reste prise dans ses rêves de musique : guitare à la main, elle arpente les rues de la cité phocéenne et chante ses compositions aux terrasses des cafés et restaurants. De fil en aiguille, l'artiste bourlingueuse se fraie un chemin dans le monde des associations artistiques : le collectif Life, Live in the Bar - par lequel elle rencontre d'autres artistes comme Les Têtes Raides, La Tordue ou Louise Attaque - lui offre l'opportunité d'accéder à des petites salles et, en 1995, de « monter » à Paris.

De concert en concert, La Grande Sophie fait connaître son style pop rock sophistiqué. Elle se produit aussi bien dans des squats artistiques que dans de véritables salles de concert, écumant les clubs plus ou moins branchés de ses reprises des Pretenders ou de Françoise Hardy. En 1996, des passages au Printemps de Bourges, puis aux Francofolies de La Rochelle, apportent à la chanteuse un surcroît de notoriété.

De la cuisine aux sunlights

Adepte d'une musique faite « à la maison » et enregistrée dans des conditions plus ou moins artisanales (elle crée la « kitchen music », qu'elle définit comme « un mouvement du milieu des années 90 qui considère l'activité musicale comme peu différente de toute autre tâche quotidienne »), La Grande Sophie sort en 1997 un premier album (La Grande Sophie S'agrandit), sur le label indépendant Les Compagnons de la Tête de Mort. Mais c'est en 2000 que les choses sérieuses commencent, l'artiste « indé » signant chez les suppôts du « Grand Capital » : entrée chez Sony Music, La Grande Sophie enregistre un nouvel album, réalisé par Phil Délire, collaborateur habituel de Noir Désir et Alain Bashung. Sorti en 2001, Le Porte-Bonheur se vend à plus de 30 000 exemplaires, grâce notamment au grand succès de la chanson « Martin », qui impose le style à la fois puissant, sophistiqué et féminin de la chanteuse.

La Grande Sophie, admiratrice de la musique anglo-saxonne, s'attache à créer dans ses chansons des univers complets et cohérents, tout en brossant des portraits souvent doux-amers de la condition humaine. La chanteuse, toujours très présente sur la scène « alternative » et dans les festivals, sort son album suivant à l'automne 2003 : Et Si C'était Moi, édité par Universal et dont se détachent le tube « Du courage » et « Devenir grand », est un nouveau succès, soutenu par une longue tournée en France. Son endurance de sprinteuse de la scène vaut à La Grande Sophie, en 2005, une Victoire de la musique dans la catégorie « Révélation scène de l'année ».

Sur sa lancée, elle enregistre un quatrième album, La Suite..., qui paraît en 2005 dans sa version initiale, puis en 2006 dans une version agrémentée de nouveaux morceaux et vendue avec un DVD-portrait. En 2007, lors de sa tournée, La Grande Sophie se produit au Zénith de Paris. En 2008, elle renoue avec ses racines de musicienne de rue avec la tournée Toute seule comme une grande, se produisant - en solo, donc - dans des petites salles, dans une série de concerts acoustiques, prélude à son album à venir. Cette même année, fidèle à un esprit « indé », elle musicienne expérimente les nouveaux modes de distribution, en proposant six titres en version digitale à télécharger sur son site internet.

En janvier 2009 paraît un album plus personnel, Des Vagues et des Ruisseaux, qui voit la chanteuse changer de registre et s'éloigner du carcan rock au profit d'une écriture plus sensible (« Pardonner » et « Quand le mois d'avril »). Ce virage en direction de la chanson est confirmé par La Place du Fantôme sorti en février 2012, dont est extrait le titre « Ne m'oublie pas ». L'album produit par la triplette Vincent Taeger, Vincent Taurelle et Ludovic Bruni dévoile des climats plus sombres et mélancoliques que les précédents.

Bâtie peu à peu, loin des académies de stars, sur les chemins escarpés des squats et des mini-salles, la carrière de La Grande Sophie s'affirme comme l'une des manifestations les plus réussies de la nouvelle scène française. 1,78m de talent, en somme.  Copyright 2014 Music Story Nikita Malliarakis


Améliorez le contenu de cette page

Si vous êtes l'artiste, le label ou le manager concerné, vous pouvez mettre à jour les informations sur cette page, telles que biographie, vidéos et plus encore sur Artist Central.