La Grande ménagerie (Littérature Etrangère) et plus d'un million d'autres livres sont disponibles pour le Kindle d'Amazon. En savoir plus
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 3 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon.
Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
La Grande ménageri... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Bon | Détails
Vendu par BetterWorldBooksFr
État: D'occasion: Bon
Commentaire: Expedié du Royaume-Uni. Ancien livre de bibliothèque. Quelques signes d'usage, et marques à l'intérieur possibles. Sous garantie de remboursement complet. Votre achat aide a lutter contre l'analphabetisme dans le monde.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La Grande ménagerie Broché – 22 janvier 2014


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 21,90
EUR 21,90 EUR 7,96

Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing Devenez auteur avec Kindle Direct Publishing


Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

La Grande ménagerie + J - GF
Prix pour les deux : EUR 43,80

Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Revue de presse

LA GRANDE MENAGERIE
"Howard Jacobson se surpasse avec ce nouveau livre, jouissive farce sur les romanciers et le monde folklorique de l'édition, porté par une écriture splendide de vivacité: c'est un vrai chef-d'oeuvre hystériquement drôle".
Nicolas Ungemuth, Le Figaro magazine
 

"La Grande ménagerie est un grand cru [...] une comédie trépidante doublée d'une interrogation sur le siècle d'agonie du verbe, la création et l'amour. Que demander de plus?"
Alexandre Fillon, Livres hebdo

"Les dialogues et le style sont au diapason, aves des métaphores désopilantes et des effets comiques tout à fait réussis. [...] Il y a dans cette Grande ménagerie de tels moments d'humour que le déplacement en vaut la peine."
Bernard Quiriny, L'Opinion

"Howard Jacobson propose un roman jubilatoire à l’humour grinçant et typiquement british, où il rend un vibrant hommage à la littérature et aux femmes fatales."
Marc Rauscher, Librairie Majuscule-Birmann (Thonon-les-Bains), pour Page des libraires
Lire l'article

"Un hommage impertinent aux femmes et à l'humour."
Madame Figaro

"Un livre d'une drôlerie folle, d'une intelligence étincelante, et qui met un point d'honneur à ne pas, vulgairement, commencer au début et se terminer à la fin : la construction circulaire de ce roman rageur épouse le cycle des obsessions de Guy (la littérature, le sexe, la littérature, sa belle-mère) et ses pics de colère."
R. Leyris, Le Monde des Livres

"Dans ce roman cru, licencieux, désabusé et délicieusement acquis aux femmes, Jacobson couvre chaque page d'une semence littéraire jubilatoire portée par une imagination débridée à laquelle il est -à condition d'en accepter l'esprit- difficile de résister."
Actualité Juive

Présentation de l'éditeur

Guy Ableman, écrivain de son état, est fou de sa femme Vanessa, une rousse éblouissante, perpétuellement en colère. L’ennui c’est que, depuis le premier jour, il est aussi fou de la non moins séduisante mère de Vanessa, Poppy. Pareilles à des soeurs plutôt qu’à une mère et sa fille, elles forment un tandem volcanique : si elles lui inspirent les scènes les plus farfelues, elles le perturbent au point qu’il ne peut plus produire une ligne. Non que Guy fût très lu ces jours-ci. Non que quiconque lise quoi que ce soit non plus. D’ailleurs, Guy en est convaincu, la lecture, c’est fini. La littérature aussi. Son éditeur est du même avis, il s’est suicidé. Son agent ? Aux abonnés absents. Entre-temps Vanessa a décidé d’écrire. Guy ne s’attend pas à ce qu’elle termine son oeuvre, ni même qu’elle la commence, mais il en perd le sommeil. Peut-être est-il l’heure pour lui de révéler sa flamme à Poppy ? Si le roman est mort, le désir existe toujours ! Et il se pourrait bien que ce désir lui permette d’accoucher d’un grand bouquin.

Tour à tour furieux, élégiaque et impertinent, La Grande Ménagerie est un roman d’amour : une ode aux femmes, à la littérature et à l’humour. .



Détails sur le produit

  • Broché: 368 pages
  • Editeur : Calmann-Lévy (22 janvier 2014)
  • Collection : Littérature Etrangère
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2702144497
  • ISBN-13: 978-2702144497
  • Dimensions du produit: 15 x 2,4 x 23 cm
  • Moyenne des commentaires client : 5.0 étoiles sur 5  Voir tous les commentaires (1 commentaire client)
  • Classement des meilleures ventes d'Amazon: 289.497 en Livres (Voir les 100 premiers en Livres)
  •  Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoiles
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Commentaires client les plus utiles

Format: Broché
Ce roman-ci, c’est comme une pelote de laine reconstituée à partir d’un ouvrage détricoté : à première vue, ça semble un peu hétéroclite avec çà et là quelques endroits qui dépassent un peu, c’est pas super bien rangé et on pourrait croire que ça va être moins bien. Mais le matériau se révèle d’une solidité à toute épreuve, et pour peu qu’on ait été soigneux, on n’est pas à l’abri d’une bonne surprise… Par courts chapitres aux titres clin d’oeil, c’est la vie de Guy Ableman qu’on nous invite à découvrir; écrivain édité (mais peu goûté), il nous dévoile généreusement ses opinions sur le livre au sens très large, et sur tout ce qui tourne autour : les écrivains (il/elle), le Verbe, les mots, les lecteurs (ou pire, les lectrices), les non-lecteurs, les éditeurs, attaché(e) de presse, j’en passe, vous avez compris l’idée. Guy a par ailleurs une épouse (spéciale), une belle-mère (canon), des parents (déments), un frère (particulier), ainsi qu’un sens de l’humour à toute épreuve, et une immense distance – tout autant qu’une farouche tendresse (Guy est très complexe, comme garçon) – pour sa judéité. On rit en lisant ce roman, c’est indéniable, et j’aime ça. Mais ce que j’ai préféré c’est la manière très fortiche de l’auteur de construire à travers cette navigation louvoyante une vraie histoire (bien qu’il en ait…), et de nous offrir un épilogue éclairant l’ensemble d’une tout autre couleur, gorge qui se serre et tout.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire. Si ce commentaire est inapproprié, dites-le nous.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer

Rechercher des articles similaires par rubrique


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?